CFNews

L'actualité du capital investissement : transactions LBO, M&A, Venture France - Corporate Finance et Private Equity

Chronique 15 mars 2017

1416 mots

Bulletin Hebdo Asie : Mechem, WFC, WayRay, Toshiba...

L'actualité des deals, des investisseurs et conseils en Asie compilée par nos analystes... Quoi de neuf dans le Private Equity et le M&A en Asie cette semaine?

 

- Les Deals -

Santé et services associés : Eurofins Scientifics / Mechem Laboratories (France / Singapour)

Avec un chiffre d'affaires de plus d'1,95 Md€, le groupe coté des laboratoires Eurofins Scientific a conclu l'acquisition de son homologue singapourien Mechem, pour un montant confidentiel. L’opération permet notamment au groupe français d'accélérer le déploiement de ses capacités auprès de l'industrie alimentaire et des boissons à Singapour avec une plateforme d'entrée forte sur le marché local. Cette acquisition intervient deux mois après la reprise du brésilien ASL Análises Ambientais qui lui apporte environ 7,3 M€ de chiffre d’affaires (lire aussi : Eurofins se renforce au Brésil ).

Fret Cargo : World Freight Company / ABDA (France / Asie)

Soutenu par le fonds américain Greenbriar depuis janvier 2015 (lire aussi l’article CFNEWS : WFCI s'envole aux Etats-Unis ), le spécialiste de fret cargo World Freight Company (WFC) réalise deux build-up à l’international. Fort d’1 Md€ de chiffres d’affaires et de 750 salariés, le groupe français, basé à Roissy, compte un carnet de clients d’environ 200 compagnies aériennes. Il s’empare, d’une part, d’Aeroexpress AEH Group, basé au Costa Rica et au Panama pour renforcer sa présence en Amérique Centrale, d’autre part, du groupe ABDA, basé à Dubaï et opérationnel principalement en Malaisie, en Inde et à Singapour.

Services Financiers : MoneyGram (États-Unis)

Coté au Nasdaq, l’américain Euronet Worldwide, basé à Kansas, lance une contre-offre de rachat sur le spécialiste de transfert de fonds MoneyGram, basé à Dallas, la valorisant à plus d'1Md$, soit 15,2 $ par action. Pour mémoire, le géant chinois de la FinTech Ant Financial - société affiliée au groupe Alibaba - avait, en janvier dernier, lancé une OPA de 880 M$, soit 13,25 $ par titre, l’opération a déjà été approuvée par le conseil d’administration de la cible. Les deux prétendants proposent tous de reprendre sa dette de 940 M$. La cible est aujourd’hui détenue par le fonds de Boston Thomas H. Lee Partners avec 44,5 % du capital ainsi que par Goldman Sachs.
Fondé et présidé par Michael Brown, Euronet, un spécialiste américain des paiements électroniques qui a réalisé à ce jour plus de 35 acquisitions selon Reuters, avait déjà tenté à deux reprises, en 2008 et 2013, d'acquérir MoneyGram. Il possède quatre activités de transfert d'argent, Ria, Ime, HiFX et XE, en ciblant une clientèle d'agents indépendants, tandis que MoneyGram se concentre sur ses 350 000 distributeurs et des bureaux de poste. La balle est ainsi dans le camp d’Ant Financial qui pourrait décider de surenchérir.

Electronique : Alibaba / WayRay (Chine / Suisse)

Le groupe coté d’e-commerce chinois Alibaba mène un deuxième tour de table de 18 M$ pour la startup lausannoise WayRay, spécialisée dans la réalité augmentée intégrée à l’habitacle des voitures. L’opération a également été suivie par des investisseurs existants mais leur identité n’est pas divulguée. Fondée en 2012 par Vitaly Ponomarev, la cible employant 100 personnes à travers le monde développe des systèmes de navigation automobile dernier cri. Sa technologie holographique projette des informations routières (données de trafic, anticipation des trajectoires, calculs de distances, alertes de limitations de vitesse, etc.), directement sur le pare-brise des véhicules.
En parallèle, la société suisse a conclu un partenariat avec Banma Technologies (littéralement Zèbre), le spécialiste des voitures connectées soutenu par Alibaba et SAIC Motor, constructeur automobile chinois. Ces deux derniers entendent intégrer, dès 2018, dans l’un des modèles de voitures conçues par Banma le système d’assistance à la conduite et de tableau de bord virtuel développé par la startup lausannoise.

Média : Dick Clark (États-Unis)

Cinq mois après l'annonce d'un accord entre le conglomérat privé chinois Wanda et l’américain Dick Clark Productions (DCP), producteur d’évènements médiatiques notamment Golden Globes, DCP a annoncé que la transaction est avortée. La raison n’est toutefois pas précisée. Wanda devait débourser 1 Md$ pour acquérir la société productrice américaine auprès d’Eldridge Industries (lire aussi notre bulletin précédent ).
L'agence Bloomberg a cité des sources proches du dossier disant que la transaction était dans l’impasse depuis plus d'un mois en raison des restrictions imposées par les autorités chinoises sur les fuites de capitaux et les investissements jugés « irrationnels ». En effet, ces dernières années l’explosion des investissements directs à l'étranger par des chinois déclenche une tension de dépréciation du yuan face au dollar, le gouvernement chinois tente ainsi de l’enrayer en dépit d’une partie considérable de ses réserves de change. Trois types de transactions sont ainsi strictement interdites jusqu’à septembre 2017 : méga-acquisition supérieure à 10 Md$; investissement immobilier de plus d’1 Md$ par entreprise publique ; investissement au-delà d’1 Md$ loin du cœur de métier.

Industrie : Toshiba (Japon)

Épinglé de nouveau dans un scandale financier après celui de 2015 (lire aussi notre bulletin précédent ), le conglomérat nippon Toshiba n’a toujours pas publié son rapport financier 2016-2017 en raison de la perte colossale de ses activités nucléaires, notamment sa filiale américaine à 87 %, Westinghouse. Il devrait enregistrer une dépréciation de 712,5 milliards de yens (6,2 Md$) sur ses activités nucléaires américaines en raison des mauvais calculs. En 2007, le groupe japonais avait acquis 67 % de Westinghouse, en espérant la transformer en une activité rentable. En janvier 2013, il avait repris encore 20 % de cette filiale auprès du conglomérat industriel américain Shaw Group, pour 125 milliard de yens japonais (1 Md€) (lire aussi notre bulletin précédent ). Mais depuis la catastrophe de Fukushima de 2011, ses activités nucléaires stagnent toujours.
Pour éviter le défaut de paiement, le groupe japonais devrait vendre les bijoux de famille, en l'occurrence l'activité des puces-mémoires. Toshiba est le numéro deux mondial de fabrication de puce de mémoire flash NAND derrière Samsung, la valeur de la branche puces-mémoires est estimée pour au moins 1500 milliards de yens (environ 13 Md$).

Industrie : Soprema (Implantation en Chine)

Fort de 2,13 Md€ de chiffre d’affaires, le groupe familial Soprema , spécialiste de l’étanchéité et de l’isolation, inaugure sa première usine chinoise à Changzhou (la province du Jiangsu). Ce site industriel permet au groupe de répondre à la demande croissante du marché de la construction en Chine et de stimuler ainsi sa croissance dans toute la région Asie-Pacifique où il compte quatre bureaux : Hong Kong, Singapour, Australie et Vietnam. Le groupe tricolore exporte vers la Chine depuis 1999 et y a établi une filiale en 2004. Il compte déjà plusieurs réalisations emblématiques en Chine, telles que les toitures terrasses végétalisées du Nid d’Oiseau de Pékin (stade principale pour les JO d’été 2008) et du musée d’histoire naturelle de Shanghai.

Équipement sportif : MND (contrat commercial)

L’équipementier pour domaines skiables MND de 67,6 M€ poursuit sa conquête du marché chinois avec une commande de 200 enneigeurs d’une valeur de 3 M€. Celle-ci fait suite à la commande d'une télécabine débrayable pour la station de Wanlong ainsi qu'au contrat d'équipement de la future station de Snowland en Chine.

Bonne semaine à tous.

Une information à nous soumettre pour ce Bulletin Asie ? Écrivez nous à : chao.zhang@cfnews.net

Haut de page