CFNews

L'actualité du capital investissement : transactions LBO, M&A, Venture France - Corporate Finance et Private Equity

Chronique 11 avril 2018

1466 mots

Bulletin Hebdo Asie : Wah Loon, Naf Naf, Symphony, SenseTime, Ant Fin, Faurecia...

L'actualité des deals, des investisseurs et conseils en Asie compilée par nos analystes... Quoi de neuf dans le Private Equity et le M&A en Asie cette semaine?

 

- Les Deals -

Construction & Bâtiment : Vinci Energie / Wah Loon (France / Singapour)

Fort d’un chiffre d’affaires de 10,8 Md€, Vinci Energie a acquis 80 % du capital du singapourien Wah Loon Engineering, spécialisée dans les grands projets électriques et mécaniques. Selon le journal local The Straits Times, le montant de la transaction devrait s’élever à 250 millions de dollars singapouriens (environ 150 M€). La part acquise était détenue par le fondateur Alan Chong, qui conservera sa direction dans la société, et par le fonds local Dymon Asia Private Equity, qui avait mis un ticket de 40 millions de dollars singapouriens en 2015 pour une participation minoritaire. Fondée en 1988, la cible est présente sur tous les segments : conception, fourniture, installation, essais, mise en service et maintenance, elle est notamment l’un des plus importants constructeurs de Data Centre dans la région. Wah Loon compte aujourd’hui 360 salariés dont 315 à Singapour et 45 en Malaisie pour un chiffre d’affaires d’environ 200 millions de dollars singapouriens (environ 120 M€).
Quant à Vinci Energies, il s’est récemment développé en Nouvelle Zélande, en Australie, en Indonésie et en Inde, l’acquisition constitue une nouvelle étape pour son déploiement en Asie Pacifique. Pour rappel, l’an dernier, il a mené à bien 34 opérations de croissance externe, représentant un chiffre d’affaires additionnel de 1,6 Md€.

__________________________________________

Mode : La Chapelle / Naf Naf / Vivarte (France / Chine)

En difficulté financière, le groupe de retailVivarte continue son plan de cessions en cédant sa marque de prêt-à-porter féminin Naf Naf , aux 207,7 M€ de revenus, à un consortium chinois, emmené par le groupe coté Shanghai La Chapelle Fashion , pour 52 M€ (lire aussi l'article CFNEWS : Naf Naf bat pavillon chinois ). Il avait déjà pour rappel successivement cédé Kookaï, Pataugas, André et Merkal. 

__________________________________________

E-commerce : L’Oréal / Stylenanda (France / Corée du Sud)

Le groupe coté L’Oréal , affichant 26 Md€ de revenus, prendrait une participation majoritaire dans l’e-commerçant sud-coréen Style Nanda, dédié à la mode et aux produits cosmétiques, selon le journal local Korea Economic Daily. Le numéro un mondial des cosmétiques devrait investir 400 milliards de wons (375 M$) pour acquérir 70 % du capital du groupe asiatique. Il aurait été préféré à plusieurs groupes de capital-investissements tels que Carlyle Group, KKR, L Catteron Asia (LVMH) et CVC Capital, selon le journal coréen. Conseillé par UBS, Kim So-hee, directrice générale et fondatrice de la société, conserverait le solde du capital. L’acquisition n’est pas encore confirmée par L’Oréal.

__________________________________________

Logiciel : Symphony / Bpifrance, Barclays et CLSA (États-Unis / France, Royaume Uni et Chine)

Symphony Communication Services , plateforme californienne de communications cryptées issue de Goldman Sachs, dépasse la vingtaine de banques à son capital en faisant entrer trois nouveaux actionnaire, le britannique Barclays, le français Bpifrance et le chinois CLSA (filiale de Citic Securities depuis 2013) lors d'un tour de 67 M$ (lire aussi l’article : Symphony étoffe encore son tour de table ). L’opération porte le total des investissements reçus à plus de 300 M$. Pour rappel, après le tour initial de 66 M$ en 2014 auprès de quinze banques d'investissement, Symphony avait fait entrer l'année suivante Google, suivi notamment par Natixis et Société Générale. BNP Paribas les rejoignait en 2017.

__________________________________________

Intelligence artificielle : SenseTime / Alibaba, Temasek (Chine / Singapour)

Après une deuxième tour de table avec une enveloppe de 410 M$ apportée par une vingtaine d’investisseurs, la licorne chinoise d’intelligence artificielle SenseTime boucle son troisième tour de levée de 600 M$ (lire aussi notre bulletin précédent ). L’opération, emmenée par le géant de l’e-commerce Alibaba et suivie par le fonds souverain singapourien Temasek et le distributeur chinois Suning, valorise la société au-delà des 3 Md$, selon les médias américains, ce qui constitue un nouveau record mondial dans l’intelligence artificielle. Fondée en 2014 par Li Xu, la cible, propriétaire aujourd’hui du plus grand centre de supercomputing dédié à deep-learning en Chine, est leader dans plusieurs segments de l’intelligence artificielle tels que l’application de reconnaissance visuelle, notamment la reconnaissance de visage, le véhicule autonome, les interactions homme-machine, l’imagerie médicale pour diagnostic et l’amélioration de performance pour puce de deep-learning.

__________________________________________

Fintech : Ant Financial (Chine)

La plus importante société fintech du monde Ant Financial, propriétaire de la plateforme de paiement mobile Alipay, discute avec les investisseurs pour sa dernière levée avant l’IPO. Elle pourrait lever environ 8 Md$ contre 5 initialement divulgué par les médias (lire aussi notre bulletin précédent ). La valorisation s’élèverait, d’après Reuters, à 150 Md$, le record dans les non-cotés, (aujourd’hui, Uber est au podium avec une valorisation de 68 Md$). Le fonds souverain singapourien Temasek Holdings pourrait emmener ce tour de table. Pour rappel, en février dernier, Alibaba a acquis un tiers des titres d’Ant Financial, en lui cédant, en échange, l'ensemble des brevets et droits de propriété intellectuelle, ce qui facilitera une cotation boursière. L’agenda n’est toujours pas divulgué mais très probablement l’an prochain, selon la presse chinoise. Ant Financial pourrait s’introduire en Bourse de Shanghai avec une cotation secondaire à New York ou Hong Kong.

__________________________________________

Hôtellerie : HNA Group / Hilton (Chine / États-Unis)

Fortement importuné par son problème de liquidité, le chinois HNA Group continue à s’alléger pour avoir plus de cash. Après une série d’acquisitions internationales audacieuses, le groupe chinois s'est retrouvé lourdement endetté, dont le montant dépasse 80 Md€. Il souhaite maintenant céder les titres de Hilton Worldwide (jusqu’à 72,5 millions de titres, soit équivalent à environ 26 % du capital). L’hôtelier de luxe lui-même pourrait racheter au minimum 10 millions de ses propres titres. Conseillée par Goldman Sachs, JPMorgan, Deutsche Bank, Bank of America Merrill Lynch et Morgan Stanley, l’opération pourrait rapporter environ 6,3 Md$ de liquide pour le compte de HNA.
Pour rappel, HNA avait acquis un quart du capital de l’opérateur hôtelier américain pour 6,5 Md$ auprès du fonds Blackstone en octobre 2016 (lire aussi l’article CFNEWS : Hilton accueille un chinois ). Plus tôt cette année, il avait déjà empoché au total environ 2 Md$ en cédant 25 % du capital de la chaîne américaine d’hôtels Park Hotels & Resorts et 25 % du capital de l’exploitant de villages de vacances Hilton Grand Vacations. Ces actifs étaient logés dans Hilton Worldwide Holdings lors de la transaction de 6,5 Md$.

__________________________________________

Électroménager : Qingdao Haier (Chine / Allemagne)

Basée à Francfort, China Europe International Exchange (Ceinex), place boursière sino-allemande, pourrait accueillir Qingdao Haier (fabricant d’électroménager coté aujourd’hui à Shanghai) comme la première société chinoise à émettre des titres « D » . Pour rappel, Ceinex avait été créée en décembre 2015 par trois opérateurs boursiers Deutsche Börse, Shanghai Stock Exchange (SSE) et China Financial Futures Exchange (lire aussi notre bulletin précédent ), la plateforme permet l'échange d'actifs offshore libellés en euro et en yuan (devise chinoise).

__________________________________________

Automobile : Faurecia (implantation au Japon)

Fort d’un chiffre d’affaires de 20,2 Md€, l’équipementier automobile coté Faurecia ouvre un nouveau centre technique à Yokohama. Dédié aux activités Seating, Interiors et Clean Mobility, ce dernier regroupe l'ensemble des activités et compétences technologiques dans une nouvelle installation de pointe pour répondre aux besoins de transformation technologique dans les domaines du cockpit du futur et de l’électrification. Présent dans l’archipel depuis 1996, l’équipementier français y dispose des deux JV et de partenariats avec des institutions comme le Kyoto Institute of Technology.

Bonne semaine à tous.

Une information à nous soumettre pour ce Bulletin Asie ? Écrivez nous à : chao.zhang@cfnews.net

Haut de page