L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture Corporate Finance et Private Equity

Les IPO reprennent des couleurs au niveau mondial Accès libre

Par  | 605 mots

Ce premier semestre, 354 IPO devraient permettre de lever 70,7 Md$ sur les marchés mondiaux selon le dernier rapport d'Ernst & Young, soit une hausse de 14 % en volume, tirée par les Etats-Unis et les pays émergents.

Les chiffres de l'étude trimestrielle d'Ernst & Young sur les IPO mondiales ressortent en demi-teinte. Le cabinet financier estime que 354 IPO devraient permettre de lever 70,7 Md$ sur les marchés mondiaux sur les six premiers mois de l'année (au 17 juin, 307 introductions en Bourse avaient déjà permis de réunir 58,2 Md$). Un niveau supérieur à la même période l'an dernier puisqu'il marque une hausse de 14 % en volume, malgré une baisse de 21 % en nombre d'opérations rapportées. Ainsi, la taille moyenne des IPO augmente, atteignant 189,6 M€ sur le premier semestre, contre 156,6 M€ sur l'année 2012 et 136,9 M€ sur 2011. Ces chiffres marquent une réouverture de la fenêtre des introductions en Bourse, même s'ils dissimulent de fortes disparités en fonction des régions.

Les Etats-Unis captent un tiers des IPO

Les Etats-Unis, qui tiennent le haut du pavé depuis 2011, continuent d'enregistrer de solides performances : 80 IPO ont drainé plus de 20 Md$ au premier semestre 2013, représentant plus d'un tiers des capitaux levés au niveau mondial. Ce constat confirme ainsi l'amélioration des marchés américains et le regain de confiance des investisseurs, lesquelles ont plebiscité les services financiers (8 IPO pour 2,5 Md$) et la santé (11 IPO pour 1,8 Md$). "La bonne tenue du marché américain s'explique aussi par un phénomène nouveau : sa capacité à attirer de plus en plus de sociétés locales, notamment suite au Jobs Act (Jumpstart Our Business Startups Act), une mesure lancée par Barack Obama qui facilite l'entrée des PME en Bourse", analyse Franck Sebag (photo), associé chez Ernst& Young, en charge de l'étude.

L'Europe dépassée par les pays émergents

De son côté, le marché européen poursuit son lent rétablissement, même si les investisseurs demeurent prudents : 60 IPO devraient réunir 9,4 Md$ sur le premier semestre (dont cinq opérations d'un total de 2,3 Md$ sont attendues d'ici fin juin), majoritairement abondés par le London Stock Exchange (LSE). Les places asiatiques qui ne cessaient de prendre de l'importance depuis plusieurs années, tirent un peu la langue notamment à cause de nouvelles régulations en Chine qui ont semé le trouble. En revanche, les pays émergents tirent leur épingle du jeu, représentant 43 % des capitaux levés. Le Brésil est devenu le second marché des IPO (derrière NYC), la Bourse de Sao Paulo ayant drainé 6,6 Md$ sur la première moitié de l'année, dont 5 Md$ grâce à la cotation de BB Seguridade Participacoes (5 Md$), la plus grosse IPO du second trimestre. "Les sociétés issues de nouveaux pays émergents comme la Thaïlande, l'Indonésie, la Turquie ou le Mexique, se cotent de plus en plus sur leurs marchés intérieurs qui ont désormais une capacité d'absorption suffisante", rappelle Franck Sebag, ajoutant que la deuxième IPO la plus importante de l'année est celle d'une société thaïlandaise ayant rejoint la Bourse de Bangkok.

A noter également que 84 % des IPO réalisées au premier semestre ont été pricées dans la fourchette de prix prévue initialement, tandis que 7 % l'ont été au-dessus et 9 % en-dessous. Enfin, près d'un tiers d'entre elles concernaient des sociétés épaulées par des fonds de private equity.

Lire aussi :

Enquête CFnews : Les IPO sous de meilleurs auspices pour 2013 (06/03/13)

Voir la fiche de : EY GROUPE