L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture Corporate Finance et Private Equity

Capital innovation / développement

XAnge Capital investit 1 M€ dans Pixways

La société créée en 2004 et devenue leader français dans l'échange de photos professionnelles compte sur cet apport pour se développer à l'international et booster son expansion.

Lire plus tard

HBP accueille Banexi Capital Partenaires dans son capital

La PME de distribution de produits de téléphonie professionnelle et de câblage réseau cède...

Lire plus tard

HBP accueille Banexi Capital Partenaires dans son capital

La PME de distribution de produits de téléphonie professionnelle et de câblage réseau cède une participation minoritaire après le départ de deux des quatre actionnaires fondateurs.

Lire plus tard
Christophe Chausson

Capital-risque : une année record avec plus de 960 M€ investis en 2007. Santé, internet, cleantech sont le trio gagnant

Le 17eme indicateur publié par Chausson Finance peut donner du baume au coeur aux start-up : les montants investis par les capital-risqueurs sont en nette progression. Une tendance qui ne devrait pas s'infléchir cette année.

Lire plus tard

France Eoliennes récolte 2 M€ auprès d'Oddo AM

Le spécialiste de la micro-éolienne né en 2006 investit le créneau du particulier

Lire plus tard

Truffle Capital investit 2,1 M€ dans Eco-Carbone

Créée à Paris en 2003 par Pierre Landolt, un industriel et banquier suisse, Eco Carbone a développé une expertise à la fois dans la certification des crédits carbone, grâce à des contrats exclusifs avec six importantes mines chinoises, et comme producteur de biocarburants non alimentaires. Souhaitant se développer en Asie et en Afrique où les démarches ont été faites pour obtenir des concessions sur des terrains de 10 à 30 000 ha dans plusieurs pays de ces continents, Eco Carbonne a ouvert son capital à Truffle Capital qui injecte 2,1 M€. « En 2007, le chiffre d’affaires était de quelques millions d’euros, mais la société devrait atteindre les, 57M€ de chiffre d’affaires en 3 ans, indique Jean-François Fourt, associé de Truffle Venture. Cette position nous permet de nous renforcer dans le milieu minier et dans les biocarburants où nous sommes déjà présents via Deinove ».

Lire plus tard

Les traiteurs alsaciens Pierre Schmidt et Stoeffler s'unissent. Une sortie pour PAI. Cérea Mezzanine finance le montage

La charcuterie alsacienne du bas-Rhin se rapproche. Il y a un mois environ le groupe familial né en 1911, Pierre Schmidt, annonçait son intention de racheter son grand concurrent régional Stoeffler, basé à Obernai. C'est Messis Finances, la structure de conseil en M & A d’Unigrains fondée l’an passé, qui était mandaté par l’acquéreur basé à Weyersheim et fort de plus de 70 M€ de chiffres d’affaires.L'opération a trouvé son heureux dénouement vendredi soir avec en outre, l'approbation par la direction générale de la concurrence. PAI avait repris Stoeffler en 1998 à Danone Pierre Schmidt reprend ainsi la totalité du capital du spécialiste de la choucroute, Stoeffler, qui depuis début 1999, évoluait dans le portefeuille du fonds PAI. Ce dernier, qui en détenait depuis lors 75 % -le solde appartenant au fondateur Bernard Stoeffler-, l’avait acquis auprès de Danone pour une cinquantaine de millions d’euros. Il réalise aujourd’hui 86 M€ de chiffre d’affaires. « Tous deux sont présents sur le marché de la charcuterie et des produits traiteurs frais en grande distribution et dans la restauration; aussi, cette opération leur permet d'accroître leur taille critique et leurs synergies », indique Elie Auriac, le DG de Messis Finance. Stoeffler, qui pour sa part était conseillé par Natixis (Pascal Bridier) et Willkie Farr (Daniel Payan) est davantage présent dans le libre-service tandis que l’on croise la marque Pierre Schmidt plutôt aux rayons coupe et traiteur. Ils vont en outre développer l’export, encore minoritaire dans le chiffre d’affaires. Un mix equity-mezanine mené par Cerea Mezzanine La fusion donne naissance à un des premiers traiteurs français fort de 170 M€ de chiffres d’affaires et employant près de 700 personnes. Le prix de la transaction n’est pas divulgué mais selon nos informations, les Ebitda respectifs sont de l’ordre de 5 % et la valorisation s’est effectuée sur un multiple de 7. Le financement de l’opération s’est réalisé par un mix equity mezzanine apporté par Cerea Mezzanine (Pierre Geerolf), mais aussi Fortis, CIC et Nexicap. BNPP, CIC et Banques Populaires ont financé la dette bancaire. Selon Elie Auriac, « le montage peu leveragé laissera au nouvel ensemble les moyens necessaires pour son developpement ».

Lire plus tard

STPI nouveau numéro 2 des relais hermétiques

STPI a acheté plus gros que lui en s'emparant de la division Relais de Deutsch. Pour ce faire STPI a ouvert son capital à Aurel NextStage.

Lire plus tard

Adocia lève 12 M€ auprès de quatre fonds

La biotech lyonnaise spécialiste de la régénération tissulaire créée par Gérard Soula lève 12 M€ pour son 1er tour. AGF PE est le chef de file, suivi par trois autres financiers

Lire plus tard

Onixxa lève 2 M€ auprès de Sofimac et CDC Entreprises

Co-investisseurs à part égale, Sofimac et CDC Entreprises mettent un ticket de 2 M€ dans Onixxa, auprès du fondateur Philippe Andrieu, homme de marketing, qui conserve la majorité du capital. La société, valorisée à moins de 20 M€, pour un chiffre d’affaires de 5 M€, affiche une belle rentabilité depuis sa création. Septième société financée dans le cadre de France Investissement, la société tourangelle, fondée en février 2003, a conçu un produit révolutionnaire alliant la cosmétique au textile : les produits de cosmétotextile beauté et santé, commercialisés sous la marque Lytess, conçus avec la technologie innovante de la microencapsulation de formulations cosmétiques.Doubler le chiffre d'affaires en un an en dopant l'exportLa marque des « habits qui vous veulent du bien », actuellement distribuée dans les circuits de télé-achat, de vente à distance, mais également dans certains réseaux de distribution de détail, projette de se développer à l’international en particulier en Europe de l’Est, pour porter cette part export à un tiers du chiffre d’affaires. La gamme de ces « textiles intelligents » qui se déclinent autour de quatre univers, chaussant, seconde peau, correcteur et prêt-à-porter, devrait s’élargir, grâce à un programme de R & D, et permettre de doubler le chiffre d’affaires d’ici un an. Les moyens humains devraient en outre s'étoffer, une cinquantaine de personnes devrait y travailler contre une trentaine aujourd’hui.

Lire plus tard

Onixxa lève 2 M€ auprès de Sofimac et CDC Entreprises

Co-investisseurs à part égale, Sofimac et CDC Entreprises mettent un ticket de 2 M€ dans Onixxa, auprès du fondateur Philippe Andrieu, homme de marketing, qui conserve la majorité du capital. La société, valorisée à moins de 20 M€, pour un chiffre d’affaires de 5 M€, affiche une belle rentabilité depuis sa création. Septième société financée dans le cadre de France Investissement, la société tourangelle, fondée en février 2003, a conçu un produit révolutionnaire alliant la cosmétique au textile : les produits de cosmétotextile beauté et santé, commercialisés sous la marque Lytess, conçus avec la technologie innovante de la microencapsulation de formulations cosmétiques.Doubler le chiffre d'affaires en un an en dopant l'exportLa marque des « habits qui vous veulent du bien », actuellement distribuée dans les circuits de télé-achat, de vente à distance, mais également dans certains réseaux de distribution de détail, projette de se développer à l’international en particulier en Europe de l’Est, pour porter cette part export à un tiers du chiffre d’affaires. La gamme de ces « textiles intelligents » qui se déclinent autour de quatre univers, chaussant, seconde peau, correcteur et prêt-à-porter, devrait s’élargir, grâce à un programme de R & D, et permettre de doubler le chiffre d’affaires d’ici un an. Les moyens humains devraient en outre s'étoffer, une cinquantaine de personnes devrait y travailler contre une trentaine aujourd’hui.

Lire plus tard

Alpha crèche chez Babilou

Le réseau de crèches privées d'entreprises ouvre son capital au fonds Alpha qui injecte 15 M€

Lire plus tard

Alpha crèche chez Babilou

Le fonds Alpha injecte 15 M€ et prend une minorité dans le capital de Babilou, un réseau de crèches privées d’entreprises, créé en 2003, par deux frères, Rodolphe et Edouard Carle.Ces nouvelles ressources sont dédiées à la poursuite de l’essor de l’entreprise qui a profité des opportunités offertes par la loi 2004 sur la Petite Enfance, autorisant la délégation de service public en matière de crèches. La PME, qui recense déjà une trentaine de structures en région parisienne et en province auprès d’une clientèle de grandes enterprises comme l’Oréal ou Danone, mais également de municipalités, prévoit de doubler son chiffre d’affaires à plus de 18 M€, d’ici la fin de l’année, grâce à l’ouverture de nouvelles crèches. “La force d’un tel réseau est d’assurer une qualité d’accueil irréprochable des jeunes enfants, avec un bon taux d’occupation et une optimisation de la rotation du personnel” indique Nicolas Macquin, directeur associé chez Alpha. Restée confidentielle, la valorisation serait comprise entre 20 et 50 M€, pour cette société rentable depuis ses débuts.Alpha : Nicolas Macquin, Julien Leleu Juridique : SJ Berwin (Jérôme Jouhanneaud, Pierre-Louis Sevegrand-Lions, Marie-Laetitia Vassort) Due diligence financière : KPMG (Vincent Delmas, Blandine Mugnier) Due diligence stratégique : KPMG (Adam Thorpe) Conseils des fondateurs de Babilou Juridique : Fuchs Cohana Reboul & Béroard (Guillaume Reboul, Marine Zammith

Lire plus tard

Alpha crèche chez Babilou

Le réseau de crèches privées d'entreprises ouvre son capital au fonds Alpha qui injecte 15 M€

Lire plus tard

Argos roule avec le transporteur Mertz

Début d’année prometteur pour Argos Soditic qui reprend en MBI, Mertz, aux côtés d’un nouveau dirigeant, issu des métiers connexes du groupe et Jérôme Begey, l’actuel directeur opérationnel présent depuis trois ans. Il s’octroie 80% du capital du transporteur spécialisé en matières dangereuses et de conteneurs, suite à la sortie d'IGF Capital retournement, actionnaire depuis 2006 de Mertz Conteneurs. Forte de ses 400 employés, cette entreprise familiale basée à Pont-l’Evêque depuis sa création en 1944, et dirigée actuellement par la deuxième génération, a réalisé en 2007 un chiffre d’affaires de 43 M€, avec un parc de 300 tracteurs sur la région du grand Ouest. Un développement qui s’est consolidé au cours du temps autour de l’activité historique de transport routier de produits pétroliers et de matières dangereuses, logé dans Mertz SA, qui représente plus de la moitié du chiffre d’affaires. Parallèlement l’activité de transport de conteneurs maritimes de Mertz Conteneurs, basé au Port du Havre, offre des foyers de croissance importants, au regard des investissements publics importants réalisés pour moderniser le port normand, en vue de tripler son trafic d’ici 5 ans. « Cette opération de transmission capitalistique et managériale s’inscrit dans la poursuite de l’organisation et la structuration construite par la famille Mertz » indique Gilles Lorang, directeur de participation chez Argos Soditic. Cette acquisition, valorisée entre 20 et 50 M€, avec un levier ide dette inférieur à deux fois l’Ebitda, permettra de supporter les futurs investissements générés par les activités du groupe . Argos Soditic : Gilles Lorang, Jérémie Falzone - Conseils investisseur : financier : MD Conseil (Michel Duval) ; due diligences : comptable et financière : PwC TS (Didier Sidois, Xavier Klein), fiscale : Arsene-Taxand (Frédéric Donnedieu de Vabres, Franck Chaminade), assurances : Aon (Christian Mergier, Patrick Rouit), évaluation BSA : Wagram CF (Paul Le Clerc, Stéphane Préfol), stratégique : Arthur D. Little (Raymond Amour, Didier Schreiber) ; juridique : SJ Berwin (Maxence Bloch, William Robert) - Dette : senior : arrangeur : Banque BSD-CIN (Gérald Miray, Mathieu Sollet), SG (Dominique Leroy), Crédit Agricole de Normandie (Jean-Paul Soulbieu)

Lire plus tard