L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture Corporate Finance et Private Equity

Afrique #102 : Okuhle Media, IRPC, Kanopée, Yellow...

PAR  | 2572 mots
Le studio de production sud-africain Okuhle Media intègre le giron du groupe français Trace.

Le studio de production sud-africain Okuhle Media intègre le giron du groupe français Trace. - © Okuhle Media

Médias & Audiovisuel : Okuhle Media / Trace Media Group (Afrique du Sud / France)

Trace Media Group, groupe audiovisuel tricolore dédié à la promotion des cultures afro-urbaines et à la réussite des jeunes, s’offre l’un des leaders de la production audiovisuelle en Afrique en devenant l’actionnaire majoritaire d’Okuhle Media. Ni le montant ni la prise de participation n'ont été divulgués à ce jour (voir fiche de l'opération sur CFNEWS). Fondée en 2003 par cinq producteurs et dirigée depuis 2013 par Barbara Bellini, cette société sud-africaine, qui emploie 78 personnes dans ses studios du Cap, a été récompensée par de nombreux prix locaux et internationaux. Développant, produisant et commercialisant sous licence des programmes et des formats pour les principales chaînes de télévision et les plateformes de streaming du continent et du reste du monde, elle propose également une plateforme rapprochant les créateurs, les marques et leurs publics. Visant plus particulièrement la jeune génération, elle fournira par ailleurs à Trace une part importante des contenus multimédia de Trace Academia, une nouvelle plateforme en ligne de formation professionnelle qui sera lancée en novembre prochain. La société de production télévisuelle et de marketing de contenu de marques a su tirer profit du confinement lié à la pandémie, en augmentant - à la demande de ses principaux partenaires diffuseurs - le volume de ses productions, en particulier à destination des jeunes, démontrant ainsi sa résilience et sa flexibilité. Pour l’acquéreur français piloté par Olivier Laouchez depuis sa création en 2003, cette opération de croissance externe offrira de nouvelles opportunités sur les marchés africains et internationaux. Le groupe de médias axé sur l’Afrique subsaharienne francophone, où il réalise la majeure partie de son chiffre d’affaires (plus de 21 M€ en 2018), avait déjà mis la main l’an dernier sur une chaîne radiophonique kényane, Qwetu Radio (lire bulletin #69). En janvier 2018, lors du rachat par TPG Growth (véhicule de l’américain TPG Capital) de la participation de 75 % du suédois Modern Times Group, Trace était valorisé autour de 40 M€ (relire article Trace change de chaîne sur CFNEWS).

 

Services financiers & services informatiques : Innovation PRocess Control / Hightech Payment Systems (Maroc / Afrique)

Le géant marocain du e-paiement HPS poursuit sa dynamique de croissance externe avec l’acquisition, le 7 juillet 2020, de l’un des leaders nationaux de la monétique, IPRC.

Le géant marocain du e-paiement HPS poursuit sa dynamique de croissance externe avec l’acquisition, le 7 juillet 2020, de l’un des leaders nationaux de la monétique, IPRC. - © Hightech Payment Systems (HPS)

La fintech Hightech Payment Systems (HPS), multinationale cotée à la Bourse de Casablanca depuis 2006, acquiert 100 % du capital du marocain Innovation PRocess Control (IRPC), leader national dans la supervision des infrastructures informatiques et la télégestion des systèmes monétiques. Créée en 2009 par Nasr-Eddine Belghiti, la cible supervise plus de 5 500 Guichets Automatiques Bancaires pour le compte d’une trentaine de banques au Maroc et dans douze pays du continent, gère la fraude monétique de plus de sept millions de cartes bancaires et supervise près de la moitié du flux monétique marocain. Grâce à cette opération, dont le montant demeure confidentiel, HPS sera en mesure de proposer de nouveaux services à forte valeur ajoutée autour de ses solutions logicielles PowerCARD, qui couvrent l'ensemble de la chaîne de valeur du paiement, et qui sont utilisées par plus de 400 institutions dans plus de 90 pays à l’international. Les services offerts par IPRC viennent ainsi enrichir les services d’externalisation mis à disposition des clients de HPS (institutions financières, opérateurs de réseaux mobiles, processeurs, switches nationaux et régionaux du monde entier) pour leur activité monétique. « L’aboutissement de l’opération d’acquisition de IPRC par notre entreprise est un gage de confiance dans la capacité des entrepreneurs marocains à fournir des solutions innovantes aux standards internationaux », s’est réjoui le dirigeant de HPS, Abdeslam Alaoui. Précédemment, le fleuron des solutions de paiement électronique avait d’ailleurs repris la société ACPqualife (2010), puis l’activité de switching au Maroc (2016). La multinationale marocaine cotée, fondée en 1995 par un groupe de consultants et d’experts en monétique, emploie près de 450 collaborateurs basés à Casablanca, Dubaï, Singapour, Paris et Aix-en-Provence (chiffres de 2018), et a engrangé en 2019 près de 66 M€ de revenus (719,6 MMAD).

 

Produits & Services industriels : Otima / Adelma / Alliance Industrielle Métallurgique de Mayenne (France / Maroc)

Otima est spécialisée dans la sous-traitance industrielle en tôlerie fine (découpe, pliage, soudure) et intervient auprès de grands groupes industriels dans des secteurs d’activités variés, de l'énergie-environnement à l'aéronautique en passant par l'industrie ferroviaire et l'équipement médical.

Otima est spécialisée dans la sous-traitance industrielle en tôlerie fine (découpe, pliage, soudure) et intervient auprès de grands groupes industriels dans des secteurs d’activités variés, de l'énergie-environnement à l'aéronautique en passant par l'industrie ferroviaire et l'équipement médical. - © Otima

Comme annoncé la semaine dernière (relire bulletin #101), la société fougeraise Otima, spécialisée dans la tôlerie fine, est désormais fixée sur son sort : le tribunal de commerce de Rennes vient de valider son rachat par le groupe Alliance Industrielle Métallurgique de la Mayenne (AIMM ou AIM), basé à Changé près de Laval et dirigé par Laurent Peloil (voir fiche opération sur CFNEWS). La PME aux 30 M€ de revenus environ conservera l’intégralité de ses salariés en changeant de propriétaire, soit 173 salariés à La Selle-en-Luitré, dans la zone de l’Aumaillerie (près de Fougères), et une trentaine dans sa filiale casablancaise Adelma, au Maroc. La majeure partie de l’activité est en effet réalisée pour des clients implantés au sein du royaume chérifien. Otima intègre un groupe fort de 100 M€ de chiffre d'affaires en 2019 - dont 40 % à l'export - réalisé grâce à 900 collaborateurs. Placée en liquidation judiciaire (avec poursuite d’activité) le 26 août dernier, un an et demi après avoir été mise en redressement, l’entreprise était pourtant parvenue à redevenir rentable ; pendant le confinement, elle avait même su développer de nouveaux produits répondant aux besoins nés de la crise sanitaire (respirateurs pour les services de réanimation des hôpitaux, distributeurs de gel hydroalcoolique sans contact). Néanmoins, les résultats de la société bretillienne née en 1979 n’étaient pas suffisants pour mettre en place le plan de continuation établi par la direction, d’autant que ses principaux clients ont restreint post-confinement leurs prévisionnels de commandes. Les autres repreneurs était Euroman - une société industrielle d’investissement qui incluait Xavier Lépine, le président d’Otima, dans son projet de reprise - et Alian Industries, une société de capital-investissement basée à Rennes et destinée au financement des PME en phases de croissance ou de retournement (qui faisait intervenir Daniel Le Diouron, fondateur et ancien P-dg de la cible, en qualité de consultant). L’entreprise de tôlerie fine était contrôlée depuis une dizaine d'années par Unexo (Crédit Agricole), Bpifrance et Alliance Entreprendre, tandis que Daniel Le Diouron demeurait actionnaire à hauteur de 20 %.

 

Conseil - Tourisme, hôtellerie & loisirs : Kanopée / Egis (France / Afrique du Nord et de l’Ouest)

Les hôtels parviennent à convaincre les investisseurs, malgré la crise.

Les hôtels parviennent à convaincre les investisseurs, malgré la crise. 

Egis, spécialiste de l'ingénierie de la construction et des services à la mobilité, contrôlé à 75 % par la Caisse des Dépôts (CDC), s’empare de Kanopée, conseil spécialisé dans le développement et la gestion d’actifs dans l’hôtellerie, le tourisme et les loisirs, représentant de la branche française du réseau international Horwath HTL (45 bureaux et 250 consultants répartis dans 38 pays). Le bureau de Paris, qui anime la business line « Tourisme et Loisirs » internationale pour l’ensemble du réseau Horwath HTL, revendique une expérience forte en Afrique du Nord et de l’Ouest. Kanopée, qui emploie au total une vingtaine de collaborateurs, dispose d’ailleurs de bureaux en propre à La Réunion et à Abidjan. Valorisée moins de 20 M€, la cible représente un potentiel fort, en dépit du contexte difficile qui a durement impacté le secteur touristique et hôtelier. Ses associés fondateurs depuis 2006, Thierry Coltier, Philippe Doizelet et Stéphane Durand, demeurent actionnaires minoritaires, mais cèderont leurs parts à Egis en 2024 selon les termes de l’accord. Les deux entreprises collaboraient depuis plusieurs années. Pour plus de détails, lire l’article Egis s’invite dans le conseil hôtelier sur CFNEWS IMMO & INFRA.

 

EnR : Yellow / Plateform Investment Partners / Ruby Rock Investment / LBOS (Afrique du Sud / Nigeria)

Gros plan sur des panneaux solaires photovoltaïques d'une installation électrique off grid, sur une ferme située à Touwsrivier, dans le désert de Karoo, en Afrique du Sud.

Gros plan sur des panneaux solaires photovoltaïques d'une installation électrique off grid, sur une ferme située à Touwsrivier, dans le désert de Karoo, en Afrique du Sud. - © Adobe Stock

Yellow, une start-up sud-africaine d'énergie solaire par abonnement (modèle de tarification pay as you go ou « paiement à l’usage ») va pouvoir étendre ses activités au Malawi et à l'Ouganda suite à une levée de fonds de série A de 2,8 M€ (3,3 M$). Les principaux participants du tour de table sont Platform Investment Partners (PIP), une société d’investissement et de conseil basée au Nigeria, Ruby Rock Investment (RRI), une société sud-africaine spécialisée dans l’assurance du transport, ainsi des investisseurs historiques (LBOS). Plus de 100 000 clients au Malawi et en Ouganda pourraient bénéficier de ses systèmes solaires domestiques, qui ont déjà permis à quelque 30 000 ménages ruraux à faibles revenus d'accéder à l'électricité. Cet apport financier permettra également à l’entreprise fondée en 2017 de renforcer ses équipes de développement et d'exploitation, et de développer rapidement son offre d'énergie hors réseau. La jeune pousse envisage en outre d’examiner les possibilités qu’offre sa plateforme de distribution numérique dans le domaine des biens de consommation et des services financiers sur le continent. « Platform Growth cherche à investir dans des entreprises qui combinent des équipes de gestion solides avec une technologie unique et dans Yellow, nous pensons avoir trouvé cette combinaison et avoir été très impressionnés par le déploiement du logiciel Ofeefee de Yellow pour résoudre des problèmes complexes dans les zones rurales du Malawi et de l'Ouganda », a commenté Michael Stannard, directeur des opérations de Platform Investment Partners.

 

Événements :

  • 16 septembre : Fortinet, spécialiste français de la sécurité en matière d'infrastructures IT, lance son premier « Fortinet Security Day virtuel en Afrique ». Cette édition virtuelle permettra aux chefs d’entreprises, responsables des services d’information et responsable de la sécurité des systèmes d’information de découvrir les dernières nouveautés en termes de cybersécurité nécessaires à leur transformation digitale.
  • 12-14 octobre (événement virtuel) : cinquième Sommet Annuel d’AfriLabs (réseau panafricain de 225 pôles d’innovation technologique dans 47 pays), au cours duquel seront notamment dévoilées les conclusions préliminaires d'un rapport de recherche intitulé « Construire une Afrique innovante et résiliente ». Fruit d’un partenariat entre Afrilabs et Djembe Consultants (cabinet de conseil en communication panafricain), ce rapport abordera les tendances actuelles, les opportunités et les conséquences de la Covid-19 dans les domaines de la technologie et de l’entreprenariat. Il ambitionne également de déboucher sur un échange constructif concernant les normes et régulations relatives à l'innovation en Afrique.

 

Et aussi...

  • 35°Nord , l'agence de communication stratégique dédiée au continent africain, lance aujourd’hui « Pourparlers », une série de podcasts mensuels destinée à enrichir son dispositif de partage d’informations. Objectif : comprendre et donner à voir la trajectoire d’un continent, à travers le regard de ceux qui y vivent, en décryptant en moins de cinq minutes un thème qui fait l’actualité en Afrique. Le premier épisode est consacré aux différents dispositifs mis en place sur le continent pour lutter contre la pandémie de coronavirus.
  • L’Agence Française de Développement (AFD) vient d’octroyer une facilité de 150 M€ à l’African Export-Import Bank (Afreximbank) afin d’aider cette dernière à réaliser des investissements plus respectueux du climat, socialement inclusifs et plus résilients sur le continent.
  • Sogea-Satom, filiale du groupe Vinci spécialisée dans les travaux de bâtiment, de forage et de génie civil en Afrique, a obtenu le 8 septembre l’annulation de l’appel d’offres du stade Houphouët-Boigny en Côte d’Ivoire, qui avait été emporté par son concurrent portugais Mota-Engil. Conseillé par le cabinet juridique ivoirien Bilé-Aka, Brizoua-Bi & Associés, le groupe tricolore fondé en 1951 est parvenu à ses fins auprès de l’Autorité Nationale de Régulation des Marchés Publics (ANRMP) en invoquant un traitement inéquitable dans l’appréciation de ses offres techniques et financières.
  • Réunis le 7 septembre à Niamey, les chefs d’État et de gouvernement de la Communauté Économique Des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont acté le report du lancement de la nouvelle monnaie régionale, l’eco, qui devait avoir lieu d’ici la fin de l’année (initialement le 1er juillet). Ce report semblait inéluctable au regard des impératifs restant à régler, tels que la création d’une banque centrale fédérale, ou les modalités du régime de change.
  • Le groupe marocain Onomo Hotels, soutenu par les français Batipart et Crédit Mutuel Equity (ex CIC Capital), ainsi que par le fonds public britannique CDC, scelle un partenariat stratégique avec Bureau Veritas, leader mondial des services d’évaluation de conformité appliqués aux domaines de la qualité, de l’hygiène-santé, de la Sécurité et de l’Environnement (QHSE), dans le cadre de la certification des différents établissements du groupe. 
  • Carrefour inaugure demain son troisième supermarché au Cameroun, qui sera logé dans le quartier commercial d’Akwa, à Douala. Le géant de la distribution, qui s'est associé à CFAO Retail dans une stratégie de conquête du marché africain, ambitionne d’ouvrir au total cinq supermarchés au Cameroun, d’ici la fin de l’année, dont sa toute première enseigne Supeco dans le pays (spécialisée dans le Cash & Carry, une technique de vente en gros et à bas prix).
  • Selon Jeune Afrique Business +, le groupe djiboutien diversifié Kamaj, actif dans des secteurs tels que l’immobilier, l’hôtellerie, la distribution et la sécurité, a signé un contrat de management qui permettra de déployer trois enseignes du groupe français Accor (Novotel, Sofitel et Pullman) dans la capitale de Djibouti, qui souffre d’un déficit de chambres d’hôtel.
  • La compagnie maritime provençale La Méridionale, filiale depuis 1992 du groupe Stef - le numéro un européen de la logistique du froid - s’apprête à ouvrir une ligne maritime directe destinée aux remorques routières et aux passages sur l’axe Marseille-Tanger. Elle a entamé dans cette optique des négociations avec sa consœur CMA-CGM.
  • L'Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA), en collaboration avec Nigerian Communications Satellite (NigComSat) et Thales Alenia Space (JV franco-italienne basée à Toulouse et Cannes), a initié la première diffusion d’un signal SBAS (Satellite-Based Augmentation System) sur l’Afrique et l’Océan Indien, initiant ainsi une nouvelle ère en matière de performances de navigation par satellite dans cette région du globe.
  • Au Maroc, la filiale locale de la radio privée française NRJ a confié la gestion de ses espaces publicitaires à la régie du groupe casablancais Le Cénacle. Objectif : toucher les jeunes, cœur de cible de ses programmes, grâce aux différents partenariats de la régie publicitaire marocaine.
  • Akinwumi Adesina a été réélu pour un second mandat de cinq ans à la tête du Groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD).

 

Bonne fin de semaine et à mardi prochain.

Une information à nous soumettre pour ce Bulletin Afrique ? Écrivez-nous à : stephanie.roux@cfnews.net

Retrouvez l'ensemble des chroniques CFNEWS (Afrique, mais aussi Asie et Amérique latine) :