L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture Corporate Finance et Private Equity

Afrique #106 : Averroès Africa, PMI Sénégal, MultiChoice, Jubilee... Accès libre

PAR  | 2323 mots
Denia Tembo, propriétaire d’une boutique de vêtements pour femmes et de chaussures pour enfants dans la banlieue de Lusaka, à Chipata Compound, en Zambie. Elle a bénéficié des nano-prêts de la fintech sud-africaine Jumo, soutenue par Proparco.

Denia Tembo, propriétaire d’une boutique de vêtements et chaussures dans la banlieue de Lusaka, à Chipata Compound, en Zambie. Elle a bénéficié des nano-prêts de la fintech sud-africaine Jumo, soutenue par Proparco. - © Chiara Frisone / AFD

Nouveau fonds de fonds : Averroès Africa / Proparco / Bpifrance (Afrique / France)

Lancé en 2003 pour soutenir le développement du private equity au Maghreb puis sur l’ensemble du continent, le dispositif Averroès connaît aujourd’hui sa quatrième génération. Bpifrance et Proparco viennent en effet de réaliser le premier closing à 55 M€ de leur quatrième fonds de fonds pour l’Afrique, avec en ligne de mire le souhait de continuer à favoriser le développement du secteur privé, ainsi que l’emploi et l’innovation en Afrique. Baptisé Averroès Africa, il cible une enveloppe finale de 100 M€, avec un hard cap à 150 M€ et un objectif de dix à douze fonds en portefeuille (soit plus d’une centaine de sociétés bénéficiaires in fine). Il investira, en minoritaire et en co-investissement, des tickets de 5 à 15 M€ dans des fonds africains gérant 100 à 500 M€ d'actifs, dédiés aux start-up, PME et ETI. C’est son prédécesseur, Averroès Finance III, qui a intronisé en 2015 l’extension du champ géographique du dispositif à l’Afrique subsaharienne (relire l'article Nouveaux souscripteurs pour Averroès Finance III). Totalement investi depuis fin 2019, ce dernier a pris des participations dans huit fonds, dont Partech Africa. Grâce aux trois premières générations du dispositif Averroès, près d'1,2 Md€ ont été injectés au total à ce jour dans une vingtaine de fonds de capital-investissement pluri-sectoriels, et par ce biais dans plus de 150 entreprises réparties dans quarante pays africains.

Isabelle Bébéar, Bpifrance Investissement

Isabelle Bébéar, Bpifrance Investissement

À l’instar des précédents véhicules, des investisseurs tiers publics et privés, tant français qu'étrangers, pourront venir compléter le tour de table du premier closing d’Averroès Africa. Ce dernier s’intéressera davantage aux fonds de capital-risque, et sera ainsi amené à investir dans de « nouveaux segments technologiques porteurs », avec un focus particulier sur des fonds sectoriels des services financiers, de la santé et de l’agro-industrie. Il ambitionne d'« avoir un portefeuille diversifié en taille, secteur et pays », résume Isabelle Bébéar, directrice des affaires internationales et européennes chez Bpifrance. Conformément aux engagements pris par Bpifrance et Proparco, l’équipe d’Averroès Africa s’efforcera de « maximiser l’impact de ses investissements en matière environnementale, sociale et de gouvernance ». Par ailleurs, elle aura à cœur de « générer des flux d’affaires entre les entreprises africaines en portefeuille et les entreprises françaises soutenues par Bpifrance et désireuses de saisir les opportunités offertes par le marché africain ». Selon Nicolas Dufourcq, directeur général de Bpifrance, la crise de la Covid-19 rend le soutien aux PME africaines plus que jamais nécessaire. Son confrère Gregory Clemente, à la tête de Proparco, va dans le même sens en se déclarant convaincu « que la résilience et le développement du continent passent notamment par le soutien des entreprises et entrepreneurs africains ». L’initiative française Choose Africa, portée par l’Agence Française de Développement (AFD - relire bulletin #43), concrétise cette vision avec plus de 2 Md€ déjà engagés depuis deux ans, sur les 2,5 Md€ qui devraient être consacrés au financement et à l’accompagnement des start-up, TPE et PME africaines d’ici 2022.

 

Environnement & CleanTechs : PMI Sénégal / BWT France / Best Water Technology (Sénégal / France / Autriche)

L'autrichien Best Water Technology, via sa filiale BTW France, met la main sur son partenaire local au Sénégal depuis vingt-cinq ans.

L'autrichien Best Water Technology, via sa filiale BTW France, met la main sur son partenaire local au Sénégal depuis vingt-cinq ans. - © BWT / PMI Sénégal

PMI Sénégal, spécialiste du traitement des eaux en amont et en aval des process, va progressivement passer dans l’escarcelle de son partenaire autrichien Best Water Technology, par l’intermédiaire de sa filiale BWT France (voir fiche de l'opération sur CFNEWS). Grâce à cet investissement fidèle à sa stratégie « Cap Afrique 21 », le groupe autrichien aux 610 M€ de chiffre d’affaires espère renforcer son ancrage en Afrique de l’Ouest et passer à la vitesse supérieure sur le continent. Dans un premier temps, il s’empare de 25 % du capital de PMI Sénégal ; il compte devenir majoritaire dans le courant de l’année 2021, puis prendre le contrôle de l’intégralité des titres d’ici 2023. Cette société sénégalaise, avec laquelle il collabore depuis un quart de siècle, est l’un des principaux acteurs africains du traitement des eaux industrielles et des équipements de piscine (conception, réalisation, maintenance et entretien). Représentant exclusif au Sénégal de BTW France et de Procopi, un fabricant et distributeur breton d'équipements pour piscine et spa acquis par BTW en 2017 (relire l’article Procopi change de bassin), PMI est actif en Afrique francophone où il jouit d’une excellente réputation au service d’une clientèle renommée. Fondé en 1987 et jusqu'à présent détenu par Philippe Mosser et Michel Deltour, il a engrangé en 2019 plus de 3 M€ (2 MdXOF) de revenus avec 80 collaborateurs.

 

Médias & Divertissement : MultiChoice / Canal + (Afrique du Sud / France)

Plateformes de divertissement DStv, GOtv, Showmax and DStv Now de l'opérateur sud-africain MultiChoice, leader de la « pay TV » en Afrique.

Plateformes de divertissement DStv, GOtv, Showmax and DStv Now de l'opérateur sud-africain MultiChoice, leader de la « pay TV » en Afrique. - © MultiChoice

Le groupe télévisé tricolore Canal+, contrôlé par Vivendi, prend une participation de 6,5 % dans le capital de l’opérateur de télévision payante MultiChoice, une société sud-africaine cotée à la bourse de Johannesbourg (voir fiche de l'opération sur CFNEWS). Créée en 1994, cette dernière revendique environ 19,5 millions d’abonnés dans 50 pays, autrement dit presque autant que Canal+ dans le monde, ainsi que 2,6 Md€ (51 MdZAR) de chiffre d’affaires l’an dernier. Issue de la scission début 2019 des activités du conglomérat sud-africain Naspers (divertissement vidéo d’une part et activités Internet d’autre part), elle était valorisée plus de 2 Md€ (42MdZAR) lors de son IPO en février 2019. Le montant de la prise de participation minoritaire de Canal+ n’a pas été dévoilé. Qualifiée de « placement financier de long-terme » par la chaîne de télévision française, l’opération atteste la confiance de l’acquéreur - et de son actionnaire Vivendi - dans les perspectives de MultiChoice et du continent africain, auquel tous deux s’affirment « très attachés ».

 

Services financiers : Jubilee Insurance / Allianz (Kenya / Tanzanie / Ouganda / Burundi / Maurice / Allemagne)

Signature du partenariat stratégique entre Allianz et Jubilee Insurance en septembre 2020.

Signature du partenariat stratégique entre Allianz et Jubilee Insurance en septembre 2020. - © Allianz

Allianz s’apprête à débourser 84 M€ (10,8 MdKES) pour acquérir une part majoritaire de la branche non vie de Jubilee Insurance (JHL ou Jubilee Holdings Limited), le plus grand groupe d’assurance d’Afrique de l’Est. L’assureur et gestionnaire d’actifs allemand a en effet scellé le 29 septembre un partenariat stratégique avec cette holding de services financiers basée à Nairobi et opérant dans cinq pays africains. L’accord porte sur ses activités d’assurance non vie (assurance dommages) au Kenya, en Tanzanie et en Ouganda, ainsi que le segment de l’assurance à court terme au Burundi et à Maurice. La compagnie kényane, qui demeurera actionnaire minoritaire de ces entités, conservera par ailleurs ses activités vie et retraite et ses activités d’assurance santé au Kenya, en Ouganda et en Tanzanie. Fondé en 1937 par le groupe pakistanais Aga Khan Development Network (AKDN), JHL est aujourd’hui affilié au Fonds Aga Khan pour le Développement Économique (AKFED), un fonds basé en Suisse, qui investit notamment dans des entreprises des secteurs de l'industrie, du tourisme, de l'aviation et de la finance. Présidé depuis 2004 par Nizar Juma, l'assureur kényan a réalisé l’an dernier un bénéfice avant impôts de 38 M€ (5 MdKES). Allianz détiendra entre 51 % et 66 % du capital de chacune de ses cinq filiales non vie. Cette transaction permettra au  géant allemand de pénétrer ces marchés clés d’Afrique de l’Est. Fort de 142 Md€ de chiffre d’affaires en 2019, il est déjà présent dans douze pays du continent et fournit ses services sur 49 marchés africains, avec notamment un positionnement fort au Maroc, au Nigéria et au Ghana. Le partenariat favorisera en outre les synergies avec Africa Re, BIMA et Safeboda, sociétés dont Allianz est actionnaire et qui sont actives sur de nombreux marchés africains.

 

Nouveau fonds : Goodwell Impact Privak / Goodwell (Afrique / Pays-Bas / Belgique)

Goodwell Investments est une société néerlandaise d'investissement à impact, axée sur l'inclusion financière, la technologie et la croissance inclusive dans des secteurs fournissant biens et services de base.

Goodwell Investments est une société néerlandaise d'investissement à impact, axée sur l'inclusion financière, la technologie et la croissance inclusive dans des secteurs fournissant biens et services de base. - © Goodwell Investments

La société d’investissement néerlandaise Goodwell Investments (127 M€ d’actifs sous gestion, soit 150 M$) procède au lancement d’un nouveau fonds dédié aux entreprises subsahariennes. Souscrit par des family offices et des particuliers belges, Goodwell Impact Privak cible une taille de 5 à 10 M€ et investira dans une trentaine de sociétés sur le continent. La moitié de l’enveloppe sera dédiée au secteur financier, le reste étant partagé entre des sociétés de transport et de mobilité et des compagnies agro-industrielles. 80 % du portefeuille sera constitué par des entreprises basées dans les pays où les seize membres de la société néerlandaise sont implantés (Afrique du Sud, Kenya, Nigeria, Ghana). Si le montant collecté jusqu’à présent reste confidentiel, le véhicule aurait d’ores et déjà reçu de « multiples engagements » d’investisseurs. En matière de fonds d’investissement axé sur l’Afrique, Goodwell Investments n’en est pas à son coup d’essai, puisqu’il a au préalable participé à la création de plusieurs véhicules dédiés, par exemple Goodwell IV ou encore uMunthu.

 

Événements :

  • 16 octobre (10h30-11h30) : webinaire gratuit sur la Tunisie organisé par le comité d’échanges Afrique-France de la CCI de Paris Île-de-France, en collaboration avec la Chambre tuniso-française de commerce et d'industrie. Au programme : les opportunités d’affaires et d’investissement dans ce pays au contexte politique compliqué, mais où des réformes structurelles ont été engagées.
  • 4-6 novembre23ème édition de Power & Electricity World Africa, le plus important événement énergétique d’Afrique, qui prendra la forme d’une exposition virtuelle et d’une conférence réunissant plus de 8 000 services publics africains, IPP, dirigeants gouvernementaux, grands utilisateurs d'énergie et innovateurs.

 

Et aussi...

  • Selon le média marocain Infomédiaire, le chef cuisinier français Paul Bocuse aurait entamé des négociations pour prendre les commandes du groupe Le Cabestan, dont le siège est sis à Casablanca. Il chercherait en effet à s’implanter au Maroc, et plus particulièrement à Marrakech et Casablanca.
  • Alors que le contrat initial semblait promis au groupe chinois China Railway, le président ivoirien Alassane Ouattara vient de décider d’attribuer le contrat d’extension de l'aéroport d'Abidjan au français Bouygues.
  • Au Kenya, l’AFD va consacrer 20 M€ à l’assainissement du lac Victoria à Kisuma. D’un montant global de 70 M€, ce programme, baptisé Lake Victoria Water & Sanitation Project (LVWATSAN), est encore en phase de préparation. Le financement sera complété par la BEI et l’UE. Le nîmois BRL Ingénierie a été chargé de la rédaction des master plans des réseaux eau et assainissement. Seureca, le pôle d'ingénierie conseil de Veolia, et son confrère danois Cowi ont également été mandatés.
  • Au Zimbabwe, le français Voltalia a été engagé par la compagnie minière canadienne Caledonia Mining pour construire la centrale solaire de sa mine d’or Blanket ; d’une capacité de 12 MW, elle devrait être mise en service fin 2021.
  • Après L'Afrique Excelle (l'adaptation francophone de l'accélérateur technologique XL Africa de la Banque mondiale) en 2019, la plateforme ivoirienne Suguba, lancée en 2017 par le néerlandais Good Growth Fund, prépare son deuxième programme d'accélération. Nommé Afrikhaliss, celui-ci, fruit d’un partenariat avec l’ONGI américaine Mercy Corps et l'AFD, vise à soutenir les start-up technologiques d’Afrique de l’Ouest francophone les plus prometteuses. Suguba vient ainsi de révéler les noms des huit meilleures pépites régionales.
  • L’African Medical Supplies Platform (AMSP), une initiative à but non lucratif lancée par l'Union africaine (UA) dans le contexte de la pandémie, s'associe à la société française cotée bioMérieux afin de faciliter l'approvisionnement de solutions de diagnostic dédiées à la lutte contre la Covid-19 en Afrique.
  • L’entreprise solidaire upOwa, fondée en 2014 à Grenoble par Kilien de Renty et dont le siège social est désormais sis à Yaoundé, obtient un prêt de 2,9 M€ auprès d’EDFI ElectriFI - une facilité d’investissement à impact dans les énergies durables financées par l’UE - afin de financer sa croissance sur le marché camerounais du kit solaire.
  • Disposant de près de trois décennies d’expérience dans la direction hydraulique d’EDF, le français Patrick Bellet rejoint Nachtigal Hydro-Power Company (NHPC), entreprise chargée de la mise en œuvre du projet hydroélectrique de Nachtigal au nord-est de Yaoundé (relire bulletin #31), en qualité de directeur de l’exploitation.
  • La société française cotée Eutelsat, numéro trois mondial des satellites, promeut Ivan Reuter pour mener son offensive en Afrique. Basé à Dubaï, le nouveau vice-président du groupe pour le business development d’Eutelsat sur les marchés subsahariens exerçait depuis 2016 en qualité de directeur commercial Afrique de l’Ouest. Il avait rejoint le groupe en 2014.
  • L’ambassade ivoirienne à Paris vient de mettre sur pied un fonds de 1,5 M€ dédié au financement des projets portés par les Ivoiriens de la diaspora âgés de 18 à 40 ans. Ce fonds s’inscrit dans le cadre d’une politique de promotion de l’insertion des jeunes par l’auto-emploi, initiée par le gouvernement de la Côte d’Ivoire et concernant tous les pays où réside la diaspora ivoirienne. Cent projets seront sélectionnés et accompagnés.

 

Bonne fin de semaine et à mardi prochain.

Une information à nous soumettre pour ce Bulletin Afrique ? Écrivez-nous à : stephanie.roux@cfnews.net

Retrouvez l'ensemble des chroniques CFNEWS (Afrique, mais aussi Asie et Amérique latine) :

Voir la fiche de : AVERROES FINANCE

Voir la fiche de : BPIFRANCE INVESTISSEMENT

Voir la fiche de : PROPARCO

Voir la fiche de : DufourcqNicolas

Voir la fiche de : ClementeGregory

Voir la fiche de : MULTICHOICE

Voir la fiche de : BEST WATER TECHNOLOGIES (BWT)

Voir la fiche de : PMI SÉNÉGAL

Voir la fiche de : CANAL + GROUPE

Voir la fiche de : ALLIANZ

Voir la fiche de : ALLIANZ AFRICA

Voir la fiche de : GOODWELL INVESTMENTS