L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture Corporate Finance et Private Equity

CANVIEW

Afrique #124 : NEoT Offgrid Africa, Uncovered Fund, Digital Africa, Marker...


Un des chantiers de Winch Energy pour la mise en place de RPU au Sierra Leone et en Ouganda. © Winch Energy

Un des chantiers de Winch Energy pour la mise en place de RPU au Sierra Leone et en Ouganda. © Winch Energy

Infrastructures - ENR :  Winch Energy IPP Holdings Limited (WIPP) / NEoT Offgrid Africa (NOA) / Winch Energy (Ouganda / Sierra Leone / France / Royaume-Uni)

Fruit de l’heureuse rencontre entre le fournisseur britannique de grids solaires Winch Energy, qui avait remporté deux appels d'offres en Ouganda et au Sierra Leone début 2020, et de NEoT Offgrid Africa (NOA), bras armé du fonds tricolore Meridiam en matière d'énergie hors réseau en Afrique, la JV Winch Energy IPP Holdings Limited (WIPP) a vu le jour fin janvier. Elle vient de financer le développement de solutions solaires conteneurisées et pilotables à distance (Remote Power Units - RPU) dans 49 villages de Sierra Leone et d’Ouganda, qui permettront d’alimenter en électricité près de 6 500 foyers et petits commerces situés dans les zones rurales, bénéficiant ainsi à 60 000 personnes. À moyen terme, la plateforme d’investissement dans les infrastructures espère constituer un portefeuille de plus de 82 M€ (100 M$) dans plusieurs pays africains, les 49 mini-grids étant déjà valorisés autour de 13,2 M€ (16 M$). WIPP mettra par ailleurs en place d'ici fin mars un financement apporté notamment par le Foreign Commonwealth & Development Office (FCDO) en Sierra Leone, l’Agence allemande de coopération internationale (GIZ) et l’Union Européenne en Ouganda, tandis que le fonds kényan SunFunder fournira un prêt à la construction d’environ 1,65 M€ (2 M$). Outre l’activité menée à travers sa nouvelle co-entreprise avec Winch Energy, NEoT Offgrid Africa, qui a déjà déployé plus de 30 M€ pour l'électrification de 25 000 foyers et entreprises en Côte d'Ivoire et au Nigeria, projette de collaborer avec d'autres développeurs sur le continent, à l’instar de Zola Électricité Côte d’Ivoire. NOA vient d’ailleurs de finaliser un programme de titrisation de créances avec cette JV d’EDF et du néerlandais Zola Electric afin de déployer 100 000 kits solaires en Côte d’Ivoire (pour plus de détails, lire l’article Le NOA de Meridiam tisse sa mini-grid en Afrique avec une nouvelle JV sur CFNEWS INFRA).

 

Nouveau fonds : Uncovered Fund (Afrique / Japon)

Le fonds nippon Uncovered Fund a investi en décembre 2020 dans la plateforme kényane de e-commerce SkyGarden. - © SkyGarden

Le fonds nippon Uncovered Fund a investi en décembre 2020 dans la plateforme kényane de e-commerce SkyGarden. - © SkyGarden

Ces trois dernières années ont vu la montée en puissance des investisseurs nippons en Afrique. Le fonds de capital-risque tokyoïte Uncovered Fund devrait ainsi boucler en juin prochain un nouveau véhicule d’investissement de 12,3 M€ (15 M$), lancé en juin 2020 et ayant vocation à financer des start-up africaines, prioritairement kényanes, nigérianes et sud-africaines, au stade de l’amorçage et de la sérieA. Fondé en 2019 et dirigé depuis lors par Takuma Terakubo (ancien dirigeant de Leapfrog Ventures), le VC a déjà investi la totalité de son premier véhicule, doté de 2,9 M€ (3,5 M$) entre 2019 et 2020. Plus ambitieux, le véhicule nouvellement constitué injectera des tickets compris entre 41 K€ (50 K$) et 410 K€ (500 K$) en privilégiant les secteurs de la vente au détail, de la fintech, de la santé, de la logistique, de la mobilité, de l’agritech et des villes intelligentes. Son portefeuille comprend d’ores et déjà des participations dans la plateforme kényane de e-commerce SkyGarden, la healthtech nigériane Rxall, le fintech kényane LipaLater, le service de VTC togolais Gozem et le nigérian Send, qui facilite les procédures douanières pour les entreprises.

 

Dissolution : Digital Africa (France / Afrique)

Digital Africa - © AFD

Digital Africa - © AFD

Victime de dissensions internes, l’initiative Digital Africa, lancée en 2018 par Emmanuel Macron en marge du salon Vivatech à Paris, serait sur le point d’être dissoute. Plusieurs membres du conseil d’administration reprochent à l’Agence Française de Développement (AFD) d’avoir pris plusieurs décisions unilatérales, comme la nomination de certains membres du bureau. Selon l’agence, le sort de l’association n’a pas encore été fixé, le sujet n’ayant pu être abordé lors du conseil d’administration du 18 février, mais son avenir semble compromis. Pourtant, depuis son lancement et l’annonce d’une mise à disposition des start-up africaines d’une enveloppe de 65 M€, l’initiative avait enchaîné grande annonce sur grande annonce (relire par exemple bulletin #72, au sujet de la mise en place du véhicule d’amorçage de 15 M€ fin 2019). Regroupant dix membres engagés dans l’accompagnement et le soutien de l’écosystème numérique africain, dont l’AFD, Jokkolabs et Afrilabs, Digital Africa avait suscité l’engouement tant en France qu’en Afrique.

 

Conseil & services financiers :  Marker Management Consulting / PwC France et Maghreb (France / Maghreb)

Marker Management Consulting rejoint le giron de PwC France & Mahgreb. - © Marker Management Consulting

Marker Management Consulting rejoint le giron de PwC France & Mahgreb. - © Marker Management Consulting

PwC France et Maghreb met la main sur Marker Management Consulting, un cabinet francilien en pointe en matière de conseil en organisation, en agrément et en conformité du secteur financier. Fondé en 2006 par Daniel Berlioz et Cyril Ferrieu et employant une vingtaine de collaborateurs, ce dernier propose son expertise dans la gestion d’actifs, les services d’investissement, les services financiers  et le conseil en gestion de patrimoine. Revendiquant près de 400 clients (établissements de crédit, entreprises d’investissement, sociétés de gestion, acteurs du crowdfunding, fintechs), il intervient à tous les stades de leur développement : création et assistance aux agréments, déploiement à l’international ou, pour des sociétés étrangères, implantation en France, rationalisation ou extension d’activités (voir la fiche opération avec les conseils sur CFNEWS).    

 

Biens de consommation : Société d’Articles Hygiéniques (SAH Lilas) / ECP (Tunisie / États-Unis)

Huit ans après en être sorti, ECP signe son retour au sein du capital de la Société d’Articles Hygiéniques (SAH Lilas). - © SAH Lilas

Huit ans après en être sorti, ECP signe son retour au sein du capital de la Société d’Articles Hygiéniques (SAH Lilas). - © SAH Lilas

Le capital-investisseur panafricain Emerging Capital Partners (ECP), basé à Washington D.C. et Paris, vient de franchir le seuil de 5 % du capital de la Société d’Articles Hygiéniques (SAH Lilas), leader tunisien des produits d'hygiène et nettoyants, coté à la Bourse de Tunis depuis 2013. Cinq ans avant l’IPO de la cible, en 2008, ECP avait pris une participation de 48,99 % dans son capital. Le groupe fondé en 1994 par Jalila Mezni et Mounir El Jaiez a prouvé sa résilience face à la crise avec un chiffre d’affaires cumulé atteignant 144 M€ (470,4 MTND) au 30 septembre 2020, soit une hausse de 17,3 % par rapport à 2019. ECP compte étendre son influence au sein du conseil d’administration via l'acquisition d’autres actions, dans l'optique d’accélérer la pénétration de SAH Lilas sur des marchés encore peu exploités, à commencer par l’Algérie et le Maroc, et favoriser son expansion sur les marchés subsahariens. Le producteur d’articles hygiéniques dispose actuellement de huit filiales en Tunisie, Algérie, Libye, Maroc, Côte d’Ivoire et Sénégal.

 

Nouveau fonds : Thrive Africa / African Alliance Asset Management / Tshikululu Social Investments (Afrique subsaharienne / Maurice / Afrique du Sud)

Nicholas Piquito, AAAM et Tracy Henry, Tshikululu

Nicholas Piquito, AAAM et Tracy Henry, Tshikululu

Le groupe d’investment banking African Alliance Asset Management (AAAM), fondé en 1992 et basé à Maurice, s’associe au fonds sud-africain Tshikululu Social Investments pour lancer Thrive Africa, un fonds d'investissement à impact pour l'Afrique subsaharienne, destiné aux investisseurs privés (fonds de pension, family offices, fonds de dotation, gestionnaires de patrimoine) ainsi qu’aux High-Net-Worth Individuals (HNWI). Les partenaires ambitionnent de commencer à constituer le portefeuille du fonds dans les mois à venir, et de collecter 41 M€ (50 M$) d’ici la fin de l’année. Nicholas Piquito, P-dg d'AAAM a expliqué que celui-ci se focaliserait dans un premier temps sur les régions d'Afrique australe et orientale, avec des tickets compris au départ entre 1,7 et 4,1 M€ (2 et 5 M$). Tracey Henry, la dirigeante de Tshikulu, a précisé que la plateforme fournirait « des prêts aux entreprises d'impact du continent travaillant sur l'inclusion financière, les infrastructures et l'énergie propre ».

 

Nomination - Fonds : Proparco (France / République Démocratique du Congo)

Hannah Subayi Kamuanga, Proparco

Hannah Subayi Kamuanga, Proparco

Proparco, la filiale de l’AFD dédiée au secteur privé, vient de nommer Hannah Subayi Kamuanga au poste de country officer et equity expert du groupe en RDC. Elle sera chargée de l’ensemble des investissements dans le pays mais aussi en Afrique centrale. Auparavant, elle exerçait depuis mai 2013 en Afrique du Sud chez South Suez Capital (l’un des plus grands fonds africains de capital-investissement) en qualité de principal puis d’associée principale. Basée au Cap, elle était spécialisée dans les transactions sur les marchés primaire et secondaire.

 

 

Et aussi...

  • La fintech française Particeep, éditant pour les banques, assurance et sociétés de gestion des solutions de souscription en ligne de produits financiers, fait entrer à son capital Truffle Capital et Sopra Steria pour un montant en equity de 1,9 M€. Ce changement d'actionnaires lui permettra de réaliser ses ambitions internationales, et notamment de se lancer à la conquête de pays africains (lire l'article Particeep s'édite avec un nouveau binôme sur CFNEWS).
  • En Égypte, Suez et son partenaire Arab Contractors décrochent le contrat d'exploitation et de maintenance de la station de traitement des eaux usées de Gabal El Asfar au Caire, pour une durée de quatre ans et un chiffre d'affaires global de 40 M€, dont 28 M€ pour Suez.
  • La République d'Ivoire a émis des émissions fongibles (tap) à double tranchant d'un montant total de 850 M€ au format 144A/Reg S. Conseillés par White & Case, BNP Paribas, JP Morgan Securities et Standard Chartered Bank ont agi en tant que co-chefs de file et teneurs de livres sur cette opération.
  • Le groupe minier Managem a fait appel aux prêteurs - conseillés par White & Case - Chaabi International Bank Offshore (Groupe Banque Centrale Populaire), Société Générale et Attijariwafa Bank Europe, afin de structurer et financer à hauteur de 100 M€ (122 M$) la conception, la construction, le développement et l'exploitation d'une mine d'or située en République de Guinée, qui sera exploitée par sa filiale Société des Mines de Mandiana.
  • Carrefour renforce son empreinte au Kenya avec l'ouverture par le conglomérat émirati Majid Al Futtaim (MAF), titulaire exclusif de la franchise du distributeur tricolore dans le pays, d'un second magasin hors de la capitale Nairobi.

 

Bonne fin de semaine et à mardi prochain !

 

Une information à nous soumettre pour ce Bulletin Afrique ? Écrivez-nous à : stephanie.roux@cfnews.net

Retrouvez l'ensemble des chroniques CFNEWS (Afrique, mais aussi Asie et Amérique latine) :

 

[Véhicule]