L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture Corporate Finance et Private Equity

Afrique #129 : Raxio, Airtel Africa, MetroFibre Networx, AGIIB... Accès libre


Un data center développé par Raxio dans le parc industriel de Kampala en Ouganda. - © DR

Un data center développé par Raxio dans le parc industriel de Kampala en Ouganda. - © DR

Infrastructures télécoms : Raxio / Meridiam (Pays-Bas / Afrique / France)

Première incursion pour Meridiam dans les data centers africains, avec une prise de participation de 49 % au sein du capital du développeur et opérateur néerlandais Raxio, à travers lequel il compte investir près de 41 M€ (48 M$) pour la construction d’une douzaine de centres de données en Ouganda, Éthiopie, République démocratique du Congo et Mozambique, tous approvisionnés intégralement en électricité verte. Le fonds français d'infrastructure, créé et dirigé par Thierry Déau depuis 2005, sera accompagné dans ce projet par Roha, l’actionnaire historique de la cible qu’il a lancée en 2018 et finance depuis. Dirigé par Robert Mullins, Raxio s’est initialement installé en Ouganda, avant de s’implanter en Éthiopie et tout récemment en République démocratique du Congo (pour plus de détails, lire l'article Meridiam numérise sa présence en Afrique sur CFNEWS INFRA). Sur les 4 Md€ déployés à ce jour par Meridiam, une partie importante a été consacrée au secteur énergétique. Outre le lancement en février dernier - en partenariat avec Winch Energy - de la la joint-venture WIPP, par l’intermédiaire de sa filiale NEoT Offgrid Africa (lire Le NOA de Meridiam tisse sa mini-grid en Afrique avec une nouvelle JV sur CFNEWS INFRA), l'investisseur français a également investi dans sept centrales sur le continent, dont la centrale géothermique Tulu Moye (relire bulletin #104).

 

Bourse - Infrastructures télécoms : Airtel Africa / Helios Towers (Madagascar / Malawi / Royaume-Uni )

 Antenne de télécommunications près d'Aus, en Namibie.

 Antenne de télécommunications près d'Aus, en Namibie.

Airtel Africa, la branche africaine du groupe télécoms indien coté Bharti Airtel, a initié en ce début d’année un programme de monétisation d’actifs pour améliorer la composition de sa dette et à en augmenter la durée par le biais de contrats de location à long terme, tout en réduisant sa dette en devises. Après la cession mi-mars d’une part minoritaire de ses actions dans Airtel Money à The Rise Fund, la plateforme mondiale d'investissement d'impact de TPG, pour 170 M€ (200 M$), la société présidée par Raghunath Mandava s’apprête à céder ses 1 229 tours télécoms de Madagascar et du Malawi au gestionnaire panafricain Helios Towers, qui s’est introduit au London Stock Exchange en octobre 2019 et a engrangé l’an dernier 352 M€ (414 M$) de revenus. La contrepartie brute totale des transactions devrait s'élever à environ 92 M€ (108 M$). Les deux filiales du groupe Airtel Africa continueront à développer, entretenir et exploiter les équipements des tours dans le cadre de contrats de location séparés, en grande partie en devises locales. Par ailleurs, 195 nouvelles infrastructures devraient être construites à Madagascar et au Malawi au cours des trois prochaines années, pour un montant supplémentaire de 9,3 M€ (11 M$). Airtel Africa envisage en outre de céder également à son concurrent ses tours télécoms du Tchad et du Gabon. Des protocoles d’accord exclusifs ont déjà été signés dans cette optique, mais les transactions demeurent soumises à la signature d'accords juridiques définitifs de vente, puis à l’approbation des autorités des deux pays.  

 

Infrastructures télécoms : MetroFibre Networx / Investec (Afrique du Sud)

Installation d'un réseau de fibre optique par MetroFibre Networx en Afrique du Sud. - © STOA

Installation d'un réseau de fibre optique par MetroFibre Networx en Afrique du Sud. - © STOA

En raison de la pandémie et des confinements qui en ont résulté, la demande en connectivité a explosé en 2020, ce qui a accentué la concurrence sur le segment de marché de la fibre optique. Face à ces promesses d’opportunités fructueuses, le fournisseur sud-africain de connectivité à haut débit MetroFibre Networx (MFN) a décidé d’investir dans l’extension de son réseau de fibre optique à travers la nation arc-en-ciel. C’est auprès du groupe bancaire local Investec qu’il a sollicité et obtenu un prêt de 143 M€ (2,5 MdZAR). Cette emprunt fait suite à une levée de fonds de 81,9 M€ (1,5 MdZAR) réalisée fin 2020 pour les mêmes motifs, auprès de l’African Infrastructure Investment Managers (AIIM), l'un des plus grands gestionnaires de fonds de capital-investissement axés sur les infrastructures en Afrique, avec la participation véhicule d'investissement français STOA Infra and Energy (STOA), actionnaire minoritaire depuis 2019, ainsi que des fondateurs du South African Housing & Infrastructure Fund (SAHIF), Rali Mampeule et Kameel Keshav (relire bulletin #111 et article Le fonds infra de la CDC émet dans la fibre sud-africaine sur CFNEWS INFRA). Selon son directeur financier Wayne Edwards, le spécialiste de la fourniture de réseaux de fibre en accès ouvert à l’abonné et aux entreprises ambitionne de connecter 300 000 foyers et entreprises supplémentaires au cours des trois prochaines années, grâce à la combinaison des deux financements obtenus.

 

Nouvelle banque d’investissement - Infrastructures : AGIIB (Afrique)

Hubert Danso, président du Forum des dirigeants africains sur la richesse souveraine et les fonds de pension.

Hubert Danso, président du Forum des dirigeants africains sur la richesse souveraine et les fonds de pension.

Le Forum des dirigeants africains sur la richesse souveraine et les fonds de pension vient de lancer son initiative de Banque panafricaine d’investissement dans les infrastructures vertes (AGIIB), à l’occasion de la cinquante-troisième session de la Conférence des ministres africains des finances, de la planification et du développement économique, organisée par la Commission Économique pour l’Afrique (CEA), organisme régional de l’ONU basé à Addis Ababa en Éthiopie. Se basant sur le modèle réussi de la UK Green Investment Bank (UKGIB), entité qui a été amorcée avec 4,4 Md€ (5,2 Md$) de capitaux publics, AGIIB a d’ores et déjà mobilisé environ 17 Md€ (20 Md$) auprès des partenaires d’investissement du G7 et du G20 et cherche à lever 2,6 à 4,3 Md€ (3 à 5 Md$) supplémentaires auprès d’investisseurs institutionnels et de gouvernements africains. Cette banque panafricaine d’investissement dans les infrastructures vertes a vocation à agir comme une plateforme d’investissement panafricaine internationale de classe mondiale, afin de mobiliser ce marché de financement et ce capital institutionnel à grande échelle. Selon Hubert Danso, président du Forum des dirigeants africains sur la richesse souveraine et les fonds de pension, l’Afrique a besoin de 85 Md€ (100 Md$) par an tout au long de la prochaine décennie pour lutter contre la pauvreté énergétique à travers le continent.

 

Nouveau fonds : REGIO / HSBC Asset Management / SFI / Proparco / CDP (pays émergents / Royaume-Uni / États-Unis / France / Italie / Europe)

Nouveau succès pour le marché des obligations vertes, avec le closing final à 458 M€ (538 $) du véhicule HSBC Real Economy Green Investment Opportunity GEM Bond Fund (REGIO), qui se présente comme le premier fonds d'obligations vertes axé sur des investissements climato-intelligents bien diversifiés dans des entreprises de l'« économie réelle » des pays émergents. Géré par HSBC Asset Management avec l'appui de la Société Financière Internationale (SFI ou IFC), il utilise des capitaux publics et privés pour renforcer les capacités d'atténuation du changement climatique sur les marchés les plus menacés par les effets du changement climatique. Son objectif : aider ces économies dans leur transition vers un avenir à faible émission de carbone en augmentant l'accès au financement climatique, et en favorisant le développement de marchés de capitaux durables par le biais d'un éventail plus large d'émetteurs. Dix investisseurs européens ont participé au closing final de ce véhicule, dont Proparco, qui avait contribué à sa constitution, et son confrère italien Cassa Depositi e Prestiti S.p.A. (CDP). Aviva France et Cardif Assurance Vie (BNP Paribas) figurent également parmi les LP’s ayant précédemment investi dans REGIO.

 

Nouveau fonds - Environnement : CACF / Gouvernement du Canada / BAD (Afrique / Canada)

Canada–African Development Bank Climate Fund (CACF) - © BAD

Canada–African Development Bank Climate Fund (CACF) - © BAD

Le gouvernement du Canada et la Banque Africaine de Développement  (BAD) viennent de porter sur les fonts baptismaux le Canada–African Development Bank Climate Fund (CACF), un fonds visant à accorder des prêts concessionnels, assortis d'une assistance technique complémentaire, au profit de projets liés aux changements climatiques et comportant une forte composante sexospécifique. Le fonds sera doté de 83 M€ (122,9 $CAD) pour les prêts. Administré par la BAD, il ciblera les pays membres régionaux du groupe bancaire, notamment ceux qui mettent l'accent sur l'égalité des sexes. Parmi les projets visés par le CACF figurent les technologies innovantes à faible émission de carbone, les énergies renouvelables, l’agriculture intelligente face au climat, la foresterie durable, la gestion de l'eau et les projets de résilience climatique. La BAD, qui s’est engagée à fournir 21 Md€ (25 Md$) de financements en faveur du climat d’ici 2025, a multiplié par quatre son portefeuille dans ce secteur entre 2016 et 2019 (de 9 % à 36 %), et est en passe d'atteindre son objectif de 40 % du portefeuille total d'ici à la fin de l’année en cours. Le Canada, l’un des principaux membres non régionaux du Groupe de la Banque Africaine de Développement, a participé à toutes les augmentations de capital de l’institution.

 

Nomination - Avocats : Saviu Ventures (Maurice / France)

Cynthia Mandjek, Saviu Ventures

Cynthia Mandjek, Saviu Ventures

Le VC dédié au continent africain Saviu Ventures, fondé en 2017 par Arthur Thuet et Benoît Delestre, et disposant de bureaux à Ebene (Maurice), Paris, Nairobi et Abidjan, accueille Cynthia Mandjek en qualité d’investment manager au sein de son bureau parisien. Auparavant, elle exerçait depuis mars 2020 en tant que bras droit du dirigeant de la start-up pharmaceutique Aqemia. Investissant en amorçage et capital-innovation dans des start-up technologiques en pleine croissance en Afrique, son portefeuille comprend des sociétés ayant des portées soit nationales, soit panafricaines, à l’instar de la marketplace franco-ivoirienne Afrikrea (relire bulletin #81), de la plateforme panafricaine de recrutement Talent2Africa, ou encore de Kamtar, la première plateforme digitale de mise en relation entre des transporteurs et des clients professionnels ou particuliers en Afrique de l'Ouest. En mars 2020, Saviu Ventures avait réalisé sa deuxième augmentation de capital en moins d’un an, auprès de la firme de private equity mauricienne Kibo Capital Partners, ainsi que de plusieurs family offices et business angels français, belges et luxembourgeois (relire bulletin #84).

 

Événement :

  • Abidjan, 21 avril : conférence de presse (retransmise en ligne) de présentation du think tank A New ROAD et de ses membres fondateurs. Comme annoncé il y a deux semaines (relire bulletin #127), ce premier think tank dédié aux dettes publiques africaines a été créé à l'initiative de Nicolas Jean, associé et membre du comité exécutif du cabinet d'avocats Gide. La société indépendante de conseil aux États Global Sovereign Advisory (GSA) a participé à la création de cette entité, qui s'est fixée pour double objectif de changer de paradigme concernant les questions de financement des économies du continent, et de proposer un cadre de réflexion sur le traitement et la structuration des dettes.

 

Et aussi...

 

  • L'entreprise tricolore d'ingénierie Systra participera bien au projet du futur Bus Rapid Transit (BRT) de Dakar, les autorités sénégalaises venant d'écarter la plainte d'un de ses concurrents déposée après la conclusion de l'appel d'offres. Le volet exploitation du projet sera quant à lui confié à un consortium français composé notamment de Meridiam.
  • Dans la localité de Mindourou, située dans la région forestière et minière de l'Est du Cameroun, la société française Pallisco va accompagner les producteurs de cacao actifs aux abords de ses concessions forestières pour leur permettre de produire un cacao durable et rémunéré à juste prix. Cette promotion de la culture du cacao s'inscrira dans le cadre d'un Partenariat Public-Privé (PPP) avec le ministère de l'Agriculture et du Développement rural (Minader), qui sera financé par l'AFD à hauteur de 31 K€ (200 MXAF).
  • La fintech nigériane Blanky collecte 1,7 M€ (2 M$) à l'occasion d'un tour de table auquel a participé la société de paiement Flutterwave, basée à San Francisco mais considérée comme la troisième licorne du continent africain (relire bulletin #127). Cet apport permettra à la jeune pousse, qui propose des services financiers numériques aux communautés non bancarisées du pays, d'accroître sa clientèle tout en développant de nouveaux produits et services à destination de celle-ci.
  • La healthtech ghanéenne Redbird lève 1,3 M€ (1,5 M$) auprès de la Johnson & Johnson Foundation, fondation du groupe pharmaceutique américain éponyme, du VC sud-africain Newton Partners (par l'intermédiaire d'Imperial Venture Fund), et de l'accélérateur Founders Factory Africa (basé à Johannesbourg), afin d'élargir l'accès aux tests médicaux rapides en Afrique.
  • Afriex, une fintech nigériane d'envoi d'argent basé sur la cryptomonnaie, récolte 1 M€ (1,2 M$) lors d'un tour de table dirigé par Launch Africa, un VC panafricain basé à Maurice et spécialisé dans l'amorçage. Treize autres investisseurs, dont l'américain Y Combinator, Future Africa et SoftBank Opportunity Fund, une filiale du géant japonais Softbank, ont participé à ce cycle de financement.
  • L'assurtech francilienne NomadKare, fondée il y a quatre mois en partenariat avec le groupe Axa dans l'optique de permettre à la diaspora sénégalaise d'assurer ses proches au Sénégal, vient d'obtenir la bourse FrenchTech pour l'innovation de Bpifrance, une récompense qui encourage la création d'entreprises innovantes avec un fort potentiel de croissance.
  • Jeune Afrique Media Group, groupe de médias panafricain fondé à Tunis en 1960 et aujourd'hui basé à Paris, dévoile son plan stratégique 2021-2025. La rédaction, forte d'une cinquantaine de journalistes en Europe et en Afrique, bénéficiera d'investissements renouvelés afin de satisfaire les attentes des abonnés et lecteurs. Son plan de transformation est avant tout axé sur la digitalisation de l'ensemble de ses activités, avec notamment trois éditions journalières sur jeuneafrique.com.

 

Bonne fin de semaine et à mardi prochain !

 

Une information à nous soumettre pour ce Bulletin Afrique ? Écrivez-nous à : stephanie.roux@cfnews.net

Retrouvez l'ensemble des chroniques CFNEWS (Afrique, mais aussi Asie et Amérique latine) :

Voir la fiche de : MERIDIAM

Voir la fiche de : INVESTEC

Voir la fiche de : AFRICAN INFRASTRUCTURE INVESTMENT MANAGERS (AIIM)

Voir la fiche de : STOA

Voir la fiche de : HSBC

Voir la fiche de : SOCIÉTÉ FINANCIÈRE INTERNATIONALE (SFI OU IFC)

Voir la fiche de : PROPARCO

Voir la fiche de : BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BAD - AFBD)

Voir la fiche de : SAVIU VENTURES

Voir la fiche de : GIDE

Voir la fiche de : Nicolas Jean