L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture Corporate Finance et Private Equity

CANVIEW

Afrique #133 : Spengler Holtex, Invictus Education Group, Weesure, Birimian... Accès libre


© Spengler Holtex

© Spengler Holtex

Santé & matériel médical : Spengler Holtex / Andera Partners / AfricInvest (France / Afrique / Tunisie)

Spengler Holtex (GSH), un fournisseur aixois de matériel médical et chirurgical issu de la fusion en 2019 entre l’inventeur du tensiomètre en 1907 (Spengler) et son concurrent spécialisé dans la distribution d’équipements médicaux (Holtex), renouvelle son actionnariat afin de se donner les moyens de poursuivre sa stratégie de build-up, et ainsi de compléter son portefeuille de marques, tout en se développant à l’international et notamment en Afrique. L’entreprise centenaire aux 20 M€ de chiffre d’affaires enregistre la sortie de ses investisseurs historiques, après quinze années pour LFPI au capital de Holtex et près de dix ans pour Argos Wityu et Capital Export dans celui de Spengler. C’est à Andera Expansion, l’équipe small cap de l’ex Edmond de Rothschild Investment Partners (EdRIP), que revient la part majoritaire du capital. À ses côtés, l’équipe de direction de la PME, menée par Joël Malabat, s’arroge une part, tandis que la firme tunisienne AfricInvest signe son entrée en qualité d’actionnaire minoritaire significatif. Cet investissement du leader du private equity en Afrique a été réalisé par l’intermédiaire de sa filiale française AfricInvest Europe, qui gère depuis Paris le Fonds Franco-Africain, un véhicule « cross-border » sponsorisé par Bpifrance et lancé en janvier 2017. Ce dernier a vocation à soutenir des PME tricolores ayant un projet de développement sur le continent africain, qu’il soit existant ou à développer. Investissant des tickets compris entre 3 et 6 M€, le Fonds Franco-Africain se focalise sur des entreprises générant de 20 à 300 M€ de revenus. Spengler Holtex entre bien dans le périmètre ciblé par AfricInvest Europe, puisque l’Afrique constitue déjà plus des ⅔ des ventes export, qui représentent quant à elles 25 % environ du chiffre d’affaires du groupe. Grâce à l’important réseau de son nouvel actionnaire en Afrique du Nord et subsaharienne, le fournisseur de matériel médical devrait pouvoir accélérer rapidement son déploiement sur le continent (pour plus de détails, lire l’article Spengler Holtex diagnostiquent un nouveau LBO sur CFNEWS).

 

Éducation & Formation : Invictus Education Group / Sommet Education / Eurazeo (Afrique du Sud / Suisse / France)

Formation dans les métiers de l'hospitalité et des arts culinaires au sein d'un campus International Hotel School © Invictus Education Group

Formation dans les métiers de l'hospitalité et des arts culinaires au sein d'un campus International Hotel School © Invictus Education Group

C’est une alliance décisive que vient de nouer Invictus Education Group, important groupe d’enseignement et de formation sud-africain fondé en 2014, qui propose une offre diversifiée en particulier en matière de gestion hôtelière, de gaming ou du numérique. En ouvrant son capital à Sommet Education, réseau mondial basé à Lausanne d’écoles supérieures prestigieuses spécialisé dans la formation aux métiers de l’hospitalité et des arts culinaires, soutenu par Eurazeo depuis 2016, il va pouvoir « concrétiser [ses] idées et [son] plan d’expansion », comme l’explique Mike Lambert, son fondateur et P-dg pour qui Sommet Education représente le partenaire international idéal. « Cette alliance permettra à nos étudiants d’accéder à un réseau mondial d’anciens élèves et de partenaires industriels, aux parcours d’apprentissage et aux carrières diversifiés, leur offrant ainsi de nombreuses autres possibilités de formation et d’épanouissement à l’international. ». Pour le leader suisse de l’enseignement dans l’hôtellerie, les arts culinaires et pâtissiers, conseillé par la banque d’affaires Financière de Courcelles, cette prise de participation majoritaire lui permet de doubler sa présence à l’international - en portant le nombre de ses campus de neuf à dix-sept, et le nombre de ses étudiants de 6 000 à 9 000 - mais aussi d’amorcer un plan d’expansion rapide sur le continent africain (voir fiche opération sur CFNEWS). Le réseau mondial dirigé par Benoît Etienne Domenget projette notamment d’ouvrir un nouveau campus au Kenya en 2023. Les deux partenaires ambitionnent en outre de développer ensemble de nouveaux campus pour les quatre marques d’Invictus Education Group, dont un campus International Hotel School, actuellement en cours de construction à Benoni, en Afrique du Sud (il devrait ouvrir ses portes en juillet prochain), ainsi qu’un nouveau campus SAE Institute Africa dans la nation arc-en-ciel. D’autres campus devraient suivre dès l’année suivante dans ce même pays, à Nelspruit, Potchefstroom, Port Elizabeth et Pretoria (pour plus de détails, lire l'article Sommet Education à la conquête de l’Afrique sur CFNEWS).

 

Aéronautique & Sécurité : Weesure Sécurité / Weesure Services / Euro Protec / Weesure Afrique / Delta Drone (France / Togo / Bénin / Côte d’Ivoire / Sénégal)

© Weesure Group

© Weesure Group

Weesure Groupe, spécialiste de la sécurité privée en France et en Afrique, s’apprête à sceller un double partenariat capitalistique avec le groupe coté français Delta Drone, fabricant de drones civils à usages professionnels, qui compte sur ce rapprochement pour devenir le leader mondial de la dronification du secteur de la sécurité privée et dépasser les 50 M€ de chiffre d’affaires en 2022. Cet accord en deux volets, dont la signature devrait intervenir au plus tard le 31 juillet prochain, comprend tout d’abord l’acquisition par Delta Drone de 100 % du capital des filiales Weesure Sécurité et Weesure Services. La première, basée à Sannois (95) et prévoyant un chiffre d’affaires de plus de 20 M€ pour l’année en cours avec quelque 700 personnes, se dédie à la sécurité privée traditionnelle auprès d’une clientèle de  grands comptes, tels que Veolia ou Siemens. Sa consœur lyonnaise, Weesure Services, est quant à elle axée sur les prestations d’accueil complémentaires des activités de sécurité privée sur sites, ainsi que dans la gestion d’événements culturels et sportifs ouverts à un large public.

Christian Viguié, Delta Drone

Christian Viguié, Delta Drone

Parallèlement, Weesure Groupe cédera à Delta Drone une participation de 25 % dans ses sociétés opérationnelles Euro Protec et Weesure Afrique, jusque-là filiales à 100 % du groupe. Euro Protec (près d’1 M€ de chiffre d’affaires) est spécialisée depuis plus de trente ans dans l’installation et la mise en œuvre de solutions de sécurité et dispose d’un  réseau de sous-traitants installateurs en France et à l’étranger. Elle entend s’affirmer comme le principal prestataire de Delta Drone pour l’installation des solutions ISS Spotter (drones  automatiques de sécurité) dans l’Hexagone et sur le continent africain. Weesure Afrique, enfin, est une entité qui englobe des entités opérationnelles basées au Togo, au Bénin, en Côte d’Ivoire et au Sénégal (voir fiche opération sur CFNEWS). Engrangeant au total autour de 1,5 M€ de revenus, elles constituent une solide base territoriale de développement dans le Golfe de Guinée, et viennent compléter le réseau africain existant de Delta Drone, déjà implanté via des filiales au Maroc, en Afrique du Sud et au Ghana (où il vient d'élargir sa mission contractuelle avec l'une des plus grandes sociétés minières aurifère au monde), et qui a fait du continent une zone prioritaire de développement. Son P-dg, Christian Viguié, a ainsi déclaré: « Quelques mois après la constitution de notre filiale Delta Drone International, société cotée à la bourse de Sydney, nous réalisons un nouveau pas d’importance, en totale cohérence avec notre stratégie d’expansion internationale. [..] Les responsables locaux des entités de Weesure Groupe [en Afrique] vont être rapidement formés à la connaissance des  solutions  professionnelles  du  Groupe, notamment ISS  Spotter et Rocketmine, afin de devenir rapidement des bases de distribution et d’opérations dans les secteurs de la sécurité et des mines. »

 

Télécoms : Airtel Africa / Bank of America / BNP Paribas / Citibank / HSBC / J.P. Morgan / Standard Chartered Bank / Axis Bank / Kotak Mahindra Bank (Afrique / Royaume-Uni / États-Unis / Inde)

 Antenne de télécommunications près d'Aus, en Namibie.

 Antenne de télécommunications près d'Aus, en Namibie.

Airtel Africa, la branche africaine du groupe télécoms indien coté Bharti Airtel, basée au Royaume-Uni, obtient une facilité de prêt de 414 M€ (500 M$) auprès d’un pool bancaire composé de Bank of America, BNP Paribas, Citibank, HSBC, J.P. Morgan, Standard Chartered Bank, Axis Bank et Kotak Mahindra Bank. Initiée en mars dernier, cette levée de fonds destinée à répondre à diverses obligations financières - notamment réduire sa dette, financer de nouveaux projets télécoms, et consolider sa trésorerie - vient de connaître une accélération notable. Combinant une facilité de crédit renouvelable et des prêts à terme d'une durée maximale de quatre ans, cet apport permettra à la société télécoms de parer au plus urgent. Elle compte l’utiliser pour refinancer une partie de son obligation de 750 M€ arrivant à échéance le 20 mai. Pour réduire la dette brute et les frais d'intérêts associés, le solde de l'obligation libellée sera remboursé avec les liquidités existantes du groupe. Ce financement s’inscrit dans le cadre du programme de monétisation d’actifs amorcé en début d’année par la filiale de Bharti Airtel, avec notamment la cession d’une part minoritaire de ses actions dans Airtel Money à The Rise Fund, puis la vente de ses tours télécoms malgaches et malawites à Helios Towers (relire bulletin #129).

 

Nouvelle société d’investissement : Birimian (Maurice / Côte d’Ivoire / Afrique / diaspora africaine)

Laureen Kouassi-Olsson, Birimian

Laureen Kouassi-Olsson, Birimian

À l’heure où l’industrie du luxe a été frappée dans ses fondamentaux par la pandémie, une ancienne directrice d’Amethis et ex golden-girl de Lehman Brothers lance Birimian, une société d'investissement au service du luxe made in Africa, basée à Maurice et en Côte d'Ivoire. Laureen Kouassi-Olsson, professionnelle reconnue dans les secteurs des services financiers et du capital-investissement en Afrique, dirigera une équipe exclusivement féminine. Son équipe de direction comprendra Michelle Kathryn Essomé, ex directrice générale de l'African Private Equity and Venture Capital Association (AVCA), directrice financière et responsable des relations avec les investisseurs ; Céline Gainsburg-Rey, spécialisée dans l'accompagnement des marques de luxe, directrice de la stratégie et du marketing ; et Olufunke Faweya, qui a consacré sa carrière à la gestion des opérations et à l'expansion internationale des marques, et qui rejoint la société en tant que directrice des opérations marques. La nouvelle entité a vocation à soutenir sur le long terme les créateurs du continent et de la diaspora dans la croissance de leur entreprise, au niveau tant régional qu’international. Dédiée aux marques africaines de luxe et haut de gamme, elle proposera une approche hybride - combinant mentorat et soutien financier et opérationnel - susceptible de relever les multiples défis auxquels ils sont confrontés, qu’il s’agisse de défis liés au capital, à la production ou à la distribution. La société d’investissement injectera des tickets allant de 25 K€ à 2,5 M€ (30 K$ à 3 M$) dans des entreprises principalement actives dans les secteurs de la mode, les accessoires, la beauté et les cosmétiques, et la gastronomie. Birimian a déjà identifié quatre marques qui bénéficieront d’aide financière assortie à une stratégie d’incubation et d’accélération sur mesure : Christie Brown (Ghana), Loza Maléombho (Côte d’Ivoire), Simone et Élise (Côte d’Ivoire) et YEBA (Belgique, avec des origines béninoises). Ne se fixant pas de limites géographiques, elle vise un portefeuille d'une quinzaine de marques d'ici la fin de l'année.

 

EnR : centrale de Kom Ombo / Acwa Power / BERD / FVC / OFID / BAD / / Arab Bank / Apicorp (Égypte / Arabie saoudite / Europe / Corée du Sud / Autriche / Jordanie)

Mobilisation réussie pour le producteur indépendant d’électricité (IPP) saoudien Acwa Power, qui vient de récolter 94 M€ (113,6 M$) pour sa centrale solaire photovoltaïque de Kom Ombo de 200 MWc, en Égypte. Les fonds ont été réunis auprès de la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD), qui apporte 30 M€ (36 M$) en tant que chef de file de l’opération, ainsi que du Fonds vert pour le climat (FVC), du Fonds de l’Opep pour le développement international (Ofid), de la Banque Africaine de Développement (BAD) et de l’Arab Bank. À ce montant il convient d’ajouter les prêts-relais de 12 M€ ( 14 M$) de la BERD et de 27 M€ (33,5 M$) de l’organisme multilatéral Arab Petroleum Investments Corporation (Apicorp). Acwa Power, qui investira près de 130 M€ (156,4 M$) dans la construction de l’infrastructure pour laquelle il dispose déjà de tous les accords requis de la part des autorités locales, devrait ainsi boucler son financement. La centrale sera située dans le gouvernorat d’Assouan, à une vingtaine de kilomètres du complexe solaire de Benban - le plus grand parc solaire d’Égypte, d’une capacité de 1 650 MWc, et dont les trente-deux centrales ont été intégralement construites par des entreprises privées. De quoi témoigner du rôle capital des IPP dans le développement des infrastructures solaires dans le pays. Le gouvernement égyptien table sur une part de production d’électricité renouvelable de l’ordre de 20 % d’ici 2022 et de 42 % d’ici 2035.

 

Urbanisme : Ministère de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme ivoirien / IGN FI / Geofit / Bpifrance (Côte d’Ivoire / France)

Geofit

Geofit

En Côte d’Ivoire, Bpifrance participe au financement du projet de simplification et de transformation numérique du foncier urbain, piloté par IGN FI, filiale du groupe Geofit (spécialiste de l’acquisition, du traitement et de l’exploitation des données géographiques) en charge de ses activités à l'international. D’un montant total de 27M€, ce projet sera mis d’abord mis en œuvre dans le Grand Abidjan et à Assinie. Pour cette première phase, la banque publique française d’investissement octroie au Ministère de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme (MCLU) ivoirien son premier crédit export de l’année. Lancé en 2015, le crédit export a pour objectif de soutenir les PME/ETI françaises exportatrices de biens d’équipements ou de prestations de service en proposant des solutions de financement à leurs clients étrangers, à un taux favorable.

 

EnR : parc éolien de Oualidia / InnoVent (Maroc / France)

InnoVent

InnoVent

La filiale marocaine du groupe français InnoVent, développeur-exploitant de parcs éoliens et solaires, devient le troisième opérateur du marché éolien à mettre en production un parc privé au Maroc à la faveur de la loi 13-09 qui prévoit notamment d’encourager les initiatives privées en matière d’EnR. Sa construction, dans la commune de Oualidia (province de Sidi Bennour, au nord-ouest), sur un domaine de dix hectares, a nécessité un financement sur fonds propres d’InnoVent à hauteur de 28 M€ (300 MMAD). Composé de deux fois six éoliennes, dont l’une d’entre elles sera la plus haute d’Afrique (202 mètres en bout de pale), l’installation atteindra sa pleine capacité de 36 MW à la fin du premier semestre 2021.

 

Événements :

  • 28 avril (17h) : webinaire organisé par Women in Africa (WIA) avec les lauréates de XIA54 de l'Afrique de l'Ouest et l'Afrique centrale, sur le thème de l'entrepreneuriat dans la région.
  • 29 avril (16h) : premier webinaire de la série Business in Africa lancée par l'INSEAD en collaboration avec Women in Africa (WIA). « The Keys to Building an Impactful and Sustainable Business in Africa » abordera les thématiques de stratégie, management, entrepreneuriat et durabilité sur le continent.

 

Et aussi...

  • Vinci Energies a remporté le contrat de construction d'un réseau d'infrastructures de transport et de distribution d'électricité au Bénin. D'un coût total de 292  M€, il sera financé par la banque d'affaires française Natixis - conseillée par Norton Rose Fulbright - arrangeur et co-prêteur aux côtés de Bpifrance. La République du Bénin était conseillée par le cabinet Cleary Gottlieb et la banque conseil Rothschild & Co.
  • Compte tenu de l'escalade de la violence et de la menace djihadiste au Mozambique, Total confirme la suspension de son méga-projet de gaz naturel liquéfié (GNL) de 17 Md€ (20 Md$). Invoquant la notion juridique de force majeure, le géant pétrolier a retiré l'ensemble du personnel du site d'Afungi, dans la province du Cabo Delgado.
  • Après Ecomnews Med, traitant de l'actualité économique dans les pays de la Méditerranée, le groupe Ecomnews Média lance Ecomnews Afrique, sa nouvelle plateforme d'information économique digitale 100 % africaine.
  • Les américains Accenture Ventures et Susa Ventures, et le britannique TLcom Capital ont injecté 2,9 M€ (3,5 M$) dans Okra, une fintech nigériane fondée en 2020 qui permet à ses utilisateurs de partager de manière sécurisée des informations financières de leurs comptes bancaires à des applications tierces.
  • Le fonds français Adenia Partners, axé sur l'Afrique de l'Ouest et la région de l'océan Indien, vient de publier l'édition 2020 de ses rapports ESG and Impact Report (AV III) et ESG and Impact Report (AV IV), qui témoignent de l'impact généré par ses investissements en faveur d'une Afrique durable.

 

Bonne fin de semaine et à mardi prochain !

 

Une information à nous soumettre pour ce Bulletin Afrique ? Écrivez-nous à : stephanie.roux@cfnews.net

Retrouvez l'ensemble des chroniques CFNEWS (Afrique, mais aussi Asie et Amérique latine) :

Voir la fiche (descriptif, deals, synthèse, équipe...) de :