L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture Corporate Finance et Private Equity

CANVIEW

Afrique #135 : Côte Ouest Audiovisuel, Uhuru, Lawtrust, ICCF, Carry1st, Trinity International... Accès libre


© Côte Ouest Audiovisuel

© Côte Ouest Audiovisuel

Médias & Audiovisuel : Côte Ouest Audiovisuel / Mediawan (Côte d’Ivoire / France)

Le géant audiovisuel tricolore Mediawan, lancé en 2015 par Xavier Niel, Matthieu Pigasse et Pierre-Antoine Capton - et valorisé aujourd’hui autour de 1 Md€ - se retrouve sous les feux des projecteurs en Afrique. Depuis plusieurs semaines, le groupe aurait entamé des pourparlers - désormais à un stade très avancé - avec une société de production d'envergure en Côte d'Ivoire. Selon plusieurs sources dont l’Agence Ecofin, il s’agirait de Côte Ouest Audiovisuel, une entreprise fondée en 1997 par Bernard Azria, qui pourrait ainsi rejoindre le giron de Mediawan dès la semaine prochaine. En pleine offensive sur le continent africain, les trois associés fondateurs viennent par ailleurs de nommer François Thiellet (Thema TV, ex MCM Africa), à la tête de la division africaine de leur SPAC (« Special Purpose Acquisition Company »). Jusqu’à présent, parmi les filiales africaines de Mediawan, seul se détachait le studio sénégalais Keewu en tant que producteur de contenu d’envergure. C’est en novembre dernier que le fonds audiovisuel français avait acquis cette société, grâce à l'absorption de Lagardère Studios, dont Keewu constituait le pôle de production de contenus en Afrique (relire bulletin #110).

 

Fonds : Uhuru Investment Partners / CDC Group / Finnfund / DEG / BEI / SIFEM / Kuramo Capital / AfricaGrow (Afrique de l’Ouest / Nigeria / Côte d’Ivoire / Royaume-Uni / Finlande / Allemagne / Europe / Suisse / États-Unis)

© Uhuru Investment Partners

© Uhuru Investment Partners

Uhuru Investment, société de private equity basée à Lagos et Abidjan, réalise le premier closing à 93 M€ (113 M$) de son véhicule ouest-africain Uhuru Growth Fund I lancé en 2019 (relire bulletin #45). En dépit du contexte économique difficile, elle est parvenu à mobiliser plusieurs bailleurs et partenaires financiers à l’international, à savoir les institutions britannique, finlandaise et allemande de financement du développement (CDC Group, Finnfund et DEG), la Banque Européenne d’Investissement (BEI), le Swiss Investment Fund for Emerging Markets (SIFEM) ainsi que la firme d’investissement new-yorkaise Kuramo Capital et  AfricaGrow, un fonds de fonds allemand mis en place par Allianz Global Investors. Ciblant une taille finale de 165 M€ (200 M$), le véhicule soutiendra la reprise post-Covid-19 de PME à fort potentiel dans des marchés francophones d’Afrique de l’Ouest, mais aussi au Nigeria, actives dans le secteur des services financiers aux consommateurs. Son closing final devrait intervenir au cours du premier trimestre 2022.

 

Sécurité informatique : Lawtrust / Altron / Etion (Afrique du Sud)

© Lawtrust

© Lawtrust

Nouvelle transaction dans le secteur de la sécurité informatique en Afrique du Sud : l'intégrateur coté sud-africain Altron, spécialisé dans les technologies de l’information, a récemment déboursé 14,3 M€ (245 MZAR) pour mettre la main sur son concurrent Lawtrust, qui était jusqu'alors détenu par le groupe de technologie numérique Etion, également sud-africain. Fondée en 2001, la cible constitue l'une des principales entreprises de cybersécurité et de sécurité de l'information du pays, avec plus de 500 clients. Pour l’acquéreur, il s’agit d’une nouvelle étape vers son objectif de s’imposer comme un acteur essentiel en matière de sécurité informatique, domaine en plein essor sur le continent. Fin 2019, il s’était déjà emparé d’Ubusha Technologies, une société de sécurité numérique basée dans la banlieue de Johannesbourg et axée sur la gestion des identités, pour 20 M€ environ (24,5 M$).

 

Fonds : Interact Climate Change Facility / FMO / OeEB / Swedfund (pays émergents / Europe / Pays-Bas / Autriche / Suède)

Trois institutions de financement du développement (IFD) européennes se sont engagées à accroître le financement des projets d'énergie verte. La banque de développement néerlandaise (FMO), ses consœurs autrichienne (OeEB) et suédoise (Swedfund) vont injecter 50 M€ dans Interact Climate Change Facility (ICCF), un mécanisme co-finançant des investissements liés au climat dans les marchés émergents. FMO apportera un ticket de 20 M€, tandis que OeEB et Swedfund fourniront chacun 15 M€. Soutenu par l’Agence Française de Développement (AFD), la Banque Européenne d’Investissement (BEI) et onze membres de l’association des institutions européennes de financement du développement (IEFD ou EDFI sous son acronyme en anglais), ICCF propose notamment une dette mezzanine et des garanties d'une durée maximale de dix-huit ans. Sa vocation : contribuer à combler le déficit de financement climatique dans les marchés émergents, et ainsi stimuler la résilience de ces pays, générer des emplois et accélérer leur croissance économique inclusive et durable. Depuis sa création en 2011, le mécanisme a permis de financer trente-trois projets dans dix-huit pays pour un montant de 502 M€. La moitié de ces projets concerne des solutions d'énergie éolienne, à l’instar de celui du lac Turkana au Kenya ; un quart sont axés sur l'énergie solaire, et le solde permet de financer d'autres énergies renouvelables (géothermie, efficacité énergétique et hydroélectricité). Selon Peter Thimme, président du conseil d'administration d'ICCF et Director Business Innovation & Syndication au sein de la DEG, le mécanisme dispose désormais « d'un financement disponible de 480 M€ pour des projets supplémentaires ».

 

Logiciel & jeux vidéos : Carry1st / Konvoy Ventures / Riot Games / Raine Ventures / AET Fund / Akatsuki / TTV Capital  (Afrique du Sud / États-Unis / Japon / Inde)

© Carry 1st

© Carry 1st

L’éditeur sud-africain de jeux vidéo Carry1st, basé au Cap et à New York, lève 4,9 M€ (6 M$) pour se renforcer sur le continent africain. Ce tour de table de série A, dirigé par le VC américain Konvoy Ventures, a vu la participation d’un groupe d’investisseurs spécialisés dans le secteur des jeux et fintech, comprenant l’américain Riot Games, l’indien Akatsuki (éditeurs respectifs de League of Legends et Dragon Ball Z), le japonais AET Fund, ainsi que les américains Raine Ventures et TTV Capital. Créée en 2018 par le sierra-léonais Cordel Robbin-Coker et deux associés, la jeune pousse entend devenir le premier éditeur de jeux en Afrique. Elle s’appuiera également sur ce financement pour recruter de nouveaux collaborateurs dans les onze pays où elle est présente. Précédemment, elle avait réuni 2 M€ (2,5 M$) en mai 2020, à l’occasion d’un tour d’amorçage dirigé par le new-yorkais CRE Venture Capital.

 

Nouveau bureau - Avocats : Consigny Monclin Bellour AARPI (France / Émirats arabes Unis / Afrique)

Nawel Bellour, Consigny Monclin Bellour

Nawel Bellour, Consigny Monclin Bellour

Le cabinet d’avocats d’affaires fraîchement créé par Charles Consigny, Gaspard de Monclin et Nawel Bellour, Consigny Monclin Bellour AARPI (relire l’article Consigny Monclin Bellour s'installe sur CNFEWS) ouvrira d’ici fin juin un bureau à Dubaï, qui traitera de dossiers en rapport avec le continent africain. Résolument tourné vers l’international, la nouvelle structure - qui ambitionne de devenir la première grande firme de la nouvelle génération d’avocats à l’image des grands cabinets anglo-saxons - confiera la direction de ce bureau à Nawel Bellour (portrait ci-contre), ex associé des cabinets Shearman & Sterling à Paris, et de LPA-CGR à Alger. Fin connaisseur de la Sonatrach et de la Banque Africaine de Développement (BAD), il « est d’ailleurs déjà sur place une grande partie de son temps » selon Jeune Afrique Business+. Le cabinet n’a en effet pas attendu la création de ce bureau pour traiter de dossiers transnationaux : en Afrique sub-saharienne, Charles Consigny conseille par exemple des personnalités politiques comme l’opposant ivoirien Guillaume Soro, tandis que son collègue Nawel Bellour accompagne des fonds souverains, family offices et HNWI au Moyen-Orient.

 

Nomination - Avocats : Trinity International (Afrique / France)

Stéphane Brabant et Lucien Bou Chaaya, Trinity International

Stéphane Brabant et Lucien Bou Chaaya, Trinity International

Trinity International, cabinet d’avocats français spécialisé dans les transactions dans l’énergie et les infrastructures en Afrique et les pays émergents, accueille Stéphane Brabant et Lucien Bou Chaaya, respectivement en tant qu’associé senior et associé, au sein de son bureau parisien. Tous deux disposent d’une expertise reconnue en matière de projets et de transactions, principalement dans les secteurs minier, énergétique et infrastructures du continent africain. Le premier exerçait chez Herbert Smith Freehills depuis 1998 comme associé, tandis que le second avait rejoint le même cabinet en 2013 en tant que collaborateur. Trinity International totalise une trentaine d’avocats à Londres, Paris et Washington. Son équipe parisienne, menée par Pierre Bernheim et Marianna Sédéfian, comprend une douzaine d’avocats qui traitent actuellement plus de quarante transactions dans dix-huit juridictions francophones en Afrique, son continent de prédilection. (Pour plus de détails, lire l’article Deux nouveaux associés pour Trinity International sur CFNEWS INFRA.)

 

Nomination - Société de conseil et d'ingénierie : Tactis (France / Afrique )

Thierry Barbaut, Tactis

Thierry Barbaut, Tactis

Tactis, cabinet de conseil et d'ingénierie leader français en aménagement numérique, qui réalise 50 % de son activité sur le continent africain grâce à ses deux filiales (au Rwanda et au Maroc), s’adjoint l’expertise de Thierry Barbaut, expert en transformation numérique et spécialiste du continent africain. Nommé directeur des écosystèmes innovants, ce dernier sera également chargé d'ouvrir de nouvelles perspectives pour la Base Tactis Innovation (qui compte déjà un millier de cas d'usages innovants dans les territoires français) et pour Digital Observer 4 Africa, qui référence les startups innovantes en Afrique. Enfin, il contribuera à fédérer des réseaux d'acteurs (collectivités, entreprises, bailleurs de fonds, fondations, ONG) engagés dans ces projets innovants. Fort de la mise en place et de la valorisation d'écosystèmes numériques depuis un quart de siècle au travers de plusieurs missions d'avant-garde dans trente-quatre pays, Thierry Barbaut occupait la fonction de directeur innovation et numérique au sein de l'ONG La Guilde, qu’il avait rejoint en 2013. Parallèlement, il conservera son rôle de président du jury EDF Pulse Africa et de membre des jurys des fondations « Solar Impulse » et « 1 000 projets innovants pour la planète » de Bertrand Piccard, de mentor pour le programme d'incubation Bond'Innov, et enfin de partenaire d'Africarena.

 

Événements :

  • 12 mai (à partir de 8h) : présentation des enjeux et perspectives de Birimian, la première société d'investissement dédiée aux marques africaines de luxe et premium, par sa fondatrice Laureen Kouassi-Olsson (relire bulletin #133), sur le site financialafrik.com, YouTube et Facebook.
  • Paris, 17 mai : conférence consacrée à la renégociation de la dette du Soudan, et qui verra la participation de tous les États créanciers.
  • Paris, 18 mai : Sommet sur le financement des économies d'Afrique subsaharienne. Emmanuel Macron a appelé à « un New Deal du financement de l'Afrique » (par référence à la célèbre formule du président Roosevelt dans le contexte de la Grande Dépression), basé notamment sur des « solutions profondément novatrices ». Cette conférence de haut niveau, à laquelle participeront une dizaine de chef d'État des pays de la Zone franc, ainsi que des responsables européens et de grandes organisations internationales, sera l'occasion d'aborder de nombreux enjeux d'avenir, comme la soutenabilité des dettes publiques, le rôle respectif des prêts et des dons, ou encore le rôle de l'assistance technique.
  • 21 mai (9h-9h45) : premier rendez-vous ALIMA Global Humanitarian Challenges, une série de webinaires dédiés au cercle de grands donateurs de la campagne Transformer la médecine humanitaire, qui sera consacré aux défis de la vaccination Covid-19 en Afrique, en apportant, à travers des experts, un point de vue d'acteurs du terrain et la réponse d'ALIMA face aux besoins.

 

Et aussi...

  • Après l'accord conclu en 2018 entre Sanlam (assureur et groupe de services financiers sud-africain) et la holding marocaine Saham (relire bulletin du 10 avril 2018), le géant sud-africain se renforce sur le marché marocain en acquérant, pour 115 M€ (140 M$), une part de 22,8 % de Saham Assurance Maroc.
  • Au Nigeria, le West Africa Trade & Investment Hub (Trade Hud), mis en place par le britannique Asoko Insight (plateforme de données d'entreprise et d'engagement) et financé par l'Agence Américaine pour le Développement International (USAID) a récemment lancé son DealRoom Virtuel afin de permettre aux investisseurs internationaux d'accéder à ses informations et opportunités commerciales, et ainsi de se connecter aux entreprises à fort impact économique. Son but : analyser la croissance économique en Afrique de l'Ouest en utilisant une approche basée sur le marché. Grâce à son fonds de co-investissement, le Trade Hub espère attirer 329 M€ (400 M$) de nouveaux investissements.
  • Enrich in Africa (EIA), un programme initié et financé par l'UE autour d'un consortium de douze organisations africaines et européennes (dont Bpifrance), lance un appel à projets de trois mois pour sélectionner dix entrepreneurs, start-up ou PME africains, qui bénéficieront d'un accompagnement dans le développement de leurs activités en Europe. L'initiative vise également à reconnecter les écosystèmes entrepreneuriaux des continents africain et européen.
  • Le troisième véhicule africain du britannique Development Partners International (ADP III), dédié au financement des PME africaines et comptant déjà trois sociétés dans son portefeuille, reçoit 21 M€ (26 M$) d'un nouveau souscripteur : l'institution finlandaise du développement, Finnfund.
  • En avril dernier, l'investisseur sud-africain Infra Impact Investment Managers a collecté 14,7 M€ (250 MZAR) pour son véhicule institutionnel dédié au financement des infrastructures, Infra Impact Mid-Market Infrastructure Fund 1, se rapprochant ainsi de sa taille ciblée de 88 M€ (1,5 MdZAR).
  • Dans le cadre de la réforme du franc CFA (appelé à devenir l'eco), entamée en décembre 2019, la France va restituer 5 Md€ de réserves à la Banque Centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO).
  • Fondé en 2016 par Renaud Le Van Kim, Guillaume Lacroix et Laurent Lucas, le média en ligne français Brut s'apprête à lancer ses premières déclinaisons africaines ce mois-ci, avec des pages web dédiées à la Côte d'Ivoire, au Sénégal, au Maroc et à la Tunisie.
  • En Angola, Total vient de démarrer la production du projet pétrolier offshore Zinia Phase 2 sur le bloc 17 dont il est opérateur à hauteur de 38 %. Comprenant le forage de neuf puits, Zinia Phase 2 représente des ressources estimées à 65 millions de barils de pétrole.
  • S'appuyant sur son partenaire historique ivoirien Prosuma, Monoprix, fiilale du géant Casino, prend pied sur le continent avec l'ouverture d'une enseigne à Abidjan, première étape de son développement en Afrique.
  • La branche gabonaise de Colas, filiale du groupe Bouygues, réhabilitera prochainement près de quarante infrastructures routières dans le grand Libreville.

 

Bonne fin de semaine et au mardi 25 mai !

 

Une information à nous soumettre pour ce Bulletin Afrique ? Écrivez-nous à : stephanie.roux@cfnews.net

Retrouvez l'ensemble des chroniques CFNEWS (Afrique, mais aussi Asie et Amérique latine) :