L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture Corporate Finance et Private Equity

CANVIEW

Afrique #137 : Almentor, Hydroneo, Chipper Cash, Sodexo Maroc... Accès libre


© Almentor

© Almentor

Formation & Internet : Almentor / Partech / Sawari Ventures / Egypt Ventures / Sango Capital (Émirats arabes unis / Égypte / France / États-Unis / Afrique du Sud)

Favorisé par les multiples confinements dus à la pandémie depuis plus d’un an, l’edtech a le vent en poupe sur tous les continents. Dernier témoignage en date, dans la région MENA (Afrique et Moyen-Orient) : la dernière levée de fonds d’almentor.net (Almentor), une plateforme d’apprentissage en vidéo basée à Dubaï, au Caire et en Arabie saoudite, qui emploie plus de 150 personnes. Elle vient de réunir 5,3 M€ (6,5 M$) à l’occasion d’un tour de table de série B mené par le VC franco-américain Partech, auquel ont également participé les égyptiens Sawari Ventures et Egypt Ventures, ainsi que le sud-africain Sango Capital (voir fiche opération sur CFNEWS). Au total, ce sont près de 11,9 M€ (14,5 M$) que la pépite dubaïote a récolté depuis sa fondation en 2016 par Ihab Fikry (actuel CEO), Ibrahim Kamel (COO) et trois autres associés. Ses cours en vidéo, disponibles à la fois en B2C et B2B2C, ont déjà séduit plus de deux millions d’utilisateurs et plus de quatre-vingts entreprises d’Afrique du Nord et du Moyen Orient, érigeant la société en véritable leader du secteur dans la région. Ils englobent à la fois des matières « classiques » diversifiées - de la santé à la formation entrepreneuriale en passant par les humanités et la santé - et des « compétences douces » (soft skills). Bien que ces cours soient disponibles en trois langues (arabe, français et anglais), ils s’adressent avant tout aux arabophones, qui représentent un marché de 430 millions de personnes : c’est en effet le déficit de contenu d’e-learning en langue arabe qui avait poussé les fondateurs à lancer cette plateforme il y a cinq ans.

 

Infrastructures énergétiques & EnR : centrale hydroélectrique dans la province de Bubanzo / Hydroneo / Mpanda Hydro Power / Finergreen / Camco Clean Energy / État burundais (Burundi / France / Royaume-Uni)

Le projet de centrale hydroélectrique sur la rivière Mpanda au Burundi.

Le projet de centrale hydroélectrique sur la rivière Mpanda au Burundi.

Dix ans après le démarrage de la construction, le projet de centrale hydroélectrique de 10,2 MW sur la rivière Mpanda au Burundi (réalisé à hauteur de 20 % à l’heure actuelle) va pouvoir reprendre. Alors qu’il avait été suspendu en 2015 par l’État burundais, faute de ressources suffisantes, il va bénéficier de la dette senior de près de 824 K€ (environ 1 M$) accordée à Hydroneo, constructeur et exploitant d'énergies renouvelables français détenant, en Afrique de l’Est, quatorze projets d'une capacité cumulée de 110 MW. En 2019, ce dernier avait été choisi par les autorités locales pour reprendre la construction du projet, par l’intermédiaire de sa filiale Mpanda Hydro Power. Épaulé par la société de conseil spécialisée dans les EnR Finergreen, il vient donc de sécuriser une partie des 36 M€ (43,5 M$) nécessaires auprès de la Renewable Energy Performance Platform (REPP), financée par le gouvernement britannique et gérée par la société de gestion Camco Clean Energy. Les travaux reprendront dès 2022 pour une finalisation attendue en 2024. Le projet de centrale, qui augmentera à terme de 10 % la production annuelle d’électricité du Burundi, est porté par un partenariat public-privé finalisé le mois dernier, prenant la forme d'une concession design-build-own-operate-transfer (DBOOT). (Pour plus de détails, lire l’article Hydroneo sécurise un financement au Burkina Faso sur CFNEWS INFRA.)

 

Services financiers : Chipper Cash / SVB Capital / Deciens Capital / Ribbit Capital / One Way Ventures / 500 Startups / Tribe Capital / Brue2 Ventures / Bezos Expeditions (États-Unis / Afrique)

Chipper Cash est la plus grande plateforme mobile de transfert d'argent transfrontalier en Afrique. - © Chipper Cash

Chipper Cash est la plus grande plateforme mobile de transfert d'argent transfrontalier en Afrique. - © Chipper Cash

Présentée comme la quatrième licorne africaine - bien que son siège social soit basé à San Francisco - après le nigérian Flutterwave, son compatriote Interswitch et l’égyptien Fawry, la fintech Chipper Cash vient de réaliser le closing d’une levée de fonds de série C de 82 M€ (100 M$), qui lui permettra de faire son entrée au Royaume-Uni, premier pays d’expansion hors du continent africain, où elle est présente dans sept pays (Ghana, Ouganda, Nigeria, Tanzanie, Rwanda, Afrique du Sud et Kenya). Mené par SVB Capital, la branche d'investissement de la banque américaine Silicon Valley Bank, ce tour de table valorise la cible plus de 817 M€, dépassant ainsi le seuil emblématique du milliard de dollars. Bezos Expeditions, détenu par le milliardaire américain et patron d’Amazon Jeff Bezos, a remis au pot, après avoir participé il y a six mois à un financement de série B de 25 M€, soit 30 M$ (relire bulletin #112). La levée de fonds a vu par ailleurs la participation d’autres investisseurs américains, à savoir Deciens Capital, Ribbit Capital, One Way Ventures, 500 Startups, Tribe Capital et Brue2 Ventures. Lancée en 2018 par l’ougandais Ham Serunjogi et le ghanéen Maijid Moujaled (deux anciens cadres de Facebook, Flickr et Yahoo), cette entreprise qui facilite les paiements transfrontaliers en Afrique revendique trois millions d’utilisateurs, et réalise 80 000 transactions par jour. Pour renforcer son équipe composée actuellement de plus de deux cents salariés, elle compte embaucher cent personnes supplémentaires, d’ici la fin de l’année. Ce nouvel apport l’aidera par ailleurs à étendre ses solutions de paiements sur mobile aux entreprises africaines, et à poursuivre ses options de trading en cryptomonnaie (grâce à une fonctionnalité permettant de convertir sa monnaie locale en bitcoins, d’en acheter et d’en vendre à tout moment).

 

Restauration & services aux entreprises : Sodexo Maroc / Newrest / Sodexo (Maroc / France)

Sodexo Maroc - © Newrest

Sodexo Maroc - © Newrest

Fort d’un chiffre d’affaires de 1,4 Md€ réalisé avec 29 500 salariés dans cinquante-sept pays, le groupe toulousain de catering Newrest s’apprête à racheter l'activité de Sodexo au Maroc (voir fiche opération sur CFNEWS). La multinationale française spécialisée dans la sous-traitance de services y compte environ 1 381 collaborateurs. Grâce à cette acquisition, et au travers de sa joint-venture avec le groupe Rahal (un maître traiteur marocain de renommée mondiale, leader de la haute gastronomie et de l’organisation d’événements de dimension internationale tels que la COP22), Newrest entend ainsi poursuivre son développement dans le royaume chérifien, dans les segments de la restauration collective, du facility management, du catering aérien, de la restauration concédée en aéroport et de la restauration ferroviaire. Au-delà du Maroc, le groupe présidé par Olivier Sadran et Jonathan Stent-Torriani espère conquérir de nouveaux marchés à l’international, notamment en Afrique où il est déjà présent dans une vingtaine de pays, collaborant par exemple avec CGA en Guinée et Uganda Inflight Services en Ouganda.

 

Électricité & EnR : D.light / Proparco (Kenya / États-Unis / France)

D.light - © Proparco

D.light - © Proparco

Créé en 2006 par Sam Goldman et Ned Tozun pour met le solaire à la portée du plus grand nombre, grâce à des lampes solaires portatives et des systèmes solaires domestiques capables de charger des téléphones et de faire marcher de petits appareils électriques, l’américano-kenyan D.light récolte 8,2 M€ (10 M$) auprès de la filiale de l’AFD dédiée au secteur privé, Proparco (voir fiche opération sur CFNEWS). En 2019, il avait levé 35,8 M€ (41 M$) auprès d’un groupe d’investisseurs mené par le sud-africain Inspired Evolution (relire bulletin #33), puis pour soutenir son expansion au Kenya, il avait obtenu l’année suivante 56 M€ (65 M$) en monnaie locale grâce au véhicule à impact Solar Frontier Capital (SFC) - géré par le londonien African Frontier Capital - avec l’appui de partenaires américains (relire bulletin #96). Le fournisseur de systèmes d'éclairage et d'alimentation solaires, qui revendique avoir desservi plus de cent millions de personnes réparties dans soixante-dix pays depuis sa fondation, s’est fixé comme objectif d’avoir un impact sur un milliard de personnes d’ici 2030. Ce financement de Proparco contribuera au renforcement de ses activités de fourniture d’énergie dans le monde, et en particulier en Afrique.

 

Infrastructures énergétiques & EnR : centrale photovoltaïque de Khoumaguéli / Solvéo Energie / Infraco Africa / Électricité de France (Guinée / France / Royaume-Uni)

Centrale de Khoumagueli en Guinée (simulation finale 3D). - © InfraCo Africa

Centrale de Khoumagueli en Guinée (simulation finale 3D). - © InfraCo Africa

Solvéo Energie, producteur et développeur occitan d’énergies renouvelables, et le développeur britannique de projets d'infrastructures InfraCo Africa, ont récemment signé, avec Électricité De Guinée (EDG), le contrat d’achat d’électricité (CAE) pour leur projet solaire de centrale photovoltaïque de Khoumaguéli (près de la ville de Linsan). Initié et porté par Solvéo Energie, puis co-développé avec InfraCo Africa à partir de 2017 (voir fiche opération sur CFNEWS INFRA), ce premier projet solaire d’envergure dans le pays déploiera à terme une puissance de plus de 45 MWc raccordée au réseau national d’électricité, contribuant ainsi à la diversification du mix énergétique national. Le lancement des travaux est prévu pour début 2022. « Le projet Khoumaguéli Solar participe à la transition énergétique sur le continent africain. Il associe le solaire photovoltaïque à l’hydroélectricité produite en Guinée, permet de réduire le besoin en énergie thermique et diminue le coût de revient de l’électricité », a déclaré Jean-Marc Mateos, président du groupe Solvéo. Comme prévu par le CAE, EDG achètera l’électricité de la centrale solaire de Khoumagueli pendant vingt-cinq ans.

 

Santé & technologie : LifeQ / One Bio Venture Studio (États-Unis / Afrique du Sud / International)

© LifeQ

© LifeQ

La start-up américaine de biométrie LifeQ, dont les opérations s’étendent en Afrique du Sud et aux Pays-Bas, mobilise 38 M€ (47 M$) en série A auprès d’un consortium d’investisseurs locaux et étrangers, dont le capital-risqueur sud-africain One Bio Venture Studio. Dans un contexte de forte croissance de la demande de solutions de santé à distance, la healthtech spécialisée dans la fourniture d’informations biométriques et de santé provenant d’appareils portables souhaite accroître sa portée, sa capacité de travail et son activité dans ses principaux marchés. « Une grande partie du capital de la série A sera utilisée pour aider les hôpitaux et les médecins à développer la surveillance à distance en plus de la surveillance des appareils grand public que LifeQ fournit actuellement », a précisé Laurence Olivier, directeur général de la jeune pousse qu’il a co-fondée en 2014.

 

Bourse - automobile & e-commerce : WeBuyCars / Transaction Capital (Afrique du Sud)

© WeBuyCars

© WeBuyCars

Près d’un an après son investissement initial au sein du négociant de véhicules d’occasion WeBuyCars, basé à Centurion (Gauteng), la société sud-africaine d’investissement cotée Transaction Capital débourse 95 M€ (116 M$) pour acquérir une part supplémentaire de 25 %, montant à 74,9 % dans le capital de la cible. Fondée en 2001 par les frères Faan et Dirk van der Walt - lesquels conserveront une part minoritaire de 25,1 % via des fiducies familiales - cette dernière emploie 1 059 employés au service de sa plateforme de vente de voitures de seconde main. En mars 2020, le Tribunal de la concurrence avait bloqué l’offre d’acquisition de 60 % de WeBuyCars par OLX Group, filiale du conglomérat sud-africain Naspers. La place de marché sud-africaine cotée était alors valorisée autour de 83 M€ (1,4 MdZAR)

 

Nomination - Conseil : Deloitte (France / Afrique francophone)

Gianmarco Monsellato, Deloitte France et Afrique francophone

Gianmarco Monsellato, Deloitte France et Afrique francophone

Deloitte France et Afrique francophone vient de nommer Gianmarco Monsellato, jusqu’alors associé du cabinet Deloitte Taj - qu’il avait rejoint en 1993, et dont il a assuré la direction entre 2004 et 2016 - au poste de président de l’entité. Il remplace Sami Rahal, qui prend quant à lui la présidence de Deloitte DCE, ensemble économique regroupant les firmes de Deloitte France et Afrique francophone, Allemagne, Luxembourg, Portugal, Autriche, Turquie et Europe centrale, soit près de 30 000 professionnels couvrant quarante-et-un pays.

 

Nomination - Fonds : Amethis (France / Afrique)

Nicolas Manardo, Amethis

Nicolas Manardo, Amethis

Amethis renforce son bureau parisien en accueillant un quatrième associé, Nicolas Manardo, jusqu'alors managing director au sein de l’équipe small cap de LBO France depuis janvier 2018. Le fonds dédié au continent africain compte désormais trente-cinq personnes, dont treize basées à Paris, les autres collaborateurs se répartissant entre les bureaux de Luxembourg, Abidjan, Nairobi et Casablanca.

 

Nomination - Association : African Private Equity and Venture Capital Association (Afrique / Royaume-Uni)

Kofo Sanusi, AVCA

Kofo Sanusi, AVCA

L’African Private Equity and Venture Capital Association (AVCA), basée à Londres et regroupant les acteurs du capital-investissement en Afrique, a récemment nommé Kofo Sanusi en tant que directrice des opérations (COO). Avant de rejoindre l’AVCA, elle était directrice des opérations et directrice des accélérateurs chez Founders Factory Africa (FFA), une société investissant dans des start-ups en Afrique subsaharienne.

 

Événements :

  • Abidjan (Institut Français de Côte d’Ivoire), 1er juin : lancement du premier opus de la trilogie « Inspire and Connect Africa » de Bpifrance, autour du thème de l’audace d’entreprendre. S'inscrivant pour la banque publique française dans un plan Afrique plus large, cette trilogie d’événements « Inspire and Connect Africa » vise à renforcer les relations économiques entre le continent africain et la France, en encourageant des partenariats fructueux et durables entre entrepreneurs.
  • Abidjan, 7-10 juin : Salon international de la sécurité et de la défense Shield Africa, organisé par la société franco-ivoirienne Coges Africa, dont cette édition aura une thématique orientée sur la protection du développement. L'édition 2020 avait été annulée pour cause de pandémie.
  • 8 juin (11h) : émission digitale « Choose Africa On Air », proposée par Proparco pour faire découvrir cette initiative française destinée à accélérer la croissance des TPE, PME et des start-up sur le continent, qui doivent jouer un rôle clé dans la reprise économique post-pandémie. L’émission « Choose Africa On Air » réunira, sur son plateau à Paris et en duplex en Afrique, entrepreneurs, experts, partenaires financiers pour partager leurs expériences et répondre aux questions du public.
  • 10 juin (11h-12h15) : webinaire de la Team France Export qui passera en revue les opportunités d’affaires dans le domaine de la transition énergétique en Afrique centrale et de l’Ouest (Cameroun, Sénégal, Côte d’Ivoire et Nigeria). Seront notamment abordés les projets de centrales thermiques, les énergies renouvelables, les solutions smart grids et les technologies off-grid.
  • 15-18 juin : mission de prospection plusrisectorielle en Côte d'Ivoire organisée par la Chambre de commerce et d'industrie d'Île-de-France (CCI IdF), en partenariat avec la Team France export (TFE) et Business France. Objectif : comprendre le marché ivoirien, ses enjeux, et détecter des opportunités d'affaires dans un pays qui a fait preuve d'un importante résilience face à la crise sanitaire.

 

Et aussi...

  • En déplacement fin mai sur le continent africain, le président Emmanuel Macron s’est engagé auprès de son homologue rwandais à débloquer plus de 350 M€ pour des projets allant de l’énergie à la santé, en passant par l’eau, les transports, les services financiers et la tech. En Afrique du Sud, il a défendu l’accès aux vaccins, annonçant notamment un investissement massif dans la multinationale sud-africaine Aspen, qui produit les vaccins de la firme américaine Johnson & Johnson.
  • À l’occasion de la visite du président Macron en Afrique du Sud a été inaugurée Trace Academia, une plateforme gratuite en ligne de formation professionnelle pour les jeunes, non formés, ne trouvant pas de travail ou étant en décrochage scolaire. Visant également à pallier les effets dévastateurs de la pandémie sur l’éducation et la formation des jeunes, cette initiative a été impulsée par le groupe tricolore Trace, production de programmes audiovisuels et éducatifs et éditeurs de chaînes télévisées, radios et plateformes digitales. Son ambition : développer des centaines de cours afin de former 25 millions de jeunes d’ici 2025, et les orienter vers des emplois ou vers l’entrepreneuriat.
  • Le pétrochimiste sud-africain Sasol, détenteur de 50 % des actifs du gazoduc de Republic of Mozambique Pipeline Investment Co (Rompco) a récemment cédé 30 % de ses intérêts dans l’infrastructure en contrepartie de 295 M€ (361 M$). Cette part a été acquise par un consortium composé de Reatile Group, une société d'investissement sud-africaine spécialisée dans l'énergie et la pétrochimie, et d'IDEAS Fund géré par African Infrastructure Investment Managers (AIIM), une filiale d'Old Mutual.
  • L’Agence Française de Développement (AFD) octroie un prêt d’environ 24,4 M€ (16 MdXOF) au Sénégal afin de financer le Projet d’assainissement autonome de la région de Dakar (Paad), qui comprend la construction de dix mille toilettes et dispositifs de gestion des eaux domestiques, ainsi que la construction et la réhabilitation d’installations d’assainissement dans les écoles.
  • Le français Vergnet Hydro, filiale du groupe Odial Solutions (spécialiste de la fourniture de services en zone isolée dans les pays en voie de développement), a décroché en Côte d’Ivoire un contrat de 18 M€ pour équiper mille forages de pompes solaires, en vue d’approvisionner 600 000 personnes en eau potable.
  • Déjà présente à Douala, l’enseigne automobile française Point S vient d’ouvrir sa première franchise dans la capitale du Cameroun, Yaoundé.

 

Bonne fin de semaine et à mardi prochain !

 

Une information à nous soumettre pour ce Bulletin Afrique ? Écrivez-nous à : stephanie.roux@cfnews.net

Retrouvez l'ensemble des chroniques CFNEWS (Afrique, mais aussi Asie et Amérique latine) :

    Dans la rubrique Les Chroniques de CFNEWS
    Ainsi que sur Twitter et LinkedIn