L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture Corporate Finance et Private Equity

CANVIEW

Afrique #138 : DabaDoc, XpressGas, Airtel Africa, Homzmart... Accès libre


© DabaDoc

© DabaDoc

Santé & E-services : DabaDoc / Orange Middle East and Africa / Axa Assurances Maroc (Afrique / Maroc / France)

Deux géants français viennent d’acquérir conjointement une participation majoritaire (dont ni le montant ni le pourcentage n’ont été divulgués) au sein de la healthtech marocaine DabaDoc, qui numérise l'accès à la santé en Afrique (voir fiche opération sur CFNEWS). Le géant des télécoms Orange et l’assureur coté Axa sont intervenus par l’intermédiaire de leurs filiales respectives, Orange Middle East and Africa et Axa CIMA (qui regroupe les entités de Côte d'Ivoire, du Sénégal, du Cameroun et du Gabon), ce dernier étant mené par Axa Assurance Maroc. Ambitionnant de développer l’accès à l’e-santé en Afrique, les deux partenaires tricolores ont ainsi décidé, à travers cet investissement conjoint, d’allier l’expertise technologique et les solutions de paiement de l’un avec l’expérience en matière de santé de l’autre. Fondée par Zineb Drissi-Kaitouni et Driss Drissi-Kaitouni en 2014, DabaDoc développe une plateforme de gestion de rendez-vous médicaux en ligne ayant déjà été adoptée par des milliers de professionnels de santé au Maroc, en Tunisie et en Algérie. Cette opération, qui devrait être finalisée au cours du troisième trimestre 2021, vise non seulement à accélérer ce développement, mais aussi à étendre les services de la société en Afrique subsaharienne. Soucieux de faciliter l’interaction de ses assurés avec les différents professionnels de santé, Axa Assurance Maroc consolide à cette occasion son partenariat avec  la plateforme médicale, dont il avait au préalable acquis 25 % du capital auprès des fondateurs en 2018 (voir fiche opération sur CFNEWS). Quant à Orange Middle East and Africa, qui se positionne grâce à cette transaction comme un acteur clé dans l’e-santé, il poursuit ainsi sa stratégie d’affirmation en tant qu’opérateur numérique multi-services leader dans la région, des paiements mobile aux contenus en passant par d’autres secteurs stratégiques tels que la banque, l’énergie solaire ou la cybersécurité. Son directeur général, Alioune Ndiaye, a déclaré : « Chez Orange, nous sommes convaincus que la transformation digitale est source de progrès et que le potentiel en matière d’e-santé est immense. En tant qu’opérateur responsable sur le continent, nous souhaitons contribuer à cet enjeu sociétal majeur, d’autant plus en temps de crise sanitaire. Le déploiement ce type de solution dans nos pays de présence facilitera grandement l’accès des populations aux services de santé, essentiel au développement du continent. »

 

Distribution & hydrocarbures : XpressGas / I&P (Ghana / France)

© XpressGas / I&P

© XpressGas / I&P

Poursuivant un rythme actif d’investissement en dépit du contexte international, le véhicule I&P Afrique Entrepreneurs 2 (IPAE 2), lancé en 2017 et ayant réalisé en janvier 2020 son closing final à 92 M€, a récemment accueilli trois entreprises dans son portefeuille, qui en comprend désormais douze. Seule l'identité de la dixième a récemment été dévoilée.

Baafour Otu-Boateng, I&P

Baafour Otu-Boateng, I&P

Après un premier investissement en avril dernier, compris entre 300 K€ et 5 M€ (voir fiche opération sur CFNEWS) dans l’entreprise ghanéenne XpressGas, pionnière dans la distribution de Gaz de Pétrole Liquéfié (GPL), I&P vient d'engager environ 5 M€ (6 M$) supplémentaires conjointement cette fois avec l'institution belge de financement du développement (BIO). Créée par Kofi Nketsia-Tabiri en 2009, XpressGas est l’une des sociétés les plus importantes du secteur et celle connaissant la croissance la plus rapide au Ghana. Elle possède actuellement trois stations de recharge GPL, une flotte de vingt-trois véhicules routiers, et dessert un réseau de cinquante-trois stations appartenant à des tiers dans toutes les régions du pays. Employant 272 salariés, l'entreprise se concentre principalement sur les zones périurbaines et rurales du pays, en conformité avec l'objectif déclaré du gouvernement ghanéen d'accroître d’ici 2030 de 50 % l'accès à ce combustible abordable et respectueux de l’environnement, qui présente par ailleurs l’avantage de pouvoir être utilisé là où les réseaux de gaz naturel sont inaccessibles. « L'industrie du GPL au Ghana est actuellement à un point de transition en termes de réglementation. Nous sommes ravis de nous associer à un entrepreneur hors pair qui a su positionner Xpress Gaz sur les points clé attendus en cette période charnière : une forte capacité d’innovation, une plus grande accessibilité et des normes de sécurité plus élevées. Cet investissement renforce la thèse de l'impact du fonds IPAE 2 et s'appuie sur les connaissances approfondies d'I&P en matière d'aide aux PME en Afrique pour qu'elles puissent prospérer dans un contexte en pleine évolution », a commenté Baafour Otu-Boateng (ci-contre), directeur d'investissement d’I&P basé à Accra, en charge des portefeuilles IPAE1 et IPAE2 d'I&P au Ghana (voir fiche opération sur CFNEWS).

 

Bourse - Infrastructures télécoms : Airtel Africa / SBA Communications (Tanzanie / Royaume-Uni / États-Unis)

Bannière publicitaire Airtel Africa - ©africa.airtel.com

Bannière publicitaire Airtel Africa - ©africa.airtel.com

Après avoir annoncé en novembre dernier son intention de vendre 4 500 tours télécoms réparties dans cinq pays (Tanzanie, Madagascar, Gabon, Malawi et Tchad), l’opérateur britannique Airtel Africa a entrepris de concrétiser ce processus, cédant d’abord ses actifs malgaches et malawites au gestionnaire panafricain Helios Towers, pour 92 M€ soit 108 M$ (relire bulletin #129). La branche africaine du groupe télécoms indien coté Bharti Airtel s’apprête maintenant à vendre 1 400 tours en Tanzanie, d’une valeur globale de 144 M€ (175 M$), à une coentreprise formée par les sociétés d’investissement SBA Communications (États-Unis) et Paradigm Infrastructure (Royaume-Uni). Conformément au contrat de location signé avec le nouveau propriétaire, l’entretien, le développement et l’exploitation des actifs incomberont toujours à la filiale locale d’Airtel. Une partie du produit de la vente (49 M€ soit 60 M$ environ) sera utilisée pour améliorer le réseau et l’infrastructure de vente dans le pays, en vue d’une distribution par les autorités et d’une amélioration des opérations de base destinées aux abonnés. Le solde contribuera à réduire la dette du groupe, qui s’élevait à 2,9 Md€ (3,5 Md$) au 31 mars. Cette nouvelle cession s’inscrit dans le programme de monétisation d’actifs initié par Airtel Africa en début d’année, et destiné d’une part à améliorer la composition de sa dette et à en augmenter la durée par le biais de contrats de location à long terme, et d’autre part à réduire sa dette en devises.

E-commerce & biens de consommation : Homzmart / MSA Capital / Nuwa Capital / Rise Capital / Impact46 / EQ2 Ventures / Outliers Venture Capital (Égypte / Chine / Émirats arabes unis / États-Unis / Arabie saoudite)

© Homzmart

© Homzmart

Homzmart, la plateforme égyptienne qui met en relation des fabricants de meubles avec de potentiels acquéreurs, a collecté 12,3 M€ (15 M$) au cours d’une série A dirigée par le chinois MSA Capital et l’émirati Nuwa Capital, avec la participation d’autres investisseurs incluant le californien Rise Capital, le riyadien Impact46, le dubaïote EQ2 Ventures et l’arkansasais Outliers Venture Capital. L’e-commerçant de meubles, équipements et décorations pour la maison, fondé au Caire en 2019 par Mahmoud Ibrahim et Ibrahim Mohammed (deux anciens de Jumia), compte poursuivre sa croissance en Égypte grâce à cet apport financier. En février 2020, il avait levé 1,1 M€ (1,3 M$) lors d’un tour d’amorçage dirigé par MSA Capital.

E-commerce : Opontia / Global Founders Capital / Presight Capital / Raed Ventures / Kingsway Capital (Émirats arabes unis / Afrique / Moyen-Orient / Allemagne / États-Unis / Arabie saoudite / Royaume-Uni)

© Opontia

© Opontia

La start-up dubaïote Opontia, lancée en mars dernier par Philip Johnston et Manfred Meyer, mobilise 16,4 M€ (20 M$) en equity et en dette auprès de l’allemand Global Founders Capital (GFC), de l’américain Presight Capital, du saoudien Raed Ventures, de l’anglais Kingsway Capital et de business angels tels que Tushar Ahluwalia (dirigeant de Razor Group), Jonathan Doerr (ex président de Daraz et co-fondateur de Jumia), et Hosam Arab (CEO de Tabby et ancien CEO de Namshi). Ce financement aidera la jeune pousse à acquérir de petites marques e-commerce existantes pour déployer leur potentiel de croissance en Afrique et au Moyen-Orient. Implantée à ce jour à Dubaï et à Riyad, elle a l’intention de prendre pied au cours des prochains mois au Caire, à Istanbul et à Lagos.

 

Infrastructures énergétiques & EnR : centrales de Kael et Kahone / Engie / Meridiam / FONSIS (Sénégal / France)

Scaling Solar - © FONSIS

Scaling Solar - © FONSIS

Fruit d’un consortium formé d’Engie, de Meridiam et du FONds Souverain d’Investissements Stratégiques (FONSIS) du Sénégal, les centrales solaires de Kahone et de Kael, dans l’ouest du Sénégal, viennent d’entrer en service commercial. Ayant bénéficié en 2019 d’une dette senior de 38 M€ (relire article Deux centrales au Sénégal pour Meridiam sur CFNEWS INFRA), ces deux infrastructures sont désormais en mesure d’injecter 60 MWc dans le réseau électrique national, pouvant ainsi alimenter quelque 540 000 foyers. Elles avaient été construites par ce consortium franco-sénégalais dans le cadre de l’initiative « Scaling Solar » de la Société Financière internationale (SFI), qui vise à encourager les entreprises privées à investir dans le solaire, afin de fournir de l’énergie au réseau électrique national des pays bénéficiaires du programme, et d’assurer l’exécution rapide des projets grâce notamment aux Partenariats Public-Privé (PPP). Les sociétés de projet Kahone Solaire et Kael Solaire sont détenues à 40 % par Engie, 40 % pour Meridiam (via le véhicule Meridiam Infrastructure Africa Fund ou MIAF) et 20 % pour le FONSIS. La Banque Européenne d'Investissement (BEI) et Proparco avaient participé au financement de 2019 aux côtés de l'IFC.

 

Fonds : Flat6Labs Accelerator Company / Flat6Labs / SFI / MPME / Egyptian American Enterprise Fund (AAEF) / Sawari Ventures (Égypte / International / États-Unis)

© Flat6Labs

© Flat6Labs

Quatre ans après un premier closing, le VC égyptien Flat6Labs obtient près de 11 M€ (208 MEGP) pour le deuxième closing de Flat6Labs Accelerator Company (FAC), son véhicule axé sur les start-up locales technologiques et innovantes. Comptant financer au moins cent entreprises au total d’ici l’an prochain, il en a soutenu jusqu’à présent soixante-deux. Les investisseurs englobent la Société Financière Internationale (SFI), l’Agence de développement des micro, petites et moyennes entreprises (MSME), l’Egyptian American Enterprise Fund (AAEF), le fonds Sawari Ventures (basé à Gizeh) et plusieurs souscripteurs historiques. Outre les financements d’amorçage ou de capital-risque qu’il apporte aux sociétés de son portefeuille, Flat6Labs offre aux start-up une assistance technique, un programme de formation et de mentorat, et des opportunités de réseautage dans le pays et au-delà. Ses secteurs d'investissement privilégiés sont les TIC, les technologies de l'éducation et de la santé, le contenu numérique et les médias en ligne, l'internet grand public et les solutions pour les services financiers et les paiements.

 

Nomination - Conseil : Deloitte (France / Afrique francophone)

Emmanuel Gadret, Deloitte

Emmanuel Gadret, Deloitte

Deloitte a promu un nouveau « patron Afrique » en la personne d’Emmanuel Gadret, qui jouit de près de trois décennies d’expérience au sein du « Big Four » anglophone. En juin 2020, il avait été nommé chief operating officer au sein du comité exécutif de Deloitte France et Afrique Francophone. Il remplace Brice Chasles, qui avait pris les commandes de Deloitte Afrique en 2018 en tant que managing partner, et qui devient pour sa part directeur du métier financial advisory de Deloitte France & Afrique francophone.

 

Nomination - Avocats : DLA Piper (France / Afrique)

Bruno Gay, DLA Piper

Bruno Gay, DLA Piper

Le bureau parisien de DLA Piper accueille Bruno Gay en tant que counsel afin de renforcer la pratique Afrique du cabinet sur l’ensemble des questions liées à la structuration, au développement et à l’acquisition de projets internationaux, particulièrement dans le secteur des industries extractives et énergétiques en Afrique francophone. Auparavant, il exerçait au sein du département Énergie & Infrastructures d'Orrick Rambaud Martel en qualité d’of counsel depuis janvier 2014. Bénéficiant d’une quinzaine d’années d’expérience, il conçoit et dirige des programmes de renforcement de capacités sur mesure au profit des États africains, dans le cadre de la réforme de leurs législations et de la renégociation de contrats dans le secteur extractif.

 

 

Événements :

  • 16 juin (10h30-11h30) : webinaire organisé par le le Comité d’Échanges Afrique-France (CEAF) de la CCI Paris-Ile-de-France, en partenariat avec la Chambre Tuniso-Française de Commerce et d’Industrie (CTFCI), et consacré aux opportunités d’affaires du BTP en Tunisie. Outre une présentation de l’économie tunisienne, du marché du BTP et du second œuvre, des modalités d’approche de ce marché, les intervenants présenteront la mission de prospection proposée par la Chambre Tuniso-Française de Commerce et d’Industrie, du 6 au 8 octobre 2021, organisée en parallèle du Salon méditerranéen du bâtiment, Medibat à Sfax.
  • Paris, 16-28 juin : forum Africa Oil & Power (AOP), qui accueillera des délégations de gouvernements africains francophones et des financiers européens. L'événement est entièrement consacré à l'engagement et à la signature d'engagements majeurs entre les investisseurs européens et les entreprises et gouvernements africains, encourageant une synergie continue entre les acteurs du pétrole et des énergies renouvelables.
  • 22 juin (9h30-11h) : webinaire organisé par la douane française sur les gains de trésorerie et les facilitations des opérations d’import-export dont peuvent bénéficier les entreprises dans le cadre des accords commerciaux passés en Afrique et au Moyen-Orient. Des entretiens avec des experts douaniers en poste à l’international sont ensuite prévus aux dates suivantes : le 23 juin avec l’expert en poste à Dakar (zone de compétence : Sénégal, Bénin, Guinée, Mauritanie, Guinée-Bissau, Gambie, Cap-Vert, Mali, Niger, Tchad, Burkina-Faso, Togo et Côte d'Ivoire) ; le 24 juin avec l’attaché douanier en poste au Maroc ; le 29 juin avec l’expert compétent pour l’Égypte et les Émirats arabes unis.
  • Dakar, 22-23 juin : sommet de l'accélérateur panafricain AfricArena, organisé en partenariat avec la Délégation Générale à l’Entreprenariat Rapide des Femmes et des Jeunes (DER/FJ) et #FastTrackTech Africa, le projet de ITC United Nations. Précédé la veille par un bootcamp organisé par Impact Hub, l’événement permettra à vingt pépites technologiques de la région de présenter leur modèle commercial et leurs solutions innovantes, ainsi que de participer à des conférences et des tables rondes d’experts dans les domaines des affaires, de la technologie et de l’investissement en Afrique. Parallèlement, investisseurs et VC axés sur l’Afrique participeront à des discussions et à des ateliers sur le co-investissement et sur la façon de faciliter le processus d’investissement dans les start-up technologiques sur le continent.

 

Et aussi...

  • Après sa récente expansion en Égypte, la fintech nigériane OPay, soutenue par des fonds chinois (relire bulletin #70), envisage de lever jusqu’à 328 M€ (400 M$), un financement record qui pourrait la transformer en licorne africaine valorisée plus de 1,3 Md€ (1,5 Md$).
  • La Société Financière Internationale (IFC), membre du Groupe de la Banque mondiale, et Proparco, filiale de l’AFD, financeront l’accélération de la modernisation des laboratoires d’analyses médicales de Cerba Lancet Africa (JV du français Cerba Healthcare et du sud-africain Lancet Laboratories) dans plusieurs pays du continent (Eswatini, Gabon, Ghana, Kenya, Mozambique, Nigeria, Rwanda, Tanzanie, Ouganda et Zambie), afin de renforcer leurs capacités diagnostiques face au Covid-19.
  • En marge de la visite du président Emmanuel Macron à Kigali, le 27 mai dernier, ont été signés trois accords entre Bpifrance, l’AFD et des organisations rwandaises. Visant à renforcer la coopération économique et à dynamiser les écosystèmes entrepreneuriaux locaux, ces accords faciliteront la mise en contact entre investisseurs français et rwandais (grâce à la plateforme EuroQuity de Bpifrance) et la formation des entrepreneurs (mise à disposition de la plateforme de formation en ligne Bpifrance Université E-learning). La banque publique tricolore accompagnera en outre le fonds souverain AGDF Corporate Trust (ex Agaciro Development Fund), notamment pour développer des actions communes en termes d’investissements directs et indirects.
  • En Côte d’Ivoire, Proparco vient de signer de nouveaux accords avec l’institution de microfinance Advance-CI, ainsi que la filiale ivoirienne de la banque panafricaine Ecobank et la Société Ivoirienne de Banque (SIB). En ligne de mire : soutenir les entreprises du pays impactées par la crise, notamment en déployant la garantie Choose Africa Résilience mise en place à l’échelle continentale dans cette optique.
  • La société sud-africaine d’investissement immobilier Growthpoint, cotée sur le Johannesburg Stock Exchange, vient de rejeter une offre de 449 M€ (546 M$) visant à acquérir ses actifs immobiliers en Europe. Émise en avril par le consortium européen Aroundtown et CPI Property Group, et portant sur la part minoritaire détenue par Growthpoint au sein de l’entreprise londonienne cotée Globalworth, cette offre a été jugée comme sous-évaluant les actifs concernés, principalement situés en Roumanie et Pologne.
  • Le fonds sud-africain Vantage Capital a récemment accordé un financement mezzanine de 19 M€ (23 M$) au groupe hôtelier égyptien PickAlbatros Hotels, signant à cette occasion son premier engagement aux pays des pharaons.
  • Le réseau vidéo mobile américain StarNews Mobile, société du portefeuille d'IPAE 2 (relire bulletin #115) qui permet aux célébrités et aux influenceurs de monétiser leurs bases de fans en Afrique, s’associe avec le géant Orange pour donner l’accès à ses contenus vidéo provenant de créateurs locaux en Afrique francophone. En bénéficieront les 150 millions d'abonnés d'Orange dans quinze pays africains.
  • Le président de la République togolaise a inauguré dimanche la Plateforme industrielle d’Adétikopé (PIA), alimentée à 90 % par des énergies renouvelables et présentée comme un fleuron de la politique agro-industrielle du pays. Fruit d'un PPP impliquant Arise, elle va permettre de favoriser la transformation locale des matières premières notamment agricoles destinées à l’exportation coton, noix de cajou, soja...), accélérer l’intégration des filières et l’émergence de nouvelles industries à fort potentiel. Le 4 juin, le président avait inauguré le Lomé Data Centre, un hub technologique destiné à stocker et administrer des serveurs et des équipements informatiques d'entreprises et de l'administration.
  • Menabytes, média d’informations technologiques axé sur la région MENAPT (Moyen-Orient, Afrique du Nord, Pakistan et Turquie) vient de publier une liste de cinquante-trois business angels couvrant le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, première ébauche qui devrait être complétée prochainement, et qui vise à combler le manque de ressources agrégées sur les investisseurs providentiels de la zone.
  • Au Zimbabwe, le français Voltalia vient d’entamer les travaux d’une centrale solaire photovoltaïque de 19,65 MWc dans la mine d’or de Blanket, toutes deux exploitées par le groupe minier canadien Caledonia.

 

Bonne fin de semaine et à mardi prochain !

 

Une information à nous soumettre pour ce Bulletin Afrique ? Écrivez-nous à : stephanie.roux@cfnews.net

Retrouvez l'ensemble des chroniques CFNEWS (Afrique, mais aussi Asie et Amérique latine) :