L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture Corporate Finance et Private Equity

CANVIEW

Afrique #143 : FairMoney, InTouch, Ed Partners, Pigier Cameroun, Vantage Capital, AIB Angola.. Accès libre


© FairMoney

© FairMoney

Services financiers : FairMoney / Tiger Global Management / DST Global / Flourish Ventures / Newfund / Speedinvest (France / Nigeria / États-Unis / Hong Kong / Autriche)

Deux ans après une levée de fonds de 10 M€ en série A (relire bulletin #61 et l’article FairMoney décuple ses forces sur CFNEWS), et trois ans après un tour d’amorçage de 1,2 M€, la néo-banque mobile franco-nigériane FairMoney, axée sur les marchés émergents, mobilise 36 M€ (42 M$) lors d’un nouveau tour de table mené par le californien Tiger Global Management, avec le concours de précédents investisseurs, l'hong-kongais Digital Sky Technologies (DST Global), l'américain Flourish Ventures, le français Newfund et l’autrichien Speedinvest. Fondé en 2017 par Laurin Hainy, Matthieu Gendreau et Nicolas Berthozat, FairMoney œuvre en faveur de l’inclusion financière, en tâchant de moderniser le secteur bancaire grâce à des paiements instantanés et un accès facilité au crédit. Employant quelque 150 employés entre Paris (son siège social), Lagos (équipes marketing, opérations et tech) et Bangalore, la pépite tricolore a connu une croissance spectaculaire l’an dernier, avec 3,5 millions d'utilisateurs enregistrés, 1,3 millions de comptes bancaires uniques et un volume de prêt accordé de 93 M$ au Nigeria et en Inde. Elle souhaite à présent s’appuyer sur cette levée de fonds pour étendre son offre de services bancaires dans ces deux pays, des marchés à fort potentiel de croissance pour lesquels l’inclusion financière est un enjeu majeur (voir fiche opération avec conseils sur CFNEWS).

 

Logiciel et services informatiques : InTouch / CFAO / Mobility54 / Worldline / TotalEnergies (Sénégal / France / Japon)

© InTouch

© InTouch

Fleuron de la fintech sénégalaise, l’agrégateur de moyens de paiement et d’intégration de services digitaux InTouch, qui propose également des solutions à valeur ajoutée comme la gestion de programme de fidélité ou encore la veille et gestion de la fraude, vient de bénéficier d’un investissement conjoint du groupe tricolore CFAO (filiale de Toyota Tsusho Corporation forte de 5,5 Md€ de chiffre d'affaires) et de Mobility54, le véhicule d’investissement créé par CFAO en partenariat avec Toyota en 2019 et dédié au secteur de la mobilité sur le continent. À leurs côtés, les actionnaires historiques Worldline et TotalEnergies, entrés au capital en 2017, remettent au pot à l’occasion de cette augmentation de capital d’environ 9 M€ (voir fiche opération avec conseils sur CFNEWS). La jeune pousse, créée en 2014 par Omar Cissé pour démocratiser l'accès aux services financiers en Afrique, entend utiliser cet apport pour renforcer son leadership sur le continent et étendre son empreinte territoriale, en s’appuyant sur la présence historique de CFAO dans trente-huit pays africains. Sa solution, qui offre une gamme de plus de 230 services digitaux (mobile money, agency banking, transfert d'argent, achat de crédit téléphonique…) et l’acceptation de tous les moyens de paiement disponibles dans les pays où InTouch opère à partir d'une interface unique, est aujourd’hui utilisée dans dix pays par mille clients corporate, 30 000 commerces et 1 200 stations-service de TotalEnergies. Employant actuellement plus de 250 personnes, la fintech sénégalaise ambitionne de se déployer dans cinq nouveaux pays d'ici la fin de l’année, et d’atteindre un total de vingt-et-un pays africains à l'horizon 2024.

 

Éducation & Formation : Ed Partners Africa / Pigier Cameroun / I&P / Acumen / Zephyr Management (Kenya / Cameroun / France / États-Unis)

© ED Partners Africa

© ED Partners Africa

On ne chôme pas chez Investisseurs & Partenaires (I&P), dont le véhicule d’impact I&P Afrique Entrepreneurs 2 (IPAE2) a accueilli depuis avril quatre nouvelles entreprises en portefeuille. Outre les ghanéens XpressGas et Zeepay (déjà évoqués dans les bulletins #138 et #142 ), il a en effet récemment investi dans EdPartners Africa au Kenya et Pigier Cameroun, deux sociétés respectivement actives dans le financement du secteur éducatif et la formation professionnelle.

Amos Mwangi, EdPartners Africa

Amos Mwangi, EdPartners Africa

La première, créée en 2018 par Lydia Koros, David FitzHerbert et Andrew West, accorde des prêts aux écoles privées accessibles à la population à bas revenus au Kenya, qui demeurent largement sous-bancarisées. « Il est extrêmement difficile pour les écoles privées à coût accessible d'accéder au crédit formel en raison de processus de demande laborieux et de garanties limitées. Les institutions financières classiques manquent de la connaissance opérationnelle nécessaire pour prêter à ce type d'écoles, ce qui ne fait qu'exacerber les problèmes d'un secteur déjà en manque de crédit », a expliqué son P-dg, Amos Mwangi. C’est dans l’optique d’étendre sa présence que la jeune pousse a levé fin juin dernier 1,6 M€ (205 MKES) en amorçage, auprès d'I&P mais également des fonds new-yorkais Acumen et Zephyr Management, ainsi que plusieurs investisseurs historiques (voir fiche opération sur CFNEWS). À ce jour, Ed Partners Africa a déjà accordé 1,3 M€ (162 MKES) de prêts à 142 écoles privées, scolarisant au total 41 000 élèves. « L'investissement d'I&P dans Ed Partners marque notre présence croissante en Afrique de l'Est, quelques mois après le lancement de notre bureau à Nairobi. Nous sommes fiers de soutenir ce nouvel investissement dans le secteur de l'éducation, qui constitue l'un des domaines de prédilection d'I&P. Construit sur une mission sociale forte, nous pensons que EdPartners a un grand potentiel d'impact dans le secteur de l'éducation au Kenya et, à plus long terme, en Afrique de l'Est », a déclaré Jérémy Hajdenberg, directeur général adjoint investissements chez Investisseurs & Partenaires.

Henri Tafou, Pigier Cameroun

Henri Tafou, Pigier Cameroun

Fondée en 2011 par l'entrepreneur Henri Tafou, Pigier Cameroun est quant à elle une école de commerce privée de l’enseignement supérieur, qui s’est donnée pour mission de « former pour l’emploi ». Sa société mère, le groupe Pigier, dont les origines remontent à 1850, constitue le plus important et le plus ancien réseau d’écoles professionnelles de France. Figurant parmi les leaders de la formation professionnelle et professionnalisante dans le pays, sa filiale camerounaise propose des cours en sciences humaines et en gestion, aux niveaux licences et masters professionnels (avec des filières, entre autres, en banque et finance d’entreprise, audit et contrôle de gestion, communication, marketing et digital, transport, logistique et douanes ou encore management des entreprises). L’engagement d’IPAE 2 aux côtés de Pigier Cameroun permettra à ce dernier de consolider ses acquis, avec l’amélioration continue de ses programmes de formations académiques ; de renforcer son positionnement sur le marché, afin de servir un plus grand nombre d’apprenants et de professionnels d’entreprises ; et enfin renforcer la gouvernance de l’entreprise, ainsi que ses performances opérationnelles (voir fiche opération sur CFNEWS).

Sébastien Boyé et Jérémy Hajdenberg, I&P

Sébastien Boyé et Jérémy Hajdenberg, I&P

Fortement touchées par la crise mondiale consécutive à la pandémie, les PME africaines ont plus que jamais besoin d’actionnaires et de partenaires tels que le fonds d’impact français créé en 2002 par Patrice Hoppenot et dirigé par Jean-Michel Severino depuis 2011 : « Notre présence dans sept bureaux sur le continent, au plus proche de nos investissements, a été un atout important pendant cette période », a ainsi confirmé Sébastien Boyé, directeur général investissements chez I&P. Dorénavant riche d’un portefeuille de treize entreprises diverses tant sur le plan sectoriel (nouvelles technologies et IT, agro-business, énergie, éducation et médias, santé) que géographique (onze pays d’Afrique subsaharienne), IPAE 2 ne compte pas pourtant se reposer sur ses lauriers : « Dans un contexte de ralentissement brutal de l’investissement dans le secteur privé sur le continent, nous avons pu continuer à déployer le fonds auprès de sociétés performantes et résilientes et nous sommes sur la voie d’une accélération sensible de notre rythme d’engagement avec un programme d’investissement très chargé dans les mois à venir », a assuré Jérémy Hajdenberg, également directeur général investissements.

 

Nouveau fonds : Vantage Capital / SFI / CDC Group / SIFEM / (Afrique du Sud / États-Unis / Royaume-Uni / Suisse / Europe / États-Unis)

© PickAlbatros Hotels

© PickAlbatros Hotels

Le quatrième véhicule de Vantage Capital, le plus grand gestionnaire de fonds mezzanine d'Afrique, semble en bonne voie pour atteindre sa taille cible de 297 M€ (350 M$). Il vient en effet de réaliser son premier closing à 176 M€ (207 M$), grâce aux engagements d'investisseurs commerciaux européens et américains (en particulier assureurs, fonds de pension et fonds de dotation), ainsi que d'institutions de financement du développement tels que la Société Financière Internationale (SFI ou IFC), le britannique CDC Group et la SIFEM, son homologue suisse. Vantage Mezzanine Fund IV a vocation à soutenir des entreprises africaines de taille moyenne, susceptibles de rencontrer des difficultés à mobiliser des capitaux par les canaux bancaires conventionnels. Le financement non dilutif apporté par le gestionnaire de fonds basé à Johannesbourg et au Cap permettra aux propriétaires d’entreprises de conserver à la fois le contrôle et leurs capitaux propres, tout en bénéficiant des ressources financières nécessaires à la réalisation de leur plein potentiel. Warren van der Merwe, associé gérant, s’est félicité du succès de l’opération, qu’il considère - surtout « dans un environnement aussi difficile » - comme « une validation de la classe d'actifs mezzanine en Afrique et de notre rôle de pionnier dans cet espace au cours des quinze dernières années ». Depuis le lancement de son premier véhicule en 2006, la division Mezzanine de Vantage Capital a finalisé trente-et-un investissements au sein de trois fonds dans onze pays africains, ce qui en fait le financeur mezzanine indépendant le plus important et le plus expérimenté du continent. Les prédécesseurs de Vantage Mezzanine Fund IV ont respectivement mobilisé 127 M€ (150 M$) investis dans cinq sociétés sud-africaines, 204 M€ (240 M$) investis dans treize entreprises à travers l’Afrique, et 244 M€ (287 M$) investis dans treize autres sociétés sur tout le continent. Fondé en 2001 et présidé par Luc Albinski, le fonds a notamment financé Vumatel, un opérateur sud-africain de réseau de fibre optique jusqu'au domicile dont la base d'abonnés est passée de 3 500 à plus de 90 000 en un peu plus de deux ans, grâce à l’investissement réalisé par Vantage Capital en 2016. Parmi les autres success stories revendiqués par le gestionnaire figurent Pétro Ivoire (dont le LBO en 2018, le tout premier en Afrique de l’Ouest francophone, a été facilité par l’apport de dette mezzanine), les cliniques du marocain CIM Santé (relire bulletin #105 ) ou encore l’égyptien PickAlbatros Hotels, qui a bénéficié fin 2020 de capitaux pour financer ses rénovations, à un moment où les banques hésitaient à soutenir le secteur de l'hôtellerie en raison de l'impact négatif de la pandémie.

 

Services financiers : Allied Insurance Brokers Angola / Olea Insurance Solutions (Angola / France)

© AIB Angola

© AIB Angola

Déjà présent dans vingt-deux pays et comptant plus de 300 collaborateurs, le courtier d’assurance panafricain indépendant Olea Insurance Solutions - dont le siège social est sis à Paris -  prend pied en Angola par l’intermédiaire d’une prise de participation majoritaire dans Allied Insurance Brokers (AIB Angola ou AIBA), numéro un angolais du courtage (voir fiche opération sur CFNEWS). Depuis sa fondation en 2010 par Rupert Weterings et Miguel Lucula, la cible a su s’imposer dans l’accompagnement de grands clients nationaux et internationaux s’installant en Angola , tels que les français Castel et TotalEnergies, ou encore la compagnie pétrolière américaine Chevron. Pouvant se targuer aujourd’hui d'une clientèle très diversifiée, AIBA collaborait avec Olea depuis le lancement de ce dernier en 2017, initialement en tant que correspondant local. Spécialisé dans les risques d’entreprise, l’acquéreur entend se positionner grâce à cette transaction comme le seul courtier d’assurance réellement panafricain, présent à la fois au Maghreb, en Afrique francophone, anglophone et désormais lusophone. Possédant des hubs à Paris, Abidjan, Johannesbourg, Londres et Nairobi, le groupe créé par Olivier Dubois et Olivier Canuel s'appuie sur un réseau de filiales piloté par des entrepreneurs expérimentés, ainsi que sur des outils informatiques innovants, pour assurer un suivi personnalisé des activités de ses clients en temps réel. Après s'être récemment rétabli au Rwanda, en Zambie, en Tanzanie et au Niger, Olea avait en ligne de mire l’Angola, en raison de son fort potentiel : deuxième producteur de pétrole d'Afrique subsaharienne, le pays connaît une reprise d'investissements d’ampleur, en particulier en matière de grands projets d’infrastructures, et bénéficie d'une politique visant à privatiser certains secteurs ouverts aux investisseurs de tous horizons. Parallèlement, le groupe qui compte Siaci Saint-Honoré parmi ses actionnaires, poursuit son développement initié en 2019 dans le secteur de la santé ; Olea Medical opère ainsi dans dix pays.

 

Agriculture et produits industriels : Compagnie Marocaine de Goutte à Goutte et de Pompage / Comptoir Agricole du Souss / Development Partners International  / AfricInvest (Maroc / Royaume-Uni / Tunisie)

© CMGP

© CMGP

Un mastodonte marocain de l’irrigation, l’agrofourniture, l’énergie solaire et l’infrastructure de l’eau vient d’être porté sur les fonts baptismaux. Trois ans après l’entrée du capital-investisseur britannique Development Partners International (DPI) - qui avait racheté les parts de la famille fondatrice Moamah et d’Amethis Maghreb Fund I (relire bulletin #21), la Compagnie Marocaine de Goutte à Goutte et de Pompage (CMGP), leader marocain des systèmes d'irrigation et des canalisations pour l’adduction et assainissement d’eau, a en effet finalisé cet été son rapprochement avec le Comptoir Agricole du Souss (CAS). Celui-ci est l’un des principaux acteurs de l’agrofourniture au Maroc (produits phytosanitaires, engrais, semences et micro-irrigation) et se positionne comme un précurseur du « One-stop-shop » au sein du royaume chérifien, c’est-à-dire d’interlocuteur de référence pour l’agriculteur. Les deux entreprises, qui utiliseront une enseigne commerciale commune (CMGP-CAS) dont le CA consolidé atteindra les 161 M€ (1,7 MdMAD), bénéficieront ainsi de fortes complémentarités en termes de gamme de produits, d’expertise et de canaux de distribution. À cette occasion, le fonds panafricain AfricInvest (basé à Tunis) rejoint African Development Partners II (ADP II), véhicule géré par DPI, dans le tour de table de CMGP. « AfricInvest est enthousiaste à l'idée de s'associer à CMGP-CAS dans la prochaine étape de son développement, en mettant à la disposition de ses partenaires les meilleures solutions d'irrigation et de fertilisation permettant de maximiser la production alimentaire tout en réduisant la consommation d'eau. » a commenté Brahim El Jai, senior partner au sein d'AfricInvest, qui a ajouté : « En outre, nous sommes heureux et fiers de contribuer à la réalisation de notre promesse d'impact en soutenant la croissance de solutions d'irrigation et d’infrastructures pour l'adduction d'eau et l'assainissement, qui tendent à améliorer les conditions de vie. ». CMGP a été conseillée par Derenia Capital, Smyle Finance et Allen & Overy, CAS par BMCE Capital Conseil et Norton Rose Fulbright, tandis que DLA Piper est intervenu auprès d’AfricInvest.

 

Nouveau fonds : Seedstars Africa Ventures / LBO France (France / Afrique subsaharienne)

Maxime Bouan et Tamim El Zein, Seedstars Africa Ventures

Maxime Bouan et Tamim El Zein, Seedstars Africa Ventures

L’accélérateur Seedstars Africa Ventures, qui dispose de bureaux à Paris (piloté par Maxime Bouan et Tamim El Zein), Lagos, Abidjan, Dar Es Salam et au Cap, a su convaincre la firme de private equity LBO France d’injecter 6,4 M€ (7,5 M$) dans son véhicule multisectoriel de 85 M€ (100 M$). Lancé en 2019 (relire bulletin #47), ce dernier est destiné au financement d'entreprises innovantes opérant en Afrique subsaharienne. Il injecte des tickets compris entre 213 K€ et 1,7 M€ (250 K$ à 2 M$) dans des sociétés en phase de démarrage, à l’occasion de tours d'amorçage et de série A. Actif dans vingt-cinq pays africains, Seedstars Africa Ventures est détenu par la société d’investissement suisse Seedstars, fondée à Genève en 2012. Le véhicule a réalisé récemment son troisième investissement, cette fois dans le secteur agricole, après avoir investi dans l’éducation et la connectivité. Ses associés

 

Nomination - Institution financière : Agence Française de Développement (France / Afrique)

Christian Yoka, AFD

Christian Yoka, AFD

L’Agence Française de Développement (AFD) a nommé Christian Yoka, un Français d’origine congolaise, au poste de directeur du département Afrique en remplacement de Rima Le Coguic, nommée directrice exécutive adjointe de l’agence publique Expertise France, pour prendre en charge les opérations de la future filière d’expertise technique du groupe. Ayant intégré l’AFD en 2001 en tant que conseiller juridique au département des risques, le nouveau Monsieur Afrique de l’institution occupait depuis août 2018 la fonction de directeur régional pour l’Afrique de l’Est.

 

Événement :

  • Cotonou (Bénin), 26-27 août : quatrième édition du Benin Investment Forum, plateforme transactionnelle multipartite destinée à accélérer les investissements dans le pays grâce à des rencontres de haut niveau, et qui se tiendra en présentiel sous le thème « Bénin terre de vos projets ». Objectif : faire découvrir, échanger et partager les nouvelles dynamiques et opportunités économiques de la République de Bénin dans tous les secteurs d’activités, mettre en place un pipeline de projets solvables et conclure des transactions structurantes. La présentation des mesures incitatives offertes par le gouvernement alternera avec des sessions de networking et deal-rooms dédiées aux projets d’investissement.

Et aussi...

  • Après avoir créé en 2017 une holding continentale basée à Casablanca (Réalités Afrique), puis sa filiale marocaine, le promoteur coté français Réalités, spécialisé dans le développement territorial, ouvre une filiale de maîtrise d’ouvrage à Dakar. L’entreprise à mission Réalités Sénégal, qui sera dirigée par Amadou Dieng et accueillera prochainement cinq collaborateurs, aura vocation à développer des projets immobiliers et urbains, majoritairement résidentiels, à forte valeur ajoutée pour le territoire sénégalais.
  • Le géant des télécoms Orange envisage de prendre une prise de participation dans l'opérateur éthiopien Ethio, en voie de privatisation partielle.
  • Désireux de développer l'influence de la France hors de son pré carré francophone en Afrique, le gouvernement français a récemment obtenu l’installation à Paris d’une succursale d'Access Bank, l’une des principales banques du Nigeria, dirigée par Herbert Wigwe.
  • Au Mali, l’IPP Legendre Energie, filiale du groupe hexagonal Legendre, vient de signer un contrat de concession sous forme de PPP pour sa centrale solaire de Fana, avec les autorités maliennes de transition. Située près de Bamako, la centrale affichera une capacité de 50 MWc, ce qui fera d’elle la grande centrale photovoltaïque du pays avec celle de Kita, construite par le français Akuo Energy. Sa mise en œuvre nécessitera un investissement de plus de 50 M€.
  • L’AFD a octroyé au Maroc un financement d’un montant global de 150,6 M€ afin de soutenir sa nouvelle stratégie agricole, qui met l’accent sur la revitalisation des territoires ruraux marocains par le renforcement des infrastructures de commercialisation agricole, le développement de l’entreprenariat agricole et para-agricoles et la conversion des petites exploitations vers des modes de production plus respectueux des ressources naturelles.
  • Total Eren, filiale de la société française Eren, s’apprête à développer une centrale solaire photovoltaïque de 50 MW près de Libreville au Gabon.
  • Le producteur indépendant d’électricité GreenYellow, filiale du groupe Casino spécialisée dans les EnR, installera à Diamniadio (près de Dakar), une centrale solaire de 1,56 MWc pour Senico, une entreprise spécialisée dans la production et la commercialisation des produits agroalimentaires.
  • La RATP, qui assurait l'exploitation du métro d'Alger depuis 2011, négocie actuellement la clôture définitive de son contrat d'exploitation, tout en cherchant des garanties sur ses six réseaux de tramway.
  • L’Agence Française de Développement (AFD) et le Fonds Français pour l’Environnement Mondial (FFEM) co-financent la deuxième phase de Combo+, un programme de préservation et de régénération de la biodiversité, représentant un budget total de 10 M€. Mis en œuvre par l’organisation américaine de protection de la nature Wildlife Conservation Society (WCS), il bénéficie à quatre pays africains (Madagascar, Ouganda, Guinée et Mozambique).
  • L’application de e-commerce B2B marocaine Chari, société du portefeuille d’Orange Digital Ventures (relire bulletin #116), devient la première start-up maghrébine à rejoindre les rangs de l’accélérateur californien Y Combinator, qui prend une participation de 7 % du capital.
  • Le gouvernement djiboutien vient d’ouvrir le capital de Djibouti Telecom aux investisseurs privés. L’État proposera une part minoritaire mais significative de l'actionnariat de l’opérateur national historique à un partenaire stratégique de premier plan.
  • Le géant français Canal+ s'associe à Digster Africa, une application de streaming musical 100 % africaine, créée et développée par l’ivoirien Universal Music Africa, afin de proposer à ses abonnés un riche catalogue de playlists de musique africaine, sans limites.

 

Bonne fin de semaine, excellentes vacances à vous, et à la rentrée de septembre !

Une information à nous soumettre pour ce Bulletin Afrique ? Écrivez-nous à : stephanie.roux@cfnews.net

Retrouvez l'ensemble des chroniques CFNEWS (Afrique, mais aussi Asie et Amérique latine) :