L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture Corporate Finance et Private Equity

CANVIEW

Afrique #147 : 54gene, Carrefour, Capiter, AFC, Camusat...


© 54gene

© 54gene

Biotechnologies & Santé : 54gene / Cathay AfricInvest Innovation Fund / Adjuvant Capital / Plexo Capital / KdT Ventures / Endeavor Catalyst /  Ingressive Capital (Nigeria / États-Unis)

Dans l’optique de contribuer à la découverte de nouveaux médicaments, la start-up américano-nigériane de recherche en génomique 54gene lève environ 21 M€ (25 M$) à l’occasion d’une série B menée par Cathay AfricInvest Innovation Fund, un véhicule de droit américain lancé en avril 2019 par le VC franco-chinois Cathay Innovation et le capital-investisseur tunisien AfricInvest. Un consortium d’investisseurs historiques et nouveaux a participé à ce tour de table : les américains Adjuvant Capital, Plexo Capital, KdT Ventures, Endeavor Catalyst et le nigérian Ingressive Capital. Ayant réussi l’exploit de passer du stade d’amorçage à celui de série B en moins de deux ans - performance atteinte par très peu d’entreprises du secteur des technologies de la santé en Afrique - 54gene utilisera les ressources récoltées pour recruter et former des cliniciens et professionnels de la santé qui traiteront les données génomiques obtenues pour mettre sur pied de nouveaux médicaments. La jeune pousse basée à Lagos et Washington D.C. entend par ailleurs poursuivre son expansion sur le continent - à commencer par l’Afrique de l’Est et de l’Ouest - via des partenariats avec des sociétés de technologie de la santé. Alors que près de 90 % du matériel génétique utilisé dans l’industrie pharmaceutique est d’origine caucasienne (en dépit du fait que les personnes d’ascendance africaine diffèrent génétiquement davantage entre elles que toutes les autres ethnies combinées), la société fondée par le Dr Abasi Ene-Obong ambitionne de recueillir près de 500 000 échantillons d’ADN africains pour des tests génétiques dans ses laboratoires ; elle en dispose actuellement de 300 000.

 

Distribution : Shoprite / Carrefour / Madjid Al Futtaim / Shoprite (Ouganda / France / Émirats arabes unis / Afrique du Sud)

© Carrefour

© Carrefour

En Ouganda, le géant de la distribution Carrefour devrait finaliser, d’ici la fin de l’année, le rachat de six magasins de la filiale locale de son homologue sud-africain Shoprite, localisés à Kampala et Entebbe. Réalisée avec le concours du conglomérat émirati Madjid Al Futtaim (MAD), titulaire de la franchise Carrefour dans vingt-cinq pays dont l’Ouganda, cette transaction - dont le montant n’a pas été divulgué - portera à huit le nombre total de succursales opérées par MAD sous la bannière Carrefour dans ce pays d’Afrique de l’Est, région où le marché de la distribution est l’un des plus dynamiques du continent. En dépit de ce dynamisme, le pays a dû faire face ces dernières années à un exode régulier des entreprises étrangères, notamment sud-africaines, du fait du ralentissement de la croissance économique, exacerbé en 2020 par les conséquences de la crise du Covid-19. Le mois dernier, Shoprite avait ainsi fait part de son intention de quitter l’Ouganda (où il avait pris pied en 2000) et Madagascar, suite à des dévaluations monétaires, à la baisse du prix des biens de première nécessité et d’une forte inflation frappant de plein fouet le pouvoir d’achat des populations. Son compatriote Massmart ayant pris la même décision concernant le marché ougandais, la concurrence apparaît nettement affaiblie, ce qui devrait être favorable aux ambitions de Carrefour dans le pays. Ayant lancé ses activités en Ouganda en décembre 2019, le groupe français y détenait jusqu’à présent deux enseignes, approvisionnées à 98 % sur le marché local.

 

E-commerce : Capiter / Quona Capital / MSA Capital / Savola / Shorooq Partners / Foundation Ventures / Accion Venture Lab / Derayah Ventures (Égypte / États-Unis / Chine / Arabie saoudite / Émirats arabes unis)

© Capiter

© Capiter

L’entreprise égyptienne d'e-commerce Capiter a réuni 28 M€ (33 M$) à l’occasion d’une série A menée par le VC américain Quona Capital (spécialisé sur le secteur de la fintech) ainsi que la société d’investissement multisectorielle chinoise MSA Capital, avec la participation des saoudiens Savola et Derayah Ventures, de l’émirati Shorooq Partners, de l’égyptien Foundation Ventures, et de l’américain Accion Venture Lab. Revendiquant plus de 50 000 marchands sur sa plateforme qui connecte fabricants, marques, grossistes et détaillants, la pépite cairote fondée en 2019 par Ahmed et Mahmoud Nouh entend atteindre le milliard de dollars de revenus annuel en 2022. Ce nouvel apport contribuera à financer son expansion rapide dans les services financiers digitaux et les nouveaux marchés.

 

Nouveau fonds - Infrastructures & Développement durable : Africa Finance Corporation  / AFC Capital Partners / Infrastructure Climate Resilient Fund (Nigeria / Maurice / Afrique)

Ayaan Zeinab Adams, AFC Capital Partners

Ayaan Zeinab Adams, AFC Capital Partners

L’Africa Finance Corporation (AFC), une institution financière multilatérale de développement panafricaine établie en 2007 à Lagos, lance un nouveau véhicule d’investissement de 424 M€ (500 M$) pour les infrastructures résilientes au climat. Administré par AFC Capital Partners, une branche de l'AFC fraîchement créée et domiciliée à Maurice, dédiée à la gestion d'actifs, il sera piloté par Ayaan Zeinab Adams, une spécialiste de l’investissement climatique ayant fourbi ses armes au sein du Fonds vert pour le climat de l’ONU ainsi que de la Société Financière Internationale (SFI ou IFC), la filiale du groupe de la Banque mondiale responsable du financement du secteur privé. L’Infrastructure Climate Resilient Fund (ICRF), ou Fonds pour les infrastructures résilientes au changement climatique, vise à améliorer la qualité des ports, des routes, des ponts, des chemins de fer, des installations de télécommunication, la production des énergies propres et la logistique en Afrique. Si l’AFC Capital Partners compte lever 424 M€ (500 M$) au cours des douze prochains mois pour ce véhicule, il souhaite ensuite, pour les trois années à venir, atteindre 1,7 Md€ (2 Md$). Pour offrir des opportunités d’investissement attrayantes à la communauté internationale, le fonds nouvellement constitué à l’Île Maurice aura recours à des structures traditionnelles de financement de projets et de capital-investissement, soutenues par un mélange de financements concessionnels, de subventions et de « soft equity ».

 

Nouveau fonds - Infrastructures & Développement durable : ARM-Harith Infrastructure Investments / ARM-Harith Cities and Climate Transition / Global Innovation Lab for Climate Finance / Fondation Rockefeller (Maurice / Afrique de l’Ouest / Pays-Pas / Allemagne / Suède / Royaume-Uni / États-Unis )

Le fonds infrastructurel mauricien ARM-Harith lance un véhicule d'infrastructures climatiques urbaines de 212 M€ (250 M$) axé sur la mise en place d’infrastructures durables et résilientes au climat en Afrique de l’Ouest. Baptisé ARM-Harith Cities and Climate Transition (The ACT Fund), ce dernier a été conçu en partenariat avec le Global Innovation Lab for Climate Finance, une initiative de partenariat public-privé (PPP) financé par les gouvernements néerlandais, allemand, suédois et britannique, ainsi que par la Fondation Rockefeller. The ACT Fund financera dans un premier temps les infrastructures urbaines, notamment les énergies renouvelables, la mobilité urbaine, l’eau et les déchets, particulièrement au Nigeria. S’inscrivant dans un programme plus vaste d'investissement dans les infrastructures climatiques, il a vocation à mobiliser des capitaux internationaux et l'épargne retraite nationale dans des infrastructures qui soutiennent un avenir à faible émission de carbone.

 

EnR & Infrastructures télécoms : Aktivco / Camusat / Energy Inclusion Facility / BAD / Lion’s Head Asset Management / Proparco / Norfund / AfricaGoGreen / KfW (France / Afrique / Royaume-Uni / Norvège / Allemagne)

© Aktivco / Camusat

© Aktivco / Camusat

Aktivco, le véhicule d’investissement du groupe Camusat créé en 2017 pour financer des infrastructures de télécommunications, signe une facilité de crédit de 60 M€ dans l’optique de fournir des énergies renouvelables et des solutions d’efficacité énergétique à dix mille sites abritant des pylônes de télécommunication d’ici 2025 en Afrique. Accordée par l’Energy Inclusion Facility (EIF ou Facilité pour l’inclusion énergétique) - un mécanisme de financement capitalisé par la Banque Africaine de Développement (BAD) et d’autres institutions de financement du développement et géré par le britannique Lion’s Head Asset Management - cette ligne de crédit permettra à Camusat de mener à bien ses activités sur le continent, où il est historiquement très actif depuis le début des années 2000. Sur le montant total versé, 27 M€ sont alloués par la FEI, 16 M€ par Proparco, la filiale de l’Agence Française de Développement (AFD), 9 M€ par Norfund, la société de capital-investissement du gouvernement norvégien, et 8 M€ par AfricaGoGreen (AGG), un véhicule lancé par la banque de développement allemande Kreditanstalt für Wiederaufbau (KfW) pour promouvoir les investissements privés qui atténuent ou réduisent les émissions de gaz à effet de serre (GES). Aktivco s’appuiera sur la facilité de crédit pour financer et déployer rapidement de nouveaux projets sous le modèle Energy Service Company (ESCO), c’est-à-dire des  entreprises de services professionnels offrant une vaste gamme de solutions énergétiques dont l’objectif principal est la réalisation d'économies d'énergie. Les principaux pays africains visés sont le Tchad, le Cameroun, le Niger, le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire. L’opérateur d’infrastructure de télécommunications opère actuellement quelque trois mille sites ESCO. Sa société mère, le groupe Camusat, soutenu par Equistone Partners depuis 2016 (relire article Camusat se connecte à un nouveau fonds sur CFNEWS) et employant plus de 2 600 personnes dans 50 pays, avait cédé sa filiale française historique à Circet fin 2013 (lire l’article Camusat France change d'antennes sur CFNEWS).

 

Fonds : Vantage Mezzanine Fund IV / Vantage Capital / BluePeak Private Capital Fund I / Bluepeak Private Capital / CDC Group (Afrique du Sud / Tunisie / Royaume-Uni)

© CDC Group

© CDC Group

Désireux de mener à bien sa stratégie de soutien aux entreprises intermédiaires en Afrique, dans le cadre de sa stratégie récemment mise sur pied (l’African Private Credit Fund Strategy), l’institution britannique de financement du développement CDC Group injecte près de 51 M€ (60 M$) dans deux fonds d’investissement dédiés au continent. La moitié a été engagée au profit de Vantage Mezzanine Fund IV, un véhicule géré par le fonds mezzanine sud-africain Vantage Capital, tandis que l’autre a été investie au sein de BluePeak Private Capital Fund I, un véhicule géré par BluePeak Private Capital, une firme de private equity tunisienne disposant de bureaux à Tunis, Londres, Nairobi et Lagos. Grâce à cet apport, les deux bénéficiaires seront en mesure d’accroître leurs prêts aux entreprises africaines du marché intermédiaire. Le partenariat conclu avec Vantage Capital et BluePeak s’étendra à d’autres gestionnaires de fonds actifs auprès des entreprises de taille intermédiaire en Afrique. Grâce à sa nouvelle stratégie axée sur l’Afrique, CDC Group espère in fine attirer des investisseurs sur les marchés africains.

 

 

Nomination - Fonds : Bpifrance (Sénégal / Guinée / France)

Christophe Plastre, Bpifrance

Christophe Plastre, Bpifrance

Bpifrance vient d'ouvrir un nouveau bureau à Dakar, dédié au Sénégal mais également à la Guinée. C'est à Christophe Plastre, adjoint responsable de zone Afrique de l'Ouest, Centrale et du Nord, qu'a été confiée la direction de cette antenne africaine. Il exerçait jusque-là au sein du bureau régional de la banque publique d'investissement à Abidjan depuis septembre 2019, après avoir travaillé deux ans à Paris. Il s'est notamment illustré par son soutien au développement du Club Abidjan Ville Durable. Dans son nouveau poste, il travaillera au développement des courants d’affaires entre le Sénégal et la France, dans une logique de co-investissement et de co-financement.

 

Événement :

  • 28-30 septembre : Africa CEO Forum, événement annuel consacré aux acteurs du secteur privé africain, co-organisé par Jeune Afrique Media Group et la SFI (ou IFC), qui sera 100 % digital cette année et aura pour thème : « Le monde qui vient : quelles stratégies pour l'Afrique et son secteur privé ? ». 

 

Et aussi...

  • Bpifrance et la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) formalisent leur coopération par la signature d’un cadre de collaboration destiné à développer des activités et financer en commun des projets au sein de la zone UEMOA, notamment au profit des PME, pour des sujets relatifs entre autres à la création, l’innovation, le développement, l’investissement, et l’internationalisation. S’inscrivant dans le cadre de l’engagement de la BOAD en faveur des PME de la sous-région ouest africaine, ce partenariat contribuera à faciliter leur accès aux financements, en particulier aux crédits à moyen et long terme.
  • Le néerlandais Global Innovation Initiative Group (GIIG) vient d’implémenter un véhicule, le GIIG Africa Fund, ambitionnant de lever 85 M€ (100 M$) qui seront ensuite investis dans des start-up africaines prometteuses en phase de démarrage, au cours des trois prochaines années. Visant un rendement supérieur à 25 %, le GIIG Africa Fund soumettra les candidats à une intense compétition, afin de ne retenir que la « crème de la crème » des jeunes pousses du continent.
  • Pour financer le lancement de la 5G sur ses marchés africains - au plus tard en 2022 - le groupe télécoms tricolore Orange a initié diverses opérations, notamment par l'intermédiaire d'une nouvelle ouverture de son capital à ses salariés, en particulier ceux d’Afrique. Baptisée Together 2021, l’opération porte sur environ 1 % du capital et tournera sur un plafond maximum de souscriptions d’une valeur de 260 M€. Elle sera réalisée par une cession d’actions existantes qui seront rachetées préalablement par Orange dans le cadre de son programme de rachat.
  • Sogedi, premier producteur et distributeur de gaz industriel en Guinée, vient d’être racheté par le sénégalais Elton Oil International. Fondée en 1952 à Conakry, la cible est une ancienne filiale du groupe français Air Liquide. Son actionnaire historique a été conseillé lors de cette cession par Enexus Finance et Fieldfisher, tandis que Mazars Sénégal est intervenu côté acquéreur.
  • Sous l’égide du Conseil des ministres africains de l’eau (Amcow), à l’occasion d’une réunion inaugurale à Rotterdam, un panel de haut niveau a été constitué pour mobiliser les investissements dans le secteur de l’eau, dont le déficit annuel d’investissement est estimé entre 40 et 48 Md€ (47 et 54 Md$) sur le continent.  Pour réduire celui-ci, le panel élaborera un plan d’investissement pour la Conférence des Nations Unies de 2023 sur l’eau et celle des chefs d’État de l’Union africaine (UA). Le panel devra donc proposer une voie claire et des recommandations pour que les pays africains mobilisent au moins 25 Md€ (30 Md€) par an.
  • La société d’investissement rwandaise Fortis Green Renewables Investment Management, qui finance des actifs d’EnR small-cap en Afrique subsaharienne, a récemment bouclé le premier closing à 5 M€ (6 M$) de son Green Fund I auprès d'investisseurs privés américains, de family offices et de gestionnaires de patrimoine. Ciblant une taille finale de 17 M€ (20 M$), il avait pour objectif de lever 8,5 M€ (10 M$) d’ici fin août.
  • L’association panafricaine Afric’Innov, basée à Dakar et œuvrant à la professionnalisation et à la structuration de l’accompagnement à l’entrepreneuriat en Afrique, lance un appel à candidatures pour la deuxième édition d’« Expert de l’Accompagnement », un parcours de formation complet et certifiant de vingt-et-une semaines (octobre 2021 à février 2022). Afric’Innov vient en outre d’attribuer son label (lancé à l’été 2020 avec le soutien de l’AFD) à trois structures d’accompagnement à l’entrepreneuriat innovant (SAEI) jugées les plus performantes sur le continent : Energy Generation (Togo), IMPACT Lab (Maroc) et JA Gabon. Ce sont désormais huit SAEI africaines qui possèdent cette distinction.

 

Bonne fin de semaine et à mardi prochain !

 

Une information à nous soumettre pour ce Bulletin Afrique ? Écrivez-nous à : stephanie.roux@cfnews.net

Retrouvez l'ensemble des chroniques CFNEWS (Afrique, mais aussi Asie et Amérique latine) :