L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture
Corporate Finance et Private Equity

Chronique

Afrique #63 : Sobema, CDCI, Derichebourg, Neo Real Estate, CMS...

PAR  | 08 octobre 2019 | 4316 mots
Sobema est la société soeur de Comafruits, la Compagnie malienne de fruits, également fondée par l'entrepreneur italien Dino Ballestra.

Sobema est la société soeur de Comafruits, la Compagnie malienne de fruits, également fondée par l'entrepreneur italien Dino Ballestra. © Creative Commons CC0

Bulletin Hebdo Afrique

Agroalimentaire : Sobema / Moringa (Mali / France)

Sobema (Société des Boissons et Eaux Minérales du Mali) , qui fournit les marchés locaux en boissons à base d’ingrédients d'origine locale, allant de l’eau minérale aux jus de fruits et aux boissons aromatisées, accueille Moringa à hauteur de 46 %. Fondée en 2013 par l’entrepreneur Dino Ballestra , la cible dispose de fortes synergies avec Comafruits , producteur de purée de mangues, dont elle partage d’ailleurs les usines de traitement de Sélingué, et qui fait partie du portefeuille de Moringa depuis janvier dernier (relire bulletin #35 ). Cet investissement permettra à Sobema de diversifier sa gamme de produits, et ainsi d’accroître les revenus des agriculteurs maliens. Le fonds à impact basé à Paris et Genève, dédié aux projets d'agroforesterie en Afrique subsaharienne et en Amérique latine, signe ici son dixième investissement et le sixième de son compartiment africain depuis son lancement en 2013. Il soutient ainsi la diffusion des pratiques d’agroforesterie et d’utilisation durable des terres. Le montant de la transaction reste confidentiel, mais la joint-venture du groupe Edmond de Rothschild et de l’ONF International investit généralement entre 4 et 10 M€ par projet. Désireux de mettre l’emphase sur le bio et de contribuer à l’émergence de leaders régionaux dans l’agriculture, le fonds ambitionne aussi, selon son dirigeant Clément Chenost , d’approvisionner les marchés européens (pour plus de détails, voir la fiche opération sur CFNEWS).

 

Distribution : Compagnie de distribution de Côte d’Ivoire / Label’Vie / Amethis (Côte d’Ivoire / Maroc / France)

Enseigne CDCI demi-gros et détail en Côte d'Ivoire

Enseigne CDCI demi-gros et détail en Côte d'Ivoire - © Compagnie de distribution de Côte d’Ivoire

Le fonds d’investissement tricolore Amethis , dédié aux investissements responsables à long terme en Afrique et qui gère plus de 725 M€, a cédé fin septembre sa participation de 25 % dans la Compagnie de Distribution de Côte d’Ivoire (CDCI) à Retail Holding, l’actionnaire majoritaire du Groupe Label’Vie, coté à la Bourse de Casablanca depuis 2008, numéro deux de la distribution marocaine et détenteur de la franchise Carrefour au Maroc. Fort de 1,26 Md€ de chiffre d’affaires, Retail Holding a également racheté les 40 % détenus par Yasser Ezzedine , entrepreneur ivoirien-libanais et pionnier de la distribution moderne ivoirienne, qui avait acquis la CDCI en 2002 auprès du groupe Unilever . La cession de la participation minoritaire d’Amethis à Retail Holding était prévue par un accord de promesse d’achat entre les deux investisseurs, remontant à leur entrée fin 2014 au capital de ce fleuron de la distribution ivoirienne (voir fiche opération de 2014 sur CFNEWS). Leur soutien a permis à la société de moderniser et d’élargir son réseau de distribution (avec l’ouverture de plus d’une vingtaine de magasins), d’amorcer son expansion en Afrique sub-saharienne, ainsi que d’opérer un repositionnement stratégique sur son activité de vente de détail. La CDCI dispose aujourd’hui d’un réseau de plus de 150 magasins employant près de deux mille personnes ; présente à la fois sur les segments grossiste et détaillant, elle réalise un chiffre d’affaires de l’ordre de 250 M€ fin 2018 et se focalise essentiellement sur les classes moyennes et populaires de Côte d’Ivoire (voir fiche de l’opération sur CFNEWS).

 

Environnement & CleanTechs : Derichebourg AD Development / Derichebourg / Mecomar (Maroc / France)

Camions Derichebourg au Maroc

Camions Derichebourg au Maroc - © Derichebourg

Le groupe coté Derichebourg , spécialisé dans les prestations de services aux entreprises et aux collectivités, quitte le Maroc en cédant ses actifs à son associé marocain Mecomar . L'entreprise familiale (qui détenait jusqu’ici 49 % du capital) lui rachète sa participation de 51 % dans Derichebourg AD Développement Holding , qui regroupe l’ensemble de ses activités de collecte de déchets ménagers et de prestations de services dans le royaume. Cette opération rentre dans le cadre de la poursuite de la stratégie de croissance du groupe français sur le marché européen, notamment avec son nouveau contrat de collecte et de recyclage de déchets à Paris. Au Maroc, il avait remporté en 2015 un contrat pour gérer la collecte des déchets ménagers d'une partie de la communauté urbaine de Rabat et un autre en 2014 pour celle de deux arrondissements de Marrakech. Plus récemment, il avait décroché un contrat auprès de la municipalité de Casablanca pour la gestion des déchets de la ville pendant sept ans avec l’entreprise émirienne Averda. Mecomar prendra la relève après le départ de Derichebourg, et bénéficiera avec son partenaire Averda d’un soutien financier de 85,6 M€ (932 MMAD) par an de la municipalité. Pour Derichebourg, qui a engrangé près de 3 Md€ de chiffre d’affaires l’an dernier avec 39 400 collaborateurs implantés dans treize pays sur trois continents, l'impact net du résultat de l'activité 2019 et du résultat de cession des activités au Maroc sera peu significatif sur le résultat avant impôt du groupe (voir fiche de l'opération sur CFNEWS).

 

Construction : Neo Real Estate / CIOA / Neo Industry (Cameroun / France)

CIOA lance une JV avec Neo Industry, le premier groupe agro-industriel camerounais, pour implanter dans chaque région du Cameroun son fablab de la construction, « Bati-Fablab ».

CIOA lance une JV avec Neo Industry, le premier groupe agro-industriel camerounais, pour implanter dans chaque région du Cameroun son fablab de la construction, « Bati-Fablab ». - © CIOA

Les dirigeants de la PME varoise d'ingénierie d'affaires CIOA , spécialisée dans les relations interentreprises à l'international, viennent de conclure un accord de joint-venture pour 3,5 M€ avec Emmanuel Neossi , le promoteur de Neo Industry , unité de transformation de fèves de cacao basée à Kékem, dans la région occidentale du Cameroun. La nouvelle entité, dénommée Neo Real Estate , sera contrôlée à 49 % par CIOA, contre 51 % par Neo Industry (voir fiche de l'opération sur CFNEWS). La co-entreprise exploitera sous licence les technologies de micro-usine « Bati-Fablab » du groupe CIOA, qui permettront la production sur place de 80 % des matériaux nécessaires à la construction de bâtiments, ainsi que l'installation d'un Bati-Fablab pilote d'une capacité de mille logements par an. L’accord entre les deux sociétés prévoit également l'installation d'un centre de préparation et de distribution de Road Rock, la technologie économique et écologique de pavage des routes, sans apport d'agrégats, ainsi qu'un programme de développement visant l'implantation d'un Bati-Fablab dans chacune des neuf autres régions du Cameroun, et un contrat de fourniture pour un premier programme de cent logements destinés aux personnels du complexe industriel de Neo Industry à Kékem. Neo Real Estate ambitionne de se positionner sur les secteurs du logement et des routes, qui recèlent d’énormes opportunités d’investissement au Cameroun. Le déficit officiel de logements dans le pays s’élève à 1,3 million d’unités, tandis que le nombre de routes bitumées ne recouvre que 7000 km de la superficie, en raison du coût exorbitant du kilomètre de route bitumée (le double de la moyenne sur le continent, d’après le Conseil national de la route ou Conaroute).

 

Services financiers : Chanel VAS / DPI (Afrique / Émirats arabes unis / Royaume-Uni)

Bassim Haidar, Channel VAS

Bassim Haidar, Channel VAS

La fintech dubaïote Channel VAS, qui opère dans une trentaine de pays en Afrique, en Asie et au Moyen-Orient et propose à des opérateurs télécoms et microfinances des services financiers mobiles, des solutions marketing et d’analyse de données, reçoit un investissement en fonds propres de 49 M€ (54 M$) de la firme de private equity londonienne Development Partners International (DPI) , axée sur des entreprises africaines structurées de taille moyenne. Prenant habituellement des tickets compris entre 36 et 109 M€ (40 et 120 M$), DPI souhaite étendre les services financiers à la classe moyenne émergente de la région. Son portefeuille d’investissement est constitué d’une vingtaine de sociétés présentes dans vingt-neuf pays africains. Dirigée par Bassim Haidar depuis sa création en 2012, la cible est une filiale de Channel IT, l’un des plus grands distributeurs d’infrastructures de réseaux mobiles en Afrique.

 

Distribution : Quick Mart / Adenia Partners (Maurice / Kenya)

Portefeuille d'Adenia Partners

Portefeuille d'Adenia Partners - © Adenia Partners

Quick Mart, une entreprise qui exploite et gère onze supermarchés et magasins au Kenya, fait entrer à son capital, en tant qu’actionnaire majoritaire, le capital-investisseur mauricien Adenia Partners . Si le montant de l’acquisition n’a pas été divulgué, Adenia investit entre 10 et 70 M€ dans des entreprises à fort potentiel de développement basées en Afrique subsaharienne. Cet apport a été réalisé via Adenia Capital IV, le quatrième véhicule d’investissement d’Adenia, lancé en 2016 et disposant d’un capital de 230 M€. Grâce à cet investissement, la société kényane constituée en 2006 entend renforcer son réseau de magasins dans des zones accessibles et à fort potentiel du pays. Quick Mart sera fusionné en une seule entité avec une autre entreprise (Tumaini Self Service), acquise par Adenia en décembre 2018 (relire bulletin #36 ). Le fonds, qui a réalisé près de trente-quatre transactions sur le continent, possède six bureaux de représentation en Afrique et gère des actifs de l’ordre de 364 M€ (400 M$).

 

Services financiers : Bizao / Orange (Afrique subsaharienne / France)

La fintech Bizao développe une passerelle entre les fournisseurs de contenus et de services d'un côté et les opérateurs téléphoniques de l'autre pour faciliter les paiements mobiles en Afrique.

La fintech Bizao développe une passerelle entre les fournisseurs de contenus et de services d'un côté et les opérateurs téléphoniques de l'autre pour faciliter les paiements mobiles en Afrique. - © Bizao

Bizao , une fintech créée en 2017 par Aurélien Duval-Delort , aujourd'hui ex-salarié du groupe Orange , dans le cadre d'un projet d'intrapreneuriat, a récemment levé des fonds auprès d'un family office, dont le nom reste confidentiel. Basée à Paris avec deux filiales au Sénégal et en Côte d'Ivoire, la start-up, qui développe une plateforme facilitant l'acceptation des paiements mobiles en Afrique, ne communique pas non plus le montant de cette levée mais précise qu'il s'agit d'une somme à sept chiffres, donc au moins un million d'euros (voir fiche de l’opération sur CFNEWS). Désormais totalement indépendante d'Orange, la jeune pousse traite déjà cent millions de transactions par mois et emploie une vingtaine de personnes, avec l’ambition de doubler ses effectifs en un an. Active dans cinq pays africains (Côte d'Ivoire, Sénégal, Cameroun, République démocratique du Congo et Burkina Faso), elle compte s'attaquer rapidement à cinq nouveaux pays. Elle vise deux types d'entreprises : d’une part, les éditeurs de contenus (streaming audio, vidéo et jeux vidéo) étrangers ayant une activité en Afrique, et d’autre part, les entreprises locales de différents secteurs (assurance, transport, énergie) qui cherchent à digitaliser leur activité.

 

Transports : VTC Algérie - tem:tem / Tell Venture Automotive (Algérie / Luxembourg)

VTC Algérie est l'opérateur du service tem:tem, une application de mobilité (chauffeurs privés) et de services (livraison) orientée à la fois entreprises et particuliers.

VTC Algérie est l'opérateur du service tem:tem, une application de mobilité (chauffeurs privés) et de services (livraison) orientée à la fois entreprises et particuliers. - © VTC Algérie

Un an après sa levée d’amorçage, VTC Algérie, opératrice du service tem:tem, deuxième start-up d'Algérie dédiée aux mobilités (chauffeurs privés, motos et livraisons) lève 3,6 M€, soit l'une des plus importantes levées de fonds de série A du pays. Elle a réuni cette somme auprès de Tell Venture Automotive, une firme d’investissement appartenant au groupe luxembourgeois de services financiers Tell Group, et de plusieurs investisseurs privés. Tell Venture détient désormais 20 % du capital de tem:tem, dont le fondateur, Kamel Haddar, vise à en faire le numéro un national du marché des mobilités. Service de chauffeur privé premium, à ses débuts en 2018, la pépite algérienne a depuis élargi sa clientèle autant aux particuliers qu’aux entreprises, en passant par le transport en deux roues et un service de livraison. Elle réunit à présent environ 4 000 chauffeurs actifs à Alger, Oran et Constantine, pour près de 200 000 clients depuis le lancement.

 

Services juridiques : RM Partners / Daly & Inamdar Advocates / CMS Africa / CMS (Afrique du Sud / Kenya / International)

RM Partners et Daly & Inamdar

RM Partners et Daly & Inamdar

Déjà présent en Angola, en Algérie et au Maroc, CMS se renforce en Afrique avec l’intégration des cabinets RM Partners et Daly & Inamdar Advocates, établis respectivement en Afrique du Sud et au Kenya. Le premier, fondé en 2018 à Johannesburg et comptant plus de vingt avocats, est spécialisé dans la prestation de services de conseil pratiques et innovants en matière de législation, de fiscalité et de transactions. CMS Daly Inamdar Advocates est quant à lui issu de la fusion de deux des plus anciens cabinets du Kenya (Daly & Figgis Advocates and Inamdar & Inamdar), et compte plus de trente-cinq avocats dans ses bureaux de Nairobi et de Mombasa, qui se dédient aux transactions commerciales et aux contentieux civils. Parallèlement, CMS dévoile une organisation dédiée au continent, CMS Africa, qui regroupe ses cabinets et experts africains de Paris, Londres, Lisbonne, Casablanca, Johannesbourg, Nairobi, Alger, Luanda et Mombasa au sein d’un modèle unique et des pratiques alignées. 

 

Nomination - Avocats : Eversheds Sutherland (Afrique / France / Royaume-Uni / Tunisie)

Wesley Pydiamah, Eversheds Sutherland

Wesley Pydiamah, Eversheds Sutherland

Le 1er octobre dernier, une nouvelle équipe a pris les commandes de la pratique Afrique du cabinet Eversheds Sutherland , qui dispose de relais sur le continent grâce à la présence de ses bureaux en Tunisie, en Afrique du Sud et à l’Ile Maurice. Il peut en outre compter sur l’Eversheds Sutherland Africa Alliance (ESAA), un vaste réseau de cabinets de premier plan présents dans plus de trente-cinq pays d’Afrique et avec lequel Eversheds Sutherland entretient des relations privilégiées. La nouvelle équipe en charge de la pratique Afrique est composée de John Kemkers, associé en contentieux commercial, Head of Africa Group, basé à Londres ; Wesley Pydiamah , associé en arbitrage International, Deputy Head of Africa Group, basé à Paris ; Fares Koussay El Heni, Managing Partner du bureau de Tunis, Deputy Head of Africa Group, basé entre Paris et Tunis.

 

Nomination - Banque : Benoit&Associés - B&B Investment Bankers (France / Afrique)

Khaled Igué, Benoit&Associés (B&B Investment Bankers)

Khaled Igué, Benoit&Associés (B&B Investment Bankers)

La banque d’investissement Benoit&Associés (B&B Investment Bankers) recrute un Africa Chairman : Khaled Igué, directeur des partenariats publics et institutionnels pour l'Afrique de 2016 à 2018 au sein du groupe marocain OCP , leader mondial de l'industrie des phosphates et des engrais. Élu Young Global Leader 2018 par le World Economic Forum de Davos, le nouveau président Afrique de B&B Investment Bankers est également le président fondateur du « Think Tank Club 2030 Afrique », ainsi que le co-fondateur de la « French-African Foundation ». Pour Benoit&Associés, fondé en 2011 par Cyril Benoit  et Emmanuel Gros , à Paris et à Shanghai, en tant que conseil en M&A entre entreprises chinoises et françaises, ce recrutement officialise le déploiement de ses activités sur le continent africain.

 

Nomination - Organisation : Medef International (Afrique)

Momar Nguer, Medef International

Momar Nguer, Medef International

Momar Nguer devient président du comité Afrique du Medef International , en remplacement de Patrice Fondallosa, qui prend la tête de la commission Afrique du Centre d’Etude et de Prospective Stratégique (CEPS). Depuis 2016, Momar Ngueur dirigeait la branche marketing & services de Total . Il officiait également en tant que président du conseil de chefs d’entreprise France-Afrique de l’Est au sein de Medef International.

 

Nomination - Conseil : PwC (Maroc)

Fahdi El Younsi et Christophe Lumsden, PwC

Fahdi El Younsi et Christophe Lumsden, PwC

PwC  Maroc nomme Fahdi El Younsi et Christophe Lumsden en tant qu’associés pour accompagner le développement de ses activités de conseil. Ayant rejoint les équipes de PwC Financial Services en France en 2011, Fahdi El Younsi s’est installé en 2014 dans le royaume chérifien pour participer au développement de l’activité Services Financiers (Banque, Assurance et Gestion d’Actifs) dans le cadre de l’implantation du hub Afrique à Casablanca. Christophe Lumsden, qui a intégré en 2011 les équipes de PwC au Maroc en tant que manager responsable de l’offre Stratégie et Politiques Publiques, aura pour mission de coordonner l’ensemble des activités de conseil de PwC dans le secteur public au Maghreb. Il pilotera également dans la région l’offre Climat & Environnement. 

 

Étude : Financement des PME en Afrique : quoi de neuf ?  

Une décennie après avoir consacré son premier numéro au financement et à l'accompagnement des PME en Afrique, la revue « Secteur Privé & Développement » de Proparco fait de nouveau le point sur cet enjeu majeur pour le développement du continent. Piliers de la vie économique, les TPE / PME africaines doivent toujours affronter des obstacles nombreux qui les empêchent d'accéder aux financements. C’est particulièrement vrai pour les entreprises fondées par des femmes : 10 % d'entre elles seulement ont accès aux services financiers dont elles ont besoin pour développer leurs projets. Proparco publie à cette même occasion un rapport d'études sur les principales causes de défaut des PME en Afrique subsaharienne. Ce numéro anniversaire dresse un état des lieux précis de la situation à l'échelle du continent, rappelle le rôle des régulateurs financiers, analyse les causes de défaut des TPE/PME africaines, tout en explorant les nouvelles solutions numériques portées par des fintechs innovantes et en mettant en lumière l'impact positif de certaines initiatives, comme le mentorat d'entrepreneurs, dans le développement des PME africaines.

 

Événements :

  • Paris (Salons Hoche), 11 octobre : Maroc Leadership Forum, organisé par la plateforme panafricaine de recrutement Talent2Africa, qui proposera conférences et networking autour de trois thématiques : « Focus sur l'écosystème startup au Maroc » ; « Le Maroc face au défi énergétique » ; « La transformation digitale comme levier de croissance dans l'économie marocaine ».
  • Rhodes, 11-12 octobre : dix-septième édition du Forum de Rhodes, intitulée « Le désordre mondial : pour des perspectives basées sur le dialogue », organisée par l’Institut de recherche Dialogue des civilisations (DOC) et qui sera dédié aux questions incontournables liées à l’avenir des pays d’Afrique, avec notamment une table-ronde intitulée « Focus on Africa » qui débattra de la manière dont le continent africain peut devenir un moteur du développement international.

 

Et aussi...

  • Total vient de finaliser l’acquisition de la participation de 26,5 % que détenait Anadarko dans le projet Mozambique LNG, pour un montant de 3,6 Md€ (3,9Md$). Un accord définitif avait été signé le 3 août avec Occidental Petroleum en vue d’acquérir les actifs d’Anadarko au Mozambique, en Algérie, au Ghana et en Afrique du Sud (relire bulletin #50 ). Concernant les actifs algériens, les autorités avaient souligné qu’elles pourraient utiliser leur droit de préemption pour empêcher la cession et ainsi défendre les intérêts nationaux.
  •  Un consortium composé de GE Hydro France et de Freyssinet International remporte un contrat de 48,8 M€ (53,6 M$) pour la réhabilitation du déversoir du barrage de Kariba, qui alimente à parts égales la Zambie et le Zimbabwe.
  • Le géant hôtelier français Accor s’apprête à construire trois nouveaux Novotel en RDC, et à lancer en Afrique du Sud, début 2020, le premier centre d’innovation en écolodge au monde, afin de renforcer son influence mondiale en matière de tourisme durable.
  • L’investisseur américain The Carlyle Group , qui gère des actifs de l’ordre de 203 Md€ (223 Md$) lance Boru Energy, une plateforme dédiée à l’acquisition d’actifs pétroliers et gaziers en Afrique subsaharienne, à travers laquelle il prévoit de réaliser des acquisitions pouvant atteindre 911 M€ (1Md$).
  • Le producteur coté d’EnR Voltalia lance la production de sa première centrale en Afrique sur le site égyptien de Râ Solar. Développée, construite et exploitée par le groupe, elle fait partie du complexe de Benban, l'un des plus grands complexes de centrales solaires au monde avec une capacité totale devant atteindre 1,8 GW. Le groupe français dispose sur le continent d'un important pipeline de projets en développement, qui a atteint 1,2 GW à fin juin 2019 avec des contrats sécurisés dans cinq pays africains.
  • Orange Côte d’Ivoire lève un financement syndiqué de 107 M€ (70 MdXOF) afin de mener des investissements dans la fibre optique. Cette convention de crédit renouvelable et d’une maturité de cinq ans a été accordée par un pool de cinq banques conduit par la Banque Internationale pour le Commerce et l'Industrie de la Côte d'Ivoire (BICICI - Groupe BNP Paribas), et comprenant la filiale ivoirienne de la Société Générale , la Société Ivoirienne de Banque (SIB), NSIA Banque et la Citibank .
  • Au Gabon, l’opérateur coté Maurel & Prom , conseillé par Linklaters , vient de signer plusieurs accords pétroliers avec ses partenaires, Gabon Oil Company et Tullow Oil , dont l’Accord d’Opérations Conjointes (Joint Operating Agreement) du bloc pétrolier Ezanga.
  • MaxAB, une plateforme égyptienne de vente en ligne de produits alimentaires et d’épicerie, lève 5,6 M€ auprès d’un groupe d’investisseurs locaux et étrangers, dont le VC dubaïote Beco Capital qui a co-dirigé cet investissement aux côtés de 4DX Ventures, basé au Ghana et aux États-Unis.
  • Le premier Appart’hôtel Adagio au Maroc, l’Adagio Casablanca City Center, a été inauguré fin septembre à Casablanca en présence de Gérard Brémond, président fondateur du groupe touristique français Pierre & Vacances . Aparthotels Adagio est une JV des groupes Accor et Pierre & Vacances lancée en 2007.
  • L’Office National Marocain du Tourisme (ONMT) a signé un contrat avec le tour-opérateur français NG Travel   (230 M€ de chifre d’affaires) pour l’hiver 2019 / 2020 afin de renforcer la croissance des séjours dans le royaume chérifien.
  • Dans le cadre de son partenariat avec CFAO Retail , Carrefour ouvrira ce mercredi un nouveau centre commercial au Cameroun, dans le quartier Ekié, au sein de la banlieue de Yaoundé.
  • Au Maroc, MyOpla, spécialiste français des centres de contacts et des processus d'externalisation, investit 1,9 M€ (20MMAD) dans l’ouverture d’un nouveau centre au sein de la Tanger Free Zone.
  • Le véhicule Land Degradation Neutrality (LDN) de Mirova , qui soutient actuellement quatre projets de terres à restaurer, dont un au Kenya, finalise un deuxième closing à 45,6 M€ (50 M$), atteignant ainsi un volume de 136,5 M€ (150 M$), soit la moitié de sa taille cible (pour plus d’informations, lire l’article 50 % du hard cap atteint pour le fonds vert de Mirova  sur CFNEWS IMMO & INFRA).
  • L'opérateur téléphonique Free rebaptise Tigo Sénégal, le deuxième opérateur de téléphonie mobile du pays, racheté en avril 2018 par le consortium Saga Africa Holdings : il portera désormais le nom de Free Sénégal.
  • L’ESN française Capgemini , forte de 2,9 Md€ de chiffre d'affaires, vient d’obtenir l’autorisation au titre du contrôle des concentrations par l’autorité de la concurrence au Maroc pour son projet d’acquisition d’Altran , cabinet de services d’ingénierie basé à Paris. L’obtention de cette autorisation constitue une nouvelle étape vers la finalisation du rapprochement des deux sociétés cotées qui est envisagée d’ici la fin de l’année (pour plus de détails sur cette OPA, relire l’article de juin dernier Altran choisit Capgemini sur CFNEWS).

 

Bonne fin de semaine et à mardi prochain.

Une information à nous soumettre pour ce Bulletin Afrique ? Écrivez-nous à : stephanie.roux@cfnews.net  

Retrouver les autres Chroniques de CFNEWS :