L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture
Corporate Finance et Private Equity

Chronique

Afrique 75# : Polymedic, Mauvilac, Mer & Design, Neoen, upOwa...

PAR  | 14 janvier 2020 | 2722 mots
Le marocain Polymedic détient un portefeuille diversifié de plus de deux cents produits enregistrés dans douze domaines thérapeutiques.

Le marocain Polymedic détient un portefeuille diversifié de plus de deux cents produits enregistrés dans douze domaines thérapeutiques.

Industrie pharmaceutique : Polymedic / NBK Capital Partners / AfricInvest (Maroc / Jordanie / Tunisie)

Forte de 30 M€ de chiffre d'affaires, la société pharmaceutique casablancaise Polymedic renouvelle son capital avec la sortie d’AfricInvest , entré en décembre 2012 à hauteur de 47,4 %, via son véhicule Maghreb Private Equity Fund III (MPEF III). Dédié à l’investissement dans des PME maghrébines, ce dernier vient en effet de céder l’intégralité de ses actions à la firme émiratie de capital-investissement NBK Capital Partners, ainsi qu’à Foursan Capital Partners, un fonds institutionnel jordanien de private equity. Si le montant et le pourcentage de la prise de participation n’ont pas été divulgués pour l’instant, l’opération dépasserait les 56 M€ (600 MMAD) selon le média marocain Challenge.ma, qui cite des sources proches du dossier. NBK Capital Partners, qui fait ainsi son entrée dans un secteur dominé par des acteurs privés, investit en général entre 9 et 54 M€ (10 et 60 M$) dans des entreprises établies en Afrique du Nord, au Moyen-Orient, mais aussi au Koweït et en Turquie. Polymedic représente sa deuxième opération en Afrique et la première au Maroc, après un investissement, début 2019, au sein de l’établissement privé King Integrated American School en Égypte. Les deux investisseurs émirati et jordanien détiendront désormais une participation majoritaire dans Polymedic, tandis que le dirigeant du laboratoire pharmaceutique aux 140 salariés, Mohamed Houbachi, conservera une participation significative. Les filiales marocaine et dubaïote d'Attijariwafa Bank ont arrangé la transaction, sous le conseil de Naciri & Associés - Allen & Overy . Sur le plan juridique, les cabinets Freshfields Bruckhaus Deringer , Asafo & Co , Dentons , et Clifford Chance ont respectivement conseillé NBK Capital Partners et Polymedic. Cet investissement constitue « une grande opportunité » pour NBK Capital Partners, selon son directeur général Yaser Moustafa, car elle lui permettra d’accroître sa présence « dans un secteur soutenu par des développements positifs ». Il serait d’ailleurs toujours en lice pour l’acquisition d’au moins deux autres laboratoires pharmaceutiques marocains, sans doute dans une logique de consolidation sectorielle. Le fonds panafricain AfricInvest s’est également retiré récemment de deux autres sociétés marocaines :  Equity Invest, une holding technologique marocaine portée par Ali Bettahi (relire bulletin #67 ), et Avant-Scène, le leader marocain d’événementiel.

 

Produits & services industriels : Mauvilac Industries / AkzoNobel / Adenia (Maurice / Pays-Bas)

Selon Thierry Vanlancker, le dirigeant d'AkzoNobel, l'acquisition du mauricien Mauvilac Industries permettra au groupe néerlandais de renforcer son empreinte en Afrique subsaharienne.

Selon Thierry Vanlancker, le dirigeant d'AkzoNobel, l'acquisition du mauricien Mauvilac Industries permettra au groupe néerlandais de renforcer son empreinte en Afrique subsaharienne. - © Mauvilac Industries

Mauvilac Industries , une entreprise mauricienne spécialisée dans les peintures et revêtements, a rejoint en décembre dernier le giron du groupe néerlandais coté AkzoNobel . Ce dernier a acquis auprès du panafricain Adenia Partners - pour un montant resté confidentiel - l’intégralité des actions de la société aux 20 M€ de chiffre d’affaires, mettant ainsi la main sur son unité de production locale, ses quatre concept stores et s’octroyant l'accès à son réseau de distribution (voir fiche de l'opération avec les conseils sur CFNEWS). Fondée en 1964 et actuellement dirigée par Laurent Roussel , la cible compte 260 employés et opère la plus grande unité de production de la région, avec une offre qui offre inclut tant les peintures décoratives que spécialisées destinées à de nombreux secteurs: l’immobilier et le BTP (bâtiments professionnels et maisons, écoles et hôpitaux), l’industrie navale et automobile, d’autres industries… Le fonds de private equity Adenia, basé à Maurice avec des bureaux à Abidjan en Côte d’Ivoire, Accra au Ghana, Nairobi au Kenya et Antananarivo au Madagascar, était entré au capital de la société mauricienne en juillet 2014 à hauteur de 95 %.

 

Industrie navale & ingénierie : Mer & Design / Chantier Naval de l’Océan Indien (France / Maurice / Océan Indien)

Navire caboteur mixte pour la Polynésie Française, conçu par Mer et Design

Navire caboteur mixte pour la Polynésie Française, conçu par Mer et Design - © Mer et Design

Le Chantier Naval de l’Océan Indien (CNOI) a finalisé fin 2019 le rachat du bureau d’étude naval Mer & Design , basé à Valbonne, une commune maralpine. Jouissant d’une excellente réputation dans le milieu maritime pour le large éventail de navires issus de ses conceptions, la cible gagne ainsi un nouveau client dans une région du monde où elle est peu présente. Sis à Port-Louis (Maurice), CNOI compte quant à lui sur cette transaction pour développer son activité de constructions et réparations navales (voir fiche opération sur CFNEWS). Créé en 1997 en tant que JV à 50/50 du groupe naval breton Piriou et du mauricien Ireland Blyth Ltd (IBL) , il est détenu depuis 2011 par IBL à hauteur de 60 %, et par son équipe de direction pour le solde. Employant plus de quatre cents personnes, il opère essentiellement dans l’Océan Indien et pour l’Océan Indien, et offre un « one stop shop » pour tout type de navires de toutes nationalités. Les dirigeants de Mer & Design, Philippe et Christian Subrero , continueront à accompagner l’équipe en poste à Sophia Antipolis, mais Jean-Yves Ruellou , directeur du développement de CNOI, devient président du bureau d’étude.

 

EnR : Central Solar Metoro / Neoen / Electricidade de Moçambique (Mozambique / France)

La nouvelle centrale solaire de Neoen injectera son électricité au niveau de la principale sous-station de transport-distribution de la région nord du Mozambique, à Metoro.

La nouvelle centrale solaire de Neoen injectera son électricité au niveau de la principale sous-station de transport-distribution de la région nord du Mozambique, à Metoro. - © Neoen

Neoen , producteur français coté d’énergies renouvelables (227,6 M€ de chiffre d’affaires en 2018), et son partenaire Electricidade de Moçambique (EDM) , viennent de finaliser le financement de Central Solar Metoro , une centrale solaire photovoltaïque d’une capacité de 41 MWc située à Cabo Delgado au nord du Mozambique. Représentant un investissement total de plus de 50 M€ (56 M$), dont 36 M€ (40 M$) qui seront apportés sous forme de dette par l'Agence Française de Développement (AFD) et sa filiale Proparco , il s’agit du projet solaire avec la plus grande capacité installée à atteindre le closing financier au Mozambique. Sa construction sera réalisée par le groupe portugais Efacec, présent au Mozambique depuis plusieurs décennies, et devrait s’achever d’ici la fin de l’année. Les équipes lisboètes et parisiennes de Linklaters ont conseillé Neoen sur le développement et le financement de cette centrale, dont la réalisation constituera une avancée majeure dans la stratégie énergétique du pays (voir fiche de l’opération sur CFNEWS IMMO & INFRA).

 

EnR : upOwa / Renewable Energy Performance Platform / Colam Impact / Gouvernement britannique (France / Cameroun / Royaume-Uni)

upOwa a finalisé sa deuxième levée de fonds grâce notamment à l'entrée de deux nouveaux acteurs institutionnels.

upOwa a finalisé sa deuxième levée de fonds grâce notamment à l'entrée de deux nouveaux acteurs institutionnels. - © upOwa

L’entreprise solidaire upOwa , fondée en 2014 à Grenoble par Kilien de Renty , lève 2,5 M€ afin de financer sa croissance sur le marché camerounais du kit solaire. Développant des solutions d’alimentation autonome en électricité solaire pour les populations rurales du Cameroun, elle a obtenu ces nouvelles ressources auprès de la plateforme de performance pour les énergies renouvelables (Renewable Energy Performance Platform , REPP), géré par le londonien Camco Clean Energy, en collaboration avec le bureau français de Colam Impact (une société d’investissement à impact sociétal) et le gouvernement britannique (voir fiche opération sur CFNEWS). D’autres fonds sont en train d’être levés via la plateforme de crowdfunding Lita.co , basée à Paris. Certains investisseurs, dont l'américain Persistent, les français Inco et Gaia Impact , ont également participé à la mobilisation de fonds en convertissant les prêts préexistants en actions. Ambitionnant d’équiper au moins cinq millions de personnes d’ici à 2025, la jeune pousse utilisera cet argent pour contribuer à l’objectif fixé par le gouvernement camerounais d’atteindre un taux d’électrification cible de 50 % d’ici la fin de l’année, alors que le taux actuel est de 40 % dans le pays. La société grenobloise a par ailleurs scellé en novembre dernier un partenariat avec une icône du football camerounais, Jean II Makoun, afin d’en faire son ambassadeur au service de l’électrification rurale.

 

Fonds : African Guarantee Fund  / KfW Development Bank (Kenya / Allemagne / Afrique)

Rémy Rioux directeur général de l’Agence Française de Développement (AFD), et Félix Bikpo, directeur général d'African Guarantee Fund, ont signé le 28 novembre 2019, à Paris, un accord de sous-participation de 27 M€ pour améliorer l’accès au crédit des PME sur l’ensemble du continent africain.

Rémy Rioux directeur général de l’Agence Française de Développement (AFD), et Félix Bikpo, directeur général d'African Guarantee Fund, ont signé le 28 novembre 2019, à Paris, un accord de sous-participation de 27 M€ pour améliorer l’accès au crédit des PME sur l’ensemble du continent africain. - © AFD

Quelques semaines après la signature avec l’AFD d’un accord de sous-participation de 27 M€ (30 M$) visant à améliorer l’accès au crédit des PME sur l’ensemble du continent, l’African Guarantee Fund (AGF) vient de réaliser une augmentation de capital d’un montant de 30 M€ (33 M$) auprès de la KfW Entwicklungsbank (KfW Development Bank ), la banque de développement allemande basée à Francfort. Cette injection de capital lui permettra d’accroître ses capacités de garanties et d’assistance techniques aux institutions financières, au profit in fine des PME africaines qui pâtissent toujours d’un déficit de financement actuellement estimé à plus de 140 Md€ (155 Md$). Depuis son lancement en 2011 par le gouvernement danois, le gouvernement espagnol et la Banque Africaine de Développement (BAD), l’AGF - basé à Nairobi avec des bureaux à Lomé et Port-Louis - revendique avoir mis à disposition environ 1,5 Md€ (entre 1,6 et 1,7 Md$) de financement pour les PME dans trente-neuf pays africains, par le biais de ses institutions financières partenaires (plus d’une centaine). Une part importante des ressources obtenues sera consacrée à accroître le financement d’entreprises détenues et dirigées par des femmes.

 

Fonds : Verod Capital Management / Banque Africaine de Développement (Nigeria / Afrique de l’Ouest anglophone)

Avec son closing final à 180 M€, Verod Capital Growth Fund III LP (Verod Fund III) a dépassé son objectif initial et atteint son hard cap.

Avec son closing final à 180 M€, Verod Capital Growth Fund III LP (Verod Fund III) a dépassé son objectif initial et atteint son hard cap. - © Verod Capital Management

La firme nigériane de private equity Verod Capital Management vient de réaliser le closing final de son troisième véhicule à 180 M€ (200 M$), touchant ainsi son hard cap. Parmi les investisseurs du Verod Capital Growth Fund III, figurent des fonds de fonds internationaux, des gestionnaires d’actifs, des fondations, des fonds souverains, des family offices et des institutions de développement dont la BAD, qui a joué un rôle de premier plan en tant que catalyseur pour d'autres institutions publiques et privées. Asante Capital a agi en tant que leveur de fonds, tandis que Clifford Chance , le mauricien BLC Chambers   et le nigérian Udo Udoma & Belo-Osagie ont été les conseils juridiques de l’opération. À l’instar du Verod Fund II, les entreprises ciblées seront celles d'Afrique de l'Ouest anglophone, en particulier au Nigeria, au Ghana, en Gambie, au Liberia et en SierraLeone. Le portefeuille de Verod Capital Management comprend actuellement une dizaine de sociétés basées au Ghana et au Nigeria. En septembre dernier, le fonds a notamment pris le contrôle de l'assureur nigérian Metropolitan Life Insurance.

 

Nomination - Avocats : LPA-CGR (Maroc / France / International)

Lina Fassi-Fihri et Romain Berthon, LPA-CGR

Lina Fassi-Fihri et Romain Berthon, LPA-CGR

Lina Fassi-Fihri et Romain Berthon prennent la tête du bureaucasablancais de LPA-CGR , véritable plate-forme de services juridiques panafricaine qui traite non seulement les dossiers nationaux mais aussi transfrontaliers. Le cabinet d’avocats d’affaires français internationaux est présent depuis plus de dix ans sur le continent africain, avec l’ouverture de bureaux à Alger (2007), puis à Casablanca (2009) et au Cameroun (2016). Associée au sein du bureau de Casablanca depuis 2012, Lina Fassi-Fihri possède une expertise en droit corporate, droit social et propriété intellectuelle / informatique ; déléguée à la protection des données (DPO), elle conseille notamment les entreprises sur la conformité aux cadres légaux tant marocains qu’européens. Ayant rejoint le cabinet dès 2013, Romain Berthon, associé-gérant du bureau de Casablanca et associé au bureau de Paris, intervient en droit des affaires et surtout en droit immobilier (transaction d’actifs ou de titres), en France et en Afrique.

 

Nomination - Banque : Attijariwafa (Cameroun / Maroc)

Alexandre Beziaud, Attijariwafa Bank

Alexandre Beziaud, Attijariwafa Bank

Au Cameroun, le français Alexandre Beziaud prend les commandes de la filiale locale du groupe bancaire marocain Attijariwafa Bank , SCB Cameroun, en remplacement de Mohammed Mejbar. Avant de rejoindre Attijariwafa Bank en janvier 2019, au poste de Egypt And East Africa Supervisor, le nouveau directeur général était à la tête de la filiale locale du groupe Société Générale depuis juillet 2015.

 

Événements :

  • Tunis, 5-7 février : mission d’affaires électroniques en Tunisie organisée par le cluster tunisien des industries électroniques Elentica, et destinée aux donneurs d’ordres français de la filière. Au cours de cette mission, les entreprises participantes (Addixo, Cofitel , Lacroix Electronics …) assisteront à des rencontres B2B, participeront à des visites de sites industriels et pourront présenter leur offre de sous-traitance.

 

Et aussi...

  • Le 8 janvier dernier, Orange a officiellement inauguré le nouveau siège opérationnel de sa filiale Orange Middle East and Africa (MEA) au Maroc, en plein cœur de Casablanca, confirmant ainsi sa volonté d’ancrage africain. Il envisagerait d'introduire en bourse cette nouvelle entité, devenue sa première zone de croissance (+ 6 % par an en moyenne).
  • Carrefour inaugure aujourd’hui à Kampala, son premier hypermarché en Ouganda, via son partenariat avec le groupe émirati Majid Al Futtaim , partenaire historique du géant de la distribution dans plus de vingt-cinq pays au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie.
  • Le groupe de construction français Razel Bec  vient de remporter un contrat à plus de 50 M€ pour une infrastructure routière reliant les villes de Yagoua au Cameroun et de Bongor au Tchad.
  • Le groupe d’ingénierie Altran , coté à Paris, vient de démentir une « information malveillante et totalement erronée », selon laquelle il aurait décidé de fermer sa filiale marocaine, dans le cadre de sa préparation avec une fusion avec Capgemini qui préférerait déplacer les activités en Inde (voir fiche de l'OPA sur CFNEWS). 
  • Africa Finance Corporation (AFC) , institution multilatérale spécialisée dans le financement des infrastructures africaines, a déboursé 53 M€ (59 M$) fin 2019 pour racheter, auprès du groupe agro-industriel singapourien Olam, sa participation de 10 % dans le capital d’Arise Industrial Zones (Arise IZ) , une unité créée suite à la réorganisation des activités de la firme Gabon Special Economic Zone (GSEZ) .
  • En Tunisie, la firme de private equity Inma Holding injecte 2,2 M€ (7MTND) dans Gourmandise, une société locale de production et de distribution de pâtisserie, fondée en 1976 par Souad Kamoun.

Bonne fin de semaine et à mardi prochain.

Une information à nous soumettre pour ce Bulletin Afrique ? Écrivez-nous à : stephanie.roux@cfnews.net  

Retrouvez l'ensemble des chroniques CFNEWS (Afrique, mais aussi Asie et Amérique latine) :