L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture Corporate Finance et Private Equity

Afrique #83 : Yassir, Bolloré, Atinkou, ACEP Group... Accès libre

Par  | 2571 mots
L'algérien Yassir se présente comme « un service de transport innovant qu’on peut utiliser avec son smartphone n’importe où et n’importe quand ».

L'algérien Yassir se présente comme « un service de transport innovant qu’on peut utiliser avec son smartphone n’importe où et n’importe quand ». © Yassir

VTC: Yassir / Careem / Uber (Algérie / Émirats arabes unis / États-Unis)

Careem, leader émirati du marché des VTC, dont le rachat définitif est en passe d’être finalisé par le mastodonte américain Uber, acquiert, pour un montant non dévoilé, l’algérien Yassir. Ce dernier, qui va être rebaptisé du nom de son acquéreur, revendique plus de dix millions de téléchargements depuis son lancement en 2017. Fondé en 2012 à Dubaï par deux anciens consultants du cabinet McKinsey, Careem est présent dans plus de quinze pays, dont l’Algérie depuis l’été dernier. Grâce à cette transaction, il met la main sur un réseau comptant plus de onze mille chauffeurs partenaires dans le pays, et s’offre les moyens de s’exporter en Tunisie et au Maroc. Uber a quant à lui initié le rachat de son rival émirati en mars 2019, et devrait boucler l’opération en avril prochain pour un montant de 2,7 Md€ (3,1 Md$), soit le montant le plus élevé jamais déboursé pour une entreprise technologique moyen-orientale. Cette acquisition permettra au géant américain - coté sur le NYSE depuis l'an dernier - d’accéder à un marché de 400 millions d’habitants, comprenant en particulier l’Égypte, la Jordanie, l’Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis. Devenue une filiale à 100 % d’Uber, Careem conserva son identité visuelle, et son dirigeant co-fondateur, Mudassir Sheikha, poursuivra ses fonctions à la tête de l’entreprise.

Logistique : Bolloré Transport & Logistics Éthiopie / Bolloré Transport & Logistics / CLS Logistics (Éthiopie / France)

Signature d'un accord entre Bolloré Transport & Logistics (Patrick Gerenthon) et CLS Logistics (Teodros Abraham) le 13 mars 2019 à Addis-Abeba, pour la création d'une JV.

Signature d'un accord entre Bolloré Transport & Logistics (Patrick Gerenthon) et CLS Logistics (Teodros Abraham) le 13 mars 2019 à Addis-Abeba, pour la création d'une JV. - © Bolloré Transport & Logistics

Bolloré Transport & Logistics Éthiopie vient de démarrer officiellement ses activités le 21 février dernier. Fondée dans le cadre d’une joint-venture entre le français Bolloré Transport & Logistics (BTL) et son homologue et partenaire éthiopien CLS Logistics, sa création résulte d’un accord de partenariat signé il y a un an (relire bulletin #44). La jeune co-entreprise a vocation à fournir des services internationaux aux clients des deux groupes dans des domaines stratégiques tels que le textile, le café, les projets industriels et les infrastructures, et in fine, soutenir l’industrie, accompagner la croissance des entreprises et renforcer le développement de la logistique régionale. Ni le montant de l’opération ni la répartition du capital n’ont été divulgués. C’est en 2008 que le leader mondial de la gestion de la supply chain a commencé à travailler, en Éthiopie, avec Teodros Abraham et sa société CLS Logistics. En près de douze ans, Bolloré et son agent exclusif ont mené de front de nombreux projets dans le fret, la logistique ou encore le stockage. Ce partenariat permettra de « mettre au service de l’industrie locale davantage d’infrastructures, de technologies et d’équipements », a déclaré le directeur général et fondateur de CLS Logistics, qui devient également à cette occasion président du conseil d’administration de Bolloré Transport & Logistics Éthiopie. Pour Bolloré Transport & Logistics, la mise en place de cette JV constitue un pas supplémentaire dans son renforcement en Afrique - où il investit environ 300 M€ chaque année - et plus spécifiquement en Éthiopie. Patrick Gerenthon, directeur du cluster Corne de l’Afrique au sein du groupe, a affirmé qu’« avec cette nouvelle agence, l’entreprise renforce sa présence en Afrique de l’Est tout en contribuant à la transformation logistique de l’Éthiopie. » La nouvelle filiale emploie ainsi 120 collaborateurs sur les 36 500 salariés de Bolloré implantés dans 107 pays à travers le monde. Elle dispose d’un établissement dédié aux opérations de fret aérien à l’aéroport d’Addis-Abeba Bole, de 4000 m² d’entrepôts à Kaliti et de plusieurs agences dans les parcs industriels à Hawassa, Bole Lemi et Kombolcha, ainsi que des représentations dans les villes de Dire Dawa, Mekele, Baher Dar et Moyale.

Nouvel acteur : ACEP Group / I&P / BIO / ACEP-International (France / Afrique / Belgique)

À l’occasion de la création du groupe, ACEP se dote d’une nouvelle identité visuelle et du slogan « La réussite à portée de main ».

À l’occasion de la création du groupe, ACEP se dote d’une nouvelle identité visuelle et du slogan « La réussite à portée de main ». - © ACEP Group

Le fonds d’impact français I&P Afrique Entrepreneurs, la Société belge d’Investissement pour les Pays en Développement (BIO) et ACEP-International ont récemment constitué un nouveau groupe de microfinance au service des entrepreneurs africains. Nommé ACEP Group et doté d’un capital de 11,9 M€, il devient l’actionnaire de référence d’ACEP Burkina (IMF créée en 2009), d’ACEP Niger (créée en 2012) et ACEP Madagascar (créée en 2009). À travers ces trois institutions et ACEP Cameroun dont la vocation est de le rejoindre dès cette année, ACEP Group gère un portefeuille de prêts de 110 M€, apporte des solutions de financement à 140 000 clients entrepreneurs en Afrique, accompagnés par des équipes constituées de 1 300 employés. Basé à Paris, il devrait permettre aux institutions qui le constituent de mettre en œuvre de façon partagée des projets complexes, et notamment faciliter leur transformation digitale. Le groupe ambitionne de s’étendre dans de nouveaux pays dans les prochaines années, soit en créant de nouvelles institutions, soit en intégrant des sociétés existantes alignées avec la stratégie du groupe. Jean-Michel Severino, président d’Investisseurs & Partenaires (I&P) et président du conseil d’administration d’ACEP Group a confirmé : « La création d’ACEP Group est l’aboutissement d’un long travail et la poursuite du partenariat bâti depuis maintenant plus de quinze ans entre les institutions ACEP et le groupe I&P. En apportant nos différentes participations au niveau d’ACEP Group, nous souhaitons renforcer la gouvernance de ces sociétés, et leur donner plus de moyens d’actions et d’investissement à un moment où elles sont confrontées à une mutation profonde leur environnement stratégique et technologique. »

Infrastructures énergétiques : centrale d’Atinkou / Eranove / SFI (Côte d’Ivoire / France / International)

C'est le 19 décembre 2018 qu'a été signée la convention de concession pour le financement, la conception, la réalisation, l’exploitation et la maintenance d’une nouvelle centrale électrique, baptisée Atinkou (« la maison de la lumière » en langue Ebrié), dans la localité de Jacqueville près d’Abidjan.

C'est le 19 décembre 2018 qu'a été signée la convention de concession pour le financement, la conception, la réalisation, l’exploitation et la maintenance d’une nouvelle centrale électrique, baptisée Atinkou (« la maison de la lumière » en langue Ebrié), dans la localité de Jacqueville près d’Abidjan. - © Eranove

La Société Financière Internationale (SFI ou IFC), guichet du groupe de la Banque mondiale, a scellé ce lundi un accord pour le financement du projet de la centrale thermique Atinkou à Jacqueville, en Côte d’Ivoire. En décembre 2018, le gouvernement ivoirien, conseillé par Hughes Hubbard & Reed, avait attribué à l’industriel panafricain basé à Paris Eranove, un contrat de concession de vingt ans pour le financement, la construction et l’exploitation de cette centrale électrique au gaz naturel de 390 MW. Située à environ quarante kilomètres à l’ouest d’Abidjan, elle devrait contribuer à réduire considérablement les coûts de production électrique et les émissions de gaz à effet de serre de la Côte d’Ivoire, notamment grâce au remplacement d’unités de production d’ancienne génération par une technologie de turbine à cycle combiné à haut rendement. Pour ce projet d’un coût global estimé à 412 M€ (270 MdXOF), la SFI et ses partenaires apportent un financement de 309 M(203 MdXOF). Au premier plan dans la gestion de services publics et dans la production d’électricité et d’eau potable en Afrique, Eranove possède et exploite en particulier le projet Ciprel, qui, avec ses 544 MW, constitue la plus grande centrale électrique de Côte d’Ivoire. L’engagement de la SFI dans le secteur de l’électricité dans ce pays remonte d’ailleurs à 1994 avec ce projet Ciprel. Aux côtés de la SFI, chef de file dans le financement d’Atinkou, ont également participé la Banque Africaine de Développement (BAD), la Société néerlandaise de financement du développement (FMO) ainsi que son homologue allemand DEG, sans oublier l’Emerging Africa Infrastructure Fund, qui fait partie du Private Infrastructure Development Group, et le Fonds de l’OPEP pour le développement international.

Fonds - EnR : parc éolien dans la région de Ghoubet / AFC (Djibouti / Nigeria)

L'Africa Finance Corporation (AFC) a investi dans de nombreux projets d’énergie renouvelables en Afrique, dont le parc éolien de Cabeolica au Cap-Vert, qui a intégré le top 10 des partenariats public-privé établi par l’International Finance Corporation Emerging Partnerships en Afrique. -

L'Africa Finance Corporation (AFC) a investi dans de nombreux projets d’énergie renouvelables en Afrique, dont le parc éolien de Cabeolica au Cap-Vert, qui a intégré le top 10 des partenariats public-privé établi par l’International Finance Corporation Emerging Partnerships en Afrique. - © AFC

Africa Finance Corporation (AFC), institution multilatérale spécialisée dans le financement des infrastructures africaines (plus de 4 Md€ soit 4,5 Md$ d’actifs sous gestion), a dirigé en tant que chef de file un investissement d’un montant global de 56 M€ (63 M$) au sein d’un projet de construction et d’exploitation d'un parc éolien dans la région de Ghoubet, près du lac Assal à Djibouti. Great Horn Investment Holdings (basé à Djibouti City), et les néerlandais Climate Fund Managers (CFM) et FMO, ont contribué au financement de ce projet initié en 2017 et qui bénéficie également de la couverture de garantie de l'AMGI (une institution spécialisée du groupe de la Banque mondiale qui a pour objectif d'encourager les investissements privés productifs). L'infrastructure de 60 MW devrait être opérationnelle à partir de 2021. L'électricité produite sera achetée pendant vingt-cinq ans par la compagnie publique Electricité de Djibouti (EDD). Oliver Andrews, directeur des investissements de l’AFC, qui rejoint à cette occasion le conseil d’administration de la société de projet Red Sea Power et la société holding Djibouti Wind, a déclaré : « Il s'agit d'un projet important pour Djibouti, car c'est son premier projet d'énergie renouvelable et il témoigne des efforts du pays pour établir sa propre production d'énergie à partir de ses propres ressources ». Alors qu’actuellement, moins de 100 MW sont disponibles de manière fiable pour la population djiboutienne, et que la demande en électricité devrait être amenée à croître de façon exponentielle (en raison de divers projets d'infrastructure à grande échelle entrepris par le gouvernement), le pays vise à passer à une production d'électricité à base d'énergie 100 % renouvelable d'ici 2030. Dans ce contexte, ce projet éolien représente une contribution essentielle à la demande d'électricité du pays. S’inscrivant dans le cadre du partenariat de l'AFC avec le Fonds vert pour le climat, qui a pour objectif de favoriser des investissements à faibles émissions de carbone, il illustre l'engagement de l'institution basée à Lagos à investir dans des projets en phase de démarrage, nécessitant une réduction des risques afin d'attirer davantage d'investissements une fois développés.

Nomination - Fonds : Mediterrania Capital Partners (Espagne / Afrique du Nord et subsaharienne)

Rajaa Berrkia, Mediterrania Capital Partners

Rajaa Berrkia, Mediterrania Capital Partners

La firme de private equity Mediterrania Capital Partners, basée à Barcelone et axée sur les investissements dans les PME d’Afrique du Nord et subsaharienne, a nommé en février dernier Rajaa Berrkia au poste de directrice du développement durable et des risques. Ayant débuté sa carrière en 2009 comme analyste au sein du fonds, elle avait été promue associate deux ans plus tard, puis directrice des opérations en 2016.

Événements :

  • Paris (locaux Business France), 13 mars : atelier d’information entièrement consacré à l’Afrique du Sud, plateforme régionale et premier client de la France en Afrique subsaharienne, organisé par Business France en amont du déplacement envisagé du président de la République française en Afrique du Sud en 2020.
  • Casablanca, 19-20 mars : cinquième édition de l’African Digital Summit (ADS 2020), la plus grande rencontre régionale dédiée au digital sous le thème « Quand le Digital fait rayonner l’Afrique : de la compétence à la profitabilité », organisée par le Groupement des Annonceurs du Maroc.
  • En raison des inquiétudes suscitées par l’épidémie Covid-19, plusieurs événements ont été annulés ou reportés :
    • Jeune Afrique Media Group a décidé de reporter l’Africa CEO Forum, qui aurait dû se tenir ces 9 et 10 mars à Abidjan, à une date ultérieure qui reste à définir.
    • La conférence de l’African Private Equity and Venture Capital Association (AVCA), qui aurait dû se tenir du 20 au 24 avril à Dakar, a été annulée.

Et aussi...

  • La Banque Européenne d’Investissement (BEI) va renforcer « visiblement et ostensiblement » son activité en Afrique, selon les termes de son présidentWerner Hoyer. La banque publique des États membres de l’UE vient ainsi de signertrois nouveaux partenariats pour soutenir l’essor des entreprises africaines, notamment via le microcrédit, pour un montant de63 M€.
  • Bpifrance a signé le 24 février dernier avec le ministère des Finances du Bénin une convention-cadre sur les financements bilatéraux, destinée à faciliter la mise en place de crédits export par la banque publique française pour financer les projets qu'elle soutient au Bénin. Première concrétisation : la signature d'un accord de crédit de 20,6 M€ entre les deux parties, afin de financer l'achat d’équipements d’éclairage publics fournis par l’entreprise française Fonroche Éclairage.
  • Le britannique Small World Financial Services (Small World), un acteur majeur des transferts d’argent à l'international, soutenu depuis novembre 2018 par Equistone Partners Europe, fait entrer dans son giron le francilien MoneyGlobe, une fintech permettant le transfert d’argent depuis la France vers l’Afrique du Nord, l'Afrique de l'Ouest, les Caraïbes et l'Amérique du Sud. Ce premier build-up permet à Small World d’ajouter la couverture du marché français à son vaste réseau de transfert d'argent qui réalise actuellement quinze millions de transactions chaque année à travers le monde (voir fiche opération sur CFNEWS).
  • La banque sud-africaine Standard Bank vient de battre le record africain des obligations vertes avec une levée de 176 M€ (200 M$) visant à permettre à l’Afrique du Sud de diversifier ses sources de financement, tout en finançant des projets en lien avec l’environnement. D’une durée de dix ans, ces obligations émises à la bourse de Londres ont été sur-souscrites à 100 % par la Société Financière Internationale (SFI ou IFC).
  • La chaîne panafricaine Africa Radio (1,37 M€ de chiffre d’affaires en 2018), présente à Paris et Abdijan, étend son réseau aux villes de Marseille et Nice en France, et décroche le feu vert pour émettre à Brazzaville. Prochaines conquêtes en ligne de mire : Dakar et Ouagadougou, puis Douala et Yaoundé.
  • Le VC suisse Persistent Energy Capital mobilise 7 M€ en crowdfunding pour investir dans des fournisseurs d’énergie solaire en Afrique. Parmi les contributeurs de cette levée de fonds de série B figure le singapourien Dream Project Incubators (DPI), un développeur de solutions d’énergie propre.
  • La filiale camerounaise du cabinet d’audit français Efac, devançant le britannique Moore Stephens et l’allemand Aéro Task, vient d’être sélectionné pour la réalisation de l’étude diagnostique de Cameroon Airlines Corp (Camair-Co), la compagnie aérienne nationale, en difficulté depuis son lancement en 2011.
  • L’Agence Française de Développement (AFD) soutient la création d’un réseau de douze villes africaines, African Smart Towns Network (ASToN), avec pour objectif le développement collectif de leurs compétences en matière d’outils et de services numériques pour devenir des « smart cities » durables et inclusives. Ce réseau permettra aux douze villes sélectionnées de créer de l’emploi et de concevoir de nouveaux outils au service du développement durable.
  • La Caisse de Dépôtsfrançaise et sa consœur ivoirienne, CDC-CI, viennent de sceller un accord de partenariat afin que la seconde puisse profiter de l’expérience et s’inspirer du modèle de la CDC française.
  • Au Zimbabwe, Total vient d’investir 3,5 M€ pour alimenter la moitié de ses stations-services à partir de petites centrales solaires, ce qui lui permettra de gagner en autonomie vis-à-vis du réseau électrique du pays.

Bonne fin de semaine et à mardi prochain.

Une information à nous soumettre pour ce Bulletin Afrique ? Écrivez-nous à : stephanie.roux@cfnews.net

Retrouvez l'ensemble des chroniques CFNEWS (Afrique, mais aussi Asie et Amérique latine) :