L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture
Corporate Finance et Private Equity

Chronique

Afrique : AfricInvest, Sevam, Partech Africa, Hôtel Lincoln...

PAR  | 10 décembre 2018 | 3892 mots
Bulletin Hebdo Afrique

#31 : Nouveau closing pour AfricInvest ; Sevam s'abreuve chez Castel ; Réalités rénove l'Hôtel Lincoln ; Partech Africa... Chaque semaine, CFNEWS résume l'actualité économique en Afrique.

 

Fonds : closing final AfricInvest (Afrique du Nord)

AfricInvest

AfricInvest

Après le deuxième closing à 173 M€ évoqué en octobre dernier (voir bulletin #24 ), la société de capital-investissement panafricaine AfricInvest  vient de boucler le closing final de son véhicule Maghreb Private Equity IV (MPEFIV), lancé en novembre 2017 et dont la durée de vie a été fixée à dix ans. MFEFIV prendra des participations minoritaires substantielles, avec des tickets de 8 à 25 M€,  dans une quinzaine de PME au Maroc, en Tunisie, Égypte et Algérie. Il privilégiera les sociétés axées sur l’exportation dans les secteurs de l’informatique et des télécommunications, de la santé, l’éducation, la logistique, l’agribusiness, les produits de grande consommation et les services (financiers entre autres). La Banque africaine de développement (BAD) a rejoint le troisième et dernier cycle d’investissement, apportant 20 M€ et portant ainsi les engagements de fonds propres à 194 M€, en ligne avec la taille du véhicule. Les autres bailleurs de fonds incluent l’Agence britannique de financement du développement CDC , la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD) , la Banque de développement néerlandaise (FMO) , l’allemand DEG  (filiale du groupe bancaire KfW ), la Banque Européenne d’Investissement (BEI) , la Société Financière Internationale  (SFI ou IFC en anglais), le fonds de développement belge BIO , son homologue danois IFU , le Swiss Investment Fund for Emerging Markets (Sifem), Proparco (l’organisme de financement du secteur privé de l’Agence Française de Développement, premier closing), la banque autrichienne de développement (OeEB) et un important fonds de fonds sud-africain (deuxième closing).

Filiale du fonds d’investissement tunisien Integra Group, AfricInvest est basé à Tunis mais dispose également d’un bureau à Paris emmené par Stéphane Colin et dans d’autres pays africains. Il s’agit de l’un des leaders du private equity en Afrique, avec près de 1,3 Md€ d’actifs sous gestion répartis au sein de dix-huit véhicules.

 

Industrie du verre : Sevam / Castel / Al Mada (Maroc / France)

Produits de Sevam (Société d'Exploitation de Verreries au Maroc) - ©sevam.ma

Produits de Sevam (Société d'Exploitation de Verreries au Maroc) - ©sevam.ma

Sevam , fabricant de verres et bouteilles en verre basé à Casablanca, recompose son actionnariat avec la sortie du fonds d’investissement marocain Al Mada qui cède ses parts à la Société des boissons du Maroc (SBM) . Il s’agit du nouveau nom de la filiale locale du groupe français Castel , connue auparavant sous la dénomination de « Brasseries du Maroc ». Ayant rejoint le giron du groupe tricolore en 2003, l’entreprise centenaire de brassage et maltage des boissons alcoolisées profitera de cette acquisition pour produire des bouteilles en verre nécessaires au conditionnement et à la vente de ses produits. Cotée depuis 1943 et employant 1 500 personnes, elle a décidé il y a quelques mois de diversifier son activité. Elle devrait commercialiser bientôt des produits alimentaires et fournir des services de paiement au sein du royaume chérifien et dans les marchés européens. Sa société mère, le groupe industriel Castel, constitue une référence mondiale dans les métiers du vin, de la bière, des boissons gazeuses et de l’eau minérale. Il vu le jour en 1949 à Bordeaux comme simple entreprise de négoce de vin à destination de l'Afrique francophone, et c’est aujourd’hui l’un des principaux fabricant et distributeur de bières et boissons gazeuses du continent, où il réalise plus de 80 % de son chiffre d’affaires annuel.

 

Fonds : Partech Africa / Axian (France / Madagascar / Afrique)

Hassanein Hiridjee

Hassanein Hiridjee, Axian

Le véhicule Partech Africa , lancé en janvier dernier par le VC français Partech  pour financer des start-up technologiques africaines (relire l’article Partech Ventures s’intéresse au continent africain ), accueille un nouvel investisseur dans son capital : le groupe malgache Axian. Appartenant à la famille Hiridjee - famille française d’origine indienne, établie à Madagascar depuis un siècle et demi - ce dernier opère dans les télécoms (via la société Telma entre autres), l’énergie, l’immobilier et les services financiers. Réalisant environ 556 M€ de chiffre d’affaires en 2017 avec 3 500 salariés, il a investi plus de 706 M€ en dix ans. Sa prise de participation dans Partech Africa confirme son implication dans l’écosystème entrepreneurial du continent. En 2017, il a en effet investi dans des véhicules d’Emerging Capital Partners (ECP) et d’Adenia Capital, une firme de private equity basée à Maurice. Plus récemment, il a également rejoint le premier fonds malgache d’impact entièrement dédié à l’accompagnement des TPE et PME, Miakarap.

 

Fonds : closing Sawari Ventures (Égypte / Maghreb / Europe)

Ahmed El Alfi

Ahmed El Alfi, Sawari Ventures

Comme annoncé dans le bulletin du 3 juillet , le capital-risqueur égyptien Sawari Ventures vient de réaliser le premier closing de Sawari Ventures Fund I (SVNF I), son véhicule dédié aux start-up et PME innovantes en Égypte, au Maroc et en Tunisie. Envisagé dès 2015, il avait ensuite été mis en stand-by. Il a réuni près de 31 M€ pour une taille cible de 61,5 M€ auprès d’institutions financières mondiales, dont la Banque européenne d'investissement (BEI) , la CDC du Royaume-Uni , le français Proparco , et le fonds néerlandais Good Growth Fund (DGGF) géré par Triple Jump. SVNF I injectera en moyenne 1,3 M€ et soutiendra techniquement vingt-cinq entreprises maghrébines en phase de croissance, en particulier dans les secteurs des technologies (financières, de l’information, de pointe), des énergies vertes et renouvelables, de l’éducation et de la santé.

Sawari Ventures s’apprête par ailleurs à réaliser le closing d’un deuxième véhicule, cette fois exclusivement dédié à l’Égypte. D’après Wael Amin, associé du fonds, il s’agira du « premier véhicule de ce type réunissant des investisseurs institutionnels locaux et internationaux de premier plan afin de renforcer le capital-risque en tant que classe d’actifs en Égypte ; nous mettons en place une industrie égyptienne du capital-risque durable afin de garantir la disponibilité de fonds pour les futurs entrepreneurs ». Les banques du secteur public et les organismes gouvernementaux du pays seront plus particulièrement ciblés en tant qu’investisseurs, notamment la Banque nationale d’Égypte, la Banque Misr ou encore la Banque du Caire.

Fondé en 2009 par Ahmed El Alfi (photo), Sawari Ventures a précédemment investi dans six sociétés dont la start-up égyptienne d’intelligence artificielle Kngine, récemment acquise par le conglomérat coréen Samsung . Bien qu'inactive depuis plusieurs années, la firme demeure l’un des acteurs les plus influents de l’écosystème de la région MENA, grâce à son accélérateur de start-up Flat6Labs et à son tech hub The Greek Campus, lancé en 2014 au Caire.

 

E-commerce - Immobilier : Sarouty / Property Finder (Maroc / Émirats arabes unis / États-Unis)

Page d'accueil du site Sarouty.ma

Page d'accueil du site Sarouty.ma

Sarouty.ma, site marocain dédié aux annonces immobilières, va pouvoir continuer à financer sa croissance grâce à sa société mère, le groupe émirati Property Finder, qui vient de lever environ 111 M€ (un peu moins de 1,2 MdMAD) auprès de la société d’investissement américaine Global Atlantic. Cette dernière, axée sur le secteur des nouvelles technologies du Web, acquiert ainsi une part minoritaire du groupe. Fondée en 2004 sous le nom de Goldman Sachs Reinsurance Group (GSRG), elle gère près de 44 Md€ (50 Md€) d’actifs. Selon Ismael Belkhayat, DG de Sarouty.ma, « cet investissement doit permettre à Sarouty.ma de consolider sa position de leader du marché des annonces immobilières en ligne au Maroc ». Le portail immobilier a réalisé une croissance exponentielle depuis son lancement il y a quatre ans, de plus en plus de promoteurs et agences immobilières l’intégrant dans leur stratégie de communication digitale. Cette manne financière lui permettra de multiplier ses actions marketing et de renforcer sa présence sur la toile afin d’augmenter ses parts de marché d’ici fin 2019. Fondé à Dubaï en 2007 par le suisse d’origine marocaine Michael Lahyani, Property Finder utilisera cette levée de fonds pour continuer à apporter des services de qualité aux six millions d’internautes visitant ses sites internet tous les mois. Employant près de 450 personnes dans huit pays, il souhaite investir dans la technologie et développer ses marques existantes dans plusieurs pays, notamment le Maroc, l’Égypte et l’Arabie saoudite.

 

Hôtellerie : Hôtel Lincoln / Réalités (Maroc / France)

Façade à l'abandon de l'hôtel Lincoln à Casablanca (2010) - ©Adam Jones, Ph.D./wikimedia.org

Façade à l'abandon de l'hôtel Lincoln à Casablanca (2010) - ©Adam Jones, Ph.D./wikimedia.org

Fermé depuis l’effondrement partiel de sa façade en 1989, l’emblématique Hôtel Lincoln, situé sur l’avenue Mohamed V à Casablanca, va être rénové par le groupe tricolore coté, Réalités. Ce dernier vient en effet de remporter le dernier appel à manifestation d’intérêt, lancé par l’Agence Urbaine de Casablanca, relatif à « l’acquisition, le réaménagement, la rénovation et l’exploitation » de cet établissement classé au patrimoine marocain. La réouverture est prévue pour le deuxième trimestre 2022. Conçu il y a sept décennies par l’architecte français Hubert Bride, l’hôtel d’une superficie totale de 9 500 m² comprendra 2 000 m² de commerces et bureaux, 7 500 m² d’hôtel 4 et 5* de 124 chambres, un restaurant, une piscine, ainsi qu’un rooftop. On estime le montant des travaux à près de 14 M€ (150 MMAD). Cette opération conforte les ambitions africaines de Réalités, fort d’un chiffre d’affaires de 129 M€ l’an passé. Le P-dg de ce groupe fondé en 2003 à Nantes, Yoann Choin-Joubert,   a défendu ce choix du continent africain comme première étape de son expansion mondiale : « l’Afrique est un continent tourné vers le progrès et est le théâtre de fabuleux projets de valorisation des territoires. A cela s’ajoute une grande capacité d’innovation et de créativité de sa jeunesse. Réalités a donc choisi ce cadre pour son développement international avec un siège au Maroc, véritable hub économique et culturel africain». Dans cette logique, a été ainsi inauguré le 29 novembre dernier le siège africain du groupe à Casablanca : Réalités Afrique, sa nouvelle filiale dédiée aux projets d’aménagement territorial sur le continent, ainsi que la Business Unit Réalités Maîtrise d’Ouvrage Maroc, première antenne de sa filiale.  

 

Infrastructures énergétiques : Hydro Power Company / STOA (Cameroun / France)

STOA et Africa50 entrent au capital de NHPC - ©nachtigal-hpp.com

STOA et Africa50 entrent au capital de NHPC - ©nachtigal-hpp.com

Deux nouveaux acteurs font leur entrée au capital de Nachtigal Hydro Power Company (NHPC) , la société de projet du barrage et de centralehydroélectrique de Nachtigal au Cameroun. Le premier, le fonds français STOA , dédié aux secteurs des infrastructures et de l’énergie, est détenu par la Caisse des Dépôts et Consignations  (CDC) et l’Agence Française de Développement . Lancé en 2017 et destiné à investir jusqu’à 600 M€ dans les pays émergents et en développement, il a été conseillé pour cette prise de participation par Linklaters . Le second est Africa50, la plateforme panafricaine d’investissement dans les infrastructures, qui acquiert la moitié des parts de l’État camerounais, soit 15 % du capital de NHPC.

Comme mentionné dans le bulletin #27 , c’est à EDF qu’a été confié la mission de concevoir, construire et exploiter pour une durée de trente-cinq cette centrale d’une capacité de 420 MW, le plus grand chantier de ce type pour le groupe coté français depuis 2003. Outre l’usine hydroélectrique, le projet - qui sera construit sur le fleuve Sanaga au niveau des chutes dites de Nachtigal, à 65 km au nord-est de Yaoundé - englobe un barrage ainsi que la construction d’une ligne de transport d’électricité de 50km jusqu’à Nyom. La construction devrait commencer au début de l’année à venir ; la mise en service opérationnelle est quant à elle planifiée pour 2023. Le montant total du projet s’élève à 1,2 Md€. A l’issue de cette opération, le capital de la NHPC est détenu à hauteur de 40 % par EDF, 20 % par la Société Financière Internationale (SFI ou IFC, filiale de la Banque Mondiale), 15 % par l’État camerounais, 15 % par Africa50 et 10 % par STOA (voir fiche de l'opération sur CFNEWS IMMO & INFRA).

 

Bourse - Automobile : Motus Holdings (Afrique du Sud)

Le distributeur automobile sud-africain Motus Holdings (MTH) rejoint le Johannesburg Stock Exchange (JSE), devenant ainsi le quatrième acteur du secteur de la distribution automobile à s’introduire sur le marché boursier local. Il opère également dans la location, la commercialisation des pièces de rechange et les services financiers liés au secteur automobile. L’IPO vise à lui permettre « d’opérer de manière plus ciblée et plus efficace, tout en donnant aux investisseurs la possibilité de participer directement au succès du groupe », d’après son directeur général par intérim, Ockert Janse van Rensburg. Créée en 2017, la cible est une filiale du groupe Imperial Holdings, lui-même basé en Afrique du Sud. Il s’agit de la douzième opération d’introduction en bourse sur le JSE depuis le début de l’année.

 

Nouvelle banque - Immobilier : Banque de l’habitat du Niger

Banque de l’habitat du Niger (BHN)

Banque de l’habitat du Niger (BHN)

Destinée à financer des projets immobiliers au Niger, la Banque de l’habitat du Niger (BHN) a commencé ses activités lundi dernier et s’apprête à être inaugurée officiellement le 15 décembre prochain. Son DG, Rabiou Abdou définit ainsi ses objectifs : « Notre mission n’est pas de construire des logements. Nous sommes des financiers et par conséquent, nous apportons des financements aux promoteurs immobiliers qui veulent construire des logements. Nous accordons des financements aux personnes à revenus réguliers, désireuses d’acquérir des logements auprès des promoteurs que nous avons financés ». Le nouvel acteur bancaire a pour actionnaires la Caisse Nationale de Sécurité Sociale du Niger (25 %), l’État (20 %), la Société du patrimoine des mines du Niger ou Sopamin (20 %), la Société nigérienne des produits pétroliers ou Sonidep (20 %), Nia Assurances (0,5 %), la Banque ouest-africaine de développement ou BOAD (8,25 %) et des investisseurs privés locaux (0,5 %). La création de BHN s’inscrit dans un contexte de déséquilibre entre l’offre et la demande sur les logements du Niger et d’insuffisance du financement de l’habitat, notamment social. Le pays s'est doté en 1998 d'une politique nationale de l'habitat, qui prévoyait - entre autres mesures - la création d'une banque de l'habitat et d'un fonds national de l'habitat.

 

Étude : l’appétit toujours vif des investisseurs pour l’Afrique

AVCA 2018 Limited Partner Survey - ©AVCA/Twitter

AVCA 2018 Limited Partner Survey - ©AVCA/Twitter

Selon l’étude « 2018 Annual Limited partners survey » de l'Association africaine de capital-investissement et de capital-risque (AVCA), 53 % des investisseurs en private equity ont l’intention d’augmenter leurs engagements sur le continent durant les trois prochaines années. L’Afrique de l’Ouest apparaît comme la plus attractive (85 % des soixante investisseurs interrogés), devant l’Afrique de l’Est (72 %), l’Afrique australe (44 %), l’Afrique du Nord (43 %) et l’Afrique centrale (7 %). En termes de pays, c’est le Nigeria qui arrive en tête de classement (58 %), suivi par le Kenya (40 %), et l’Égypte  (31 %). Les services financiers constituent le secteur le plus attractif pour les investisseurs, devant les biens de consommation, l’agrobusiness, la santé, la technologie, l’éducation et les infrastructures. 65 % des sondés pensent par ailleurs qu’il sera plus intéressant d’investir en Afrique que sur les marchés développés au cours de la décennie à venir. Le rapport de l’AVCA va donc dans le sens d’autres études citées dans de précédents bulletins, dont celle récemment publiée par la Conférence des Nations Unies pour le Commerce et le Développement (CNUCED) qui estimait que l'intérêt des investisseurs internationaux pour le continent n’allait  cesser de croître, notamment en raison de la mise en place de la zone continentale de libre échange (voir bulletin #24 ). Les personnes interrogées par l’AVCA ont également pointé du doigt leurs principales sources d’inquiétude : le risque de change (65 % d’entre eux), le nombre limité des firmes de private equity axées sur l’Afrique ayant déjà lancé trois fonds ou plus (42 %), le risque politique (42 %), les périodes de détention relativement longues des sociétés du portefeuille par les fonds africains (40 %), et la petite taille de ces fonds (32 %).

 

Nomination - Énergie & utilities : Eranove (France / Panafrique)

Eugène Zadi

Eugène Zadi, Eranove

Eugène Zadi, jusque-là directeur général délégué de Global Services Equipement Electrique (GS2E) vient d’être nommé à la tête de la communication du groupe industriel panafricain Eranove . Basé à Paris et contrôlé par le capital-investisseur Emerging Capital Partners (ECP) , celui-ci se spécialise dans la gestion des services publics et la production d’eau et d’électricité. Il possède plusieurs filiales en Côte d’Ivoire, au Mali, au Sénégal, au Togo, en République Démocratique du Congo, au Gabon et à Madagascar avec un effectif de plus de neuf mille collaborateurs.

 

Événements :

  • ÉVÉNEMENT en partenariat avec CFNEWS : lire notre compte-rendu sur la première conférence « De nouveaux regards sur l'Afrique - Angola - Zimbabwe - Afrique du Sud », organisé par la société de conseil   Cobasa .
  • Divers sites africains dont Dakar (Sénégal), 27 novembre - 23 décembre : festival « L'Afrique, c'est chic world, waw fest », visant à promouvoir la transition des savoir-faire traditionnels vers la modernité accompagnée par les nouvelles technologies. Le festival est également un rendez-vous privilégié pour les investisseurs dans les domaines culturels (mode, cinéma, littérature, voyages, technologie de pointe, musique et danse, sports, arts).
  • Nairobi (siège des Nations unies au Kenya), 10-14 décembre : Semaine africaine du commerce électronique (Africa eCommerce Week), autour du thème « Renforcer l'autonomie des économies africaines à l'ère du numérique ». Objectif : étudier les moyens de renforcer la capacité des pays africains à s'engager dans le commerce électronique et à tirer profit du commerce numérique en pleine évolution.

 

Et aussi...

  • Une plateforme panafricaine pour le soutien des jeunes entrepreneurs d’Afrique du Nord et de l’Ouest vient d'être portée sur les fonds baptismaux. Baptisée « YAS! », elle a été initiée par le programme des Nations unies pour le développement (Pnud) et Accenture , société française de services et conseil. Elle repose sur les quatre principaux piliers de l’écosystème entrepreneurial, à savoir l’information, le mentorat, le financement et le réseautage.
  • Une filiale du géant français Bolloré , la Société internationale de transport africain par rail (Sitarail), obtient le feu vert du Parlement burkinabé pour la la gestion et l'exploitation du chemin de fer Abidjan-Ouaga. La réhabilitation de la liaison ferroviaire est évaluée à 400 M€ sur cinq ans. Sitarail est chargée du renouvellement complet des 852 km de voies ferrées et de la maintenance des infrastructures du réseau.
  • La compagnie aérienne nationale TAAG Angola, devenue une société anonyme en septembre dernier, va faire l’objet d’une restructuration de son capital évalué à environ 2 Md€ (700 Md de kwanzas). La privatisation portera sur un capital maximal de 10 % des actions à une ou plusieurs compagnies aériennes étrangères en tant que partenaire technique, tandis que 10 % seront réservés aux travailleurs et retraités. L’État restera actionnaire à hauteur de 51 % minimum, même en cas d’augmentation du capital.
  • Le burkinabé Coris Bank International s’associe à TagPay , fournisseur français de technologies de paiement mobile pour lancer Coris Money, sa plateforme de mobile money. Ce porte-monnaie électronique sera déployé au Burkina Faso puis, à terme,  en Côte d’Ivoire, au Mali, au Togo, au Bénin, au Sénégal et au Niger.
  • L’Agence Française de Développement (AFD) finance à hauteur de 80 M€ la construction de la première centrale solaire flottante d’Afrique en Côte d’Ivoire.
  • En Afrique du Sud, l’Eskom, la compagnie électrique nationale surendettée, souhaiterait que l’État prenne en charge une partie de sa dette (6,1 Md€ environ sur un total de 25,8 Md€). Considérant l’impact catastrophique d’une faillite potentielle, le Government Employees Pension Fund (GEPF), le plus grand fonds de pension sud-africain, se dit prêt à racheter les titres de dette si le gouvernement lui proposait de l’aider à refinancer cette société publique.
  • Fondée en 1982, Bank Windhoek, banque commerciale opérant sur le marché namibien, devient la première banque à émettre des obligations vertes en Afrique australe.

 

Bonne fin de semaine et à mardi prochain.

 

Une information à nous soumettre pour ce Bulletin Afrique ? Écrivez-nous à : stephanie.roux@cfnews.net  

Retrouver les autres Chroniques de CFNEWS :