L'actualité du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture France - Corporate Finance et Private Equity

Chronique

Afrique : PlaYce, Auplata, Azur Innovation Fund, EPMG...

PAR  | 19 février 2019 | 3417 mots
Bulletin Hebdo Afrique

#39 : PlaYce se redistribue au profit de CFAO ; Auplata se dore au Maroc avec CMT ; Azur Innovation Fund ; EMPG... Chaque semaine, CFNEWS résume l'actualité économique en Afrique.

 

Distribution - Immobilier commercial : PlaYce / CFAO / Wendel (France / Afrique de l’Ouest)

Publicité PlaYce - ©facebook.com/PlaYce.Cotedivoire.ci

Publicité PlaYce - ©facebook.com/PlaYce.Cotedivoire.ci

Désireuse de se recentrer sur des actifs de grande taille, la société d’investissement Wendel , cotée sur le compartiment A d’Euronext Paris, cède sa participation de 40 % dans la foncière panafricaine PlaYce à CFAO , filiale française du groupe japonais TTC et leader de la distribution en Afrique. La cible, véhicule immobilier dédié à un concept innovant de centre commercial, est née en 2015 de la volonté de CFAO de se développer sur le marché de la grande distribution ouest-africain, et d’offrir aux consommateurs des produits et services aux standards internationaux réunis en un seul et même lieu (marques d’équipement de la personne et de la maison, offre de restauration et produits alimentaires). CFAO ambitionnait plus particulièrement d’accompagner le développement de l’enseigne Carrefour , dont il assure, depuis 2013, l’exploitation dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest, en joint-venture avec le géant français. Alors que Wendel avait investi 25,3 M€ fin juillet 2016 au travers d’Oranje-Nassau Développement (voir article SGI Africa finance ses projets immobiliers sur CFNEWS), la cession de sa participation lui en rapporte 32,2 M€ (voir fiche de l’opération sur CFNEWS). Basé à Sèvres, PlaYce rassemble actuellement trois centres commerciaux : deux à Abidjan et un à Douala, totalisant une surface commerciale d’environ 21 400 mètres carrés et générant plus de 1 300 emplois directs et indirects. Outre la Côte d’Ivoire et le Cameroun, le bras armé de CFAO compte ouvrir dans les prochaines années plusieurs dizaines de centres dans six autres pays du continent, à savoir le Gabon, le Ghana, la République du Congo, le Nigeria, la République démocratique du Congo, et le Sénégal. Six à huit centres commerciaux devraient voir le jour en Côte d’Ivoire d’ici 2025.

 

Nouveau fonds : un véhicule hollando-marocain sur les fonts baptismaux (Maroc / Pays-Bas)

Tarik Haddi

Tarik Haddi, Azur Partners

Au Maroc, un nouveau véhicule d’investissement dénommé Azur Innovation Fund devrait voir le jour en avril prochain. Initié par le Dutch Good Growth Fund (DGGF), un fonds du gouvernement hollandais, et géré par le capital-investisseur Azur Partners , il devrait être doté de 18,6 M€ (200 MMAD) et ciblera principalement les entreprises innovantes du pays. Ce premier projet africain du fonds public néerlandais devrait être financé entre autres par la Banque Africaine de Développement (BAD), la Banque Mondiale, la banque allemande de financement du développement (KfW ) et des banques locales marocaines à l’instar de CIH Bank et BMCE Bank. « Avec Azur Partners nous avons lancé deux premiers fonds à destination du secteur agricole, baptisés Afoulki Invest et Nébetou Fund. Ces fonds ont accompagné une douzaine d’entreprises. Avec Azur Innovation Fund qui est en cours de structuration, nous comptons passer à vingt projets », a affirmé Tarik Haddi , DG d’Azur Partners, qui ambitionne désormais de devenir un acteur majeur du capital-amorçage au Maroc puis en Afrique.

 

Bourse - Industrie minière : Compagnie Minière de Touissit / Osead Maroc Mining / Auplata / BGPP (Maroc / France / Pérou)

Luc Gérard Nyafé

Luc Gérard Nyafé, Auplata

Basée en Guyane française, la société cotée d'exploitation aurifère Auplata vient de réaliser une augmentation de capital de 10,5 M€ au profit de la société péruvienne Bexia Gold Plata Peru (BGPP). A l'issue de l'opération, BGPP détiendra environ 78 % de la compagnie tricolore. « Les fonds levés au titre de l'augmentation de capital en numéraire seront exclusivement affectés à l’exercice d’une option d’achat permettant d’augmenter la participation indirecte d’Auplata dans la Compagnie Minière de Touissit (CMT) , à hauteur de 18,5 % de son capital et de ses droits de vote », a précisé la société. Elle avait en effet acquis il y a deux ans 4,8 % du capital du marocain Osead Maroc Mining (OMM) , lui-même actionnaire de la société cotée à Casablanca CMT à hauteur de 38,2 %. Cette prise de participation dans OMM intégrait une option d'achat portant sur 100 % des actions, valable durant cinq ans à un prix global de 82,9 M€ (voir article Auplata fore au Maroc sur CFNEWS). Le producteur d'or français exerce l'essentiel de ses activités en Guyane française, mais développe, depuis l'acquisition en 2015 de l'ivoirien OMCI, son portefeuille minier sur le continent africain. Fondé en 2004, il a engrangé 4,97 M€ en 2017, soit un chiffre d'affaires en constante baisse ces dernières années (montant à comparer aux 18,54 M€ réalisés en 2014). Il vient cependant de franchir un nouveau cap, selon son P-dg et fondateur, l'homme d'affaires belgo-congolais Luc Gérard Nyafé : « Auplata, qui était une compagnie minière présente seulement en Guyane est une société qui détient désormais 100 % de nos actifs péruviens dans BGPP, qui contrôle CMT au Maroc. C'est donc la première étape pour devenir un groupe minier européen qui va assurer l’approvisionnement de l'Europe et de la France en métaux stratégiques. Auplata va contribuer au décollage économique et industriel de la Guyane », a-t-il affirmé suite à la prise de contrôle de la société par le péruvien Bexia Gold Plata Peru.

 

Immobilier : EMPG (Émirats arabes unis / Afrique du Nord / États-Unis)

Achat immobilier - ©blog.mubawab.ma

Achat immobilier - ©blog.mubawab.ma

Emerging Markets Property Group (EMPG), groupe immobilier émirati spécialisé dans les marchés émergents, a récemment levé 88,6 M€ (100 M$) à l’occasion d’un tour de table de série D auquel ont participé neuf fonds d’investissement. La société mère de plusieurs portails immobiliers, dont Mubawab au Maroc (voir bulletin du 29 mai ), Zameen.com au Pakistan et Bproperty.com au Bangladesh, poursuivra, grâce à ce financement record, sa stratégie de développement dans la zone Moyen-Orient / Afrique du Nord (MENA) et en Asie du Sud. Actuellement présent dans une quarantaine de villes dans ces régions ainsi qu’en Europe, EMPH a été fondé en 2005 et emploie plus de 2 000 salariés. KCK Group , fonds d'investissement américain diversifié, axé notamment notamment sur les sciences de la vie, l'énergie et les technologies industrielles, a mené le tour de table. Parmi les autres investisseurs figure Exor Seeds, filiale américaine du néerlandais Exor , holding de la famille Agnelli, disposant de plus 21 Md€ (24 Md$) d’actifs sous gestion et possédant des participations dans des actifs de prestige tels que Ferrari, Fiat Chrysler Automobiles , Juventus FC et The Economist .

 

Logiciels - Sécurité : RapidDeploy / Samsung Next (Afrique du Sud / Corée du Sud / États-Unis)

Vidéo RapidDeploy - ©rapiddeploy.com

Vidéo RapidDeploy - ©rapiddeploy.com

Samsung Next, véhicule d’investissement du chaebol sud-coréen Samsung , et la firme américaine de capital venture GreatPoint Ventures co-injectent 10,6 M€ (12 M$) dans le sud-africain RapidDeploy, qui conçoit des logiciels d’analyse et de résolution des problèmes rencontrés par des agents de sécurité. La levée de fonds financera le développement et le déploiement de la plateforme Cloud Aided DispatchTM, développée par RapidDeploy pour aider les responsables de la sécurité publique à améliorer le temps d’intervention en cas d’urgence. Ray Lane, associé chez GreatPoint Ventures, rejoindra le conseil d’administration de la cible fondée en 2014 par Brett Meyerowitz et Steven Raucher.

 

Agroalimentaire : Pura Beverage Company / Knife Capital (Afrique du Sud)

Sodas de Pura Beverage Company - ©purabeverageco.com

Sodas de Pura Beverage Company - ©purabeverageco.com

Pura Beverage Company, un fabricant de sodas fondé en 2015 au Cap pour répondre à certaines des grandes tendances de l'industrie des boissons, notamment l’intérêt accru des consommateurs pour la santé, lève des fonds en série A auprès du capital-risqueur sud-africain Knife Capital. A l’instar des précédents investissements de Knife Capital, le montant de l’opération demeure confidentiel. La cible propose des boissons gazeuses plus saines que la moyenne, ne contenant que cinq ingrédients et moins d'un tiers du sucre de la plupart des autres sodas, ce qui permet en outre de diminuer leur prix puisque ces boissons tombent ainsi sous le seuil de la taxe sur le sucre. « Nous avons la conviction inébranlable que tout est possible, c'est pourquoi nous avons d'abord constitué une équipe très expérimentée et nous nous sommes assurés que le produit corresponde au marché avant de lever des fonds pour la croissance. », a expliqué Greig Jansen, le P-dg fondateur de Pura. Ce cinquième investissement du véhicule KNF Ventures de Knife Capital représente une diversification du portefeuille du fonds de capital-risque, habituellement axé sur la technologie. L’un de ses associés gérants, Andrea Bӧhmert, a justifié cette prise de participation en soulignant l’existence de synergies potentielles avec de futurs investissements, mais également avec le portefeuille de private equity existant de Knife Capital.

 

Services financiers - Agroalimentaire : Tulaa / Beyond Capital Fund (Kenya / États-Unis)

Tulaa, fintech au profit des agriculteurs kényans - ©tulaa.io

Tulaa, fintech au profit des agriculteurs kényans - ©tulaa.io

La start-up kényane Tulaa, qui permet aux agriculteurs d’épargner et d’obtenir des prêts pour acquérir des intrants, ouvre son capital au fonds américain d’investissement à impact Beyond Capital. Basé à New York et ciblant des entreprises sociales en Afrique de l’Est et en Inde, ce dernier a réalisé cet investissement aux côtés d’autres partenaires. Ni l’identité des co-investisseurs, ni les détails financiers de cette opération n’ont été divulgués. Fondée en 2017 par Hillary Miller-Wise, la cible est une plateforme qui combine la technologie mobile et l’intelligence artificielle pour connecter les agriculteurs, les fournisseurs et les acheteurs kenyans. Devenue la huitième société du portefeuille de Beyond Capital, elle utilisera cet apport financier pour développer sa technologie afin de mieux servir les agriculteurs kenyans et de l'étendre à tout le pays. En 2017, la jeune pousse avait recueilli près de 555 K€ (627 K$) lors d’un tour d’amorçage mené par le fonds canadien AHL Ventures Partners, tour auquel avaient participé Beyond Capital et trois autres investisseurs. Créé en 2009, Beyond Capital investit dans des entreprises qui visent un meilleur accès aux soins de santé, à l'eau, à l'assainissement et à l'énergie, ainsi qu'à la sécurité alimentaire et à l'inclusion financière.

 

Nouveau fonds : 2,7 Md€ de la diaspora (Nigeria / États-Unis)

La diaspora nigériane s’apprête à mettre en place un fonds d’investissement de 2,7 Md€ (3 Md$), financé en majorité par la communauté nigériane résidant aux États-Unis. Le fonds ciblera prioritairement les secteurs de l’agriculture, de l’énergie, des mines et du transport. Cette nouvelle structure vise à contribuer à accélérer le processus de diversification économique du Nigeria. Elle devrait ainsi permettre à ce pays dont l’économie dépend à plus de 90 % des hydrocarbures, d’atténuer les chocs des fluctuations des cours des matières premières.  En 2017, le pays le plus peuplé d’Afrique avait collecté près de 270 M€ (300 M$) à l’occasion d’une émission obligataire ciblant sa diaspora (diaspora bonds).

 

Nouveau fonds : lancement d’un fonds dédié au secteur public (Égypte)

En Égypte, le gouvernement va créer un fonds dédié au développement des entreprises publiques, en prélude à la mise en œuvre d’un programme de privatisation recommandé aux autorités par le FMI. Ce fonds a vocation à régler une partie des dettes des entreprises publiques vis-à-vis du secteur bancaire, ainsi qu'à financer la restructuration de celles-ci. Il sera géré par un comité dirigé par le ministre chargé des entreprises publiques et qui comprendra aussi des membres du Conseil de l’État, du ministère des Finances, de la National Investment Bank ainsi que des dirigeants de plusieurs grandes entreprises nationales. En mars dernier, le gouvernement égyptien avait dévoilé un programme de privatisation de vingt-trois entreprises publiques, censé permettre à l’État de lever plus de 5 Md€ (100 MdEGP), mais dont la mise en œuvre a été retardée en raison de la volatilité du marché mondial. L’État contrôle encore de larges pans de l’économie égyptienne, notamment dans les secteurs bancaire, immobilier et de l’industrie pétrolière.

 

Étude : la France supplantée en Afrique francophone en termes d’image

Selon le baromètre Africaleads rendu public ce mois-ci par le Conseil français des investisseurs en Afrique (Cian) lors de son Forum annuel, la France occupe désormais la cinquième place en termes d’image auprès des leaders d’opinion africains, et le septième rang du classement des pays les plus bénéfiques pour le continent derrière la Chine, le Japon, l’Allemagne, la Turquie, les États-Unis et l’Inde. Ce sondage novateur a permis d’interroger 1 244 décideurs (politiques, religieux, économiques, des médias, de la société civile) entre juin et septembre derniers dans huit pays francophones (Tunisie, Algérie, Maroc, Sénégal, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Cameroun et RDC) à la fois sur leur perception des performances du continent telles qu’eux les voient, mais aussi sur l’impact des pays étrangers en Afrique. L’Allemagne, qui a supplanté la France comme principal fournisseur européen du continent dès 2017, caracole en tête du classement, notamment au Maghreb. Comme l’ont souligné les intervenants de la première table ronde au Forum Afrique 2019 du Cian, il faut toutefois faire la distinction entre la politique de l’État français en Afrique et celle des grands groupes français qui y sont implantés de longue date. Si la politique africaine de la France semble moins attractive que celle de ses concurrents, les grandes entreprises tricolores jouent toujours un rôle crucial sur les économies locales. Le baromètre Africaleads fait ainsi apparaître que les médias français demeurent les sources d’information privilégiés des leaders d’opinion en Afrique francophone (76 % pour RFI et 49 % pour France 24 ). Orange , Total et Renault figurent dans le top 10 des entreprises étrangères ou africaines les plus appréciées, aux côtés de multinationales comme Toyota, Samsung , Dangote, MTN , Nestlé , Soger Satom ou Coca Cola .

 

Nomination - Société : Sicpa (Maroc)

Eric Besson

Eric Besson, Sicpa Maroc

Ancien ministre français de l’Industrie, de l’Énergie et de l’Économie Numérique sous Sarkozy, Eric Besson prend les rênes de Sicpa Maroc, leader mondial en matière de solutions et services d’authentification, d’identification et de traçabilité sécurisés. Conseiller du président de la société depuis 2015, il présidera dorénavant les entités marocaines de la multinationale et conduira notamment l’opérationnalisation du hub casablancais de Sicpa pour l’implémentation de ses solutions en Afrique.

 

Événements :

  • Kigali (Rwanda), 27-28 février : troisième édition de l’African Business & Social Responsibility Forum, sur le thème « Éducation, Emploi et Engagement Sociétal : quels modèles pour une croissance durable et inclusive ? », événement  co-organisé par le cabinet gabonais en RSE et communication Latitude Monde et la Fondation hongkongaise Ameenah Gurib-Fakim
  • Casablanca (Hôtel Hyatt Regency), 14-15 mars : sixième édition du Forum International Afrique Développement organisé par Attijariwafa Bank et l’actionnaire de référence du groupe bancaire marocain, Al Mada, autour de la problématique de l’intégration régionale sur le thème « Quand l’Est rencontre l’Ouest ».
  • Abidjan (Côte d’Ivoire), 22-23 mars : troisième édition des Adicomdays (Africa Digital Communication Days), rendez-vous BtoB de la communication digitale et de la créativité en Afrique, organisé par le laboratoire de créativité digitale Totem Experience, spécialisé dans l’influence marketing et le brand content.

 

Et aussi...

  • La plateforme de e-commerce Jumia prévoit de s’introduire à la bourse de New York cette année, ce qui pourrait valoriser la licorne africaine à plus de 1,3 Md€ (1,5 Md$), et permettre ainsi à son principal actionnaire, l’opérateur sud-africain MTN , de se désengager en levant jusqu’à 530,6 M€ (600 M$). La cession de la participation de MTN dans Jumia à New York pourrait avoir lieu en parallèle de l’IPO de la filiale nigériane du groupe de télécoms sud-africain à Lagos.
  • En Afrique du Sud, l’Eskom, la compagnie électrique nationale sud-africaine soumise à de grandes difficultés financières et managériales, vient de réunir 937 M€ (15 MdZAR) auprès d’un consortium de banques locales et internationales afin de couvrir ses dépenses de fonctionnement pour l’année en cours. Dans le cadre du redressement de l’EDF africain, endetté à hauteur de 26,5 Md€, le président Cyril Ramaphosa envisage sa scission entre trois entités : production, transport et distribution, qui seraient coiffées par une holding unique.
  • L’équipementier automobile français Vernicolor va ouvrir en septembre prochain sa première usine en Afrique : spécialisée dans la fabrication de composants plastiques pour automobile, cette usine sera implantée en Tunisie, dans le parc industriel Neopark (20 km à l’est de Tunis), et nécessitera des investissements d’environ 8 M€.
  • L’américain IQ Power vient de convaincre l’énergéticien français Engie et le spécialiste tricolore des câbles et systèmes de câblage Nexans  de l’accompagner sur son ambitieux projet de centrale solaire de Misrata en Libye. En août dernier, il avait entrepris de séduire le groupe d’ingénierie belge CMI .
  • Au Maroc, 1 200 TPE de la chaîne de valeur sucrière vont recevoir de nouveau des financements du groupe Attijariwafa Bank , dans le cadre d’un accord conclu entre le producteur de sucre Cosumar et la première banque du pays. En avril dernier, les deux groupes avaient déjà signé un mémorandum d’entente pour la mise en œuvre d’une solution de Supply Chain Finance en faveur de l’écosystème de fournisseurs du sucrier national.
  • Au Gabon, la France vient officiellement de remettre les clefs de l’ancien consulat de France, une résidence de caractère colonial surnommée la « Villa Yvonne », au ministre de l’Économie gabonais (Jean-Marie Ogandaga).
  • Axa Mansardfiliale nigériane du géant français Axa , est désormais le partenaire officiel d’assurances global du club de football de première League anglaise Liverpool FC. Il vient en revanche de suspendre son projet de construction d'un hôpital de classe internationale au Nigeria, censé renforcer l'offre des services d'assurance maladie à ses clients, « en raison de circonstances imprévues ».
  • En Ouganda, l’investisseur britannique AgDevCo et la firme ougandaise Centurion Agricultural Partners ont conjointement financé - pour un montant resté confidentiel - la société Nakifuma Farming Company, spécialisée dans l’élevage de porcins.

 

Bonne fin de semaine et à mardi prochain.

Une information à nous soumettre pour ce Bulletin Afrique ? Écrivez-nous à : stephanie.roux@cfnews.net  

Retrouver les autres Chroniques de CFNEWS :

Afrique , Etranger , Corporate Finance