L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture
Corporate Finance et Private Equity

Chronique

Amérique Latine : Lyra, Vinci Airports, NGE, EDF, Covid-19...

PAR  | 29 mai 2020 | 1002 mots

Electronique & Informatique : Lyra (Équateur/Colombie)

Le groupe toulousain Lyra (voir sa fiche et deal-list dans notre référentiel) , acteur majeur du paiement en ligne et expert monétique international générant 70 M€ de chiffre d’affaires en 2019, signe un important contrat avec la première banque équatorienne Pichincha, pour sa division opérationnelle en Colombie. L’objectif de cet accord est de permettre aux clients de la banque de bénéficier d'une solution de paiement simple et facile à mettre en place, sans forcément disposer d'un site internet. « La richesse de notre offre PayZen a séduit le responsable e-commerce de la banque car elle répond notamment à un besoin fort d'une majorité de leurs clients de disposer d'une solution de paiement ne nécessitant pas de site web. Et actuellement, face à la crise sanitaire, la demande s'intensifie car la Colombie fait partie des pays qui se digitalisent à marche forcée », a commenté Anton Bielakoff, Dg du groupe. Présent depuis 2004 au Brésil, depuis 2016 au Chili et au Mexique, et depuis 2017 en Argentine, en Colombie et au Pérou, Lyra poursuit aujourd'hui le renforcement de ses positions et de son ambition sur la zone LATAM.    

Transports & logistique : Vinci Airports (Brésil)

L'aéroport international de Salvador Bahia, géré depuis début 2018 par Vinci Airports (voir sa fiche et deal-list) , a été distingué par l'Agence nationale de l'aviation civile brésilienne comme « l'aérodrome le plus durable du Brésil en 2019 ». Rénové intégralement depuis sa reprise par Vinci Airports, il est le premier aéroport du Brésil à atteindre le zéro déchet en décharge et le seul à être zéro rejet liquide (100% des eaux usées traitées recyclées dans les toilettes et pour les tours aéro-réfrigérantes). Prochainement, il deviendra également le premier aéroport du Brésil à disposer d'un parc photovoltaïque en autoconsommation pour alimenter son terminal, ce qui permettra de réduire de 30 % son empreinte carbone.

Immobilier & construction, bâtiment : NGE (Uruguay)

Ferrocarril Central - Uruguay © NGE

Ferrocarril Central - Uruguay © NGE

Le groupe de BTP français NGE (voir sa fiche et deal-list) , fort de 2 Md€ de chiffre d’affaires, a réceptionné dans le port de la capitale uruguayenne le deuxième lot de rails en provenance d’Europe et destiné au projet Ferrocarril Central de liaison ferroviaire entre Paso de los Toros et Montevideo. Le projet Ferrocarril Central porté par NGE, concessionnaire aux côtés de deux entreprises uruguayennes Saceem et Berkes et d’une entreprise espagnole Sacyr a pour objectif la construction d’une ligne ferroviaire de 266 km qui reliera la capitale Montevideo à la plus grande usine de cellulose du groupe finlandais UPM. L’entreprise de travaux publics avait réceptionné fin février un premier lot de 35 000 rails, quant au troisième et dernier lot, il devrait arriver au mois de septembre, avec neuf mois d’avance sur le délai initial.

Energie & Utilities : EDF (Brésil)

Le régulateur brésilien de la concurrence (CADE) a donné son feu vert au rachat du complexe éolien de 600 MW dans l'État de Pernambuco par EDF EN do Brasil Participacoes, filiale brésilienne du groupe EDF, dans le cadre d'un accord conclu avec le local PEC Energia, appartenant au groupe Engeform. Les actifs acquis sont situés dans les municipalités de Junco do Serido, Santa Luzia, Sao Mamede, Salgadinho et Assuncao et sont soit lauréats des appels d'offres fédéraux pour les énergies renouvelables, soit vendent de l'énergie sur le marché libre du pays. Cette transaction représente une opportunité pour le groupe tricolore d'améliorer sa présence dans le secteur brésilien des énergies renouvelables en augmentant sa capacité installée.

Covid-19 : Aides, mesures et impact de la crise sur l'activité économique

Latam Airlines, numéro un latino-américain du secteur aérien, s'est déclaré en état de faillite et a demandé sa mise sous protection devant la justice américaine, devenant ainsi le premier transportant d'envergure à trébucher devant la crise sanitaire liée au coronavirus. Cette procédure va lui permettre de se protéger de ses créanciers et de se restructurer. La compagnie serait déjà parvenue à réunir des aides financières à hauteur de 1,3 Md$ (1,17 Md€), dont 900 M$ (810 M$) apportés par ses actionnaires la famille chilienne Cueto et la famille brésilienne Amaro, ainsi que par Qatar Airways. Le groupe né en 2012 de la fusion des compagnies brésiliennes Tam et chilienne Lan emploie 41 000 personnes et a transporté plus de 74 millions de passagers l'an passé.

L'organisation médicale humanitaire d'urgence Médecins Sans Frontières (MSF) renforce sa présence dans l'État d'Amazonas pour lutter contre le coronavirus. Le Brésil déplore plus de 24 500 morts du Covid-19, dont au moins 1 780 dans cet État du nord-ouest pourtant peu peuplé. « La pandémie a causé non seulement l'effondrement du système de santé, mais aussi du système funéraire de l'État », pointe MSF. Pour tenter de freiner le virus, l'ONG ouvrira des lits de soins intensifs pour les patients gravement malades, mettra en place un isolement médical pour les cas légers ou modérés et lancera des actions de promotion de la santé dans les zones urbaines et rurales.

Une information à nous soumettre pour ce Bulletin Amérique Latine ? Écrivez-nous à : dalila.weygang@cfnews.net  

Retrouver les autres Chroniques de CFNEWS :