L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture Corporate Finance et Private Equity

CANVIEW

Asie : 360Learning, Prophesee, SoftBank, Stellantis, Port du Pirée, Volvo Cars...


© 360Learning

© 360Learning

Edtech: 360Learning / Sumeru Equity Partners, SoftBank Vision et Silver Lake (France / États-Unis, Japon)

360Learning, plateforme Saas de formation collaborative en entreprise, soutenue jusqu'ici par Isai, 3T, Bpifrance, Hi-Inov, Educapital et XAnge, choisit le trio Sumeru Equity Partners, SoftBank Vision et Silver Lake pour réunir 200 M$. Trois investisseurs capables individuellement de déployer ce montant et ayant une certaine habitude des pépites tricolores. Ainsi Sumeru Equity Partners a financé Talend avant son entrée au Nasdaq et Kyriba (société américaine d'origine française) avant son rachat par Bridgepoint sur une valorisation d'1,2 Md$. SoftBank Vision de son côté, co-lead dans l'opération, multiplie les participations dans l'Hexagone cette année avec Contentsquare, Sorare, Vestiaire Collective et Swile, toutes des licornes. Quant à Silver Lake, il a mené le dernier tour de Mirakl valorisé post money 3 Md€, sans compter les LBO sur Cegid, Meilleurtaux et Silae. L'équipe de 260 salariés, et 500 sont prévus en fin d'année, travaille aujourd'hui pour environ 400 clients. Quelque 75 personnes se répartissent entre les États-Unis et le Royaume-Uni, deux pays contribuant chacun à hauteur de 15 % du chiffre d'affaires (lire aussi l’article CFNEWS : 360Learning attire trois éleveurs de licornes).

IoT : Prophesee / Sinovation Ventures, Xiaomi et Inno-Chip (France / Chine)

© Prophesee

© Prophesee

Après avoir levé 61 M€ au fil des tours auprès de VC et corporates européens et américains, l’inventeur du premier système de vision inspiré de l’œil humain Prophesee reçoit des chinois Sinovation Ventures, lead, Xiaomi et Inno-Chip près de 30 M€ pour se lancer sur le marché. Après avoir fait sensation avec ses premiers capteurs neuromorphiques utilisés pour redonner la vue à des aveugles, Prophesee capte l’attention d’investisseurs internationaux pour ses applications industrielles. La société co-fondée par Luca Verre et iBionext déjà soutenue par iBionext, qui reste son investisseur principal, Intel Capital, 360 Capital Partners, Supernova Invest, le groupe Renault, Robert Bosch Venture Capital ainsi que Sony qui était entré discrètement au capital en 2018, accueille un trio composé d’investisseurs et d'un corporate chinois. A sa tête Sinovation Ventures, lead, le fonds dédié aux technologies de l’IA de Kai-Fu Lee, l’ancien président de Google Chine, qui réalise son premier investissement en France après avoir déjà alimenté plusieurs licornes à l’instar de Momenta, WeRide, AInnovation, 4Paradigm ou encore Horizon Robotics. A ses côtés, le fabricant de smartphones Xiaomi et le VC Innochip. A eux trois, ils portent le montant des fonds levés par Prophesee depuis sa création de 61 M€ à 90 M€. En parallèle, on a appris que In-Q-Tel, le fonds créé et géré par la CIA, était lui aussi entré au capital de Prophesee... en 2016 ! Une prise de participation minoritaire réalisée en toute discrétion à l'époque, révélée par notre confrère des Échos et confirmée à CFNEWS (lire aussi l’article CFNEWS : Prophesee capte l’attention des Chinois).

Robot : SoftBank (Japon / France)

Pepper, NAO et Whiz © SoftBank Robotics Europe

Pepper, NAO et Whiz © SoftBank Robotics Europe

Le conglomérat télécom japonais SoftBank a entamé des discussions pour céder son activité de robotique basée à Paris à l’allemand United Robotics, selon le Reuters. L’agence a précisé que les discussions étaient en cours et les projets seraient encore susceptibles de changer. United Robotics, qui est soutenu par le fabricant allemand de robots industriels Hahn, est devenu en octobre le distributeur principal européen des robots de SoftBank. La cible SoftBank Robotics Europe, anciennement Aldebaran Robotics, est connue pour ses robot humanoïde Pepper. Fondée en 2005 par Bruno Maisonnier, la société, basée toujours aujourd’hui à Paris, fabrique et commercialise des robots humanoïdes sous les marques : Nao, Romeo ou encore Pepper. Pour rappel, en 2008 et en 2011, il s’était entouré des fonds comme Isource, Innovation Capital, Intel Capital ainsi que Omnes Capital, à travers deux tours de table de 5 et 9,1 M€. En 2012, SoftBank s’était emparé de la majorité du capital d’Aldebaran Robotics, trois an plus tard, il avait passé sa part de 80 % à 95 % (lire aussi notre chronique précédente).

Batteries : Stellantis / LG Energy Solution, Samsung SDI (France / Corée du Sud / États-Unis)

© Samsung SDI

© Samsung SDI

Stellantis - issu de la fusion du groupe PSA et de Fiat Chrysler Automobiles - a signé deux accords de JV en une semaine avec deux géants sud-coréens LG Energy Solution et Samsung SDI, qui captent au total 30 % du marché mondial de la batterie pour véhicules électriques. Les opérations ont pour objectif de renforcer sa production de batteries lithium-ion en Amérique du Nord. Le premier accord prévoit la construction d’une nouvelle usine de fabrication de batteries qui aidera Stellantis à atteindre son objectif : soit plus de 40 % des ventes réalisées aux États-Unis à l’horizon 2030. Avec un démarrage prévu au premier trimestre 2024, l’usine vise une capacité de production annuelle de 40 GWh pour ses sites d’assemblage aux États-Unis, au Canada et au Mexique. Le second accord porte sur une usine dont le démarrage est prévu pour 2025, elle devrait avoir une capacité de production annuelle initiale de 23 GWh, avec la possibilité de la porter à 40 GWh, qui suppléera aux besoins des usines d’assemblage aux États-Unis, au Canada et au Mexique. L’emplacement de deux nouvelles usines est actuellement à l’étude. Stellantis prévoit d’investir plus de 30 Md€ d’ici à 2025 dans l’électrification et le développement de softwares

Transports maritimes : Cosco / Piraeus Port Authority (PPA) (Chine / Grèce)

© Piraeus Port Authority

© Piraeus Port Authority

Après une prise de participation récente de 35 % du capital du terminal conteneur Tollerort auprès de l’opérateur portuaire de Hambourg HHLA, Cosco, groupe de transport et d'expédition de conteneurs chinois, remonte encore sa part dans Piraeus Port Authority (PPA), opérateur du port du Pirée, le plus grand port maritime de Grèce et l'un des plus grands du bassin méditerrané. Le transfert porte la participation de Cosco dans le PPA, coté à la bourse d'Athènes, à 67 %. L'Etat grec sera actionnaire à 7 % et le solde sera le flottant en bourse. Pour mémoire, Cosco avait d’abord repris l'exploitation des terminaux à conteneurs II et III du port dans le cadre d'un accord de concession en 2009 ; dans le cadre d'un accord de privatisation de 2016, Cosco Shipping a acheté une participation de 51 % dans le PPA pour 280 M€ et s'est engagé à effectuer des investissements obligatoires d'environ 294 M€ sur cinq ans pour pouvoir acheter une participation supplémentaire de 16 % (lire aussi notre chronique précédente). Cosco a payé 88 M€ pour cette participation de 16 % plus 11,87 M€ d'intérêts courus et une garantie de 29 M€.

Automobile : Volvo Cars / Geely (Suède / Chine)

Volvo Cars

Volvo Cars

Volvo Cars, filiale suédoise du chinois Geely depuis 2010, va s'introduire en Bourse de Stockholm (Nasdaq Stockholm) le 29 octobre prochain, soit un jour décalé par rapport à l’annonce précédente. Le prix de l'action a été fixé à 53 couronnes (5,3 €), qui correspond au bas de la fourchette annoncée la semaine dernière (entre 53 et 68 couronnes par action). Il réduira ainsi la taille de son IPO avec une capitalisation boursière un peu plus de 18 Md$ pour une levée de 2,3 Md$. Le groupe suédois a indiqué la raison de réduction de taille d'opération est liée à l’inflation actuelle et à la question de supply chain mondiale de puces pour le secteur automobile. Renault affiche aujourd’hui environ 9 Md€ de capitalisation boursière, 54 Md€ pour Stellantis, 57 Md€ pour BMW, 88 Md€ pour Daimler. Le propriétaire chinois Geely cédera 20 % du capital mais conservant environ 97 % du droit de vote. Pour l’exercice 2020, Volvo Cars a enregistré un chiffre d’affaires de 263 milliards de couronnes suédoises (25,9 Md€) pour un résultat d’exploitation de 8,5 milliards de couronnes suédoises (839 M€) avec 661 K de véhicules vendus. Pour mémoire, en 2010, Volvo Cars, entre les mains de son homologue américain Ford pendant une dizaine d'année (1999-2010), est repris pour 1,3 Md€ par le constructeur automobile privé chinois. Volvo Group, spécialisé dans les poids lourds avec des marques comme Renault Trucks, Mack Trucks, Volvo Trucks ou encore UD Trucks, reste coté à la Bourse de Stockholm avec une capitalisation boursière actuelle d’environ 40 Md€. Le fabricant de voiture électriques Polestar, filiale à parité de Volvo Cars et de Geely, devrait réaliser son IPO via le Spac Gores Guggenheim l’an prochain pour une valorisation de 21 Md$.

Bonne semaine !

Une information à nous soumettre pour cette chronique Asie ?

Écrivez nous à chao.zhang@cfnews.net

Retrouvez également les précédentes chroniques AsieAmérique Latine et Afrique et toutes les Chroniques.