L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture
Corporate Finance et Private Equity

Chronique

Asie : Air Liquide, PSA FCA, Engie, Thomas Cook, Alibaba, Steigenberger...

PAR  | 06 novembre 2019 | 1610 mots
Air Liquide

© Air Liquide

Gaz : Air Liquide / SIGSB (France / Malaisie)

Fort d’un chiffre d’affaires de plus de 21 Md€, le géant coté des gaz industriels Air Liquide renforce sa présence de près d’un siècle en Malaisie. Il a racheté Southern Industrial Gas Sdn Bhd (SIGSB) auprès de son homologue SIG Gas Berhad, coté à Kuala Lumpur, pour un montant confidentiel. L’opération permet d’y doubler les capacités de conditionnement des gaz du groupe français et de générer des synergies importantes grâce à une présence plus importante. Pesant près de 80 millions de ringgits malaisiens (environ 20 M€) de revenus, la cible emploie plus de 200 salariés pour 8 installations de production et de remplissage de gaz. Son réseau de distribution dessert la totalité des bassins industriels du pays. Présent en Malaisie depuis 1927, le groupe y opère dans l’ensemble des métiers des gaz industriels et y dispose d’un centre d’opérations à distance (Smart Innovative Operations) et de plateformes pour les entités situées en Asie-Pacifique. Il a placé la Malaisie au cœur de sa transformation digitale dans l’Asie du Sud-Est. Pour mémoire, il avait déjà acquis le fournisseur de gaz industriels Polygas en 2016. Avant l’acquisition de SIGSB, Air Liquide Malaysia employait déjà plus de 300 salariés dans 11 sites.

Automobile : PSA Group / FCA (France / Italie / États-Unis)

PSA FCA

© Peugeot & © Fiat

Après des discussions avortées avec Renault, la fusion à 50/50 entre les deux constructeurs automobiles le tricolore PSA Group et l’italo-américain FCA donnera naissance au quatrième acteur mondial avec 8,7 millions de véhicules vendus et un chiffre d'affaires consolidés de près de 170 Md€ (lire aussi l’article CFNEWS : PSA et Fiat Chrysler publient leur bans ). Dans les faits, les actionnaires des deux constructeurs posséderont, respectivement, une participation de 50 % dans une nouvelle entité créée pour l'occasion et basée aux Pays-Bas. Les principaux actionnaires du nouvel ensemble, la famille Agnelli, la famille Peugeot, l’État français via Bpifrance et la société chinoise Dongfeng , partenaire depuis 2014 (lire aussi l'article CFNEWS : Peugeot renforce ses fonds propres ) seront soumis, pour une durée de 7 ans à l'issue du closing, à une clause de standstill, leur interdisant toute vente d'actions sans un accord préalable des autres partenaires.

En parallèle, le groupe français allège ses activités en Chine, en passant de céder son usine locale de fabrication de la série DS. En difficulté en Chine, le plus grand marché automobile du monde, le constructeur a perdu 300 M€ (chiffres des Echos) l’an dernier. L’usine pour DS, inaugurée à Shenzhen il y a environ 6 ans, est cogérée par PSA et son partenaire local Chang’An. D’après les Echos, l’usine serait reprise par le conglomérat chinois Baoneng. Le site continuera à produire des DS, mais en sous-traitance pour PSA, et tout en construisant d’autres modèles pour d’autres marques.

Énergies renouvelables : Engie (Australie, France)

Le groupe énergétique coté Engie entendrait créer un fonds dédié aux énergies renouvelables en Australie et Nouvelle-Zélande afin d'accélérer les investissements dans les parcs éoliens et solaires, d’après Augustin Honorat, directeur exécutif de cette zone, cité par le Reuters. La taille du fonds reste pour l’instant confidentielle. L’objectif est de trouver un ou plusieurs partenaires pour investir dans un fonds destiné à développer 2 000 mégawatts (MW) de parcs éoliens et solaires d’ici 10 ans. Pour mémoire, Engie a fermé une centrale à charbon Hazelwood et vendu une autre centrale à charbon en Australie (Loy Lang B dans l’état de Victoria en Australie, lire aussi dans notre chronique précéndente ) en 2017 dans le cadre d'une sortie mondiale du charbon,  l'Australie est également considéré par le groupe français comme l'un des 20 marchés de la croissance des énergies renouvelables. Le partenariat entre Engie et son partenaire de longue date en Australie Mitsui & Co devrait être reconduit dans ce projet de fonds des énergies renouvelables.

Tourisme : Fosun / Thomas Cook (Chine / Royaume-Uni)

Thomas Cook

Thomas Cook

Après la faillite brutale de Thomas Cook au Royaume Uni le 23 septembre dernier, le conglomérat privé coté chinois Fosun, déjà propriétaire du Club Med, a fait l’acquisition de la marque Thomas Cook pour 11 M£ (13 M€). L’opération inclurait également d’autres droits de propriété intellectuelle comme les comptes des réseaux sociaux. Pour mémoire, le chinois Fosun avait fait une offre de 450 M£ pour 75 % des fonds propres du tour-opérateur et 25 % de la compagnie aérienne Thomas Cook Airlines mais ce plan de sauvetage n’a malheureusement pas pu aller à terme en raison des désaccords des créanciers. Le liquidateur public au Royaume-Uni tente de vendre les actifs pour rembourser les créanciers. Il a déjà cédé pour 6 M€ le réseau d’agences au Royaume-Uni à la chaîne Hays Travel, ce qui devrait permettre de sauver jusqu’à 2 500 emplois sur les 9 000 au total dans le pays. Les filiales nordiques (Thomas Cook Scandinavia), quant à elles, ont été rachetées par le milliardaire norvégien Petter Stordalen et deux fonds d'investissement (Altor et TDR Capital). Quel sort sera réservé à Thomas Cook France ? Le tribunal de Nanterre examine quinze offres partielles pour la reprise de la filiale française.

Internet : Alibaba (Chine)

Alibaba Group

© Alibaba Group

Le géant de l’e-commerce, Alibaba, déjà coté à New York, pourrait réaliser sa cotation secondaire à la plateforme boursière à Hong Kong. Il pourrait réunir de 10 à 15 Md$, d’après le Reuters. Le chinois détient aujourd’hui le record mondial de l’IPO avec une introduction à 25 Md$ à New York en 2014, ce titre pourrait bientôt être remplacé par le géant pétrolier saoudien Aramco. La capitalisation boursière d’Alibaba s’affiche aujourd’hui environ 470 Md$, soit un double de celle lors de son IPO. Cette cotation secondaire avait été prévue pour août dernier mais l’opération a été reportée en raison de la situation politique tendue. Sans roadshow, Alibaba pourrait déposer sa demande après la fameuse promotion du 11 novembre, dite « singer’s day ».

Internet : Tencent / MX Player (Chine / Inde)

MX Player, éditeur indien d’une application de vidéo en streaming très populaire en Inde, vient de lever 110 M$. L’enveloppe est apportée par le géant chinois Tencent Holdings, coté à Hong Kong, et l’indien Times Internet. Fondée en 2011 et basée à Mumbai, la cible revendique 275 millions d'utilisateurs actifs par mois à travers le monde, dont 175 millions en Inde. Différent du modèle de business de Netflix, elle compte bien la recette publicitaire mais ne facture pas d’abonnement mensuel à ses utilisateurs. Le service local en Inde offre également un accès à environ 200 chaînes de télévision et à une fonctionnalité de streaming musical. La nouvelle levée de fonds a pour objectif de doubler la production de contenu et d’élargir son catalogue de contenu sous licence. Pour mémoire, l’an dernier, le fonds indien Times Internet avait acquis une part majoritaire de MX Player auprès du groupe chinois Zenjoy, spécialisé dans les jeux mobiles, qui reste toujours au capital. Quant au chinois Tencent, son portefeuille en Inde comprend de nombreuses sociétés, comme Gaana (soutenu également par Times Internet), Ola (application pour réservation de taxi), Byju’s (edtech), Udaan (e-commerçant) et Khatabook (solution de comptabilité pour small business).

Toursime : Huazhu / Deutsche Hospitality (Chine / Allemagne)

Le groupe hôtelier chinois Huazhu , coté au Nasdaq, réalise sa plus importante acquisition internationale. Il va débourser 719,9 M€ pour s’emparer du son homologue allemand Deutsche Hospitality auprès de l’égyptien Travco. Né en 1930, le groupe Deutsche Hospitality gère 118 établissements et 6 hôtels sous développent dans 19 pays dans la zone EMEA sous cinq marques principales : Steigenberger, Maxx by Steigenberger, Intercity Hotel, Jaz in the city, Zleep. Pour mémoire, en 2009, la famille fondatrice avait vendu quasiment la totalité de son portefeuille au groupe égyptien Travco, seuls trois hôtels ont été conservés: le Steigenberger Frankfurter Hof, le Steigenberger Frankfurter Airport et le Steigenberger Grandhotel de Davos en Suisse, qui accueille depuis presque une quarantaine d’année le Forum de Davos (World Economic Forum). À la tête de plus de 5 000 établissements, l’investisseur chinois opère dans plus de 400 villes chinoises, en coiffant des marques comme Hi Inn, Elan Hotel, HanTing, JI Hotel, Starway Hotel, Orange Hotel, Crystal Orange etc. Selon le classement du magazine Hotels, Huazhu est à la neuvième place du monde en terme de chambres sous gestion, et la cinquième en catégorie de capitalisation boursière (environ 10 Md$).

Bonne semaine !

Une information à nous soumettre pour cette chronique Asie ? Écrivez nous à : chao.zhang@cfnews.net