L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture Corporate Finance et Private Equity

CANVIEW

Asie : Alorsfaim, InUse, Agic Capital, Yikang, Caocao... Accès libre


© Alorsfaim

© Alorsfaim

E-commerce: Alorsfaim / Ifly, Goodwater, Cathay Innovation (France / États-Unis)

Alorsfaim, plateforme mobile fondée par deux franco-chinois pour livrer des plats, produits frais et d'épicerie asiatiques, a réuni 4 M€ pour son premier tour de table. Selon nos informations, l’application mobile a levé auprès de trois fonds, dont le fonds américain Ifly, lead, suivi par Cathay Innovation et le californien Goodwater Capital. Signée au début du mois d’août et bouclée à la fin du mois dernier, la levée, sans intermédiaire, a été pilotée par l’équipe interne. Née en 2018, la plateforme, implantée dans le 14ème arrondissement de Paris, compte aujourd’hui une équipe d’une soixantaine de personnes réparties entre Paris et Qingdao (Province du Shandong, Est de la Chine), ville reconnue pour sa bière Tsingtao. Elle a été co-fondée par deux entrepreneurs franco-chinois Yejun Fan et Yingfeng Li, le premier, formé à l’École Nationale Supérieure des Mines de Nancy et à Tsinghua (l’une des meilleures universités en Chine), qui a exercé pour BNP Paribas, le second, ancien entrepreneur dans l’immobilier diplômé de l'université Paris-Est Marne-la-Vallée (lire aussi l’article CFNEWS : Alorsfaim livre son premier tour)  

Logiciels : InUse / Technia et Argo Graphic (France / Suède, Japon)

© InUse

© InUse

InUse lie son capital et ses activités à des entreprises de son secteur pour pouvoir diffuser plus largement sa solution. Cette start-up créée en 2015 par Laurent Couillard et Étienne Droit, deux anciens de Dassault Systèmes, a mis au point une plateforme se connectant aux équipements industriels pour en optimiser le fonctionnement et contrôler les performances. En investissant dans cette jeune pousse, les entreprises distributrices d'équipements Technia et Argo Graphics, respectivement suédoise et japonaise, s'accorde la possibilité d'intégrer la technologie InUse à leurs offres. Avec des business angels, ils participent à un tour de table de 2,4 M€, permettant au francilien de recruter une dizaine de salariés supplémentaires, dont un directeur des ventes. Ils s'ajouteront à la vingtaine actuelle (lire aussi l’article : InUse accueille des distributeurs).

Levée de véhicule : Agic Capital (Allemagne / Chine)

Le GP sino-allemand Agic Capital a annoncé le closing final de son deuxième véhicule Agic Fund II à 1,2 Md$, dépassant ainsi la taille du premier fonds d'1 Md$. Le nouveau véhicule, qui a commencé sa levée l’an dernier, ciblera des investissements dans des technologies industrielles et médicales de pointe avec des participations majoritaires et minoritaires significatives pour des valeurs d'entreprise comprises entre 50 et 500 M€. Il est souscrit par des investisseurs existants de son premier véhicule. Agic Fund II poursuivra la stratégie de son prédécesseur, axant sur les sociétés de technologies avec projet de développement plus particulièrement en Asie.

Fondé en 2015 par Henry Cai - un ancien de Deutsche Bank basé à Hong Kong -, Agic Capital, implanté aujourd’hui en Europe (Munich et Londres) et en Chine (Beijing, Shanghai et Hong Kong), a déjà réalisé sept investissements jusqu'à présent, ainsi que trois sorties, comme la cession de Gimatic auprès de l’américain Barnes Group sur une base de valorisation de 370 M€ (lire aussi notre chronique précédente) et la cession de ses parts dans KraussMaffei au géant chimique public ChemChina. Le mois dernier, le GP a cédé sa participation majoritaire au fonds de LBO londonien Vitruvian Partners dans Fotona, société de laser médical, via un deal valorisant la cible environ 700 M€ (820 M$). Agic Capital envisagerait d’ailleurs de vendre sa participation majoritaire dans la société américaine de services de santé Ritedose Corp. Des discussions initiales, organisées par William Blair, avec des prétendants, ont déjà été entamées. Agic souhaiterait une valorisation d'au moins 1,5 Md$ selon plusieurs journaux américains.

Pharmacie : CVC / Xi’an Yikang Pharmacy (Europe / Chine)

Le fonds CVC, doté de 114,8 Md$ sous gestion, a réalisé un nouveau deal en Chine, dont les détails financiers restent confidentiels. Via son véhicule CVC Asia V, qui a atteint le hard cap 4,5 Md$ en avril 2020 (lire aussi notre chronique précédente), le fonds investit dans Xi'an Yikang Pharmacy (Yikang), la huitième chaîne de pharmacies en Chine. Ce véhicule Asia V poursuit sa stratégie des quatre précédents : les investissements majoritaires et minoritaires dans les secteurs de consommation et de services, visant aux entreprises dont la VE se situe entre 250 millions et 1,5 Md$. Fondée en 2001, Yikang, basé à Xi’an (province du Shaanxi) compte aujourd’hui plus de 1 600 points de vente, avec une forte présence dans le nord-ouest de la Chine. Il a également constitué une base de 10 millions d'utilisateurs en ligne  sur son application mobile et à ses mini-programmes sur WeChat. Ses applications fournissent une gamme complète de services, allant l'enseignement des sciences de la santé, la commande et la livraison de médicaments sur ordonnance, aux produits de soins et de la santé en vente libre. CVC aidera Yikang à diversifier ses catalogues de médicaments, à améliorer l'efficacité de la distribution, la numérisation et à poursuivre l'expansion géographique.

Spac sur Singapore Exchange

Le 3 septembre, la bourse de Singapour a autorisé le lancement de Spac (Special Purpose Acquisition Company, société d’acquisition à vocation spécifique) sur sa plateforme, devenant ainsi la première place financière en Asie à adopter ce nouvel instrument. Les IPOs via des Spac ont multiplié depuis 2020 aux États-Unis car les sociétés pourraient réaliser sa cotation sans passer un long processus classique pour IPO. Ce phénomène de « chèque blanc » a également attiré l’attention des régulateurs du monde. L’opérateur singapourien estime que cet instrument offrira une voie alternative pour lever des capitaux pour les entreprises de qualité. Les autorités boursières chinoises étudient actuellement la possibilité de réalisation d’IPO via Spac sur ses places locales. Le GP français Tikehau, qui a initié avec Financière Agache, Jean-Pierre Mustier et Diego De Giorgi, une Spac cotée sur Euronext Amsterdam pour un placement privé d'un montant de 500 M€ (lire aussi l’article Pegasus Europe se cote à Amsterdam), entendrait lancer une Spac pour une introduction à Singapour avec un objectif de levée d’entre 250 M et 300 M€ dollars singapouriens. Plusieurs fonds préparent leur projet pour y être le premier, comme le GP français mentionné, Turmeric Capital (fondé par l’ancien associé-gérant de L Catterton Asia Ravi Thakran), Novo Tellus Capital Partners et Vertex Holding (filiale de Temasek), selong le Bloomberg. Par ailleurs, le géant singapourien des VTC Grab, très présent dans les pays d’Asie du Sud-Est, avait, pour rappel, annoncé son intention d’entrer en Bourse à New York dans le cadre d’un Spac.

VTC : Caocao (Chine)

© Caocao

© Caocao

Caocao, spécialiste des VTC chinois et propriété du constructeur automobile privé Geely, a levé 2,8 milliards de yuans (588 M$) pour son deuxième tour de table. L’opération, qui intervient dans un contexte où le leader du marché local Didi Chuxing fait l’objet d’une enquête initialisée par les autorités chinoises sur la collecte illégale de données personnelles après son IPO à la Bourse de New York, représente la plus grosse levée depuis l’an dernier en Chine. Caocao a levé auprès de cinq investisseurs basés à Suzhou, dont la plupart est contrôlée par l’agglomération de Suzhou (près de Shanghai). Fondé en 2015 et basé aujourd’hui à Hangzhou, Caocao revendique environ 60 millions d’utilisateurs pour fournir ses services dans 62 villes en Chine et à l’étranger. En particulier, il est présent sur le marché parisien depuis janvier 2020. Il a levé 1 milliard de yuans en janvier 2018 pour son premier tour de table auprès de Sanchuan Holding, Zheshang Venture Capital, Heaven-sent Capital, Longqi Investment.

Et aussi :

Trois ans après l’acquisition au tribunal de Paris de Carven, Icicle, propriétaire shanghaïen de la marque, a ouvert un magasin amiral de 180 mètres carrés à la même adresse où la fondatrice Marie-Louise Carven installa sa maison de couture en 1945 (6 rond-Point des Champs-Élysées). La nouvelle boutique en complète trois autres de la marque, situées respectivement sur les rues de grenelle et malher à Paris, et une autre à Cannes, pour une équipe de 46 personnes. Pour mémoire, Icicle avait repris en octobre 2018 l’intégralité de la marque en difficulté à la barre pour une offre de 42 M€ avec son engagement d’un investissement de 8 M€ pour relancer les activités (lire aussi notre chronique précédente). Créé à Shanghai en 1997, le groupe chinois Icicle a réalisé un chiffre d’affaires de 217 M€ l’an dernier, soit une croissance de 12 %. Il dispose d’une boutique flagship pour sa marque principale Icicle au 35 avenue Georges V, à l'emplacement d'un ancien hôtel particulier d’une superficie de 700 mètres carrés, qui a été acquis en 2017.

Bonne semaine !

Une information à nous soumettre pour cette chronique Asie ?

Écrivez nous à chao.zhang@cfnews.net

Retrouvez également les précédentes chroniques AsieAmérique Latine et Afrique et toutes les Chroniques.