L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture
Corporate Finance et Private Equity

Chronique

Asie : EDP Sciences, Vivendi, Green Giraffe, Lenton, Amundi...

PAR  | 08 janvier 2020 | 3117 mots
EDP Sciences

© EDP Sciences

Média : CSPM / EDP Sciences (Chine / France)

Coté à Shanghai, le groupe Chinese Science Publishing and Media (CSPM) , détenu à 74,4 % par l’Académie chinoise des sciences, achète l’Édition Diffusion Presse Sciences (EDP Sciences) , pour 14,8 M€. Cofondée en 1920 par des savants et des lauréats du prix Nobel, tels que Marie Curie, Louis de Broglie et Jean Perrin, la cible est spécialisée dans l’édition de revues scientifiques en langue anglaise et dans la production et la distribution de revues scientifiques en langue française pour un chiffre d’affaires d’environ 9 M€ (70,2 millions de yuans). Basée aux Ulis (91), elle édite 75 différents périodiques chaque année, dont 58 en anglais et 17 en français, aux formats papier et numérique. Et ce, dans les domaines de la physique, l’astrophysique, les mathématiques, l’informatique, les sciences de la vie, l’ingénierie ou encore les sciences de la santé. EDP Sciences publie aussi des livres et manuels pédagogiques. Jusqu’à l’acquisition par le chinois CSPM, la société d’édition comptait parmi ses quatre actionnaires des associations, la Société française de physique (77,7 %), la Société chimique de France (19,4 %), la Société française d’optique (2,5 %) et la Société de mathématiques appliquées et industrielles (0,4 %). Ce rachat s’inscrit dans la stratégie du chinois CSPM, fort d’un chiffre d’affaires d’environ 2,22 milliards de yuans (environ 286 M€, chiffres en 2018), visant à se faire une place sur le marché de l’édition scientifique en Europe, mais aussi de promouvoir cette dernière en Chine. Pour cette opération, Jeantet, KPMG et Fidal ont conseillé CSPM, les associations étaient représentées par CPC & Associés et In Extenso.

Énergie & Utilities : Schneider Electric / Larsen & Toubro / Temasek (France / Inde / Singapour)

Les autorités indiennes ont approuvé l'acquisition des activités électriques et d'automatisation de Larsen & Toubro par Schneider Electric , membre du CAC 40, qui s’était associé au fonds souverain Temasek . Mais elles ont également fixé un certain nombre de conditions (réserver une partie de la capacité de l’unité L&T à des fabricants tiers pendant cinq ans ; n’interrompre aucun produit ni augmenter les prix pendant cinq ans ; offrir des services en marque blanche à ses concurrents dans les cinq tableaux électriques ayant une part de marché plus élevée). La clôture finale de l’acquisition prendrait plusieurs mois. Pour mémoire, l’annonce avait déjà été fait il y a deux ans. L’équipementier coté tricolore s'était allié à Temasek pour cette acquisition avec une détention respective de 65 % / 35 %. La valorisation retenue atteint 14 000 crores de roupies (1,75 Md€) représentant un multiple d'environ 15 fois l'Ebitda provisoire de l'exercice 2018-2019. Schneider Electric investirait un montant d'environ 430 M€ en numéraire tout en apportant ses opérations indiennes de basse tension et d'automatismes industriels. De son côté, Temasek investira, en numéraire, environ 635 M€. A l'issue du rachat, l'Inde figurera dans les trois premiers pays de Schneider Electric en termes de revenus avec 1,6 Md€, à égalité avec la France (lire aussi l’article CFNEWS : Schneider Electric pousse ses pions en Inde ).

Média : UMG / Vivendi / Tencent (États-Unis / France / Chine)

Universal Music Group (UMG) Tencent

© Universal Music Group (UMG)

Après les négociations depuis août dernier, Vivendi a signé l’accord avec le consortium chinois emmené par Tencent, coté à Hong Kong, pour lui céder 10 % du capital d'Universal Music Group (UMG ). Et ce, sur une valeur d'entreprise de 30 Md€ pour 100 % d'UMG (lire aussi notre chronique précédente ). Le consortium inclut notamment la filiale du service de musique en ligne Tencent Music Entertainment, qui s’était introduit à la plateforme boursière de New York en décembre 2018 (lire aussi notre chronique précédente ). Le consortium dispose d’une option d’acquérir, sur la même base de prix, jusqu’à 10 % supplémentaire jusqu’au 15 janvier prochain. Deux parties pourraient parvenir un second accord, permettant à Tencent Music Entertainment d’acquérir une participation minoritaire au capital de la filiale chinoises d’UMG. Le label de musique américain UMG, numéro un du secteur devant Sony Music et Warner Music, produit des albums pour Lady Gaga, Taylor Swift etc, et dispose également un grand catalogue d’enregistrements et de chansons, incluant notamment the Beatles.

Corporate Finance: Green Giraffe / DC Advisory (Pays-Bas / Japon)

Green Giraffe , conseil en financement et M&A spécialisé dans les énergies renouvelables de quelque 17 M€ de chiffre d'affaires et basé en Europe, Afrique et Amérique du Nord, confie la moitié de son capital à DC Advisory via sa maison mère Daiwa. Cette dernière aurait déboursé selon la presse japonaise, « plusieurs milliards de yens » (1 MdY = 8,3 M€) pour figurer au tour de table aux côtés de Jérôme Guillet, Niels Jongste ainsi que d'une poignée de managers. Les équipes internationales et multi spécialistes de DC Advisory renforcent ainsi leur practice « infra » en s’adjoignant les compétences des 98 experts de Green Giraffe répartis entre ses bureaux de Paris (40 personnes), Utrecht (30), Londres et Hambourg (10), Cape Town et de Boston (lire aussi l’article CFNEWS : Green Giraffe s’adosse ).

Électronique & Informatique : Konica Minolta / RSA Cosmos (Japon / France)

Bien présent dans le planétarium, le japonais Konica Minolta s’en développe encore avec l’achat de la société française RSA Cosmos, spin-off de RS Automation depuis 2003. Basée à Sorbiers (près de Saint-Étienne), la cible ne produit pas de matériel mais conçoit et installe des systèmes de projection des planétariums pour un chiffre d’affaires de 4,6 M€ en 2018. Elle a déjà travaillé pour plus de 200 planétariums à travers le monde, comme pour la cité des Sciences à Paris, Korean Aerospace Research Institute (Corée du Sud), Novosibirk (Russie) etc. Elle a développé en 2009 SkyExplorer, logiciel de planétarium numérique pour le rendu réaliste. Aujourd’hui, elle dispose des technologies pour visualiser les données volumineuses des étoiles et des planètes en 2D, 3D ou mixte.

Automobile: ALD / ALD Fortune Auto Leasing & Renting (France / Chine)

Bien que la Chine soit le premier marché automobile du monde, ALD , loueur longue durée de véhicule coté et filiale de Société Générale, s'y retire. Il vend 50 % dans sa JV ALD Fortune Auto Leasing & Renting, créée en 2009 et détenue à parts égales avec Hwabao Fortune Investment Company, filiale d’investissement de China Baowu Steel Group, un géant de l’acier. Comme cette activité de location de véhicule ne s'est pas développée comme prévu, les deux actionnaires ont décidé de vendre leur participation. La cession a été réalisée sur la plateforme Shanghai United Assets and Equity Exchange (SUAEE) via un appel d'offres. Un acteur local, Nanjing Lingxing Automotive Services a remporté les enchères. Cette cession devrait se traduire par un gain après impôt d'environ 9 M€ au premier trimestre 2020 pour le compte d’ALD. La filiale de la Société Générale ne demeure présente en Asie qu’en Inde dont la flotte en gestion s’élève à 14 000 véhicules.

Automobile : Chang An / Capsa (France / Chine)

PSA Groupe DS

© PSA Groupe

Chang An cède sa participation de 50 % dans la JV chinoise nommée Capsa avec PSA Group au conglomérat chinois Baoneng pour 1,63 milliard de yuans (209 M€). PSA Group pourrait également céder ses parts au même groupe d’après de nombreux journaux français et chinois. Cette usine pour DS, dont la date de création remonte à 2011 a été inaugurée à Shenzhen il y a environ 6 ans. Le site continuera à produire des DS, mais en sous-traitance pour PSA, et tout en construisant probablement des modèles pour d’autres marques. En difficulté en Chine, le plus grand marché automobile du monde, le constructeur a perdu 300 M€ (cité par les Échos) l’an dernier. Son autre coentreprise avec Dongfeng (DPCA - Dongfeng Peugeot Citroën Automobiles), qui produit les marques Peugeot et Citroën, fait par ailleurs l'objet d'une restructuration. L'année 2015 était le pic des ventes de PSA dans l’empire du milieu, qui écoule jusqu’à 736 000 véhicules. En 2018, il n’en a vendu que 5478 exemplaires de DS, une baisse de 10 %.

Longtemps considéré comme un Eldorado, le marché automobile chinois, représentant une fois et demie le marché nord-américain, apparaît désormais comme une source de difficultés pour constructeurs, y compris le français PSA. Le marché a baissé de 2,8 % en 2018, une première depuis 1990. La chute devrait avoisiner les 5 % en 2019.

Logistique : DPDgroup / Lenton (France / Chine)

Déjà actionnaire de 25 % depuis décembre 2009, DPDgroup , filiale de La Poste, a conclu un accord avec le hongkongais Lenton lui permettant de prendre une participation majoritaire. Aux côtés de l’opérateur postal français, Japan Post, qui s’était invité au capital de Lenton en 2014, reste toujours un actionnaire stratégique. Morty Langslow, fondatrice et PDG de Lenton, restera toujours en charge du développement de l’entreprise. DPDgroup, réseau international de livraison de colis de GeoPost, lui-même détenu par le Groupe La Poste, a enregistré un chiffre d’affaires de 7,3 Md€ en 2018. Née il y a plus de quatre décennies, la cible offre des services transfrontaliers, des lignes de courrier aérien, des moyens logistiques et des solutions de passerelle logistique avec une présence dans plus de 39 pays des six continents. Depuis 1989, elle est notamment partenaire de la compagnie hongkongaise aérienne Cathay Pacific.

Produits & Services industriels : Saint-Gobain / Hankuk Glass Industries (France / Corée du Sud)

Le fabricant coté de matériaux et de verre a finalisé la cession de son activité vitrage bâtiment en Corée du Sud de 200 M€ de revenus au fonds local Glenwood Private Equity pour une valorisation d'environ 240 M€ (lire aussi l’article : Saint Gobain poursuit son plan de cessions ). Les cessions réalisées ou signées à ce jour représentent un chiffre d'affaires d'environ 3,3 Md€. Saint-Gobain continue sa politique de cessions alors même que l'objectif initial de plus de trois milliards fixé pour fin 2019 a déjà été atteint.

Matières premières : Imerys / Shandong Luxin Mount Tai (France / Chine)

Fort d’un chiffre d’affaires de 4,6 Md€, le fournisseur coté de minéraux à l'industrie a finalisé l'acquisition de 65% de Shandong Luxin Mount Tai. Spécialisée dans les minéraux fondus pour abrasifs, la cible réalise un chiffre d’affaires de 12 M€. Grâce à cette acquisition, Imerys , déjà leader mondial des minéraux fondus, va développer sa présence sur le marché en croissance des abrasifs en Chine où elle va augmenter notamment sa capacité de production d'alumine ultrafine pour des abrasifs de haute performance.

Transports : Eiffage / aéroport de Toulouse Blagnac (France / Chine)

Aéroport Toulouse-Blagnac

Aéroport Toulouse-Blagnac © Philippe Garcia

CasilEurope, le consortium chinois réunissant Shandong Hi-Speed Group et Friedmann Pacific Asset Management, décolle de l'aéroport de Toulouse Blagnac. Il vient en effet de conclure auprès du groupe Eiffage la cession de sa participation de 49,9 % dans l'infrastructure, pour un montant de 507 M€. Conseillée par Lazard, la transaction est finalisée après environ sept mois de négociations exclusives, entamées en mai dernier. Les investisseurs chinois s'assurent ainsi une plus-value à leur sortie de 199 M€, après être entrés au capital de l'aéroport en 2015 pour un montant de 308 M€. Pour mémoire, la plateforme se valorisait alors 617 M€ (lire aussi l’article de CFNEWS IMMO & INFRA : Près de 200 M€ de plus-value pour les investisseurs chinois de Toulouse Blagnac ).

Matériel médical : Lumibird / Ellex (France / Australie)

Fort d'un chiffre d'affaires de 100 M€ , Lumibird, fabricant breton coté de lasers à usage professionnel, a signé l’accord pour acquérir les activités laser et ultrason de la société australienne Ellex, coté à Sydney, pour 100 millions de dollars australiens (MAu$) (environ 62 M€). Représentant un chiffre d’affaires pro forma de 65,5 MAu$ pour un Ebitda de 9,5 MAu$ (hors frais de siège) sur l’exercice clos en juin 2019, la cible acquise comprend notamment la marque Ellex, le site de R&D et production basé à Adelaïde en Australie et le réseau commercial en Australie, au Japon, aux États-Unis, en France et en Allemagne. Elle sera intégrée dans Quantel Médical, filiale de Lumibird, donnant naissance à un nouvel acteur des technologies laser et ultrasons pour le diagnostic et le traitement des maladies oculaires. L’acquisition sera soumise au vote des actionnaires d’Ellex lors d’une assemblée générale au cours du premier semestre 2020, pour une réalisation de l’opération mi-2020. Elle sera financée en partie sur fonds propres et par endettement bancaire.

Services Financiers: Amundi / Bank of China (France / Chine)

Le gestionnaire d’actifs coté Amundi  et BOC Wealth Management, filiale de Bank of China, ont reçu l'accord de l’autorité chinoise China Banking and Insurance Regulatory Commission (CBIRC) pour créer une JV dans la gestion d'actifs. En particulier, Amundi sera actionnaire majoritaire de la nouvelle structure. L’opération intervient dans un contexte où la Chine vise à ouvrir davantage le secteur financier, la nouvelle coentreprise est ainsi la première société de gestion régulée par CBIRC dans laquelle un actionnaire étranger détient une participation majoritaire.

En parallèle, le gestionnaire d'actifs américain BlackRock, le singapourien Temasek et China Construction Bank Corp (CCB) vont également créer une coentreprise de gestion de patrimoine en Chine, d’après le Reuters. BlackRock, le plus grand gestionnaire d'actifs au monde, et Temasek détiendront ensemble la majorité de la nouvelle entreprise. CCB est la deuxième banque chinoise en termes d’actifs gérés après Industrial and Commercial Bank of China (ICBC).  

Mode : Sonia Rykiel (France)

Après la liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Paris l’été dernier, Sonia Rykiel fait l’objet d’une autre procédure, ce qui fait songer à un nouvel épisode. Les frères Eric et Michael Dayan, fondateurs de Showroomprivé, vont faire revivre en 2020 la marque spécialiste des rayures et de la maille. Le tribunal de commerce de Paris leur a cédé la marque, les archives et les stocks de la griffe de prêt-à-porter. Les deux frères ayant participé à la création du site de déstockage sur Internet Showroomprivé ont quitté la direction opérationnelle il y a deux ans.

Pour mémoire, la marque avait été rachetée à 80 % en 2012 par Fung Brands, contrôlé par la famille hongkongaise Fung, ce dernier avait pris le solde du capital au début de 2016, puis cette année-là il avait placé la marque sous la nouvelle structure First Heritage Brands, co-lancée par le fonds souverain singapourien Temasek et l’ancien de LVMH Jean-Marc Loubier. Malgré plusieurs tentatives de relance, la marque n'avait pas réussi à redynamiser les ventes. Son chiffre d'affaires l'an dernier était tombé à 35 M€, presque deux fois moins qu'en 2012 (83,7 M€) lors de l’acquisition par Fung Brands, avec plus de 30 millions de pertes. L’été dernier, faute de repreneur valable, la Maison Sonia Rykiel, placée en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Paris, a mis la clé sous la porte. Six magasins étaient fermés et 131 salariés se trouvaient au chômage.

Logiciel : Here Technologies / Mitsubishi et NTT (États-Unis / Japon)

Spin-off de Nokia, Here, anciennement implanté aux Pays-Bas et aujourd’hui aux États-Unis, ouvre son capital à deux japonais Mitsubishi et NTT. Ces derniers prendront 30 % du capital mais les autres détails financiers restent confidentiels. Rappelons que Mercedes-Benz (groupe Daimler), Audi (groupe Volkswagen) et BMW avaient racheté HERE, fournisseur de services de cartographie et de géolocalisation intelligentes pour l’automobile et l’IoT, à Nokia en 2015 pour 2,55 Md€. À l’issue de cette nouvelle transaction, HERE comptera neuf actionnaires directs et indirects : Audi, Bosch, BMW, Continental, Intel Capital, Mitsubishi, Mercedes-Benz, NTT et Pioneer Corporation. Avec ces nouveaux investisseurs japonais, HERE aura un tremplin pour accélérer la croissance dans la région Asie-Pacifique et accroître sa diversification au-delà de l’automobile. Elle compte aujourd’hui plus de 9000 employés dans 56 pays.

Services Financiers : Euroclear (Europe)

D’après un document publié par Euroclear, cette banque compte déjà State Administration of Foreign Exchange (SAFE), fonds souverain chinois, en tant que son cinquième plus important actionnaire. La détention, remontant il y a au moins quatre ans, est indirecte via une structure nommée Kuri Atyak Investment et SAFE dispose également d’un siège au board. Créée en 1968 et basée toujours à Bruxelles, la banque gère le plus grand système de règlement et livraison de titres au monde pour les obligations, actions et fonds d'investissement. Ses premiers quatre actionnaires sont également ses principaux clients : Sicovam, Intercontinental Exchange, LSE (Bourse de Londres) et JP Morgan. La banque étudie actuellement un nouvel actionnariat.

Bonne année et bonne semaine !

Une information à nous soumettre pour cette chronique Asie ? Écrivez nous à : chao.zhang@cfnews.net