L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture Corporate Finance et Private Equity

CANVIEW

Asie : Foundation PE, Isorg, MLP, Syngenta, Acclimation, Stup, Delvaux... Accès libre


© Foundation Private Equity

© Foundation Private Equity

Corporate Finance: Tikehau / Foundation PE (France / Singapour)

Le fonds coté Tikehau Capital, gérant 29,4 Md€, élargissant ses capacités d'investissement, notamment dans les secondaires, en Asie, en prenant une participation majoritaire dans le fonds singapourien Foundation PE. Les termes financiers restent confidentiels. Le fonds, basé à Singapour et implanté à Beijing et Mumbai, propose ses solutions secondaires aux GPs et LPs en Chine, Inde et Asie du Sud-Est. Il réalise de l'achat de participations de LP dans des véhicules et d'autres solutions de liquidité sur mesure pour les LP. Il se spécialise également dans les GP-led restructurations, et travaille étroitement avec GPs pour fournir des liquidités à leurs LPs et pour viser des résultats optimaux pour les sociétés de portefeuilles. Cofondée en 2017 par Jason Sambanju, ancien co-responsable de l'Asie du fonds américain Paul Capital et responsable des activités en Asie de Deutsche Bank et Jeremy Foo, le fonds dispose d'une équipe de sept professionnels et a récemment renforcer son exécution en nommant Kimberly Tong au poste de vice-président. Il cherche à lever 250 M$ pour son premier véhicule dédié aux transactions secondaires, dont le premier closing avait, pour rappel, été annoncé en mai 2020 à 110 M$.

Électronique : Isorg / Sumitomo Chemical, Mitsubishi Corporation (France / Japon)

© Isorg

© Isorg

Pour amorcer le décollage industriel, Isorg,fabricant limougeaud de capteurs de biométrie pour la téléphonie mobile et les marchés de la sécurité professionnelle, syndique une série C de 16 M€, menée par ses cinq VCs historiques, rejoints par deux industriels asiatiques Sumitomo Chemical, Mitsubishi Corporation (lire aussi l’article CFNEWS : Isorg capte sa série C).

Immobilier & Logistique : Moorebank Logistics Precinct / Axa IM Alts (Australie / France)

Moorebank Logistics Precinct

Moorebank Logistics Precinct

Moorebank Logistics Precinct (MLP), un programme de 150 000 mètres carrés d’entrepôts, qui prévoit de développer plus de 850 000 mètres carrés à terme, entre dans le giron d’Axa IM Alts, aux côtés d’Australian Super, d’Ivanhoé Cambridge, de TCorp et du développeur Logos. La valorisation du site dépasse le milliard d’euros. Il est un projet de tous les records en Australie, appelé à devenir la première installation logistique automatisée au monde. Le programme est repris par le consortium auprès de Qube Limited, l’actif se valorise aujourd’hui 1,06 Md€. D’ici à 2026, la valeur finale de ce complexe de 243 hectares est estimée à 2,5 Md€. Actuellement composé de 150 000 mètres carrés d’entrepôts récents, MLP est déjà pré-loué à hauteur de 125 000 mètres carrés, à des preneurs nationaux et internationaux, discrets à ce stade (lire aussi l’article CFNEWS IMMO : À Sydney, un méga projet logistique repris par un pool d’investisseurs, dont un français).

Agrochimie : Syngenta (Suisse / Chine)

© Syngenta

© Syngenta

La plus grosse IPO de l’année 2021 sera réalisée en Chine, sur la plateforme boursière Star de Shanghai, qui n’existe que depuis deux ans. Le chimiste public chinois ChemChina souhaiterait lever environ 10 Md$ lors de l’introduction en Bourse à Shanghai du géant agrochimiste suisse Syngenta, sa filiale depuis 2017 et cotée alors à Zurich. L’opération devrait battre tous les records en Chine, et sera également la plus importante IPO de l’année du monde. Selon le prospectus, le groupe suisse, concurrent direct des allemands Basf, Bayer et des américain Corteva, Dow Chemical, devrait émettre 2,79 milliards de titres sur la plateforme shanghaïenne pour un montant de levée s’élevant à 10 Md$ sur une capitalisation boursière d’environ 50 Md$ avec une dette au total de 10 Md$. Fort d’un chiffre d’affaires de 23,1 Md$ l’an dernier, le groupe suisse utilisera environ un tiers du produit de la levée pour rembourser de la dette, le reste étant consacré à la R&D et à de nouvelles activités, selon le Reuters. Pour mémoire, ChemChina, qui avait finalisé l’achat de Syngenta pour 43 Md$ en 2017 (lire aussi notre chronique précédente), avait fusionné l'année dernière le suisse avec l'israélien Adama (ex Makhteshim Agan Industries) et les activités d'engrais et de semences de Sinochem. D’ailleurs, la méga fusion entre ChemChina et Sinochem a été approuvée par les autorités chinoises en mars dernier (lire aussi notre chronique précédente) pour donner à la naissance d’un groupe pesant 1 000 milliards de yuans (152 Md$) de revenus.

Services informatiques : Capgemini / Acclimation (France / Australie)

Capgemini, numéro 1 français des services numériques aux 16 Md€ de revenus, poursuit son développement en Asie-Pacifique en acquérant l’australien Acclimation, spécialiste des services SAP et des solutions digitales. Et ce, après avoir finalisé son acquisition de l'ESN australienne cotée RXP Services, la valorisant 58,6 M€ (lire aussi notre chronique précédente), ou encore l'achat de la ligne de services SAP mondiale japonais Multibook présente dans l’archipel et en Asie (Hong Kong, Singapour, Philippines et Thaïlande) avec une équipe de 80 personnes (lire aussi notre chronique précédente). Fondée en 2008, la cible, basée à Melbourne, emploie aujourd’hui 100 salariés répartis entre son siège et ses bureaux à Sydney, Brisbane et Perth. Elle compte des clients locaux tels que Coles Group, PowerLink, MMG Limited, NSW Land Registry Services et Dulux Group.

Ingénierie : Assystem / Stup Consultants (France / Inde)

© Stup Consultants

© Stup Consultants

Annoncé en mars dernier, Assystem, groupe coté d'ingénierie d’environ 500 M€ de revenus, a finalisé l'acquisition de 99 % du capital de la société indienne d'ingénierie Stup Consultants (Stup). Basée à Mumbai, la cible réalise un chiffre d'affaires d'environ 20 M€ avec un effectif de 1 100 salariés répartis sur l'ensemble du territoire indien. Elle intervient dans l'ingénierie d'infrastructures de transport comme autoroutes, infrastructures ferroviaires, réseaux métropolitains, terminaux d'aéroports, ou encore dans les domaines du traitement de l'eau et de l'énergie. Le prix d’acquisition des 99 % s’est établi sur entre 21 et 22 M€ et le groupe français prend en compte une trésorerie nette d’endettement estimée à un montant proche d’1 M€.

Corporate Finance : Warburg Pincus / Wensheng (États-Unis / Chine)

Le fonds américain Warburg Pincus a créé une coentreprise dédiée aux entreprises immobilière en difficulté en Chine, avec un fonds local, Wensheng Asset Management. Baptisée Wensheng Special Situations Asset Management, la nouvelle JV a reçu une enveloppe de 600 M$ apportée par les deux fondateurs et entend des levées pour porter ses actifs sous gestion à 5 Md$ d’ici 5 ans. Warburg Pincus s’invite ainsi dans un secteur croissant, de plus en plus de sociétés immobilières chinoises ressentent la pression du resserrement des liquidités et des restrictions politiques sur le financement. Les niveaux d'endettement élevés et la volonté de désendettement du gouvernement poussent davantage de développeurs immobiliers à vendre des actifs. Par exemple, très récemment, Blackstone a acquis une part majoritaire du promoteur immobilier Soho China sur une valorisation de 3 Md$, marquant le plus gros pari de l’investisseur immobilier américain en Chine. Son offre à 5 HK$ par action - à bon marché - représente une remise de plus de 40 % sur la valeur liquidative consolidée auditée de 8,37 HK$ par action à la fin de l'année dernière.

Mode & Luxe : Richemont / Fung / Delvaux (Suisse / Chine / Belgique)

© Delvaux

© Delvaux

Le groupe de luxe suisse Richemont rachète la marque de maroquinerie de luxe belge Delvaux auprès du conglomérat hongkongais Fung Group. L’opération est estimée pour un montant entre 200 et 250 M€, selon le Figaro, loin de l'attente entre 400 et 500 M€ (lire aussi notre chronique précédente). Créée par Charles Delvaux en 1829 et fournisseur officiel de la cour de Belgique depuis 1883, la marque éponyme, dans le portefeuille du groupe Fung il y a dix ans, a subi de plein fouet la crise sanitaire du covid-19 avec une chute de 40 % de chiffre d’affaires l’an dernier, alors qu’en 2019, la marque a généré 120 M€ de revenus. La marque de maroquinerie n’avait réalisé qu’un chiffre d'affaires de 15 M€ en 2011. Un plan de restructuration est démarré depuis février dernier, avec un projet de licenciement de 26 emplois en Belgique, sur les 155 salariés dans le pays. Pour mémoire, la marque était entre les mains de la famille Schwennicke depuis 1933. En 2011, les actionnaires familiaux avaient cédé la majorité du capital au groupe hongkongais Fung, en conservant une part minoritaire de 20 %. Fung avait ensuite placé la marque avec Clergerie et Sonia Rykiel (reprise par Eric et Michaël Dayan, cofondateurs de Showroomprivé, l’an dernier, lire aussi l’article : Sonia Rykiel re-tricote son avenir) sous la nouvelle structure First Heritage Brands, co-lancée par le fonds souverain singapourien Temasek et l’ancien de LVMH Jean-Marc Loubier. Avant la restructuration, la marque belge dispose d’un réseau de 45 boutiques à travers le monde, dont à Paris, Milan, Londres et New York avec 500 salariés, avec trois sites de production, situés respectivement à Bruxelles, Bourg-Argental et à Avoudrey.

Santé : Biomat, Grifols / GIC (États-Unis, Espagne / Singapour)

GIC, fonds souverain de Singapour, investira environ 1 Md$ dans Biomat, filiale américaine de collecte de plasma du groupe espagnol Grifols (coté au Nasdaq). Il détiendra une participation minoritaire dans Biomat en acquérant des actions sans droit de vote nouvellement émises. Conseillé par BNP Paribas, Grifols continuera de superviser la gestion et les opérations de Biomat, qui dispose d'un réseau de 296 centres de collecte de plasma aux États-Unis. Le produit de l’opération sera utilisé par Grifols pour rembourser la dette afin de réduire son levier financier. Sa dette financière nette était de 7,3 Md$ (6,2 M$d) au premier trimestre de cette année et le ratio dette financière nette/Ebitda était de 5,1 fois en raison des plusieurs acquisitions des centres de plasma auprès de BPL et de Kedrion et celle de GigaGen. Pour cette opération, Osborne Clarke et Proskauer Rose ont agi pour Grifols, tandis que Nomura Securities International était le conseiller financier. Dechert était conseiller juridique pour GIC.

Et aussi :

L'agence de communication Uzik, fondée en 2001 et forte de 15 M€ de revenus, qui avait accueili Momentum Invest en 2019, à qui il fait une place en minoritaire (lire aussi : Uzik communique un premier LBO), poursuit son expansion sur le marché chinois en nouant un partenariat stratégique de taille avec l’agence The Chinese Pulse. Cette dernière conseillera Uzik sur les tendances de consommation et d'usages du marché chinois.

Le groupe coté Europlasma, spécialiste de dépollution, est entré en négociation avec un métallurgiste chinois de la province du Zhejiang, pour la fourniture d'une unité complète de dépollution et de valorisation des déchets d'aluminium. Les négociations portent sur la livraison, en 2022, d'une unité de traitement de 30 000 tonnes de déchets d'aluminium par an. La capacité pourra par la suite être rapidement portée à 150 000 tonnes, puis 300 000 tonnes. L'alimentation de l'unité en déchets sera assurée par le métallurgiste, qui s'est engagé à confier au futur exploitant ses déchets (crasses) d'aluminium pour une durée de 15 ans, garantissant la rentabilité et la viabilité du site. Europlasma interviendra en qualité de fournisseur de technologie, maître d'œuvre de la construction de l'unité et pourra prendre part à l'exploitation de l'unité.

Bonne semaine !

Une information à nous soumettre pour cette chronique Asie ?

Écrivez nous à chao.zhang@cfnews.net

Retrouvez également les précédentes chroniques AsieAmérique Latine et Afrique et toutes les Chroniques.