L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture
Corporate Finance et Private Equity

Chronique

Asie : Glow, Château Cadillac, Thomas Tontec, BE Vaccines...

PAR  | 20 mars 2019 | 1995 mots
Glow

Glow

Chronique Asie

Energie : Engie / Glow (France / Thaïlande)

Le groupe tricolore coté Engie a finalisé la cession de sa participation de 69,1% dans Glow à Global Power Synergy Public Company (GPSC) , pour un montant de 2,6 Md€, après avoir reçu, le 8 mars dernier, l'approbation officielle de la Commission de Régulation de l’Energie thaïlandaise. Cette transaction fait suite à un premier contrat signé en juin dernier mais avait été refusé par les autorités thaïlandaises (lire aussi notre chronique précédente ). Pour parvenir à clore cette cession, qui est également la dernière étape pour son plan de rotation d’actifs polluants de 15 Md€, le groupe coté a procédé à une réduction du périmètre de Glow. Fin février dernier, il a en effet revendu pour 105,5 M$ la centrale thermique Glow SPP1, d’une capacité de 124 MW, à B Grimm Power (BGRIM), un concurrent local de GSPC, ce qui a permis d’avoir le feu vert des autorités locales. Engie n'exploitera désormais plus d'actifs au charbon dans la région Asie-Pacifique. Son objectif de cession d’actifs polluants de 15 Md€ sur la période 2016-2018 a ainsi atteint, la zone Asie-Pacifique y a contribué presque 5 Md€. Le charbon ne représentera plus que 6 % de la capacité de production d’électricité sur l’ensemble du groupe, contre 13 % à la fin de 2015, conformément à la stratégie pour réduire son empreinte carbone.

Cotée à la Bourse de Bangkok, la cible, générant environ 1,52 Md€ de revenus, possède et exploite des installations de production en Thaïlande et au Laos avec un effectif de 800 personnes. Son portefeuille dispose d’une capacité totale de production de 3,2 GW d’électricité, dont 1 GW de charbon, 2 GW de gaz et 0,2 GW d’énergies renouvelables. Elle produit également de la vapeur, de l’eau clarifiée et de l’eau déminéralisée.

Vins : Châteaux Cadillac et Meillac / Investisseur individuel chinois (France / Chine)

Château Cadillac

Château Cadillac © domaine-serisier.com

Dans le Fronsadais, les deux châteaux de Cadillac et de Meillac sont vendus par Richard Serisier, prenant sa retraite, à un investisseur de Pékin, M. Chen, exerçant dans les TMT. L’opération a été conseillée par Vineyards-Bordeaux (Christie's International Real Estate). Richard Serisier, l’investisseur viticole franco-australien plaçait ses pas dans celui de son arrière-arrière-grand-père, le vigneron bordelais Jean-Émile Serisier, qui s’était installé en Australie en 1839 et a fondé un domaine, Eumalga Vineyard, en Nouvelles-Galles du Sud. Pour mémoire, il avait acheté le château Cadillac en 2004. Durant quinze ans, la propriété était passée de parcelles en fermage à une vingtaine d'hectares en propre sur le canton de Fronsac (en appellations Bordeaux et Bordeaux Supérieur). Connu pour ses fortifications, sa chapelle et son parc formant un ensemble médiéval très touristique, le château Cadillac reste toujours un patrimoine protégé. Le propriétaire ne peut ainsi utiliser le terme château Cadillac sur ses étiquettes. Ses vins sont commercialisés sous les marques Le Bout du Monde et château Montrevel. En 2013, Richard Serisier avait acquis le château Meillac au vigneron Claude Bertrand sur la commune de Saint-Romain-la-Virvée (en appellation Bordeaux). L'ensemble représente 15,5 hectares de vignes, avec une possibilité de planter 9 ha en plus.

Industries : Tontec / Famille Thomas (Chine / France)

Thomas TontecTontec , groupe chinois spécialisé dans la production de moules d'injection plastique, renforce sa participation dans Thomas Tontec , fabricant de moules et mouleur à Moirans en Montagne (Jura) aux 55 M€ de revenus. Il acquiert 11 % du capital pour devenir actionnaire de contrôle (51 %), et la famille Thomas garde le solde. Créée en 2015 comme une coentreprise, la cible était détenue à 60 % par le Groupe Thomas et à 40 % par Tontec. Avec un effectif de plus de 500 personnes, elle possède 4 usines sises en France, en Roumanie, en Tunisie et au Mexique, dont notamment l’usine originelle (150 salariés actuellement) de la famille Thomas qui a commencé à fabriquer des moules en France en 1956. Fondé en 1982 à Hong Kong, le mouleur plastique chinois emploie aujourd’hui de 4 300 salariés répartis entre le siège social à Hong Kong, les 5 usines en Chine (situées à Shenzhen, Suzhou, Tianjin, Wuhan et Maanshan) et l’usine de fabrication en Thaïlande. Pour cette opération, Bird & Bird a conseillé Tontec avec David Malcoiffe (associé en Corporate), la famille Thomas était conseillée par Christophe Maniez du cabinet d’avocats The Cab .

Biotechnologies : Clean Cells / Biological E (France / Inde)

BE VaccinesClean Cells , spécialiste de la sécurité virale et biologique des produits biopharmaceutiques aux 9 M€ de revenus, en LBO avec Archimed, reprend au groupe indien Biological E sa filiale française de production de vaccins viraux BE Vaccines. Unité de production créée en 2005 par Valneva et passée sous pavillon indien en 2013, BE Vaccines réalise 8,2 M€ de chiffre d’affaires avec 46 collaborateurs (lire aussi l’article CFNEWS : Clean Cells se renforce ). 

Transports aériens : TAP Air Portugal / HNA (Portugal / Chine)

Plombé par une dette colossale, le groupe aérien chinois HNA continue à s’alléger. Il cède sa participation indirecte représentant 9 % du capital de la compagnie aérienne portugaise TAP Air Portugal pour près de 49 M€ à la compagnie brésilienne Azul et un fonds d'investissement -contrôlés tous deux par l'homme d'affaires américain David Neeleman. L’État portugais continue de détenir les 50 % du capital de TAP, tandis que les 5 % restants appartiennent aux salariés. Très présente en Europe et au Brésil, TAP était sorti du rouge en 2017 en dégageant un bénéfice de plus de 21 M€, contre des pertes de 27,7 M€ l'année précédente.

Cosmétiques : Puig / Kama Ayurveda (Espagne / Inde)

Basé à Barcelone, Puig, groupe de parfums, cosmétiques, et mode, investit 12,5 M€ pour une part minoritaire au sein de la marque indienne Kama Ayurveda. Fondée en 2002, la marque ayurvédique indienne de produits de beauté et de soins exploite aujourd’hui 51 boutiques en propre ou franchisés sur le marché local et devrait profiter de la présence commerciale de son nouvel actionnaire pour son expansion internationale.
Par ailleurs, le groupe catalan acquiert la marque colombienne Loto del Sur pour un montant confidentiel. Fondée en 1999 par Johana Sanint, la cible commercialise des produits de soins, cosmétiques et de parfums avec huit boutiques.

Distribution : AS Watson / Temasek (Chine / Singapour)

Le géant internet chinois coté Tencent Holdings étudie le rachat des parts du fonds souverain singapourien Temasek dans AS Watson, chaîne hongkongaise spécialisée dans les soins de santé et les soins personnels d’après Bloomberg. Le journal américain a indiqué que Temasek pourrait lui vendre 10 % du capital pour 3 Md$. AS Watson est aujourd’hui détenu par CK Hutchison Holdings (75,05 %), contrôlé par le magnat hongkongais Li Ka-shing, et Temasek (24,95 %). Son portefeuille comprend plusieurs célèbres enseignes telles que la chinoise Watson, la française Marionnaud, la britannique Superdrug et l’allemande Rossmann.

IA : Horizon Robotics (Chine)

Fondée en juillet 2015 et basée à Beijing, la start-up chinoise dédiée à l’IA Horizon Robotics a finalisé sa levée de série B de 600 M$ auprès d’un groupe d’investisseurs sur une base de valorisation de 3 Md$. Co-fondée par Yu Kai, un ancien cadre du géant chinois de l'Internet Baidu, la cible fournit des systèmes d'intelligence artificielle embarqués dans les véhicules autonomes, les électroménagers, ou encore les caméras de surveillance utilisant la reconnaissance faciale. L’enveloppe a été apportée par le géant sud coréen des semi-conducteurs SK Hynix, China Yixian Automobile, China Ocean Wide, CMBC Capital (coté à Hong Kong), Csobor (Citic Clsa One Belt One Road) Fund et des anciens investisseurs comme Morningside Venture Capital, Hillhouse Capital, VFund etc. Pour mémoire, son premier tour de table a été mené par Intel Capital en 2017. La société a notamment noué un partenariat avec le constructeur Audi pour développer son programme consacré au véhicule autonome à Wuxi (près de Shanghai).

Statistiques : Enquête de paiement Chine (Coface)

Coface a interrogé plus de 1500 entreprises chinoises sur le sujet des retards de paiement. L’enquête a été menée dans une conjoncture de croissance ralentie à 6,6 % en 2018 et ce chiffre devrait encore reculer en 2019 (à 6,2 %, selon les prévisions de Coface). Selon le rapport, l’état des lieux des retards de paiement s'est détérioré. 62 % des entreprises chinoises ont connu des retards de paiement en 2018 et 40 % déclarent que ces retards ont augmenté (vs 29 % seulement en 2017). 59 % des entreprises chinoises pensent que l'économie ne connaîtra pas d’amélioration en 2019, un record depuis 2003.

Et aussi :

Après l’acquisition en 2016 du 3PL local Spear Logistics (lire aussi :  FM Logistic se transporte en Inde ), le groupe familial  FM Logistic poursuit son développement sur le marché indien. Il lancera un projet d’investissement de 150 M$ sur cinq ans dans la modernisation et la construction d’entrepôts et centres de distribution. En parallèle, il a signé trois nouveaux contrats, l’un avec Caterpillar (tour de contrôle transport), le deuxième avec une grande enseigne de distribution européenne (centre de distribution B2B et B2C à Pune, à 120 km au sud-est de Mumbai), et le troisième, dès le mois prochain, avec son client historique BIC, qui a racheté en 2015 Cello Pens, le leader des produits d'écriture en Inde, pour des prestations logistiques dans son usine de Vapi, dans le Gujarat (à l’ouest du pays).

Vallourec est sélectionné par la société thaïlandaise PTT Exploration & Production (PTTEP) pour fournir des produits OCTG (Oil Country Tubular Goods) dans le cadre d'un ambitieux projet offshore au Myanmar. Le contrat représente plus de 3000 tonnes de produits OCTG pour son forage d'exploration M9 West, un gisement HP/HT (haute pression/haute température) difficile à exploiter, situé dans le golfe de Martaban, à environ 300 kilomètres de Yangon. Ce projet sera essentiellement piloté via la filiale de Vallourec en Indonésie, avec une distribution assurée par les tuberies de Vallourec au Brésil, en Chine et en Allemagne.

Le spécialiste des matériaux semi-conducteurs innovants Soitec installe une antenne commerciale directe en Chine. L'équipe Soitec locale sera composée d'ingénieurs commerciaux et d'ingénieurs d'assistance technique. Non seulement ses clients en Chine bénéficieront d’un contact et de relations d'assistance directs avec l'équipe locale de Soitec, mais ils auront également accès à l’expertise technique et au réseau international dans le domaine des substrats avancés, plus particulièrement les produits de silicium sur isolant (SOI, Silicon-on-insulator) qui couvrent la gamme complète des applications pour les marchés électroniques chinois.

Bonne semaine !

Une information à nous soumettre pour ce Bulletin Asie ? Écrivez nous à : chao.zhang@cfnews.net