L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture Corporate Finance et Private Equity

Asie : Groupe PSA, Antalis, Iberdrola, Aviva Singapore, Thomas Cook... Accès libre

PAR  | 1082 mots

© Groupe PSA

Automobile : Groupe PSA / Dongfeng (France / Chine)

Le constructeur coté de 74,7 Md€ de revenus Groupe PSA rachète 10 millions de ses propres titres auprès de son actionnaire chinois Dongfeng Motor. L’opération s’inscrit dans la fusion, toujours en cours, entre Groupe PSA et l’italo-américain Fiat Chrysler (lire aussi l’article : PSA et Fiat Chrysler publient leur bans), dont l’accord a été signé en décembre 2019 et approuvé par l’AG en juin dernier. Le chinois a ainsi cédé 10 millions d'actions ordinaires de Peugeot S.A., coté sur Euronext, représentant environ 1,1 % du capital. Et ce, hors marché, au prix de 16,385 € par action pour un prix total de 163,85 M€ (hors frais). Les titres acquis seront annulés après règlement-livraison de la transaction prévue le 25 septembre prochain. Le cours de PSA se situe entre 15,6 et 15,8 euros.

Dongfeng souhaiterait rester un actionnaire significatif de la nouvelle entité PSA-FCA pour conserver environ 4,5 % du capital, selon un article du Reuters publié en décembre dernier. Il pourrait encore poursuivre la vente des titres supplémentaires de Groupe PSA. Pour mémoire, en 2014, Groupe PSA avait ouvert son capital à son partenaire commercial et industriel chinois Dongfeng Motor et à l’État Français, ces deux derniers avec la famille Peugeot étaient devenus le Troïka du groupe de construction automobile pour une détention de 14 % chacun trois (lire aussi l’article : Peugeot convoite 3 Md€).

Industries : Antalis / Kokusai Pulp & Paper (KPP) (France / France)

© Antalis

© Antalis

Fort d’un chiffre d’affaires d’environ 3,3 Md€, le groupe japonais de distribution de papiers et d'emballages Kokusai Pulp & Paper (KPP), coté et basé à Tokyo, relève le prix du projet de l’OPA simplifiée, visant les titres non détenus du français Antalis, porté à 0,9 euros par action. L’offre initiale proposée était de 0,73 euros par titre et le projet a été déposé en juillet dernier auprès de l’Autorité des marchés financiers. 23,3 % de relèvement de son offre devrait entraîner un surcoût de 1,88 M$ pour un montant total de 9,93 M€ correspondant à environ 16,3 % du capital restant à absorber. Pour mémoire, l’acquisition majoritaire d’Antalis s’est réalisée dans le cadre de la liquidation judiciaire de Sequana prononcée 15 mai 2019, dont l’une des filiales était Antalis. L’acquéreur japonais a déboursé un prix de 0,10€ par action pour 53 395 148 actions ordinaires d'Antalis, représentant environ 75,2 % du capital et 82,5 % des droits de vote, soit un montant total de 5,34 M€. D’ailleurs, il a payé à Bpifrance 0,40€ par action pour 6 064 946 actions ordinaires (environ 8,5 % du capital et des droits de vote) d'Antalis, soit pour 2,43 M€. Sur l’ensemble, il a payé 7,75 M€ contre 83,7 % du capital d'Antalis aux 2,07 Md€ de revenus (2019). Ces deux opérations ont déjà été finalisées en juillet dernier. Au premier semestre, Antalis a réalisé un chiffre d’affaires de 817 M€, en baisse de 23,3 %, pour un Ebitda de 28 M€.

Énergie renouvelable : Iberdrola / Green Investment Group (Espagne / Royaume-Uni / Chine)

Le groupe d’énergie espagnol Iberdrola s’implante désormais dans l’Archipel japonais, complétant ses présences en Europe (Royaume-Unis, Allemagne, France et Espagne) et aux États-Unis. L’énergéticien espagnol acquiert un développeur local, Acacia Renewables. L’opération permet à Iberdrola d’avoir un portefeuille diversifié : deux parcs éoliens (1,2 GW) en développement pour être opérationnels d’ici 2028 et quatre en cours de développement (2,1 GW), situés dans différentes zones du sud-ouest du pays, dont une moitié sur des structures flottantes. Pour cette acquisition, Iberdrola s’associe à Green Investment Group, green infrastructure payer, filiale du géant de l’infrastructure australien Macquarie. Acacia sera ainsi détenu à parité par les deux actionnaires. Le Japon a élaboré une stratégie ambitieuse pour décarboniser son électricité. Doté aujourd’hui seulement de 70 MW de fermes éoliennes offshore installés, le pays pourrait voir un essor dans ce segment pour atteindre 10 GW installés d’ici 2030 et 37 GW en 2050.

Assurance : Singlife / Aviva Singapore (Royaume-Uni / Singapour)

Aviva Singapore, filiale de l’assureur britannique, fait l’objet d’une méga opération de LBO / build-up, sur une base de valorisation de 2,7 milliards de dollars singapouriens (2 Md$). Singapore Life (Singlife), soutenu par le fonds américain TPG Capital, l’assureur japonais Sumitomo Life et IPGL, structure de l’homme d’affaire britannique Michael Spencer, débourse 2 milliards de dollars singapourien (environ 1,5 Md$) pour 75 % du capital, Aviva conservant le solde d’un quart du capital. La nouvelle CEO de l’assureur Amanda Blanc, nommée en juillet dernier, s’engage dans un plan de cessions pour recentrer les activités au Royaume-Uni, en Irlande et au Canada. Après la cession de la filiale à Singapour, le processus de la vente d’activité dans l’Hexagone est également ouvert. Selon les analyses citées le Financial Times, la valorisation d’Aviva France pourrait s’élever à 2,8 Md£ (3 Md).

Internet : Fosun / Thomas Cook (France / Royaume-Uni)

Thomas Cook UNE

© Thomas Cook

Le conglomérat privé chinois Fosun, propriétaire de Club Méditerranée, relance la marque Thomas Cook en ligne. En faillite l’an dernier, la marque du voyagiste britannique, créée en 1941, a été reprise par Fosun pour 11 M£ (13 M€). L’opération a inclus principalement les droits de propriété intellectuelle ou encore ses actifs en ligne comme les comptes des réseaux sociaux etc. Ses 563 agences de voyage ont été acquises par différents repreneurs, dont la plupart pour son compatriote Hays Travel. En parallèle, le tribunal de commerce de Nanterre avait attribué 149 des 174 agences à onze repreneurs, dont Karavel/ Promovacances et Marietton (lire aussi l’article Thomas Cook France atterrit chez onze voyagistes). Pour la partie appartenant aujourd’hui à Fosun, le groupe privé chinois entend investir 6 M£ pour relancer la marque. Un nouveau site web est construit et opérationnel au Royaume-Uni, il couvrira d’ici peu la Belgique, les Pays-Bas ou encore la France. En Chine, une nouvelle application mobile a été mise à disposition à ses clients pour un plus large éventail de services : le voyage (en Chine domestique pour maintenant en raison de la covid-19), la réservation d’hôtels, d’excursions, de spectacles vivants, ainsi que l’organisation d’évènements pour business.

Bonne semaine.

Une information à nous soumettre pour cette chronique Asie ? Écrivez nous à : chao.zhang@cfnews.net

Voir la fiche de : GROUPE PSA

Voir la fiche de : DONGFENG MOTOR CORPORATION

Voir la fiche de : ANTALIS

Voir la fiche de : KOKUSAI PULP & PAPER

Voir la fiche de : IBERDROLA

Voir la fiche de : AVIVA

Voir la fiche de : FOSUN TOURISM

Voir la fiche de : FOSUN GROUP

Voir la fiche de : THOMAS COOK