L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture
Corporate Finance et Private Equity

Chronique

Asie : Groupe PSA, Newrest, Cathay Innovation, Crédit Agricole, Amundi...

PAR  | 30 octobre 2019 | 2061 mots
Peugeot Motocycles (PMCT)

© Peugeot Motocycles

Scooter : Groupe PSA / Mahindra (France / Inde)

Basé et coté à Mumbai, le conglomérat indien Mahindra va devenir seul propriétaire du fabricant de deux-roues Peugeot Motocycles (PMCT) qu'il détient déjà à 51 % depuis 2015 (lire aussi notre chronique précédente ), en rachetant les parts du groupe automobile tricolore PSA. Les termes financiers restent confidentiels et la marque Peugeot continuera d’être utilisée pour une durée de 50 ans, selon l'AFP. Le nouveau propriétaire, pesant 20,7 Md$ de revenus avec 240 000 employés, fabrique principalement des véhicules automobiles et des tracteurs agricoles. Basée à Mandeure (Doubs), la cible compte aujourd’hui environ près de 300 salariés. Ses activités sont toutefois déficitaires depuis une quinzaine d’années. Selon le représentant syndical cité par le Figaro, elle réduit ses pertes d'année en année depuis sa reprise majoritaire par le groupe indien, alors qu’un plan en cours nommé « Performance 2020 » vise à ne plus l'être l'an prochain. Ce plan, initialisé par PSA et Mahindra en juillet 2018, représente 47 M€ d'investissements. Il a pour objectif de poursuivre son développement sur les marchés européens clés et de s’implanter dans de nouvelles régions, dont l’Asie. Sept nouveaux modèles, principalement de hauts de gamme et de véhicules électriques, seront lancés d’ici 2021.

Par ailleurs, le groupe automobile coté a confirmé les discussions pour un mariage entre lui et Fiat Chrysler, révélées par le « Wall Street Journal ». Si l’opération aboutit, elle donnera naissance au numéro 4 mondial du secteur derrière Volkswagen, Renault-Nissan-Mitsubishi et Toyota, avec 8,7 millions de véhicules vendus cumulés. Pour mémoire, l'été dernier, un autre scénario, un mariage entre le groupe italo-américain et son autre concurrent l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi à 30 Md€, a échoué.

Alimentaire & Restauration : Newrest / EM Food Services (France / Singapour)

Newrest

© Newrest

Détenu à 94,58 % par son management, le groupe Newrest , fort d’un chiffre d’affaires de 1,9 Md€, se développe en Asie. Il acquiert EM Food Services, basé à Singapour et opérant principalement au Cambodge et en Birmanie, ce qui complète sa présence au Laos et aux Philippines. Fondée en 2009 par Alain Dupuis, la cible enregistre un chiffre d'affaires de 20 M€ et compte plus de 1000 employés. Ses activités comprennent des concessions de restauration en aéroport avec la société EMCAT, du catering (restauration hors foyer) avec Hagar Catering, et de la production alimentaire avec Mekong Food Services (MFS). Créé en 1996 sous le nom de Catair, le groupe toulousain, présidé par Olivier Sadran et Jonathan Stent-Torriani, emploie 32 000 salariés repartis dans 49 pays.

Santé : Longliv Ventures / Cathay Innovation / Samsung Next / DayTwo (Chine / France / Corée du Sud / Israël

DayTwo

© DayTwo

La jeune société israélienne DayTwo , spécialiste de solution de contrôle glycémique avec l’analyse de microbiote de l'organisme humain, complète son tour de série B de 31 M$ avec une enveloppe supplémentaire de 5 M$. Elle est apportée par le fonds hongkongais Longliv Ventures (branche de CK Hutchison Holdings, contrôlé par le magnat Li Ka-shing), Cathay Innovation et Samsung Next, alors que la première tranche de série B a été menée en juin dernier par aMoon et Ofeck, suivie par des investisseurs historiques Johnson & Johnson, Seventure Partners, et Omri Casspi, joueur israélien de basketball. Fondée en 2015 et implantée à Tel Aviv et San Francisco, la cible avec un effectif de 85 chercheurs a développé une plateforme mobile, offrant une solution de contrôle glycémique aux personnes atteintes de diabète de type II. Elle fournit à ses clients des recommandations nutritionnelles personnalisées via son application mobile, basées sur la cartographie et l'analyse du microbiote intestinal d'une personne, dans le but de maintenir un taux de glycémie équilibré et de mener une vie plus saine. Elle est déjà en collaboration avec Clalit Health Services pour ses 4,5 millions membres.

Services Financiers : Amundi Funds New Silk Road (France / Chine)

Belt and Road Initiative

© Belt and Road Initiative (yidaiyilu.gov.cn)

Amundi, gérant 1 487 Md€, a lancé le fonds Amundi Funds New Silk Road. Le projet d’envergure de la nouvelle route de la soie est imaginé par la Chine en 2013, en évoquant l’antique route de la soie, pour créer l’initiative « la ceinture et la route » (en anglais Belt and Road Initiative, BRI ». L’empire du milieu a pour ambition d’investir dans 1 700 projets d’infrastructure au travers de 65 pays d’une valeur cumulée de 1 000 Md€. Amundi New Silk Road investira à la fois dans les entreprises dont l’activité et le chiffre d'affaires sont directement impactés par la BRI, mais aussi dans les sociétés pouvant tirer parti des retombées secondaires et tertiaires, par exemple dans les secteurs du tourisme ou de l’éducation. Le processus d’investissement tiendra également compte des sensibilités géopolitiques. L’objectif final est de construire un portefeuille réunissant 60 à 90 titres. Pour mémoire, Amundi avait déjà structuré un fonds, dédié multi-actifs consacrés aux nouvelles routes de la soie, qui a collecté plus de 459 M€ depuis avril 2019. Nicholas McConway, responsable des stratégies thématiques et concentrées, dirige l’équipe chargée de la stratégie New Silk Road, il est épaulé par Giampaolo Isolani, responsable des solutions d’investissement et de la veille de marché et Deirdre Maher, responsables des marchés frontières - actions.

Services Financiers : Crédit Agricole (France / Chine)

La groupe bancaire coté Crédit Agricole devrait émettre des Panda bonds de 2 milliards de yuans, soit environ 250 M€, en novembre prochain, selon Reuters. Panda bond est une obligation libellée en devise chinoise émise par une entité non-chinoise. La source a indiqué que ces obligations de trois ans, les premiers titres de créance de ce type émis par une institution financière européenne, devraient rapporter 30 à 90 points de base (30-90 BP) de plus que celui de la même catégorie émise par la China Development Bank. Moody's a attribué à la banque française une note à long terme de A1, avec des perspectives positives, et l’agence China Chengxin lui a donné une notation à long terme de AAA, une perspective stable et une notation de dette à AAA. Le groupe Crédit Agricole n’a pas encore commenté cette information. Pour mémoire, en mai dernier, le Portugal, le premier pays de la zone euro à émettre des Panda Bonds, avait émis une obligation à trois ans, pour une valeur de 2 milliards de yuans, portant un intérêt aux taux de 4,09 %.  

Textile : Shandong Ruyi (Chine)

À la tête de nombreuse marques comme SMCP, Bailly, Renown, Aquascutum et Lycra Group, le groupe privé chinois Shandong Ruyi a vendu 26 % du capital à une structure de la collectivité locale Jining Urban Construction Investment, en empochant 450 M€ (environ 3,5 milliards de yuans). Selon la presse sinophone, l’opération intervient dans un contexte où Shandong Ruyi est en manque de liquidités après une série d’opérations audacieuse de croissance externe. D’après la publication de Standard & Poor’s datant septembre dernier, Shandong Ruyi a 4,7 milliards de yuans de crédits (environ 600 M€) à rembourser jusqu’à la fin de l’année, dont 2,2 milliards de yuans domestiques et 345 M$ de crédit off-shore. Alors que le montant de la trésorerie disponible (chiffres datant juin dernier) ne s’élevait qu’à 4,2 milliards de yuans, qui ne peuvent pas couvrir toutes ses créances. L’agence américain a abaissé la cote de crédit à long terme de Ruyi de B à B- et a également abaissé la notation de la dette des obligations sécurisées non garanties de la société de B- à CCC +, en ajoutant toutes les notes ci-dessus dans la liste de surveillance du crédit négatif. La note de Moody's a également passée de B2 à B3 en octobre. Selon une enquête du magazine chinois Caijing, le problème de liquidité est loin d'être réglé car d'ici un an Ruyi aura encore une dizaine de milliards de yuans (près de 1,2 Md€) de crédit à rembourser. 

Services aux entreprises / ESG : Moody's / SynTao Green Finance (États-Unis / Chine)

L’agence new-yorkaise de cotation Moody’s Corporation acquiert une part minoritaire dans la société chinoise SynTao Green Finance (STGF), un fournisseur de données et analyses environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) sis et actif en Chine. Fondée en 2014, la cible propose des données et évaluations ESG, la vérification des émissions obligataires vertes et des solutions de financement vert aux institutions financières et aux entreprises chinoises. Les données de STGF concernent des sociétés chinoises cotées en bourse, des émetteurs d’obligations et des tendances de développement de macro ESG. Premier signataire chinois à joindre les Principes de l'investissement responsable de l'ONU (UNPRI) en tant que fournisseur de service, STGF est également le premier vérificateur approuvé des obligations vertes en Chine, et le seul vérificateur chinois d’obligations vertes de l’Association internationale des marchés de capitaux (ICMA). La société est également la fondatrice du China Social Investment Forum.

Santé, beauté & services associés : Ludovico Martelli / Nuo Capital (Italie / Chine)

Marvis (Ludovico Martelli)

© Marvis (Ludovico Martelli)

Le fonds sino-italien Nuo Capital débourse 50 M€ pour s’emparer des 30 % du capital du groupe italien Ludovico Martelli, propriétaire de la marque Proraso (soins personnels et toilettage) et de Marvis (dentifrice haut de gamme). L’opération valorise ainsi la cible 166,7 M€. La famille fondatrice Martelli conserve toujours la majorité du capital tandis que l'équipe de management reste en place. Né en 1908, le groupe, implanté à Fiesole en Toscane, avait lancé en 1948 la marque Proraso et avait acquis en 1997 la marque Marvis. Grâce au excellent résultat des ventes de Marvis sur le marché chinois, le groupe a enregistré un chiffre d’affaires de 61,8 M€ en 2017, soit une hausse de 16 %. Basé à Milan, le fonds Nuo Capital est contrôlé par Stephen Cheng, petit fils de l’homme d’affaires hongkongais Yue-Kong Pao, fondateur de World-Wide Shipping, qui a fusionné Bergesen en 2003 pour former BW Group. Son portefeuille comprend huit sociétés outre-Alpes comme Sozzi Arredamento (ameublement), Artemest (e-commerce d'objets artisanaux de luxe), Slowwear (mode) ainsi que deux châteaux Sella e Mosca (Sardaigne) et San Gimignano (Toscane).

Et aussi :

Fortes d’un chiffre d’affaires de 3,5 Md€, les Galeries Lafayette vient d’inaugurer son deuxième flagship en Chine à Shanghai après celui de Pékin. Le nouveau magasin s’est installé dans la Tour Shanghai, le plus haut en Chine et le troisième du monde derrière la Burj Khalifa de Dubaï et la Tokyo Sky Tree. Le groupe de grands magasins prévoit d’ouvrir huit magasins de plus en Chine d’ici 2025, et espère que le pays représentera entre 60 et 70 % de son chiffre d’affaires réalisé à l’international, soit environ 15 % des revenus globaux. Comptant 59 magasins en France, les Galeries Lafayette disposent d’adresses à Dubaï, Doha, Berlin, Istanbul, Beyrouth et Jakarta. Des ouvertures sont prévues les moi prochain au Luxembourg et en 2022 à Milan.

Bonne semaine !

Une information à nous soumettre pour cette chronique Asie ? Écrivez nous à : chao.zhang@cfnews.net