L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture
Corporate Finance et Private Equity

International Marché général M&A Corporate Capital Innovation / Développement LBO Bourse / IPO Retournement Immobilier / Infrastructures Nominations
Chronique

Asie : HBF, KaiOS, Ceva, Société Générale, L Catterton Asia...

PAR  | 22 mai 2019 | 1147 mots
Groupe HBF

© HBF Group

Chronique Asie

Électronique :Groupe HBF / Vinon (France / Chine)

Fort d'un chiffre d'affaires de 65 M€, le Groupe HBF , concepteur et distributeur d’équipements électriques pour la grande distribution, réorganise son actionnariat (lire aussi l'article CFNEWS : HBF se redistribue ). Les fonds français Ixo PE, Isatis et Multicroissance, qui l'ont accompagné depuis 2014, sortent complètement du capital. Le montant de la transaction reste confidentiel. Dirigé par Zhongyi Zhang, son principal fournisseur chinois Vinon , qui détenait jusqu'ici environ 10 % du capital, possède désormais 60 % du capital. Jean-Pierre Ferraud, son P-dg, passe de 25 % à 33 %, en conservant la majorité sur les droits de vote et pilote les orientations stratégiques. Des cadres de l’entreprise gardent le solde, soit 7 %.

En parallèle, la cible, basée à Auterive (Haute Garonne) employant 250 personnes, nomme un nouveau directeur général, Florent Fochesato, succédant à Marc Bergougnoux. Le nouveau DG, entré chez HBF en 2007, avait notamment dirigé la filiale Vinotech en Asie avant de prendre la direction commerciale du groupe en 2014.  

Logiciel : KaiOS / Cathay Capital (Chine / France)

KaiOS Technologies , créateur du système d'exploitation mobile non-tactiles., lève 45 M€ pour son tour de série B. L'opération est menée par Cathay Innovation , suivie par ses actionnaires actuels Google et le groupe électronique TCL. Avec la nouvelle levée, KaiOS, installé aujourd'hui dans plus de 100 millions d'appareils,  prévoit de conquérir de nouveaux marchés et d'investir dans la R&D. Elle fera également grandir son écosystème en accélérant la croissance de la communauté de développeurs KaiOS. Basée à San Diego (Californie) et à Hong Kong, la cible a été fondée par un ancien cadre d'Alcatel Mobile, Sebastien Codeville en 2016, compte aujourd’hui 260 personnes, dont une dizaine en France. Pour mémoire, l'an dernier, elle s'était déjà entourée de Google, de l'indien Reliance Technology Venture pour un montant total de levée de 26 M€.

Produits Pharmaceutiques : Ceva / IDT Biologika (France / Allemagne)

Site BioPharmaPark d’IDT à Dessau-Rosslau (Allemagne)

Site BioPharmaPark d’IDT à Dessau-Rosslau (Allemagne) © Ceva 

Après le refinancement de 2,15 Md€ (lire aussi l’article : Ceva boucle un important refinancement ), le groupe girondin de santé animale Ceva , accompagné par le singapourien Temasek Holdings et le chinois CDH Investments depuis 2014, va acquérir le portefeuille de produits biopharmaceutiques vétérinaires et des activités de R&D de l’allemand IDT Biologika . Ce dernier souhaite via cette cession se concentrer sur les vaccins et produits pharmaceutiques humains. Le détail financier reste confidentiel. L’opération permettra de fortes synergies existant entre les gammes de vaccins porcins et aviaires des deux sociétés et une expansion rapide des ventes de la gamme actuelle de produits IDT grâce au réseau de Ceva. Le groupe français dépassant 1 Md€ de chiffre d’affaires prévoit d’ailleurs d'investir dans le développement d'un nouveau Centre Mondial d'Innovation Porcine sur le site existant d'IDT situé en Allemagne, à Dessau, et à Riems pour IDT Research.

Services Financiers : Société Générale (Australie)

La Société Générale revient en Australie. Elle vient d’obtenir l'aval des autorités de régulation australiennes pour redéployer ses activités dans le pays. Le groupe bancaire et financier a fait ses débuts en Australie en 1981 mais ne disposait plus de licence bancaire depuis 2012. Après sa demande de réenregistrement de nom pour une succursale à Sydney en mars 2018, une licence bancaire est délivrée, permettant à la banque française de lever des fonds en Australie et de prêter directement de l'argent à des entreprises locales.

Mode : GXG (Chine)

Après un an de préparation, le groupe chinois dédié à la mode masculine GXG, aux 3,787 milliards de yuans de revenus (500 M€) devrait enfin s’introduire en Bourse à Hong Kong. Sa cotation est prévue le 27 mai prochain. L’opération pourrait réunir jusqu’au 150 M$ sur la place boursière de Hong Kong. L Catterton Asia , bras d’investissement asiatique du groupe LVMH et du groupe Arnault, est jusqu’ici actionnaire de contrôle avec 70 % du capital, le solde étant entre les mains du management. Cette part majoritaire avait, pour rappel, été acquise en 2016, pour environ 600 M$ (environ 4 milliards de yuans). Fondé en 2007, GXG, qui coiffe cinq marques principales (GXG, gxg.jeans, gxg.kids, Yatlas et 2XU), emploie aujourd’hui environ 4000 salariés repartis entre 2250 boutiques ou points de vente en Chine.

Mode : RM Williams (Australie)

L Catterton Asia a mandaté Goldman Sachs pour vendre ses parts dans la marque australienne RM Williams, célèbre pour ses bottes d'équitation. D’après la presse locale, le montant de la vente pourrait s’élever à entre 400 et 500 millions dollars australiens. Fondée en 1932, la cible, disposant d’un réseau de 50 boutiques et 900 points de vente, a affiché une bonne croissance ces dernières années. Ses chiffres d’affaires en 2017 et 2018 sont passés de 126 à 142 millions dollars australiens pour des résultats d’exploitation de 1 à 6 millions dollars australiens. Pour mémoire, en 2013, L Catterton Asia a déboursé 50 millions dollars australiens pour obtenir 49,9 % auprès de Ken Cowly, exécutif chez News Corp Ausralia. Il a fait monter ses parts jusqu'aux 82 % avant cette cession.

Distribution : Alibaba (Chine)

Le géant de l’e-commerce chinois Alibaba débourse 635 M$ pour souscrire des obligations convertibles de l’enseigne chinoise d’ameublement Red Star Macalline, représentant 10 % des actions ordinaires si conversion. Par ailleurs, il a également acheté 3,7 % de ses titres cotés sur la bourse hongkongaise. L’opération représente la deuxième réalisée par Alibaba dans le secteur d’ameublement après son investissement de 5,4 milliards de yuans (780 M$) l’an dernier pour 15 % du capital d’EasyHome, concurrent de Red Star Macalline. Ce dernier s’était déjà associé à un autre géant chinois, Tencent, pour améliorer ses ventes en ligne, mais le résultat n’étant pas assez satisfaisant. Red Star exploite aujourd’hui un réseau de 364 centres commerciaux d’ameublements en Chine.

Bonne semaine !

Une information à nous soumettre pour ce Bulletin Asie ? Écrivez nous à : chao.zhang@cfnews.net