L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture Corporate Finance et Private Equity

Asie : Huazhu, Marubi, DKSH, Grab, HGS... Accès libre


Hôtellerie : Accor / Huazhu (France / Chine)

Le groupe hôtelier coté dirigé par Sébastien Bazin cède 1,5 % du capital de son homologue chinois, pour un montant de 239 M$, et en conserve une participation résiduelle de 3,3 % pour rester à son conseil d’administration. L’opération l’a valorisé ainsi près de 16 Md€. Cet allègement lui permet de dégager une belle plus-value par rapport à son investissement initial, et fait suite à une précédente cession, en 2019, de 5 % du capital. Accor récupérait alors 451 M$, valorisant Huazhu près de 10 Md$ (soit près de 9 Md€ à l’époque). Pour mémoire, Accor détenait 10 % depuis 2018 du groupe chinois (lire aussi notre chronique précédente) via une opération de détention croisée. Les deux géants de l’hôtellerie s’alliaient afin de développer la franchise exclusive des hôtels Ibis, Mercure et Novotel, ce qui s’est également traduit par la prise de participation de Huazhu dans l’activité locale d’Accor, segment luxe et haut de gamme, à hauteur de 29,3 % - et deux sièges au conseil d’administration. Plus de 200 ouvertures supplémentaires sont attendues d’ici à 2024. Accor, qui n’a pas encore publié ses résultats pour l’année 2020, a été fortement impacté par la crise sanitaire. Pour mémoire, son cours de bourse a fortement chuté fin février 2020 et, malgré une certaine remontée courant novembre, n’a pas retrouvé son statut d’avant crise (lire aussi l’article de CFNEWS IMMO : Accor s’allège un peu plus dans Huazhu). Coté au Nasdaq et à Hong Kong, le chinois Huazhu a vu son cours au Nasdaq décoller, passant de moins de 9 $ à environ 55 $ pour une capitalisation boursière de 18 Md$.

Beauté : Marubi / L Catterton Asia (Chine)

© Marubi

© Marubi

L Catterton Asia, bras d’investissement en Asie de L Catterton - gérant 23 Md$ -, a récemment cédé sur le marché public 5,3 millions de titres de Marubi, spécialiste de produits de soins pour la peau, coté à Shanghai depuis juillet 2019. La cession de 1,3 % du capital de la société chinoise a permis au fonds d’encaisser 380 millions de yuans (48 M€). Précédemment, de juillet 2020 à janvier dernier, le fonds avait déjà vendu 3,5 millions de titres, représentant 0,87 % du capital, pour 248 millions de yuans (31,5 M€). Après ces deux opérations, L Catterton Asia possède encore 27,3 millions de titres, soit 6,78 % du capital. Pour mémoire, L Catterton Asia avait acquis 10 % du capital de Marubi en 2013 pour environ 300 M¥ (37 M€) auprès de la famille fondatrice, sur une valorisation de 3 000 M¥, en devenant le deuxième actionnaire (lire aussi notre chronique précédente). Fondée en 2002, la cible a généré 1,137 milliards de yuans (144 M€) de revenus, (-6,13 %) au cours des premiers trimestres de l’an dernier. Affichant près de 21,3 milliards de yuans (2,7 Md€) de capitalisation boursière, Marubi est aujourd’hui la plus importante société chinoise dans le secteur de beauté en termes de capitalisation. Le fonds, dédié à la consommation du « growing middle market », investit activement en Chine, son portefeuille comprenant Xin Hee (propriétaire de la marque Jorya), Trendy Group (propriétaire de la marque Ochirly, dédiée à la mode féminine), deux bijouteries hongkongaises cotées également à Hong Kong : O Luxe Holdings et Emperor Watch & Jewellery ; l’e-commerçant du luxe Secco ; le gestionnaire de centres commerciaux de déstockage Sasseur ; et la propriété immobilière L’Avenue à Shanghai.

Matériels Médicaux : DKSH / Bosung, MedWorkz (Suisse / Corée du Sud, Singapour)

Cotée à la SIX Swiss Exchange et générant un chiffre d'affaires net de 10,7 milliards de francs suisses (9,8 Md€) en 2020, le groupe helvète DKSH a réalisé deux acquisitions en Asie-Pacifique : Bosung en Corée du Sud et MedWorkz à Singapour. Créée en 1993, Bosung, basé à Séoul, intègre la Business Unit Technology du groupe suisse. Employant environ 90 salariés, la société coréenne commercialise et distribue des consommables ainsi que des instruments scientifiques des sciences de la vie, du diagnostic clinique, de l'environnement et de la microbiologie auprès des hôpitaux, des instituts de recherche, des laboratoires, des universités, des sociétés pharmaceutiques ainsi que des entreprises agroalimentaires pour un chiffre d’affaires de 40 millions de francs suisses (36,6 M€). Par ailleurs, elle dispose d’un laboratoire de R&D. La clôture de la transaction est prévue pour fin mars 2021. Né en 2013, le singapourien MedWorkz rejoint la Business Unit Healthcare du groupe suisse. Il distribue des dispositifs médicaux spécialisés en orthopédie comme des ensembles d'instruments avancés, des consommables de niche et des produits jetables aux hôpitaux publics et privés. MedWorkz génère un chiffre d'affaires de moins de 3 millions de francs suisses. 

Internet : Grab / Signite Partners (Singapour / Corée du Sud)

© Grab

© Grab

Le grand magasin coréen Shinsegae a investi, via son fonds corporate Signite Partners (créé l’an dernier) dans Grab, plateforme singapourienne d'e-commerce spécialisée notamment dans la mise en relation des chauffeurs et de clients. Les termes financiers restent confidentiels. Connu comme le « Uber en Asie du Sud-Est », Grab a initié ses activités avec un service de téléphonie de voitures en 2012 et a étendu ses activités à la livraison de nourriture et aux services financiers. Présent dans huit pays d'Asie du Sud-Est, dont Singapour, l'Indonésie, le Vietnam et la Thaïlande, son application mobile a enregistré plus de 214 millions de téléchargements. En janvier dernier, Grab a établi un tour de table de série A de 300 M$ pour sa filiale de services financiers nommée Grab Financial Group (GFG), le tour étant mené par un gestionnaire d’actifs coréen, Hanwha Asset Management (lire aussi notre chronique précédente). Quant à l’investisseur Signite Partners, depuis sa création en juillet 2020, il a déjà effectué plusieurs investissements : la société de mode américaine Entireworld, ABly Corp (start-up coréenne technologique dans le secteur la mode), et Homes Company (développeur immobilier et gestionnaire de baux).

Construction navale : KKR / Hyundai Global Service (HGS)

© Hyundai Global Service

© Hyundai Global Service

KKR investit 646 milliards de wons coréens (580 M$) pour racheter 1,52 milliards de titres de Hyundai Global Service, représentant environ 38 % du capital, auprès du constructeur naval coréen Hyundai Heavy Industries Holdings (HHIH). En parallèle, ce dernier obtiendrait un dividende en espèces de 150 milliards de wons (135 M$) de Hyundai Global Service. L’opération, dans un cadre d’un tour pré-IPO, valorise ainsi Hyundai Global Service à environs 2 billions de wons (1,8 Md$) et le constructeur naval coréen empoche au total environ 715 M$ (800 milliards de wons). Le montant total de 800 milliards de wons levés servira à accroître les capacités de Hyundai en matière d’IA et de solutions vertes pour la réparation et la maintenance après-vente ainsi que la conception de navires. Une partie servira à financer l’acquisition de Doosan Infracore Co, qui a été signée le 5 février dernier pour 850 milliards de wons (764 M$). Fondé en 2016 après une opération spin-off, Hyundai Global Service s'est notamment spécialisé dans les services maritimes après-vente pour le constructeur naval Hyundai Heavy pour 157 milliards de wons (140 M$) de bénéfice d'exploitation sur un chiffre d'affaires de 1 billion de wons (900 M$) en 2020.

Biotech: Regor Therapeutics / Lilly Asia Ventures (Chine)

© Regor Therapeutics

© Regor Therapeutics

Regor Therapeutics, biotech basée à Boston et Shanghai, au stade clinique, dédiée à la découverte de médicaments pour traiter le cancer, les troubles immunitaires et les maladies métaboliques, a réussi son tour de table de série B de 90 M$. L’opération est menée par Lilly Asia Ventures, fonds corporate créé en 2008 par le groupe pharmaceutique Eli Lilly and Company, et suivi par Loyal Valley Capital, Lanting Capital, TF Capital et Vertex Ventures China. Fondée en juillet 2018 par un groupe de professionnels dans la santé, Regor s’appuie sur la CARD (Computer Accelerated Rational Discovery), l'équipe ayant réussi à faire progresser de nombreux programmes d'une manière considérablement accélérée. Pour mémoire, Regor Therapeutics a levé en 2018, lors du tour de série A, auprès de Qilu Pharmaceutical Group, société pharmaceutique chinoise, pour un montant resté confidentiel.

Bonne semaine !

Une information à nous soumettre pour cette chronique Asie ?

Écrivez nous à chao.zhang@cfnews.net

Retrouvez également les précédentes chroniques AsieAmérique Latine et Afrique et toutes les Chroniques.