L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture Corporate Finance et Private Equity

CANVIEW

Asie : Lydia, Claroty, Groupe BV, Qima, Nebula, Synergia...


© Lydia

© Lydia

Fintech : Lydia / Dragoneer, Echo Street, Tencent (France / États-Unis, Chine)

Visant 10 millions d'utilisateurs en Europe en 2025, la fintech Lydia qui veut monétiser sa base utilisateurs en s'ouvrant à l'épargne relève auprès de ses VCs et accueille deux hedge funds américains. L'opération en date, qui ne contiendrait pas de cash out, fait surtout de Lydia une nouvelle licorne française, avec une valorisation un peu supérieure à 1 Md€. L'augmentation de capital est cependant alimentée en large majorité par plusieurs actionnaires historiques, comme Accel Partners, arrivé l'an passé, le chinois Tencent Holdings, Founders Future et le très discret fonds britannique Hedosophia (lire aussi l’article : Lydia crédite sa corne).

Cybersécurité : Claroty / SoftBank, Temasek (États-Unis / Japon, Royaume-Uni, Singapour)

© Claroty

© Claroty

Startup new-yorkaise spécialisée dans la cybersécurité, Claroty boucle un tour de table de 400 M$. Menée par SoftBank, l’opération est suivie par des investisseurs existants Bessemer Venture Partners et Schneider Electric, Istari (plateforme de cybersécurité créée par Temasek), Team8 et Standard Investments. La nouvelle levée porte le montant total de capitaux réunis à 635 M$. Lancé en 2015 par Amir Zilberstein, Benny Porat et Galina Antova, Claroty sécurise les systèmes cyber-physiques dans les environnements industriels (OT), de santé (IoMT), et d’entreprise (IoT). Dirigée par Yaniv Vardi, l’entreprise annonce, en parallèle, l’acquisition de l’israélien Medigate, fournisseur de sécurité IoT dans le domaine de la santé, qui propose une plateforme permettant aux établissements hospitaliers et de santé de fournir des soins connectés en toute sécurité, couvrant les systèmes de monitoring ou encore les caméras de surveillance.

Industries : Daikin / Groupe BV (France, Japon / France)

Malgré de grandes ambitions en matière de croissance externe à l'étranger, jamais Daikin n'avait encore acheté de société dans l'Hexagone, où il est pourtant présent depuis 1993. Voilà qui est désormais chose faite, le groupe de génie climatique japonais venant de signer l'acquisition de 100 % du capital de Groupe BV via sa filiale française. Ces parts étaient, jusqu'à présent, détenues par les deux fondateurs de la cible en 2009, Franck Buchner et Fabien Van Renterghem. Tous deux se seraient notamment laissés séduire par le projet par l'acquéreur et la perspective de voir conservés l'emploi des 43 salariés, lesquels resteront en outre placés sous leur direction (lire aussi l’article CFNEWS : Première acquisition pour Daikin France).

Services aux entreprises : Qima / Navis / CDPQ (Chine / Canada)

La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) s’invite au capital de Qima (anciennement AsiaInspection), spécialiste de contrôle qualité dans les supply chains. Il s’empare d’une participation minoritaire (40 %) détenue par le hongkongais Navis Capital Partners, conseillé par JP Morgan, pour 250 M$, selon le Bloomberg, le fondateur et le management de la société restant toujours majoritaires. Créée en 2005, la cible opère sur le marché des tests, inspections et certifications (TIC), se revendiquant une pionnière dans la digitalisation de ce secteur, ayant investi massivement dans le développement d’une plateforme numérique unique avec QIMAone, plateforme SaaS. La société travaille avec plus de 15 000 clients basés dans 120 pays, dans les segments des biens de grande consommation, de l’alimentaire et des sciences du vivant. Dotée de 40 bureaux et laboratoires de tests, elle emploie aujourd’hui plus de 4 000 employés dans 88 pays. Pour mémoire, le fonds hongkongais avait acquis 40 % du capital auprès d'investisseurs financiers, du fondateur et du management en décembre 2017. Au cours de l’accompagnement de Navis, la société a accéléré son programme d'acquisitions et a procédé à huit opérations depuis 2017, dont 4 en cours.

E-commerce:  Nebula Brands / L Catterton Asia (Chine)

Nebula Brands, agrégateur de fournisseurs tiers d’Amazon, a bouclé une levée de fonds de série B de 50 M$, menée par L Catterton Asia. L’opération comprenait également l'investisseur de série A, Matrix Partners et Alpha Startup Fund. Basée à Pékin, la société, employant une cinquantaine de personnes, a levé au total environ 60 M$ depuis sa naissance. Elle se concentre sur les articles les mieux classés dans dix catégories clés, notamment les articles ménagers, les soins personnels, le fitness, la beauté et les fournitures pour animaux de compagnie. Alors qu'Amazon est devenu un géant, de nombreux fournisseurs chinois tiers ont également prospéré. Nebula compte des concurrents agrégateurs comme les allemands Berlin Brands Group, Razor Group et l’américain Thrasio.

Services financiers : Kwara / Breega / SoftBank Vision Fund Emerge / Samurai Incubate (Kenya / France / Japon)

© Kwara

© Kwara

Lancée en 2018, la fintech kényane Kwara séduit le fonds français Breega, lead d'un tour de table d’amorçage de 3,5 M€ (4 M$) auquel ont contribué Softbank Vision Fund Emerge (accélérateur partenaire du fonds autrichien Speedinvest), Finca Ventures (États-Unis), New General Market Partners ou NGM Ventures (États-Unis), Globivest (Liban), Do Good Invest (Suède), Rabacap (Royaume-Uni), Launch Africa (Maurice), Norrsken Impact Accelerator (Suède), Future Africa (Nigeria), Samurai Incubate (Japon), DOB Equity (Pays-Bas) et des business angels issus du secteur financier et de la tech. Basée à Nairobi avec un bureau secondaire à Berlin, et opérant désormais aussi en Afrique du Sud et aux Philippines, la jeune pousse co-fondée et dirigée par Cynthia Wandia ambitionne de mettre en place une néobanque de nouvelle génération, donnant aux sociétés coopératives d'épargne et de crédit (SACCOs) l'accès à des prêts instantanés et à des services tiers (d’assurance par exemple). Elle a démarré ses activités en aidant les coopératives de crédit kényanes à passer aux plateformes numériques, grâce à son logiciel propriétaire de backend-as-a-service (BaaS) (lire aussi notre chronique Afrique).

Biotech : Novozymes / Synergia Life Sciences (Danemark / Inde)

© Synergia Life Sciences

© Synergia Life Sciences

Conseillé par Lincoln International, le groupe danois Novozymes acquiert 60 % du capital de Synergia Life Sciences. L'acquisition s'est réalisée en numéraire, soit environ 1 milliard de couronnes danoises (150 M$). Les 40 % restants seront acquis au plus tard en 2025 sur une base de valorisation relative prédéfini similaire, y compris un plafond de paiement maximum. Fondée en 2004 et basée à Mumbai, la cible emploie aujourd’hui 150 personnes réparties entre trois sites de production en Inde. Producteur des probiotiques de spores et de la vitamine K2-7, elle dispose d’un portefeuille de souches de spores documentées cliniquement pour les applications de compléments alimentaires diététiques et d'aliments fonctionnels. Elle fournit ses produits à Microbiome Labs, acquis par Novozymes au début de l’année. Les ventes pro forma 2021 de Synergia sont attendues à environ 150 millions de couronnes (22,8 M$) avec des flux de trésorerie positifs et des bénéfices, y compris des marges Ebitda et Ebit bien supérieures à son nouvel actionnaire majoritaire Novozymes. Fondé en 2000 par la scission d’une partie des activités de la société pharmaceutique Novo Nordisk, le groupe danois, implanté à Bagsværd, produit des enzymes industrielles, micro-organismes et ingrédients pharmaceutiques. Coté à Copenhague, il a réalisé un chiffre d’affaires de 14,5 milliards de couronnes danoise (1,9 Md€) avec une équipe de 6 500 personnes.

Et aussi :

Le groupe EDF et son partenaire chinois CEI (China Energy Investment) ont mis en service le parc éolien offshore de Dongtai V de 200 MW. Les travaux de construction pour ce parc situé au large de la province du Jiangsu, en mer de Chine, ont duré 20 mois. Il s’agit du second parc, après celui de Dongtai IV de 300 MW en exploitation depuis 2019, construit et opéré par la société détenue par CEI et EDF à hauteur de 37,5 %. Le montant de l’investissement pour les deux parcs s’élève à 8 milliards de yuans (1,1 Md€) pour les besoins en électricité de 2 millions de Chinois.

Bonne semaine !

Une information à nous soumettre pour cette chronique Asie ?

Écrivez nous à chao.zhang@cfnews.net

Retrouvez également les précédentes chroniques AsieAmérique Latine et Afrique et toutes les Chroniques.