L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture Corporate Finance et Private Equity

CANVIEW

Asie : Stellantis, Axa, Renault, Agile Robots... Accès libre


© Stellantis

© Stellantis

Automobile : Stellantis / Dongfeng (France / Chine)

Présent au capital du constructeur automobile tricolore PSA depuis 2014, le chinois Dongfeng Motor a finalisé la cession de 36,1 millions d'actions de Stellantis - issu de la fusion du groupe PSA et de Fiat Chrysler Automobiles - pour environ 600 M€. La cession a été réalisée au prix de 16,65 € par action, soit une décote de 2,63 % par rapport au dernier cours de clôture de Stellantis (17,1 €). L'opération porte sur 1,15 % du capital, elle ramène la part de Dongfeng à 4,5 %. La famille Peugeot (7,2 %), qui peut encore racheter 1,5 % de Stellantis, la famille italienne Agnelli reste le plus grand actionnaire de Stellantis avec ses 14,4 % et elle est également actionnaire majoritaire de Ferrari et de Juventus Football Club. Pour mémoire, le groupe chinois avait participé aux côtés de l'État français au sauvetage de PSA en 2014, via une opération d’envergure de 3 Md€. L’an dernier, avant la création officielle du groupe Stellantis, Dongfeng avait cédé 10 millions de titre au groupe PSA, représentant environ 1,1 % du capital, au prix de 16,385 € par action pour un prix total de 163,85 M€, les titres concernés étant annulés (lire aussi notre chronique précédente). Les 4,5 % du capital détenus par Dongfeng représentent aujourd’hui plus de 2,4 Md€.

Assurance : Axa / ICICI Lombard (France / Inde)

L’assureur coté Axa aux 9,67 Md€ de revenus et son partenaire indien Bharti, coté à Mumbai, ont finalisé le regroupement de leurs activités d’assurance dommages en Inde, Bharti Axa General Insurance Company (Bharti Axa GI), avec celles de ICICI Lombard General Insurance. Axa et Bharti apportent leur JV Bharti Axa GI avec une détention respective de 49 % (Axa) / 51 % (Bharti), et recevront, en échange, un total d’environ 35,8 millions d’actions ICICI Lombard, correspondant à 664 M€ en valeur de marché (calcules selon le cours du 8 septembre 2021). L’opération va donner naissance à un troisième acteur de dommages en Inde (avec une part de marché indien d’environ 8,7 %). Bharti Axa GI compte environ 2 300 employés répartis entre 152 agences sur l’ensemble du territoire indien. Axa est également présent aujourd’hui en Inde dans le secteur d’assurance vie via Bharti Axa Life, joint-venture avec Bharti, dont 49 % détenus par Axa.

Automobile : Renault (France / Chine)

Renault Group réévalue son plan de développement en Chine. Après l’annonce du nouveau partenariat avec son homologue privé chinois Geely Holding Group (lire aussi notre chronique précédente), pour une coopération sur les marchés chinois et sud-coréens, le constructeur automobile pourrait arrêter sa coopération avec le constructeur public chinois Brilliance China, coté à Hong Kong, selon le Reuters. Leur projet a été initialisé en 2017 à partir d'une JV Shenyang Brilliance Jinbei Automobile Co (SBJ). Renault a déboursé 1 yuan symbolique pour acquérir les 39,1 % du capital de (SBJ). Puis le tandem franco-chinois Brilliance China et Renault entendais procéder à une augmentation de capital de 1,5 Md¥ (194 M€) au profit de SBJ pour en détenir respectivement 51 % et 49 %. SBJ exploite trois marques : deux chinoises Jin Bei (Goblet d’or), Hua Song, et Renault (véhicules utilitaires électriques).

Robots : Agile Robots / SoftBank (Chine, Allemagne / Japon)

© Agile Robots

© Agile Robots

Basée à Beijing et Munich, la startup sino-allemande Agile Robots est devenue une licorne via son troisième tour de table. Fondée en 2018 par Peter Meusel, Zhaopeng Chen, elle a levée 220 M$ auprès d’un groupe d’investisseurs, mené par SoftBank Vision fund 2, suivi par Abu Dhabi Royal Group, GL Ventures, Sequoia China, Linear Capital ainsi que des industriels comme Xiaomi Group, Foxconn Industrial et Midas. Agile Robots fournit à la fois des logiciels et du matériel, et a pour ambition de promouvoir la combinaison de l'intelligence artificielle et de la robotique ainsi que l'innovation dans ces domaines. Elle a développé notamment un robot, nommé Diana, doté de main humanoïdes à cinq doigts et d’une plateforme intelligente flexible (flexible intelligent platform, FIP). Ce robot pourrait intervenir dans l'assemblage de smartphones ou de matériaux électroniques médicaux. Pour mémoire, Agile Robots avait réalisé le tour d’amorçage et son premier tour de table respectivement en 2019 et 2020 pour des montants confidentiels. En janvier dernier, son deuxième tour de table a eu lieu pour une levée d’environ 20 M$.

Télécom : SoftBank / Deutsche Telekom (Japon / Allemagne)

Le conglomérat télécom japonais Softbank s’invite au capital de Deutsche Telekom. Il a converti sa participation dans T-Mobile pour une part de 4,5 % du capital de sa maison-mère l'opérateur allemand. Pour mémoire, Softbank s’est offert son homologue américain Sprint pour plus de 20 Md$ en 2012 pour son ambition d’être un opérateur mondial, en avril 2020, Sprint avait finalisé sa fusion avec T-Mobile US, filiale de Deutsche Telekom. À l'issue de cette opération, Softbank est devenu actionnaire minoritaire du nouvel ensemble, derrière le plus grand actionnaire allemand. Après cette nouvelle conversion de capital, SoftBank conserve seulement 3,3 % du capital de T-Mobile, avec l’option de passer à 6,9 %.

Immobilier : Blackstone / Soho China (États-Unis / Chine)

© SOHO China

© SOHO China

Blackstone a abandonné son projet d'acquisition du promoteur immobilier chinois Soho China pour 3 Md$, initialisé en juin dernier (lire aussi notre chronique précédente). Le projet marquait le plus gros pari de l’investisseur immobilier américain en Chine. Il a offert 5 dollars hongkongais par action pour une participation majoritaire (environ 55 %) dans Soho China, cotée à Hong Kong, auprès du couple fondateur Mme Xin Zhang et M. Shiyi Pan. Ces derniers conserveront 9 % du capital. Aucune partie n’a précisé la raison d’abandon du projet. Selon des analyses relevées par la presse locale, l’offre était notamment subordonnée au feu vert de l'autorité chinoise de la concurrence, qui resserre actuellement la valve. Les régulateurs s'attaquaient récemment à des secteurs allant des technologies à l'éducation, le secteur immobilier semble à son tour la nouvelle cible. L’annonce d’abandon de Blackstone intervient également dans le contexte difficile pour le secteur immobilier. En particulier, au bord de la faillite, le mastodonte immobilier chinois Evergrande a cumulé un passif de près de 260 Md€ et ne dispose plus de capacité pour honorer ses obligations envers ses créanciers.

Bonne semaine !

Une information à nous soumettre pour cette chronique Asie ?

Écrivez nous à chao.zhang@cfnews.net

Retrouvez également les précédentes chroniques AsieAmérique Latine et Afrique et toutes les Chroniques.