L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture Corporate Finance et Private Equity

CANVIEW

Asie : Swile, Axa IM Alts, Trescal, Tata Motors...


© Swile

© Swile

Fintech : Swile / SoftBank Vision Fund (France / Japon, Royaume-Uni)

Swile (ex-Lunchr), émettrice de cartes-restaurants et de titres-cadeaux notamment, franchit le stade de licorne en collectant 175 M€ et en s'ouvrant à SoftBank Vision Fund et Headline, suivi des Vcs historiques comme Eurazeo, Index Ventures et Bpifrance. La fintech montpelliéraine, qui avait levé 70 M€ il y a un an, franchit la barre du milliard d'euros de valorisation, et accueille également le VC californien Headline comme autre nouvel actionnaire, qui injecterait un ticket proche des 10 M€. Largement sur-souscrit et réalisé sans leveur, le tour contiendrait un peu de secondaire. Swile, qui salarie 500 personnes, dont la moitié en France, se base sur un modèle freemium, adopté par près de 15 000 clients et près de 500 000 utilisateurs, qui bénéficie d'une carte cumulant titres-restaurant, titres-cadeaux, titres de mobilité durable, et bientôt les titres-vacances. Lancé en 2019, Softbank Vision Fund 2 est doté de plus de 30 Md$ alors que son précédent avait levé plus de 100 M$. Vision Fund 2 a réalisé plusieurs investissements dans l’Hexagone, plus récemment dans les tours de table respectivement de Sorare et de Vestiaire Collective de 580 M€ et de 178 M€, et précédemment dans la levée de 408 M€ au profit de Contentsquare.

Lire aussi les articles :

Swile émet un tour de licorne

Sorare remporte un titre de licorne

Vestiaire Collective accélère le rythme des levées

Contentsquare triple sa valorisation

Immobilier : Axa IM Alts (France / Japon)

L'immeuble de logements Zeus Nishi Umeda à Osaka

L'immeuble de logements Zeus Nishi Umeda à Osaka

Axa IM Alts continue son développement dans le résidentiel japonais. Le géant met la main sur un portefeuille de 14 000 mètres carrés comprenant deux immeubles de logements situés à Osaka pour quelque 82 M€, auprès de PGIM Real Estate Japan. Les deux immeubles sont composés de 346 appartements au total, le premier d'entre eux se nomme Zeus Nishi Umeda et dispose d'une surface totale de 10 000 mètres carrés séparés en 214 appartements ; le second, Serenite Esaka, comprend 132 logements et quatre unités commerciales entièrement louées pour quelque 4 000 mètres carrés. Il s'agit du deuxième investissement de la sorte au Japon pour Axa IM Alts cette année, après avoir notamment mis la main sur deux tours résidentielles à Sendai (lire aussi notre chronique précédente), portant le total des actifs réels sous gestion de la plateforme au Japon à environ 2,6 Md€. Le fonds est également exposé à la logistique dans le pays, en détenant des entrepôts et un data center à Tokyo.

Produits & Services industriels : Trescal / Sudel (France / Australie)

© Trescal

© Trescal

Détenu par le fonds canadien Omers depuis 2018, le groupe de métrologie Trescal se renforce aux États-Unis et en Australie avec deux acquisitions. Le groupe français de plus de 350 M€ de revenus s’empare de Broadview Instrumentation Services, situé à Cleveland (États-Unis), et des activités de calibration de Sudel Industries, situées à Adélaïde et Melbourne (Australie), pour un chiffre d’affaires combiné de 4,5 M€. Créé en 1987, le premier, laboratoire d'étalonnage accrédité A2LA, couvre un large éventail de domaines avec des compétences spécifiques en débitmétrie, en employant 14 salariés pour plus de 1 000 clients. Fondé en 1991, le second emploie 17 personnes est un fournissent des services d'étalonnage one-stop-shop, principalement pour l’industrie agro-alimentaire. Les opérations, les 5ème et 6ème acquisition cette année, représentent les 30ème et 31ème depuis le rachat par Omers en mars 2018. Le mois précédent, Trescal vient de faire l’acquisition de quatre sociétés opérant sur trois continents :  Celemetrix et Mobile Test’n Cal en Australie, SICT en Corée du Sud et en Thaïlande et Qualcer au Portugal, qui lui ont permis d’accroître d’environ 30 M€ son chiffre d’affaires (lire aussi notre chronique précédente).

EV : Tata Motors / TPG Rise Climate (États-Unis / Inde)

Tigor et Nexon © Tata Motors

Tigor et Nexon © Tata Motors

TPG Rise Climate, plateforme d’investissement axée sur une stratégie d’impact climat détenue par TPG, s’associe à ADQ, holding d'investissement contrôlée par le gouvernement d'Abou Dhabi, pour investir environ 1 Md$ dans l'unité de véhicules électriques (EV) de Tata Motors (coté à New York et à Mumbai). Ce dernier est conseillé par Morgan Stanley et JP Morgan. TPG Rise Climate, représenté par BofA Securities, et ADQ détiendraient entre 11 % et 15 % dans la nouvelle entité EV, dont le nom n’est pas encore dévoilé, la valorisant à environ 9,1 Md$. La nouvelle société se concentrera dans les véhicules électriques et catalysera les investissements dans les infrastructures de charge et les technologies de batterie. Tata Motors, qui commercialise aujourd'hui deux modèles sur le marché domestique : SUV électrique Nexon et véhicule compact Tigor, prévoit de créer un portefeuille de 10 véhicules électriques d’ici 5 ans et développer un réseau de recharge pour faciliter l'adoption rapide des véhicules électriques en Inde, en collaboration avec Tata Power. Pesant un chiffre d’affaires cumulé de 106 Md$ (2020), Tata Group est un conglomérat présent dans de nombreux secteurs, sa filiale automobile Tata Motors, propriétaire de la marque de luxe britannique Jaguar Land Rover, a généré l’an dernier 34 Md$ de revenus.

EV : WM Motor (Chine)

WM Motor, constructeur chinois de véhicules électriques, lève 300 M$ pour le tour de table de la série D1. Les investisseurs incluent notamment deux groupe hongkongais PCCW, contrôlé par Richard Li (le fils cadet du magnat local Li Ka-shing), et la compagnie maritime et immobilière Shun Tak Holdings. Il entendrait lever 200 M$ supplémentaires dans une deuxième tranche dont l’identité d’investisseurs restent pour l’instant confidentielle. La levée de fonds a fait suite à une série D de 10 milliards de yuans (1,5 M$) en septembre 2020 avec plusieurs fonds contrôlés par le gouvernement chinois et des industriels de renom comme le géant Tencent, Tsinghua Unigroup etc. Fondée en 2016, le constructeur, basé à Shanghai, a réalisé des levées des fonds 12 fois, selon son dépôt auprès du STAR Market. Pour mémoire, il a commencé le processus d’IPO sur la plateforme STAR de Shanghai en septembre 2020 et a terminé l'instruction de pré-cotation en janvier dernier, mais en avril son introduction en bourse a soudainement été reportée. Pour l’instant, il n’a pas communiqué une nouvelle date pour son IPO. Fin 2020, au sein de son actionnariat, Baidu en détenait 3,67 %, Tencent 1,54 % et SAIC Motor 1,45 %. Non rentable, au cours des trois premiers trimestres de l’an dernier, il a enregistré une perte nette de plus de 3,6 Md$ (565 M$), soit plus du double de la perte en 2017. Surtout, son processus de l’IPO avait été marqué par deux prises de feu à Pékin et dans la province du Fujian en l'espace d'un mois aussi par un rappel, à la suite, de plus de 1 200 véhicules en raison de risques d'incendie potentiels causés par des problèmes de batterie. WM Motor a vendu plus de 22 000 véhicules l'année dernière, ses concurrents comme Nio en a vendu plus de 43 000, Li Auto près de 33 000 unités et XPeng 27 000. Tesla s’est positionné en leader du marché chinois avec 500 000 exemplaires vendus l'année dernière. En parallèle, la concurrence devrait s'intensifier dans le secteur EV parce que de plus en plus de géants de la technologie voudrait également prendre une part du marché. Xiaomi a créé sa branche EV en septembre dernier avec une injection de 10 milliards de yuans (environ 1,6 Md$). Huawei a signé fin juillet dernier un accord avec une filiale EV de Guangzhou Automobile Group pour développer des véhicules autonomes de luxe.

Cybersécurité : Temasek / Orca (Singapour / Israël )

Le fond souverain de Singapour Temasek mène un troisième tour de table de 550 M$ au profit de l’américain Orca Security, qui est valorisé 1,8 Md$. L’opération est suivie par CapitalG (fonds corporate du groupe Alphabet, société mère de Google), Redpoint Ventures, GGV, Iconiq Capital, Lone Pine Capital, Stripes, Adams Street Partners, Willoughby Capital, ou encore par Harmony Partners. L’arrivée au capital de Temasek contribuera à la pénétration de marché dans la région Asie-Pacifique et au-delà, ainsi que dans des secteurs clés tels que les télécommunications, les services financiers, les transports, et les biens de consommation. Fondée en 2018 et dirigée par Avi Shua, Orca Security, basé à Los Angeles et Tel Aviv, fournit une sécurité instantanée, avec sa technologie brevetée SideScanning, qui détecte les logiciels malveillants, les erreurs de configuration et d'autres vulnérabilités, sur les plateformes principales comme AWS, Microsoft Azure et Google Cloud Platform. La société ouvre un bureau à Londres, où elle aura une présence commerciale, et un nouveau centre de R&D, son premier en dehors de Tel Aviv. Un recrutement d’une vingtaine d'employés est prévu d'ici la fin de l'année pour son implantation britannique. En même temps, elle prévoit d’embaucher plus d'une dizaine d'employés dans la région Asie-Pacifique d'ici la fin d’année. Des partenariats à travers le monde sont également envisagés, comme aux États-Unis, en Europe, en Inde, en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Amérique latine et au Japon. Elle a récemment lancé des versions de son site Web en allemand, français, chinois et japonais afin de soutenir ses partenaires, prospects et clients.

Bonne semaine !

Une information à nous soumettre pour cette chronique Asie ?

Écrivez nous à chao.zhang@cfnews.net

Retrouvez également les précédentes chroniques AsieAmérique Latine et Afrique et toutes les Chroniques.

Voir la fiche (descriptif, deals, synthèse, équipe...) de :