L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture
Corporate Finance et Private Equity

Chronique

Asie : UPhoton, Eurazeo, Accuracy, Thomas Cook, Euronext FX...

PAR  | 25 septembre 2019 | 1585 mots
Véhicule autonome avec 3D sensing
Chronique Asie

Electronique & Informatique : UPhoton / China Merchants Capital, Cathay Capital (Chine / Chine, France)

UPhoto (Ex Reinlight) a finalisé un tour de table de série B+ d’un montant d’une centaine de millions de yuans (environ une quinzaine de M$). L’opération a été menée par China Merchant Capital, bras d’investissement de l’entreprise publique China Merchant Group, suivie par des investisseurs historiques Cathay Capital et Lenovo Capital and Incubator Group (LCIG). Fondée en 2014 par Kehan Tian (diplômé de Tsing University et de MIT) et basée à Beijing, la cible dispose d’une capacité complète allant du design (R&D) à la production de systèmes de détection 3D (en anglais : 3D sensing system) et de DOE (éléments optiques diffractifs, en anglais : diffractive optical elements). Ses technologies sont appliquées dans la télésurveillance, l'électronique grand public, le véhicule autonome, et les industries intelligentes. Pour mémoire, en 2016, la startup chinoise a réussi son tour d’amorçage, en s’entourant de ZhenFund et de Legend Star. Un an plus tard, il a établi son premier tour de table avec une levée de 10 M$ auprès de Baidu Ventures et de Shunwei Capital. En janvier dernier, six investisseurs ont apporté une enveloppe d’un montant de 100 millions de yuans (environ 14 M$) pour son deuxième tour de table, les trois leads étaient THG Ventures, Cathay Capital et Lenovo Capital and Incubator Group (LCIG).

Immobilier : La Française REPI, Samsung et KB Securities (Allemagne / Corée du Sud)

Le centre de traitement de commandes d’Amazon à Rheindahlen, en Allemagne.

Le centre de traitement de commandes d’Amazon à Rheindahlen, en Allemagne.

La Française REPI a acquis un centre Amazon de 150 000 mètres carrés à Rheindahlen, en Allemagne, pour le compte de Samsung et KB Securities. Une première sur l'immobilier logistique allemand réalisée par les investisseurs sud-coréens (lire aussi l’article sur le site CFNEWS IMMO & INFRA : Et maintenant, les Sud-Coréens investissent aussi la logistique ). Tout juste livré il y a deux mois, l'actif est cédé par le promoteur Ixocon Immobilien pour un montant gardé confidentiel. Le vendeur a auparavant pris le soin de commercialiser l'actif sur du long terme auprès d'Amazon.  

Nomination : Eurazeo, Idinvest (Séoul)

Solomon Moos, Idinvest Partners

Solomon Moos, Idinvest Partners

Présente en Chine depuis 2013, Eurazeo, société d'investissement cotée, renforce son empreinte en Asie-Pacifique avec l’ouverture d’un deuxième bureau, à Séoul (lire aussi l’article CFNEWS : Eurazeo s’implante à Séoul ). Elle est déjà présente sur le marché sud-coréen grâce à Idinvest Partners, filiale à 70 % depuis 2018. Idinvest Partners entretient depuis plusieurs années des relations étroites avec les investisseurs institutionnels sud-coréens, tels que des fonds de pension, des corporates et autres LPs. Cette implantation physique accélérera l’expansion d’Eurazeo sur les marchés asiatiques et en facilitera l’accès aux sociétés dans son portefeuille. La nouvelle antenne sera dirigée par Solomon Moos. Formé à l'université de la Sorbonne et à l'université d'Hainan (Chine), ce Franco-Americain avait rejoint Idinvest Partners en juillet 2016 à Shanghai pour piloter son développement en Asie (voir sa biographie complète ). Au préalable, il avait exercé au sein d’Edmond de Rothschild AM et d’Allianz Global Investors. 

Nomination : Accuracy (Beijing)

Frédéric Recordon, Accuracy

Frédéric Recordon, Accuracy

Après s'être implanté à Hong Kong en janvier 2019, à Singapour en 2016, Accuracy poursuit son développement international en Asie avec un nouveau directeur pour son antenne pékinoise, Frédéric Recordon (lire aussi l’article CFNEWS : Accuracy ouvre à Pékin ). Déjà bien présent en Europe et en Amérique du Nord, le conseil financier souhaite consolider sa présence en Asie. Il avait amorcé sa présence à Pékin l'an passé suite à l’acquisition de GTE, cabinet de conseil, de formation et de services fondé par Frédéric Beraha, ancien cadre d'Airbus. Diplômé de l’ESCP et de l’IEP Paris, le nouveau directeur installé depuis 2013 dans la capitale chinoise, intervient dans de nombreux secteurs comme les transports, la distribution B2B, l’e-commerce, le luxe et TMT. Fort d’une expérience de plus de 25 ans, il a auparavant exercé au sein des départements audit et transaction chez PwC et a également occupé des postes de direction pour plusieurs grands groupes comme ST Dupont, Rexel, et Yvan Beal  (plus de détails dans la fiche people ).

Services Financiers : Euronext FX (Singapour)

Euronext a réussi le lancement d'Euronext FX (foreign exchange) à Singapour. L’opération, qui avait été annoncée le 26 mars dernier pour un lancement au quatrième trimestre, est ainsi en avance sur le calendrier. Les services de Euronext FX sont déjà disponibles à New York, Londres, et à Tokyo. Cette nouvelle implantation à Singapour a pour ambition de devenir une plateforme majeure du secteur dans la zone Asie-Pacifique, tout en reliant ses clients à Hong Kong et en Australie.

Services Financiers : Bourse de Luxembourg (Beijing)

La Bourse de Luxembourg a signé un protocole d’accord avec China International Capital Corporation (CICC), banque d’investissement chinois reconnue notamment pour son expertise sur les bourses chinoises. L’objectif est d’établir un cadre de coopération mutuellement bénéfique pour les activités de cotation et de négociation. L’opération facilitera la coopération dans un large éventail d’activités sur les marchés financiers et l’accent étant mis en particulier sur les titres libellés en yuan, devise chinoise. Tout d’abord, les deux contreparties souhaitent relier les émetteurs chinois à la communauté internationale des investisseurs et de faciliter les investissements cross-border.

Agroalimentaire : AB InBev Asia (Belgique, Brésil / Chine)

Le numéro un mondial de la bière, le groupe belgo-brésilien AB InBev a réalisé l’IPO pour son entité asiatique (AB InBev Asia) sur le marché boursier de Hong Kong avec une levée de 5 Md$. L’opération, qui a pour objectif de réduire la dette contractée lors de l'acquisition du brasseur SABMiller, représente la deuxième plus grosse IPO de l'année après celle d'Uber (8,1 Md$). AB InBev exploite 50 marques de bière comprenant notamment Stella Artois et Corona. L’IPO de ses activités en Asie-Pacifique exclut ses activités en Australie, qu’elle a accepté vendre au groupe japonais Asahi pour 11 Md$, peu après la suspension de la précédente tentative de l’introduction en bourse en juillet dernier. La capitalisation boursière s’élèverait à 45,6 Md$, soit 17 fois Ebitda, en comparaison, l’opération avortée de juillet visait un VE/Ebitda pouvant aller jusqu'à 18,2 fois. La nouvelle valorisation est pourtant moins élevée que son concurrent principal China Resources Beer Holdings, leader en Chine, soit environ l'VE/Ebitda 23,5 fois.

Tourisme : Thomas Cook (Royaume Uni / Chine)

Thomas Cook

Thomas Cook

Le voyagiste britannique Thomas Cook de 178 ans a mis la clé sous la porte du jour au lendemain après avoir échoué au cours du week-end à trouver des fonds nécessaires pour sa survie. Très lourdement endetté, il a beaucoup souffert de l’émergence des agences en ligne, et plus récemment de l’incertitude liée au Brexit. Pour mémoire, il y a environ deux semaines, le chinois Fosun , propriétaire du Club Med avait annoncé avoir trouvé un accord avec ses créanciers pour apporter 450 M£ en échange du contrôle d’au moins 75 % des fonds propres du tour-opérateur et 25 % de la compagnie aérienne Thomas Cook Airlines. L’investisseur chinois souhaitait que les banques créancières et détenteurs d’obligations du groupe investissent la même somme pour 75 % de la compagnie aérienne et jusqu’à 25 % du tour-opérateur. D’après le FT, cette offre n’a pas eu le soutien à l’unanimité. Les créanciers tels que la RBS et Llyods Bankings Group ont demandé une somme supplémentaire de 200 M£ pour assurer les activités Thomas Cook d’ici environ un an, en particulier pendant la période « froide » du tourisme en hiver.

Thomas Cook France, filiale hexagonale, refuse d’être entraînée dans la chute de sa maison mère. Elle devrait demander son placement en redressement judiciaire pour une solution de reprise sous la protection du tribunal de commerce de Nanterre. Elle a affirmé assurer qu’à court terme, la principale priorité reste les 9 620 touristes français actuellement en vacances. Le voyagiste français emploie aujourd’hui 780 personnes et exploite 172 agences en propre, ainsi qu’un réseau de 250 franchisées. À ce jour, plusieurs prétendants ont déjà fait part de leur fort intérêt mais l'identité n'est pas encore divulguée.

Bonne semaine !

Une information à nous soumettre pour ce Bulletin Asie ? Écrivez nous à : chao.zhang@cfnews.net