L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture
Corporate Finance et Private Equity

Chronique

Asie : Vidal, General Transmissions, Saint Gobain, Arkema, Carrefour...

PAR  | 02 octobre 2019 | 1866 mots
Weda

© Weda

Chronique Asie

E-services médicaux : Weda / Vidal Group, M3 (France / France, Japon)

Vidal Group , éditeur du célèbre dictionnaire des médicaments et filiale du groupe japonais coté M3 depuis 2016, renforce son offre de services pour les professionnels de santé avec l’acquisition de Weda. Basée à Montpellier, la cible propose une plateforme en ligne éponyme en mode SaaS (Soft as a Service) de dossiers patients en ligne pour les besoins des professionnels de santé libéraux, exerçant individuellement, en cabinets ou en maisons et pôles de santé pluridisciplinaires. Avec une équipe de 38 salariés, la plateforme Weda, fondée par Fabrice Greenbaum en 2010, rassemble aujourd’hui plus de 10 000 utilisateurs dont 60 % de médecins et a enregistré des historiques de plus 25 millions patients, revendiquant une part de marché de plus de 50 % en France. Après cette acquisition, Vidal Group collaborera avec Weda pour accélérer le développement de sa prochaine génération de services d’aide à la décision thérapeutique, en particulier autour de la e-prescription. Pour mémoire, en octobre 2016, Vidal avait été acquis par le groupe japonais M3, qui se l'était offert pour 100 M€ (lire aussi l’article CFNEWS : Vidal passe sous la coupe d'un Japonais ). En France, les données Vidal sont utilisées par plus de 450 000 professionnels de santé, dont 180 000 médecins, pour la décision thérapeutique et la sécurisation des prescriptions. Spécialisé dans la santé numérique et leader en Asie, M3, coté à Tokyo, dont 34 % du capital est détenu par le géant Sony, emploie plus de 400 personnes dans le monde pour un chiffre d’affaires de 113,1 milliards yens (environ 908,8 M€) pour l’année fiscale 2018-2019.

Industrie : General Transmissions / AEM (France / Chine)

General Transmissions

© General Transmissions

General Transmissions (GT) , constructeur vendéen de systèmes de transmissions pour engins d'entretien d'espaces verts, aux plus de 20 millions de produits installés dans le monde, a pris une participation majoritaire dans son fournisseur chinois AEM , grâce au soutien de CM-CIC Investissement , pour former un ensemble pensant 70 M€ de chiffre d’affaires (lire aussi l’article CFNEWS : General Transmissions transmet en Chine ). CM-CIC Investissement a apporté un financement de 9,5 M€ en quasi-fonds propres contre une part minoritaire du capital aux côté des actionnaires familiaux, restant largement majoritaires. De la dette corporate, souscrite auprès de CIC Ouest et de Crédit Mutuelle Océan, a complété le montage.

Industrie : Saint Gobain /  Hankuk Glass / Gleenwood PE (France / Corée du Sud)

Le fabricant coté de matériaux et de verre Saint Gobain cède son activité vitrage bâtiment en Corée du Sud agissant sous la dénomination Hankuk Glass Industries au fonds local Glenwood Private Equity pour une valorisation d'environ 240 M€ (lire aussi l’article CFNEWS : Saint Gobain poursuit son plan de cessions ). Le périmètre cédé a généré, l'an dernier, un chiffre d'affaires d'environ 200 M€ pour un résultat d'exploitation de 10 M€. Uniquement centrée sur la Corée du Sud, la cible employant 310 salariés s'appuie sur deux unités de production de verre plat et une ligne de transformation.

Chimie : Arkema / Sunke (France / Chine)

Le groupe coté de la chimie Arkema pesant 8,8 Md€ de revenus a finalisé le rachat de sa participation dans Taixing Sunke Chemicals , dédiée à la production de monomères acryliques. L’acquisition lui a permis de devenir l’actionnaire unique de cette société chinoise. L’accord a été signé en novembre dernier et le montant de transaction s’élève à 70 M€. Pour mémoire, la cible avait été créée en 2014 en tant que JV par le groupe français et son partenaire local Jurong Chemicals avec un investissement de 240 M$ (environ 177 M€) pour une capacité de production de 160 000 tonnes par an (lire aussi notre chronique précédente ). 

Distribution : Carrefour / Suning (France / Chine)

Carrefour

© carrefour.fr

Présent dans l’empire du milieu depuis 1995 et faisant partie de l’un des pionniers sur un immense marché, Carrefour s'y retire. Le distributeur coté a finalisé la cession de 80 % du capital de ses activités chinoises à Suning , distributeur au profil identique au Groupe Fnac-Darty (lire aussi l’article CFNEWS : Carrefour Chine rejoint un distributeur multicanal chinois ). La transaction s’est établie sur une base de valorisation de 6 milliards de yuans, soit 774 M€ (un multiple de 11,7 fois l'Ebitda), le prix pour l’acquisition de 80 % des titres s’élevant ainsi à 620 M€. La valeur d’entreprise induite atteint 1,4 Md€, en prenant en compte la valeur des fonds propres, l’endettement financier net, la dette liée aux shopping cards (environ 400 M€) et des intérêts minoritaires. Le groupe français pesant environ 85 Md€ de revenus conserve 20 % du capital et 2 sièges sur 7 au board; il gardera également une option de cession de ses parts minoritaires à Suning. La marque « Carrefour » devrait subsister au moins cinq ans.

Luxe : Richemont / Buccellati / Gangtai Holding (Suisse / Italie / Chine)

Le groupe suisse Richemont, numéro deux mondial du luxe derrière le tricolore LVMH, rachète le joaillier italien Buccellati au groupe chinois Gangtai Holding, coté à Shanghai. Le terme financier reste confidentiel. Fondée en 1919 et basée à Milan, la maison est célèbre pour son orfèvrerie et ses bijoux évoquant la dentelle et inspirés de la Renaissance. Elle rejoint ainsi le portefeuille comprenant Cartier et Van Cleef & Arpels, avec lesquelles Richemont réalise la moitié de son chiffre d'affaires dans la joaillerie. Pour mémoire, Buccellati était sous contrôle du chinois Gangtai avec ses 85 % depuis 2017, qui avait déboursé 195,5 M€. La famille Buccellati en conservait 15 % (lire aussi notre chronique précédente ).

Nomination : Baker McKenzie

Milton Cheng, Baker McKenzie

Milton Cheng, Baker McKenzie

Milton Cheng, Singapourien de 53 ans, prend la direction du cabinet Baker McKenzie au niveau mondial en tant que Chairman. Il succède à Jaime Trujillo, Chairman par intérim depuis octobre 2018, et prendra ses fonctions le 17 octobre prochain pour un mandat d’une durée de quatre ans. Aujourd’hui associé à Hong Kong, Milton Cheng a rejoint la firme en 1999 et dirige l’ensemble de la zone Asie-Pacifique du cabinet. Diplômé du King's College de Londres et spécialiste des M&A, des restructurations d’entreprise, d'immobilier et de compliance, il a été successivement admis aux barreaux de Hong Kong, d’Angleterre et du Pays de Galles. Fondé en 1949, Baker McKenzie regroupe plus de 5 000 avocats repartis entre 77 villes de 46 pays, dont 24 associés et 170 avocats et juristes à Paris.

Nomination : Bamboo Capital Partners (Genève)

Katherine Milligan, Bamboo Capital Partners

Katherine Milligan, Bamboo Capital Partners

Katherine Milligan rejoint Bamboo Capital Partners, plateforme luxembourgeoise d’investissement à impact social, en tant que responsable de la diversité et de la perspective de la parité des sexes, basée à Genève. Diplômée de Harvard, elle était directrice exécutive de la Schwab Foundation for Social Entrepreneurship. Forte de près de 20 ans d'expérience dans le secteur à impact social, elle travaillera avec les gestionnaires de fonds et les comités d'investissement pour veiller aux critères de la diversité et de la parité des sexes. Elle dirigera également le partenariat stratégique de Bamboo avec CARE Enterprises (CEI) pour investir dans des sociétés en phase de croissance en Asie du Sud et du Sud-Est, offrant des emplois dignes et une insertion économique pour les femmes et les communautés marginalisées.

Jeux vidéo : Tencent / Funcom (Chine / Norvège)

Coté à Hong Kong, le géant numérique chinois Tencent, numéro un mondial de jeux vidéo en ligne et mobiles, poursuit ses emplettes pour étoffer son portefeuille, comprenant déjà Grinding Gear Games (Path of Exile), Riot Games (League of Legends), Supercell (Clash Royale), l’éditeur français Ubisoft, Paradox, Frontier ou encore Miniclip. Il rachète 29 % du capital, la totalité détenue par KGJ Capital, basé à Oslo, valorisant la cible 123 M€, selon Reuters. Tencent devient ainsi le principal actionnaire de la société éditrice de jeux. Fondée en 1993 et basée aujourd’hui à Oslo et Badhoevedorp (au sud-ouest d’Amsterdam), la cible a  connu le succès de son dernier jeu "Conan Exiles", lancé en mai 2018, qui a vendu plus de 1,4 millions de copies en deux mois (chiffre datant de juillet 2018).

Internet : Baidu / Ctrip (Chine / Chine)

Coté au Nasdaq, le moteur de recherche chinois Baidu a réuni 1 Md$ en cédant 31,3 millions de titres de son compatriote Ctrip, coté également au Nasdaq. La cible édite une plateforme éponyme en ligne et mobile pour réservation d'hôtel, de tickets de transports et de tour organisé, elle contrôle également Skyscanner, comparateur écossais de vols en ligne. Malgré cette cession significative, Baidu reste toujours le plus important actionnaire de Ctrip. Épinglé dans plusieurs de scandales de publicités médicales en 2016 et en raison de la chute de recette publicitaire, Baidu a connu en mai dernier pour la première fois un trimestre déficitaire. Son cours, plus bas en cinq ans, fluctue autour de 100$ contre plus de 210 $ un an avant. Par ailleurs, Baidu a investi massivement dans sa plateforme de véhicule autonome baptisée Apollo, il a commencé déjà des tests avec des constructeurs de renom tels que Daimler et Ford. Sans commercialisation, le programme n'a pas encore contribué aux revenus de Baidu.

Et aussi :

Barnes prend un vol direct pour la Thaïlande et pose ses valises sur l’île de Ko Samui. À travers l’ouverture de ce nouveau bureau, l’idée est de profiter de l’essor immobilier de ce pays touristique, où la valeur des biens a augmenté de 150 % en dix ans.

Les fabricants chinois de cosmétiques Dowell et Yidai ont inauguré fin septembre leur première usine française, implantée aux portes de Lyon dans le Parc industriel de la plaine de l'Ain (PIPA). L’usine est implantée dans un bâtiment de 3 400 m² acquis en 2018 auprès du finlandais Luoman, spécialiste des abris de jardins. Elle produira des cosmétiques bio et Made in France, destinés à l'export en Chine. Le site prévoit de recruter 80 personnes d'ici les trois prochaines années.

Bonne semaine !

Une information à nous soumettre pour ce Bulletin Asie ? Écrivez nous à : chao.zhang@cfnews.net