L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture
Corporate Finance et Private Equity

Chronique

Asie : Zeta, Jean d'Estrées, medifa, Fayencerie de Digoin, FIVA, Sonia Rykiel...

PAR  | 31 juillet 2019 | 1992 mots
Sodexo Zeta

© zeta.in

Chronique Asie

Fintech : Sodexo / Zeta (France / Inde)

Sodexo , géant tricolore coté de services de restauration collective aux 20,4 Md€, s'invite dans le secteur fintech en Inde avec une participation minoritaire dans la néo-banque Zeta. Avec un pre-money de 240 M$, le groupe français devrait injecter environ 60 M$ pour un tour de table de série C pour valoriser la cible, conseillée par Avendus Capital, 300 M$ d’après la presse en Asie. Cofondée par Bhavin Turakhia et Ramki Gaddipati en 2015 et basée aujourd’hui à Bangalore, la cible propose une plateforme de services bancaires cloud-natives pour les acteurs financiers, et des solutions de paiement pour les entreprises. Ses services, disponibles en Inde, en Amérique Latine et en Asie, sont utilisés par plus de cinq banques (RBL Bank, IDFC First Bank, Kotak Mahindra Bank etc.) et fournisseurs de technologies financières, pour 14 000 entreprises et plus de 2 millions de personnes. L’entité Services Avantages et Récompenses de Sodexo travaille déjà en partenariat avec Zeta en Inde depuis 2017. Cet investissement vise à renforcer ses capacités technologiques et à accélérer sa transformation numérique à l’échelle mondiale.

Cosmétiques : Golong / Jean d'Estrées (Chine / France)

Jean d'Estrées

© Jean d'Estrées

Le distributeur chinois Golong, spécialisé dans les produits cosmétiques et de soins, s’empare de la totalité du capital de la marque française Jean d’Estrées auprès du groupe israélien Pharma Cosmetics Laboratories. Pour mémoire, ce dernier l’avait acquis en 2014. Créée il y a une soixantaine d’années par le fondateur éponyme, la marque distribue ses produits dans 500 instituts partenaires en France et dispose d’une présence commerciale dans plus de 25 pays à l'étranger. D’après la presse chinoise, elle compte aujourd’hui environ 25 personnes et réalise un chiffre d’affaires de 4 M€. Ave le nouveau propriétaire chinois, la marque tricolore souhaite lancer de nouveaux produits et accélérer sa transformation numérique. Par ailleurs, elle entend poursuivre son expansion sur ses principaux marchés comme la France, le Canada et Hong Kong, et d’ailleurs étendre ses périmètres sur les nouveaux marchés comme l’Allemagne, la Suisse, les États-Unis et la Chine.

Fondé en 2012 et basé à Hangzhou, le chinois Golong, employant environ 200 personnes, distribue principalement sur les plateformes e-commerce, notamment Tmall.com, plateforme B2C du groupe Alibaba. Il travaille avec plus de 130 marques, dont la plupart proviennent de la Corée du Sud et du Japon et se retrouvent sur 15 boutiques en ligne sur Tmall, dont les coréens SNP, Wemakeprice, le japonais Bb Laboratoires.

Matériels médicaux : medifa healthcare / Cathay Capital  (Allemagne / France)

medifa , concepteur et fabricant allemand de cloisons et de tables de salles d’opération, né en 2015, ouvre son capital à Cathay Capital pour accélérer sa croissance à l’international, en Chine notamment (lire aussi l'article CFNEWS : medifa healthcare opère son déploiement ).

Faïencerie : Fayencerie de Digoin (France / Chine)

Placée en redressement judiciaire le 25 janvier dernier, la Fayencerie de Digoin (Saône-et-Loire) a été reprise par un investisseur chinois Ke Wang après le jugement du tribunal de commerce de Mâcon. 43 emplois sur 61 devraient être maintenus sur le site. L’unique offre émanait de Ke Wang, à la tête de Keylink International dans les Yvelines, travaillant depuis des années avec la Fayencerie de Digoin. Accompagné d'un expert du secteur, Jean-Marc Lejeune, ancien directeur technique des ateliers Raynaud à Limoges, le Chinois a déboursé près de 15 000 euros pour relancer l'activité et sera soutenu par quatre prêts bancaires d'une valeur totale de 400 000 euros. Créée en 1784, la Fayencerie de Digoin a employé jusqu’à 1 200 personnes avant d’être reprise en 2016 par le groupe Bowden Services. En 2017, l’entreprise employait encore 63 personnes pour un chiffre d’affaires de 5,2 M€ avec une perte de 355 000 €.

Immobilier : Axa IM-RA / Red Planet Hiroshima Nagarekawa (France / Japon)

Après le plus grand deal hôtelier signé aux Pays-Bas (lire aussi l’article CFNEWS IMMO & INFRA Pays-Bas : le plus grand deal hôtelier signé par un Français ), AxaInvestment Managers - Real Assets (IM-RA) mène une troisième acquisition au Japon avec l'hôtel budget Red Planet Hiroshima Nagarekawa. Ce dernier est repris pour environ 37 M€ auprès de l'états-unien GreenOak IM et du hôtelier thaïlandais Red Planet. Les deux autres se trouvent à Kanazawa et à Sapporo (lire aussi l’article CFNEWS IMMO & INFRA : Axa IM-RA en vefa à Hiroshima ).

Matières premières & industries de base : Maurel & Prom - Amerisur Resources (Amérique Latine)

L’opérateur pétrolier français Maurel & Prom (voir sa fiche et deal-list) , détenu à plus de 72 % par l’indonésien Pertamina, a fait une OPA de 257 M$ (229 M€) sur son concurrent britannique Amerisur Resources. Coté à la Bourse de Londres, Amerisur qui a enregistré 108 M$ (97M€) de chiffre d'affaires l'an dernier et produit du gaz et du pétrole en Amérique du Sud, en particulier en Colombie, a rejeté l’offre la jugeant insuffisante mais a précisé qu'il étudierait toute future proposition (lire aussi dans notre chronique précédente d’Amérique Latine ).

Services & Conseils aux entreprises : FIVA / Kadego (France / Australie)

Après l’acquisition de Cadgile en octobre 2018, le Groupe FIVA, société d’ingénierie et de services née et basée à Cherbourg, renforce son positionnement en Australie avec la reprise de Kadego. Créée en 1999, la cible se spécialise dans la CAO (conception assistée par ordinateur, en anglais, computer aided design ou CAD), proposant des services d’ingénierie axés sur les nouvelles technologies. Basée à St Marys - une banlieue de l'ouest de Sydney -, elle propose à ses clients des solutions innovantes dans quatre principales activités : la réalité virtuelle, la digitalisation, la conception de produits et le prototypage. Grâce à cette acquisition, le Groupe FIVA pourra fournir un service complet d’ingénierie numérique en combinant les capacités de Kadego en matière de conception et visualisation et les connaissances en conception détaillée de Cadgile. Dirigé par son fondateur Yannick Vergez, FIVA, qui participe à des projets d’envergure allant des études à la réalisation, compte aujourd’hui un effectif opérationnel de plus de 250 ingénieurs et techniciens basés en France, en Espagne et en Australie.

Produits & Services industriels : CPS Quality / Formel D (France / Allemagne, Royaume-Uni, Chine)

En LBO avec 3I etCITIC Capital China, qui lui ont consacré 227 M€ en 2017, l’allemand Formel D bénéficiait jusqu’alors d’une exposition limitée en France. L’acquisition de 100 % du capital de CPS Quality, à l’issue de discussions menées de gré à gré avec le fondateur, Stéphane Perrot, son épouse, Emine Avci (DAF) ainsi que Merouane Semani, DG, lui permet d’accéder directement aux constructeurs français et de s’adjoindre quelque 40 M€ de chiffred’affaires supplémentaires (lire aussi l’article CFNEWS : CPS Quality sous pavillon allemand ).

Consommation : Béaba / Beijie&Beijiao (France / Chine)

Contrôlée par Bridgepoint Development Capital , la marque de puériculture de 45 M€ de revenus Béaba acquiert les activités de son distributeur en Chine, Beijie&Beijiao . Avec les activités de Beijie & Beijiao, la marque vise à déployer un « plan ambitieux » en Chine, en mettant en place une distribution ciblée via des accords de merchandising avec des retailers choisis, intensifiant sa présence on-line en renforçant ses liens avec les plateformes locales et élargissant la gamme des produits (lire aussi l’article CFNEWS : Beaba se distribue en Chine ).

Mode : Sonia Rykiel (France / Chine)

La maison de couture Sonia Rykiel a finalement mis la clé sous la porte. Les magasins sont fermés et les 135 salariés de la célèbre enseigne de mode reçoivent leur lettre de licenciement. Le jugement du tribunal de commerce de Paris est intervenu trois mois après le placement en redressement judiciaire (à savoir le 30 avril dernier) et après trois reports de la date de clôture pour le dépôt d’offres. Alors que seule une offre était restée en lice, mais ses auteurs ne se sont pas présentés à l’audience, Nicole Lévy et Julien Sedbon, issus du secteur de l’immobilier, s’engageaient à garder 39 salariés et comptaient surtout relancer la marque sur Internet. Pour mémoire, la marque avait été rachetée à 80 % en 2012 par Fung Brands, contrôlé par la famille hongkongaise Fung, ce dernier avait pris le solde du capital au début de 2016, puis cette année il avait placé la marque sous la nouvelle structure First Heritage Brands, colancée avec le fonds souverain singapourien Temasek et l’ancien de LVMH Jean-Marc Loubier. Malgré plusieurs tentatives de relance, la marque n'avait pas réussi à redynamiser les ventes. Son chiffre d'affaires l'an dernier était tombé à 35 M€, presque deux fois moins qu'en 2012 (83,7 M€) lors de l’acquisition par Fung Brands, avec plus de 30 millions de pertes.

Automobile : Baic / Daimler (Chine / Allemagne)

Le constructeur automobile pékinois Baic va débourser 2,5 Md€ pour 5 % du capital de son partenaire allemand Daimler. L’opération a pour objectif de renforcer le lien stratégique en face de la « menace » de son compatriote privé Geely. Pour mémoire, Geely, déjà propriétaire du constructeur automobile suédois Volvo Cars, de l’anglais Lotus et du malaisien Proton, avait payé 9 Md$ au début de l’année dernière pour 9,69 % du capital de Daimler, en devant le premier actionnaire du groupe propriétaire de la marque Mercedes Benz. Par ailleurs, Geely et Daimler ont créé leur première JV dédiée à l’automobile électrique. Toutefois, le Baic était jusqu’ici le seul partenaire d’opérations de Daimler en Chine.

Nouveau Fonds : SoftBank Vision II

Softbank Vision Fund, bras d’investissement du conglomérat télécom japonais, lance son deuxième méga véhicule de venture avec un objectif de levée de 108 Md$. Softbank lui-même va injecter 38 Md$ et promet plus de  diversification au niveau des LPs, contrairement au précédent, dont la plupart provenaient du Moyen-Orient. Les souscripteurs engagés sont déjà nombreux tels que Microsoft, Apple, le sous-traitant électronique taïwanais Hon Hai Precision, trois groupes bancaires japonais MUFG, SMFG et Mizuho, le fonds souverain du Kazakhstan National Investment Corporation, Standard Chartered. Goldman Sachs n’a pas été mentionné dans le communiqué de Softbank mais d’après le Wallstreet Journal, il devrait aussi investir dans ce véhicule.

Le premier véhicule avait clôturé sa levée à 97 Md$ et son ticket étant toujours autour d’1 Md$, les souscripteurs comprenant principalement les gouvernement d’Arabie saoudite et d’Abou Dabi. Dans son portefeuille, figurent des leaders de plusieurs secteurs comme ARM (valorisation de 32 Md$ et coté à Londres), Uber, Didi, WeWork, Fortress, PayTm etc.

Une information à nous soumettre pour ce Bulletin Asie ? Écrivez nous à : chao.zhang@cfnews.net