L'actualité du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture France - Corporate Finance et Private Equity

Chronique 11 juillet 2018

2297 mots

Bulletin Asie : Savoye, Zlink, Banking Circle, Secoo...

Savoye quitte Legris pour Noblelift; Allianz RE achète l'immeuble Zlink à Pékin; Secoo reçoit le soutien de L Catterton Asia ; Eramet contrôle l'australien MDL... Chaque semaine, toute l'actualité du capital-investissement en Asie Pacifique... 

Industrie : Noblelift / Savoye / Legris (Chine / France /  Belgique)

Rémy Jeannin, CEO de Savoye

Basée à Dijon, Savoye , la division intralogistique du groupe belge Legris Industries rejoint la société chinoise Noblelift, cotée en bourse de Shanghai. Contrôlée par le groupe belge familial depuis 1992, la cible, dirigée aujourd’hui par Rémy Jeannin, est le numéro un français des solutions automatisées intralogistiques, elle propose à ses clients des logiciels pour la supply chain, des systèmes mécanisés et automatisés pour la préparation de commandes, d’emballage, de stockage etc. Savoye a enregistré un chiffre d’affaires de 85 M€ l’an dernier contre 77 M€ pour l’exercice précédent, soit plus de 10 % de croissance. Avec 609 personnes, elle engrange surtout 110 millions de commandes pour la même année, alignant ainsi une progression de 43 %. La vente, orchestrée par Lazard , s’est étalée sur huit mois, Noblelift a été enfin retenu. Coté à la Bourse de Shanghai, Noblelift, toujours sous contrôle de la famille fondatrice, revendique le leadership sur le marché chinois dans les chariots élévateurs. Il a réalisé l’an dernier un chiffre d’affaires 278 M€ et emploie plus de 1 500 salariés.

Immobilier : Allianz RE / Zlink (Allemagne / Chine)

Zhongguancun à Pékin

Allianz RE, asset manager de l’assureur, réalise sa première acquisition dans l’immobilier de bureaux à Pékin, en signant le Zlink, un actif core situé dans un quartier porté par la nouvelle économie. Il acquiert auprès de KaiLong et de Goldman Sachs,  un immeuble développant 31 426 mètres carrés dans le quartier high-tech de Zhongguancun, à Pékin (lire aussi l’article CFNEWS IMMO & INFRA : Allianz Real Estate parie sur la nouvelle économie de Pékin ). Le montant de l’opération, financée en numéraire, est resté confidentiel. Allianz détiendra 98 % d’immeuble et KaiLong le solde. L’immeuble est entièrement occupé et loué par des entreprises technologiques chinoises, dont Baidu. Des utilisateurs de renom attirés par le Zhongguancun Software Park, un hub scientifique et technologique qui regroupe les plus grandes entreprises technologiques locales et internationales, comme Microsoft, IBM, Lenovo, Baidu et Didi. Premier quartier high tech de Chine, le parc abrite également les plus prestigieuses universités du pays, l’Université de Pékin et l’Université Tsinghua.

Elle n’est pas la première opération que finalise Allianz Real Estate en Chine. L’asset manager, aux 56 Md€ gérés dans le monde, a déjà investi à Shanghai, dans la Trinity Tower située dans le district de Hongkou et dans Sky Soho dans le district de Hongqiao.

E-commerce : Secoo / L Catterton Asia / JD.com (Chine / France)

IPO de Secoo au Nasdaq en septembre 2017

Coté au Nasdaq, Secoo , e-commerçant chinois dédié au secteur du luxe, a reçu une enveloppe de 175 M$ apporté par L Catterton Asia , l'unité asiatique de L Catterton (sponsorisé par LVMH et Groupe Arnault), et JD.com, géant d’e-commerce chinois. La plateforme en ligne de Secoo propose plus de 300 000 articles, couvrant plus de 3 000 marques du secteur de luxe. L’opération permet surtout une collaboration entre Secoo et les sociétés de portefeuille de L Catterton. Fondée en 2008, la cible avait compté des investisseurs de renom, dont les français Ventech et Creadev (un fonds de la familiale Mulliez), les chinois CMC Capital PartnersIDG Capital ou encore l’allemand Bertelsmann. En septembre dernier, elle a réussi son IPO au Nasdaq avec une levée de 140 M$.

Fintech : EQT / Saxo Bank / Banking Circle (Suède / Danemark, Chine)

La banque danoise Saxo cède sa plateforme de paiement B2B Banking Circle, basée à Londres et à Copenhague, au fonds EQT . L’opération valorise la cible 2 milliards de couronnes danoises (270 M€). Contrôlée par la banque danoise depuis 2013, la plateforme B2B fournit notamment des services dans les paiements cross-border, dont le montant de volume s’élève à environ 60 Md$. Pour rappel, la banque Saxo est détenue par le constructeur automobile privé chinois Geely - propriétaire de la marque suédoise Volvo - à 51,5 %, l'assureur finlandais Sampo détient, de son côté, 19,9 % (lire aussi notre bulletin précédent ).

Matières premières : Eramet / MDL (France / Australie / Afrique, Norvège) 

Le groupe minier et métallurgique Eramet aux 3,65 Md€ de revenus détient désormais 63,87 % du capital de la société Mineral Deposits Limited (MDL) dans le cadre de son OPA. L’opération a pour objectif de consolider globalement TiZir, la joint-venture détenue à parité entre MDL et Eramet et qui exerce une activité intégrée dans le domaine des sables minéralisés (dioxyde de titane et zircon) au Sénégal et en Norvège. Conseillée par Macquarie Capital et Herbert Smith Freehills, cette opération, réalisée intégralement en numéraire au prix de 1,75 dollar australien par titre, valorise la cible environ 350 millions de dollars australiens, soit environ 220 M€. La période d'offre est automatiquement étendue et se clôturera le 24 juillet prochain, sous réserve d'une nouvelle extension.

Transports : HNA / CWT (Chine / Singapour)

Plombé par 94 Md$ de dette, le conglomérat de transports aériens et du tourisme chinois HNA Group cède les actifs d’entrepôts de sa filiale singapourienne CWT International pour 534 M$. Ces actifs, situés à Singapour, seront repris par HSBC Institutional Trust Services Singapore, gérant du compte de Mapletree Logistics Trust. Lourdement endetté après une série d’acquisitions internationales audacieuses, le groupe chinois HNA a déjà successivement cédé ou réduit ses participations dans Hilton, Deutsche Bank, NH Hotels etc (lire aussi notre bulletin précédent ).

Très récemment, le président du comité d’administration Wang Jian, qui est également l’un des cofondateurs du groupe à côté de Chen Feng, est décédé des suites d’un accident à Bonnieux (PACA). Ce dernier était l’une des personnes-clés qui avait propulsé la série d’opérations croissance externe et de cessions et pour entretenir la relation avec les prêteurs bancaires. Selon le document rendu aux autorités financières, le groupe HNA devrait vendre des actifs dans son activité cœur, ses compagnies aériennes. Il est aujourd’hui à la tête de nombreuses compagnies, les chinoises Hainan Airlines, Grand China Air, Africa World Airlines (Ghana), la française Aigle Azur (48 %), la brésilienne Azul Brazilian Airlines (23,7 %) etc.

Mode : Acne Studios (Suède)

Organisée par Goldman Sachs, la vente de la majorité du capital (environ 70 ou 80 %) de la marque suédoise Acne Studios a attiré une dizaine de prétendants, dont les chinois Shandong Ruyi, propriétaire de SMCP, et le conglomérat Fosun. La marque attend une offre de 300 à 400 M€, soit 14 ou 15 fois l’Ebitda. De 2013 à 2016, elle a doublé son chiffre d’affaires pour atteindre 200 M€, mais sa croissance a stagné, notamment la vente du premier semestre est en recul. Elle a eu une grande réussite sur le marché asiatique mais n’a pas su séduire les Américains. 

Football : AC Milan (Italie)

Le fonds américain Elliott est le nouveau propriétaire de l'AC Milan. Il s'engage à injecter 50 M€ pour stabiliser les finances du clubs de football italien lourdement endetté. Le club était jusqu'ici dans les mains d’un consortium chinois emmené par un homme d’affaires Li Yonghong. Elliott l’avait aidé l'an dernier à racheter le club. Mais Li n'a pas honoré une dette arrivée à échéance, due à Elliott. Il cherchait depuis des mois de nouveaux investisseurs pour maintenir à flot le club italien. Li devait payer avant le vendredi 6 juillet quelque 32 M€ au fonds américain. En l'absence de ce remboursement, Elliott avait entamé la procédure légale lui permettant de mettre la main sur le septuple champion européen. Pour rappel, propriété de l'ancien Premier ministre italien Silvio Berlusconi, le prestigieux club avait été officiellement racheté en avril 2017 pour 740 M€ par des investisseurs Chinois menés par le mystérieux Li Yonghong. L'opération conclue, pleine de retournements de situation et de retards, portait sur le rachat de 99,93 % des parts du club, ainsi que le rachat de la dette du club, soit 220 M€ au 30 juin 2016. Le fonds Elliott a accordé plusieurs tranches de prêts au total 300 M€ pour aider les investisseurs Chinois à mener la transaction à terme. Les taux d'intérêt sont assez importants, jusqu'à 11 % pour certaines tranches selon les médias italiens.

Malgré une dette importante, le club a dépensé quelque 200 M€ l'été dernier pour recruter de nouveaux joueurs, comme le défenseur de la Juventus Turin Leonardo Bonucci. Le club s'est également retrouvé dans le collimateur de l'UEFA au sujet du fair-play financier. L'AC Milan a ainsi été exclu fin juin de la prochaine Europa League, pour laquelle il était qualifié, pour violation des règles du fair-play financier, décision contre laquelle le club lombard a fait appel auprès du tribunal arbitral du sport (TAS).

Fintech : JD Finance (Chine)

JD Finance, branche financière de JD.com (e-commerçant chinois), a levé au moins 13 milliards de yuans (environ 2 Md$) auprès d'investisseurs chinois, doublant sa valorisation avant une éventuelle IPO. L’enveloppe est apportée par, selon Reuters, CICC Capital, une filiale de China International Capital Corp (CICC), le fonds Citic Capital et BOCGI, la branche d'investissement de Bank of China. La levée de fonds de JD Finance, qui a démarré à la fin de l'année dernière, valorise la fintech à 120 milliards de yuans. Dédiés aux crédits à la consommation et des services de gestion privée, la cible, spin-off de JD.com entre 2016 et 2017, avait établi son premier tour de table en 2016 avec une levée de 6,65 milliards de yuans (930 M€) auprès de Sequoia Capital, de Harvest Investments et de l’assureur chinois Taiping Insurance (lire aussi notre bulletin précédent ).

Son concurrent Ant Financial, qui compte Alibaba comme actionnaire principal, a été valorisé à 150 Md$ le mois dernier après une levée de fonds de quelque 14 Md$, considérée comme le plus important tour de table jamais réalisé dans le monde par une entreprise non cotée (lire aussi notre bulletin précédent ).

Et aussi :

Semi-conducteur : Riber

Coté sur Euronext, Riber, fabricant de systèmes d’épitaxie par jets moléculaires (MBE) ainsi que des sources d’évaporation et des cellules destinées à l’industrie des semi-conducteurs, s’implante en Chine avec l’ouverture de sa filiale Riber Semiconductor Technology Shanghai, détenue à 100 %. Située dans le district de Baoshan à Shanghai, elle permettra au groupe tricolore de renforcer sa présence sur l’ensemble du marché local et d’offrir aux clients services complets (commercial, SAV, maintenance et fournitures de pièces détachés etc.).

Lors d'une visite du Premier ministre chinois Li Keqiang en Allemagne, plusieurs accords ont été signés entre les sociétés chinoises et allemandes, notamment dans le secteur automobile :

Batterie automobile :  

Le géant chinois des batteries Contemporary Amperex Technology (CATL), basé à Ningde (province du Fujian) et coté à Shenzhen, va s'implanter au cœur de l'Allemagne, avec un projet d'usine à Erfurt (Thuringe), ce que pourrait combler le retard allemand dans la voiture électrique. Le constructeur BMW a d'ores et déjà salué la projet de CATL, en évoquant un contrat d'une valeur totale de 4 Md€, pour équiper son futur parc de modèles électriques.

Véhicule connecté :

La société VTC chinoise Didi Chuxing coopérera avec Continental sur le véhicule connecté et intelligent. Les deux groupes vont s’appuyer sur leurs compétences dans les objets connectés et leurs connaissances dans les services de mobilité intelligents pour promouvoir les nouveaux services de transport et améliorer l’expérience client. Didi précise notamment qu’il va apporter ses compétences en traitement des données et son expertise dans l’intelligence artificielle.

Véhicule autonome :

BMW a signé un protocole d'accord avec Baidu pour rejoindre la plateforme de véhicules autonomes Apollo. Après des années de développement en interne, Baidu a ouvert la plateforme à des tiers, dans l'espoir d'en accélérer le développement et de rivaliser avec les groupes américains Tesla et Google, filiale d'Alphabet.

Bonne semaine à tous.

Une information à nous soumettre pour ce Bulletin Asie ? Écrivez nous à : chao.zhang@cfnews.net

Haut de page