L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture
Corporate Finance et Private Equity

Chronique

Bulletin Hebdo Asie : Grassman, Fujifilm, Wag, Wanda, Daimler...

PAR  | 07 février 2018 | 1620 mots
Chronique Asie

L'actualité des deals, des investisseurs et conseils en Asie compilée par nos analystes... Quoi de neuf dans le Private Equity et le M&A en Asie cette semaine?

 

- Les Deals -

Services & Conseil aux entreprises : Grassman / Tarkett (Australie / France)

Le spécialiste coté des revêtements de sol et des surfaces sportives Tarkett se renforce dans la pelouse synthétique avec le rachat de Grassman et ses 10 M€ de chiffre d'affaires (lire aussi l’article CFNEWS : Tarkett joue en Australie ). L'opération est réalisée par le biais de FieldTurf, une filiale de Tarkett spécialisée dans la pelouse synthétique. Fondée en 1991 et implanté à Botany dans l’État du New South Wales, la cible bénéficie d'une position de leader national dans la fabrication de pelouse synthétique. Sous la houlette de son fondateur et président Gary Waterford, elle est accréditée par la Fédération Internationale de Hockey.

Électronique & Informatique : Volfoni / Luxin-Rio (France / Chine)

(Mis à jour le 08/02/2018) Au terme d'un processus de vente compétitif confié à Lincoln International , Volfoni rejoint le conglomérat chinois Luxin-Rio dont il était déjà partenaire (lire aussi l'article CFNEWS :  Volfoni projeté en Chine ). Le concepteur et fabricant d'équipements 3D pour les salles de cinéma cède 100 % de son capital, détenu jusqu'alors majoritairement par les fondateurs et une partie de l'équipe. Parmi les autres actionnaires se trouvaient des business angels, Turenne Capital  à 20 % et Luxin-Rio, entré en septembre 2014 en secondaire à hauteur de 10 %.

Électronique & Informatique : Fujifilm / Xerox (Japon / Etats-Unis)

Le japonais Fujifilm Holdings va prendre le contrôle de Xerox (50,1 % du capital) et l'intégrer à leur coentreprise Fuji Xerox, en déboursant 6,1 Md$ (provenant du prêt bancaire). Il détient aujourd’hui environ 75 % dans cette JV, née il y a plus de 50 ans et opérationnelle principalement en Asie-Pacifique. Cette dernière rachètera la participation de Fujifilm (75 %) pour 6,1 Md$ environ, utilisant le produit de l'opération au rachat de 50,1 % du capital de Xerox. La nouvelle entité, une filiale de Fujifilm, conservera le nom de Fuji Xerox et disposera de deux sièges sociaux, l'un aux États-Unis, l'autre au Japon, sera cotée à la Bourse de New York. Les deux spécialistes des photocopieurs et imprimantes sont obligés de trouver des nouveaux relais de croissance dans une conjoncture peu porteuse, à savoir la transformation numérique, l’alliance permettra à Fuji Xerox de réaliser des économies d'au moins 1,7 Md$ d'ici 2022.

Mode : Tencent / Heilan (Chine / Chine)

Un consortium, composé d’un trio : le géant d’internet coté Tencent (propriétaire de WeChat et numéro un en Chine de jeux en ligne), et des deux e-commerçants JD.com et VIPshop, devrait injecter 10 milliards de yuans (environ 1,6 Md$) dans la société de la mode masculine de brick and mortar Heilan, possédant plus de 5 000 magasins en Chine. D’après Reuters, il débourse environ 5 milliards de yuans (environ 800 M$) contre 10 % du capital, puis le solde sera mis dans un fonds d'investissement pour investir dans des start-up afin de booster l’activité de Heilan. Fondée en 1997, la marque Heilan a réalisé un chiffre d’affaire d’environ 12,5 milliards de yuans (environ 2 Md$) pour les trois premiers trimestres de l’an dernier. Cotée à Shanghai, sa capitalisation boursière dépasse aujourd'hui 8,5 Md$. Le groupe Tencent a constitué une alliance d’internet à commerce physique. Elle comprend l’e-commerçant JD.com, le distributeur local Yonghui, l’activité chinoise de Carrefour, la plateforme mobile de ventes évènementielles VIPshop en s’ajoutant le nouveau partenaire Heilan.

Mobile : SoftBank / Wag (Japon / États-Unis)

La plateforme mobile Wag, mettant en relation les propriétaires de chiens et gardiens d’animaux, lève 300 M$ auprès de Vision Fund, doté de 98 Md$, géré par le conglomérat japonais SoftBank. L’opération, permettant à SoftBank de mettre la main sur 45 % du capital, porte à plus de 360 M$ le montant total des levées depuis sa création en 2014. L’an passé, Wag avait récolté 40 M$ auprès de Battery Ventures. D’après l’estimation de Wag, le marché des services aux animaux de compagnie est en plein essor, le chiffre d’affaires dans le monde s’élevait à 180 Md$, dont 69 Md$ pour le marché américain.

Fintech : Alibaba / Ant Financial (Chine / Chine)

Alibaba prépare IPO pour sa société affiliée de la fintech Ant Financial, propriétaire de la plateforme de paiement mobile Alipay. Il va récupérer un tiers des titres de la structure et lui céder, en échange, l'ensemble des brevets et droits de propriété intellectuelle. L’opération facilitera une cotation boursière, dont l’agenda n’est toujours pas divulgué mais très probablement l’an prochain, selon la presse chinoise. Ant Financial pourrait s’introduire en Bourse de Shanghai avec une cotation secondaire à New York ou Hong Kong. Lancé en 2004 par Jack Ma, le fondateur d'Alibaba, pour régler les achats sur le sites de vente en ligne comme Taobao, Alipay est devenu progressivement un empire de la fintech en Chine et a gagné de l'aura ailleurs avec la montée en puissance des touristes chinois. Pour rappel, Ant Financial avait été valorisé 60 Md$ lors sa dernière levée de fonds en 2016 (lire notre bulletin précédent ). Comme elle a considérablement grandi en taille et en activité, la valeur potentielle pour cette IPO pourrait dépasser les 60 Md$.

Divertissement : Wanda / Alibaba (Chine / Chine)

Lourdement endetté après une vague d'acquisitions à l'étranger, le conglomérat privé Wanda continue à s’alléger. Il cède environ 12,77 % du capital de sa filiale de cinéma (Wanda Film, coté à Shenzhen) à un tandem (Alibaba et Beijing Cultural Investment) pour environ 1,25 Md$. Alibaba débourse 4,68 milliards de yuans (environ 750 M$) pour s'en emparer de 7,66 % alors que Beijing Cultural Investment va prendre une participation de 5,11 % pour 3,12 milliards de yuans (environ 500 M$). Ils deviendront le deuxième et troisième actionnaires derrière Wanda, qui en possède environ 48,1 %. La cible comprend notamment deux actifs, l’un est le studio hollywoodien Legendary, l’autre est le réseau de salles cinéma comprenant notamment l’américain AMC et le chinois Wanda Cinema Line. L’opération intervient après deux cessions importantes de Wanda. Pour rappel, le conglomérat privé, qui est dans le viseur des régulateurs en raison de son endettement colossal, avait cédé l’an dernier ses activités hôtelières et des parcs d’attractions à un consortium emmené par son compatriote Sunac (lire aussi notre bulletin précédent ). Plus récemment, il a vendu 14 % du capital de sa filiale Wanda Commercial à un consortium emmené par Tencent pour 5,4 Md$ (lire aussi notre bulletin précédent ).

Automobile : Geely / Daimler (Chine / Allemagne)

Le constructeur automobile privé chinois Geely, déjà propriétaire du constructeur automobile suédois Volvo Cars, de l’anglais Lotus et du malaisien Proton, s’invite au capital de l’allemand Daimler, propriétaire de Mercedes-Benz et de Smart, d’après Reuters. L’agence britannique a indiqué que la participation devrait être inférieure à 3 %, seuil au-dessus duquel l’investisseur chinois se verrait dans l'obligation d'informer dans les règles les autorités allemandes. L’opération a pour objectif d’établir une alliance dans les voitures électriques. Le gouvernement chinois souhaite réduire la pollution dans les grandes villes et limiter sa dépendance vis-à-vis des importations de pétrole et fait pression sur les constructeurs chinois afin qu'ils développent dans les batteries électriques et les voitures hybrides. Pour mémoire, l’allemand Daimler a déjà un partenaire local Baic Motor, les deux groupes disposant d’une co-entreprise chinoise.

- Statistiques -

Immobilier

CBRE a publié un rapport sur le marché immobilier en Asie-Pacifique, intitulé « The Next Wave of Capital Deployment ». Le rapport indique que durant les trois années passées, 63 Md$ ont été investis dans cette zone, dont environ les trois quarts sont allés en Australie, au Japon et en Chine. La capacité d’investissement pour cette zone dans l’immobilier pour trois ans suivants, en comptant sur les véhicules lancés ou closés de 2014 au troisième trimestre de l'an dernier, atteindrait 53 Md$. Le courtier prévoit que d’ici 2020, cinq marchés principaux devraient attirer 43 Md$ de capitaux. La Chine continentale sera la destination préférée par les investisseurs immobiliers avec un montant estimé de 14 Md$, suivie par le Japon (11 Md$) et l’Australie (8 Md$). Les deux cités financières Singapour et Hong Kong devraient recevoir respectivement 6 et 4 Md$ d'investissements immobiliers.

Bonne semaine à tous.

Une information à nous soumettre pour ce Bulletin Asie ? Écrivez nous à : chao.zhang@cfnews.net