L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture Corporate Finance et Private Equity

M&A 2014 : rebond de l'activité en France et dans le monde Accès libre

PAR  | 793 mots

Avec deux méga-deals l'an passé, la France fait son retour sur la scène M&A internationale, passant du 10ème au 4ème rang mondial, juste derrière le Royaume-Uni, selon le dernier état des lieux de Deloitte.

D'après le dernier état des lieux de Deloitte, le marché des fusions-acquisitions semble bel et bien reparti. Alors qu'elle s'établissait à 2 232 Md$ en 2013, la valeur des transactions de M&A corporate dans le monde a progressé de 44,7 % l'an passé pour s'établir à 3 230 Md$. Concernant à la fois les opérations industrielles et les opérations de private equity, cette hausse, qui est cependant plus limitée en volume (+6,38 % entre 2013 et 2014), permet de se rapprocher des niveaux historiques d'avant crise (3 750 Md$ en 2007). Particulièrement fort au deuxième trimestre, le rebond se confirme en Europe, puisque la valeur totale des opérations réalisée dans la zone a progressé de plus de 50 % entre 2013 et 2014. En France, la croissance est encore plus forte.

Les deals M&A français ont atteint 120 Md€ l'an passé

Sami Rahal Deloitte

Sami Rahal, Deloitte

L'an passé, l'activité M&A française a, en effet, bondi de 226 % en valeur, pour atteindre 120 Md€, et de 33 % en volume, pour s'établir à 723 transactions. Et là encore, c'est au cours du deuxième trimestre que la progression a été la plus importante en termes de valeur. Entre le Q1 2014 et le Q2 2014, l'activité M&A française est ainsi passée de 17,3 Md€ à 70,9 Md€. « En 2014, la France a, par ailleurs, fait son grand retour sur la scène internationale, insistent Sami Rahal (photo ci-contre) et Vincent Batlle (photo ci-dessous), respectivement associé responsable financial advisory et des activités transactions chez Deloitte. Alors qu'elle occupait le dixième rang des plus grandes valorisations M&A, elle a, en effet, remplacé l'Allemagne sur la quatrième marche du podium. Et ce, avec une valorisation de 165,5 Md$, proche de celle du Royaume-Uni (177,1 Md$). »

SFR-Numéricable et Lafarge-Holcim

Les États-Unis et la Chine ont, quant à eux, conservé la première et la deuxième place du top 20 avec des valorisations respectives de 1 523,5 Md$ et 389,7 Md$. Dans l'Hexagone, cette hausse de l'activité M&A s'explique, en partie, par le retour des méga-deals. L'an passé, SFR a, en effet, été repris auprès de Vivendi par Numericable pour un montant de 13,36 Md€, tandis que GE a racheté les activés Energies d'Alstom pour 12,35 Md€ (lire ci-dessous). De leur côté, Lafarge et Holcim se sont engagés dans un projet de fusion permettant de donner naissance au leader mondial incontesté dans le ciment, le béton et les granulats. Cette OPE, qui doit encore obtenir l'approbation des autorités américaines et indiennes de la concurrence, devrait valoriser le nouvel ensemble 29 Md€ (lire ci-dessous).

Année soutenue pour le private equity

Dans le palmarès 2014 des dix plus gros deals M&A français, on retrouve, en outre, deux cessions par des fonds à des industriels allemands. À savoir, la vente de Diana, ancienne participation d'Ardian et Motion Equity Partners, à Symrise pour 1,3 Md€ et celle de Spotless, précédemment dans le portefeuille de BC Partners, à Henkel pour 940 M€ (lire ci-dessous). L'année 2014 a d'ailleurs été très active pour le private equity en Europe et dans le monde. Et ce, aussi bien en nombre de transactions et en valeur qu'en investissements et en cessions. Dans le monde, les valeurs de sortie des trois premiers trimestres ont, en effet, largement dépassé l'année 2013 (275 Md$ vs 300 Md$) tandis qu'elles ont atteint près de 144 Md$ en Europe - pour 601 transactions -, contre environ 85 Md$ en 2013.

Confirmation du rebond en 2015

De leur côté, les investissements des fonds sont passés de 883 opérations à 1 189 opérations, quand les valorisations ont atteint 161 Md$, contre 91 Md$ en 2013. L'activité LBO est ainsi restée soutenue, en particulier sur le large-cap avec des opérations comme TDF, Vinci Park ou Ceva Santé Animale. À ce jour, plusieurs éléments, comme la disponibilité des financements en dette et en equity à des prix faibles, le cours du baril, la dépréciation de l'Euro ou le retour de la croissance et de la confiance, laissent déjà à penser selon Deloitte que le rebond de l'activité M&A en Europe et en France pourrait se confirmer en 2015.

À voir également :

Top 20 CNEWS des plus grosses opérations de M&A en 2014

Top 20 CFNEWS des plus gros LBO en 2014

Tableau CFNEWS des sorties de LBO français en 2014

League table DD Financière 2014 : Deloitte, PwC, EY, KPMG, GT, Eight…(23/01/2015)

Lire aussi :

Alstom dit oui à GE (23/06/2014)

Spotless s'entretient chez un géant allemand (05/06/2014)

Nouveaux arômes pour Diana (14/04/2014)

SFR : Vivendi choisit Numericable (07/04/2014)

Parité: le ciment du futur couple Lafarge / Holcim ? (07/04/2014)

Voir la fiche de : DELOITTE FINANCE

Voir la fiche de : DELOITTE FINANCE (TS)

Voir la fiche de : DELOITTE FINANCE (RS)

Voir la fiche de : DELOITTE