L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture Corporate Finance et Private Equity

M&A : le marché américain en quête d'opportunités Accès libre


Dans un marché en repli, les fonds recherchent des alternatives, les corporate des bonnes affaires, résume la banque d'affaires Close Brothers.

Comme en Europe, la crise frappe de plein fouet le marché des fusions acquisitions aux Etats-Unis. Selon la dernière analyse de Close Brothers qui a compilé un certain nombre de statistiques du marché issues de Thomson, S&P, ou encore Zephyr, le marché des M&A s’est fortement détérioré depuis octobre à cause de la quasi-disparition du financement bancaire et d’une grande sélectivité des investisseurs. « La faillite de Lehman Brothers ainsi que l’arrêt des financements de dette LBO apportés par GE notamment -qui détenait une part de marché significative aux Etats-Unis - ont refroidi le monde financier », souligne Georges Elliston, associé chez Close Brothers. Les transactions sur le mid-market, entreprises valorisées entre 25 et 500 M$, se maintiennent au troisième trimestre 2008 avec un volume de 367 opérations pour près de 50 Md$ selon Thomson (graphique). Mais elles devraient se dégrader en début d’année.

430 Md$ de liquidités

Plus spécifiquement sur le segment des opérations de LBO, les mega deals ont disparu, le nombre d’opérations a diminué et les valorisations revues à la baisse, notamment sur les entreprises de petite taille. « Ce créneau est jugé plus risqué par les investisseurs américains qui préfèrent s’orienter vers des sociétés de taille moyenne, à l’inverse des français », souligne Charles Simpson d’Harris Williams & Co, banque d’affaires du mid market, partenaire de Close Brothers aux Etats-Unis depuis six ans. Selon leur étude, les investisseurs, encore riche de 430 Md$ de liquidités répartis dans les 5000 fonds, sont prêts à investir davantage de fonds propres- avec un ratio autour de 45 %- mais leur sélectivité est très grande. « Les beaux dossiers se bouclent entre huit à neuf mois aujourd’hui en comparaison de six à sept mois avant la crise à cause de due dilligence supplémentaires », commente Philippe Guezenec, associé gérant chez Close Brothers. Pour placer leur trésor de guerre, des alternatives d'investissement existent via des PIPE ou du distress. Mais pour certains, mieux vaut rendre une partie des engagements : c'est ce qu’a proposé dernièrement Permira aux souscripteurs de son quatrième véhicule. Un cas encore isolé mais qui fera sans doute des émules l'an prochain.

Des raids boursiers à prévoir en 2009

Malgré le retrait forcé des fonds, de belles transactions se sont conclues en M&A notamment dans le secteur de la santé, des technologies et de l’énergie. Sur le troisième trimestre, 401 transactions ont été conclues dans les high tech aux Etats-Unis selon Thomson Financials. L’appétit des groupes américains pour leurs homologues européens s’est fortement réduit face à la hausse de l’euro. Ils ont ainsi acheté moins de 900 entreprises européennes en 2008 contre près de 2500 en 2006. Bénédicta a été acheté par Heinz; tandis qu' en Bourse, GL Trade a été repris en Bourse par Sungard pour 400 M€ (lire ci-dessous). "Des rachats qui devraient s’intensifier dans les mois à venir en Europe et aux Etats-Unis notamment sur des cibles peu contrôlées et fortement dévalorisées », indique Georges Elliston, associé chez Close Brothers (photo). Les opportunités ne manquent pas selon les secteurs d’activité, mais le volume des transactions ne remontera qu’à la réouverture du robinet bancaire… Et nul ne peut prédire quand il aura lieu mais comme toujours l’Europe suivra les traces du marché américain.

Lire aussi:

Bénédicta, détenue par Axa PE, va rejoindre Heinz

Sungard lance une offre sur GLTrade pour 400 M€

Voir la fiche de : DC ADVISORY