L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture Corporate Finance et Private Equity

CANVIEW

Equans rejoint un industriel coté

A l'issue d'une dernière ligne droite avec trois offres, de Bouygues, Eiffage et Bain Capital, Engie cède sa filiale de services pour une valorisation de 7,1 Md€ au premier qui va former ainsi le numéro deux mondial avec 16 Md€ de revenus cumulés.

- 125 conseils
© Equans

© Equans

Le feuilleton Equans arrive à son épilogue. En juin dernier, Engie a scindé son activité en deux entités distinctes dans un souci de recentrage à destination des énergies renouvelables. Ce spin-off donnait naissance à Equans regroupant ainsi les deux tiers des activités de services de l'énergéticien français représentant un chiffre d'affaires d'environ 12,5 Md€ et 74 000 collaborateurs, dont 27 000 en France. Un mandat de vente fût confié, dans la foulée, à quatre banques, BNP Paribas, Crédit Suisse, Citi et Rothschild & Co. Outre le volet financier (une valorisation minimum de 5 Md€ exigée), Engie souhaitait des engagements sociaux et industriels de la part du futur acquéreur. Une bataille entre des industriels, Bouygues, Eiffage, Spie et des fonds d'investissement Bain Capital, Carlyle, Apollo et l'attelage CVC Capital Partners-PAI Partners. Quelques mois plus tard, le deuxième tour rassemblait le trio de stratégiques ainsi que Bain Capital et Carlyle. Ce dernier et Spie n'ont pas donné suite.

La plus importante acquisition de l'historique de Bouygues

Jérôme Stubler, Equans

Jérôme Stubler, Equans

Au final, restaient trois prétendants Bouygues, Eiffage et Bain Capital. Pour peser dans la balance, ce dernier s'est allié à Fimalac, la holding de Marc Ladreit de Lacharrière et Bpifrance. Il proposait, même à Engie de conserver une participation minoritaire. Malgré ces efforts, Equans devrait basculer dans le giron Bouygues qui le valorise 7,1 Md€ (6,7 Md€ hors dette IFRS 16), au dessus de la proposition des deux autres, soit un multiple d'Ebit supérieur à 17 fois. Une promesse d'achat vient d'être signée en ce sens. A l'issue de cette transaction d'envergure dont le closing final est prévu durant le second semestre 2022, l'énergéticien se sépare de 40 % de ses effectifs et de plus de 22 % de ses revenus globaux. Et cela ne devrait pas s'arrêter. D'autres cessions sont en cours et notamment Edel et GTT. Membre du CAC 40, Bouygues signe, ici, la plus importante acquisition depuis sa création dans les années 50. Conseillé pour l'occasion par Greenhill & Co et Crédit Agricole CIB, le groupe présent dans la construction, les médias et les télécoms finance cette opération avec un mix de trésorerie disponible et dette structurée par ses banques historiques. Ce financement ne contient pas de convenants financiers ni de clause de rating. Le montage devrait être refinancé, dans les prochains mois, par une émission obligataire.

Le numéro 2 mondial des services multitechniques

Olivier Roussat, Bouygues

Olivier Roussat, Bouygues

Equans sera intégré dans le pôle Energies & Services de son nouveau propriétaire dirigé par Jérôme Stubler, l'actuel directeur général d'Equans. Ce pôle deviendra le numéro 2 mondial des services multitechniques derrière Vinci qui vient de boucler l'acquisition des activités énergies de l'espagnol ACS (lire ci-dessous). Le nouveau périmètre représente 16 Md€ de revenus et 96 000 collaborateurs. Parmi les engagements pris lors des enchères, Bouygues ne prévoit pas, pour la filiale d'Engie, de départ contraint en Europe à un horizon de cinq ans après le closing. De plus, 10 000 emplois seront créés dans les prochaines années. Les synergies engendrées par ce rapprochement s'élèveront entre 120 et 200 M€ en année pleine dont la majorité proviendra des achats. L'objectif fixé par les parties prenantes est d'atteindre pour la réunion d'Equans et du pôle Energie & Services une marge opérationnelle courante supérieure à 5 % à moyen terme. Le premier jour ouvré suivant l'annonce de l'opération à la mi-journée, le cours de bourse de Bouygues emmené par Olivier Roussat plongeait de 5,06 % à 33,67 € par action. 

CFNEWS Newsletter

Tous les lundis et mercredis
Recevez tous les lundis et mercredis l'actualité du capital-investissement, fusions-acquisitions, corporate finance.

Les principaux rachats initiés par des industriels en France depuis janvier 2021 - ©CFNEWS.net

Retrouvez tous les articles sur : BOUYGUES GROUPE , EQUANS

Voir la fiche (descriptif, deals, synthèse, équipe...) de :

Les intervenants de l'opération EQUANS

M&A Corporate / Spin Off