L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture Corporate Finance et Private Equity

[TECH] Questel proche du statut de licorne Accès libre

Le deal de la semaine - Sept acquisitions après son LBO ter avec Raise et IK en 2015, le fournisseur francilien de logiciels et services dédiés à la propriété intellectuelle de 120 M€ de revenus est valorisé pour son LBO IV 915 M€, par Eurazeo, suivi par IK. Le management réinvestit également, croyant dans le fort développement alors que deux nouvelles acquisitions sont déjà bouclées.
Par  | 565 mots - 49 conseils
Questel

© Questel

Les informations au sujet du LBO Quartenaire de Questel sont parvenues au compte-gouttes. En LBO avec Raise depuis 2015 et IK Investment Partners depuis 2018, le fournisseur francilien de logiciels et services dédiés à la propriété intellectuelle a bouclé sa nouvelle opération, comme annoncé en novembre (lire ci-dessous), avec Eurazeo Capital, au mois de décembre dernier. Un deal, valorisé à hauteur de 915 M€, puisque le management a réinvesti un montant « très significatif », IK Investment Partners et Eurazeo Capital ayant, pour leur part, injecté chacun 175 M€ en equity. Une progression impressionnante puisque en 2018, lors de son LBO Ter, Questel était valorisé un peu plus de 225 M€ (lire ci-dessous). L'entreprise a opté pour un attelage dette unitranche de 555 M€, avec les historiques Capza, dont c'est la troisième opération avec Questel (une fois en qualité d'actionnaire, deux fois en tant que prêteur, ndlr) et Barings, Bridggepoint, ainsi que Park Square Capital et la banque japonaise SMTB. 305 M€ ont ainsi été tirés au moment du closing, le solde devant par la suite servir à réaliser de prochains build-up. Par ailleurs, la société a mis en place ici un mécanisme permettant la revue annuelle de la rémunération de l'unitranche, qui peut être améliorée en fonction de l'atteinte de certains objectifs. Le levier du montage serait, selon nos informations, à peu près de l'ordre de six fois l'Ebitda. Pour rappel, la dette unitranche lors du LBO Ter en 2018 était originellement de 130 M€, elle a finalement atteint 180 M€

Deux acquisitions déjà bouclées bientôt annoncées

Jean-Marc Fiamma, Capza

Jean-Marc Fiamma, Capza

Un Ebtida qui a par ailleurs triplé depuis cette époque. En effet, en l'espace d'un peu plus de deux ans, Questel aura notamment réalisé sept acquisitions à l'étranger (voir fiche société). L'entreprise, qui salarie plus de 900 personnes à travers le monde, articulait ses revenus autour de son offre de Saas dédiée aux dépôts de brevets. « Le groupe a progressivement ajouté à sa solution historique Orbit (base de données et outils de recherche) des briques logicielles et de services pour compléter son offre. Il couvre aujourd'hui l’intégralité du cycle de l’innovation, explique Jean-Marc Fiammapartner au sein de Capza. Désormais, l’offre de Questel couvre la recherche et l’analyse d’antériorité de brevets ou de marques, le dépôt et la traduction des brevets, le calcul des annuités et la gestion de l’innovation. Questel s’est imposé en quelques années comme un des leaders mondiaux de ce marché en forte croissance. » La société, qui a bouclé l'exercice 2020 avec près de 120 M€ de chiffre d'affaires, soit près de trois fois ses revenus de 2019, est le deuxième acteur mondial du marché de la propriété intellectuelle, derrière CPA Global, basé à Jersey. Questel demeure insatiable, et aurait déjà réalisé, depuis le bouclage de son dernier LBO, deux acquisitions, une en France ainsi qu'une à l'étranger, qui devraient être annoncées d'ici les prochaines semaines. L'importante ligne dédiée aux build-up, qui a été mise en place, pourrait être amenée à augmenter si le pipe d'acquisitions grossit.

Top 10 des LBO post confinement

Top 10 des LBO post confinement - ©CFNEWS.net

Voir la fiche de : QUESTEL

Voir la fiche de : EURAZEO

Voir la fiche de : IK INVESTMENT PARTNERS

Voir la fiche de : RAISE

Les intervenants de l'opération QUESTEL

[Véhicule]

BioTech, FinTech, MedTech... Suivez tous les deals et mouvements de la TECH sur les réseaux sociaux.