L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture Corporate Finance et Private Equity

N.D.

Marco Polo Capital prend une participation majoritaire dans Galoe

Le fonds de retournement va apporter au holding des laboratoires V2 Med et Projed une assise financière plus solide, notamment en termes de fonds de roulement.

Lire plus tard

Oddo AM investit 2 M€ dans France Eoliennes, le segment de la micro-éolienne

Oddo AM ne doit pas regretter, en lançant son activité private equity en 2006, d’avoir choisi de se consacrer à l’éco-innovation. Le segment des « cleantech » en effet se développe fortement. Ainsi, selon le tout dernier indicateur Chausson Finance, 27 jeunes pousses dans les « cleantech » (énergie solaire, électrique, biomasse, éoliennes, eau, traitement des déchets, dépollution des sites, etc..) ont su lever 63 M€ auprès des professionnels du capital-risque (lire article investissements VC's en 2007 ). Et le semestre précédent, le montant atteignait déjà 50 M€. Encourageant pour l’Hexagone un peu à la traine par rapport à l’Espagne et l’Allemagne et quand on sait qu’au niveau mondial l’enveloppe est passée à 3 Md$ l'an dernier (contre 2,1 Md$ en 2006) pour 221 transactions (contre 173 l'année précédente), soit une augmentation de près de 28 % (lire aussi "les cleantech attirent les VC's ).Des éoliennes à domicile Ainsi Oddo AM, après avoir financé au semestre dernier Naskeo (biomasse) et Airinspace, avec Matignon Investissement, vient d’injecter 2 M€ dans France Eoliennes. Cette jeune pousse créée en 2006 s’est déjà hissée comme le leader français du micro-éolien permettant aux particuliers (PME, collectivités locales, exploitants agricoles) d’assurer leur indépendance énergétique. « Leur puissance varie de 2 à 20 kW et leur hauteur ne dépasse pas 12 m, ce qui évite d’avoir recours au permis de construire », explique Christophe Chausson, conseil pour cette levée. Le fondateur Frédéric Bénédite compte sur cet argent frais pour accélérer son développement tant en France qu’à l’international.

Lire plus tard
Les Confidentiels de CFNEWS

France Eoliennes récolte 2 M€ auprès d'Oddo AM

Le spécialiste de la micro-éolienne né en 2006 investit le créneau du particulier

Lire plus tard

CTN entame son LBO ter

Fort plus de 30 M€ de chiffres d’affaires, le fournisseur de produits d'aménagement d'espace sur les salons quitte Atria pour...

Lire plus tard

Wavecom s’empare d'Anyware Technologies

Wavecom valorise 12,6 M€ l'éditeur de logiciels toulousain

Lire plus tard

Croissance record pour le capital investissement en 2007

En 2007, 12,6 milliards d'euros ont été investis par les acteurs français du non-coté, pour l'essentiel avant l'été. Si en 2008 les gros LBO continuent d'être touchés par la crise financière, le capital développement et le capital risque poursuivent leur progression.

Lire plus tard
Groupe M6

M6 Web négocie l'acquisition de Cyréalis

La filiale internet du groupe de télévision a entamé aujourd'hui des négociations exclusives pour acheter une PME lyonnaise spécialisée dans les sites thématiques.

Lire plus tard

Patrick Malka, Dg de Xilam Animation, rejoint François Véron chez Newfund Management

François Véron sait séduire les managers de talent. L’inspecteur des finances, ex directeur de participations du fonds Cita qu’il a quitté l’an passé, a non seulement déjà réuni une vingtaine d’entre eux pour investir dans son fonds Newfund (en cours d’agrément auprès de l’AMF) créé en septembre dernier, mais il vient de convaincre Patrick Malka (photo) de le rejoindre à compter de début avril. Un « changement de carrière » murement réfléchi par ce dernier qui abandonne donc son poste de directeur général de Xilam Animation où il exerçait depuis 2002. Pour rappel, c’est au sein de cette société de production audiovisuelle, cotée sur Eurolist et réalisant en 2007, 15 M€ de chiffre d’affaires, que les deux nouveaux associés se sont rencontrés. Mais à cette époque tout n’était pas rose pour Xilam. En proie à une crise sérieuse, la société recherchait justement des partenaires financiers, et Cita, via François Véron, a su l’accompagner lors du plan de relance. « Le fait de se connaitre est crucial, commentent les deux associés et notre association faisait du sens car nous sommes complémentaires ». Patrick Malka, qui endossera les fonctions de secrétaire général du fonds et d'operating partner , « va mettra à la disposition des chefs d’entreprise des ressources clés, tant dans les procédures financières et comptables que dans l’assistance pour leurs opérations, notamment de croissance externe », poursuit François Véron. Une expérience diverse à la disposition des managers Son expérience technique et opérationnelle acquise notamment dans les PME du monde des medias et divertissement lui permet en effet d’accompagner les futures sociétés en portefeuille quel que soit leur stade de développement. Pour rappel, ce titulaire d’une maîtrise de sciences et techniques comptables et financières à Dauphine a commencé dans l’audit chez Ernst & Young, puis a travaillé quatre ans chez Gaumont avant de rejoindre Cryo où il pilote l’IPO de Cryonetworks (150 M€ de capitalisation), moult acquisitions mais aussi une crise liée à la bulle Internet conduisant à plusieurs plans sociaux, puis il entre chez Xilam. Un parcours qui sonne ainsi comme une évidence pour François Véron (photo) à la recherche du partenaire idoine. « L’ambition de Newfund, qui restera minoritaire, est d’accompagner de façon personnalisée les chefs d’entreprise », rappelle-t-il. Newfund1, dont l’objectif est d’atteindre 80 M€ a déjà réuni plus d’une quarantaine de millions d'euros de souscriptions auprès de managers et entrepreneurs ! La phase de levée auprès des investisseurs institutionnels va bientôt commencer et un premier closing d’ici fin juin est attendu. Installé dans ses nouveaux bureaux du boulevard Haussmann, Newfund complètera aussi son équipe avec deux directeurs de participations (lire aussi cet article )

Lire plus tard
Nominations  | Fonds

Les traiteurs alsaciens Pierre Schmidt et Stoeffler s'unissent. Une sortie pour PAI. Cérea Mezzanine finance le montage

La charcuterie alsacienne du bas-Rhin se rapproche. Il y a un mois environ le groupe familial né en 1911, Pierre Schmidt, annonçait son intention de racheter son grand concurrent régional Stoeffler, basé à Obernai. C'est Messis Finances, la structure de conseil en M & A d’Unigrains fondée l’an passé, qui était mandaté par l’acquéreur basé à Weyersheim et fort de plus de 70 M€ de chiffres d’affaires.L'opération a trouvé son heureux dénouement vendredi soir avec en outre, l'approbation par la direction générale de la concurrence. PAI avait repris Stoeffler en 1998 à Danone Pierre Schmidt reprend ainsi la totalité du capital du spécialiste de la choucroute, Stoeffler, qui depuis début 1999, évoluait dans le portefeuille du fonds PAI. Ce dernier, qui en détenait depuis lors 75 % -le solde appartenant au fondateur Bernard Stoeffler-, l’avait acquis auprès de Danone pour une cinquantaine de millions d’euros. Il réalise aujourd’hui 86 M€ de chiffre d’affaires. « Tous deux sont présents sur le marché de la charcuterie et des produits traiteurs frais en grande distribution et dans la restauration; aussi, cette opération leur permet d'accroître leur taille critique et leurs synergies », indique Elie Auriac, le DG de Messis Finance. Stoeffler, qui pour sa part était conseillé par Natixis (Pascal Bridier) et Willkie Farr (Daniel Payan) est davantage présent dans le libre-service tandis que l’on croise la marque Pierre Schmidt plutôt aux rayons coupe et traiteur. Ils vont en outre développer l’export, encore minoritaire dans le chiffre d’affaires. Un mix equity-mezanine mené par Cerea Mezzanine La fusion donne naissance à un des premiers traiteurs français fort de 170 M€ de chiffres d’affaires et employant près de 700 personnes. Le prix de la transaction n’est pas divulgué mais selon nos informations, les Ebitda respectifs sont de l’ordre de 5 % et la valorisation s’est effectuée sur un multiple de 7. Le financement de l’opération s’est réalisé par un mix equity mezzanine apporté par Cerea Mezzanine (Pierre Geerolf), mais aussi Fortis, CIC et Nexicap. BNPP, CIC et Banques Populaires ont financé la dette bancaire. Selon Elie Auriac, « le montage peu leveragé laissera au nouvel ensemble les moyens necessaires pour son developpement ».

Lire plus tard

SPEF LBO mène la transmission du groupe Athome

SPEF LBO vient de prendre une participation majoritaire dans le capital du groupe Athome. Créé en 1979 à Grenoble par les deux frères De Laporte, Athome est spécialisé dans la gestion de flux documentaires pour les syndics de copropriété, comme les convocations aux assemblées générales par exemple. Les fondateurs, qui ont mandaté Deloitte, ont confié les rênes à l'actuel dirigeant Ivan Dum. Athome, dont le siège est aujourd’hui à Paris, possède six agences réparties sur l’ensemble du territoire français, emploie une quarantaine de personnes et génère un chiffre d’affaires d’environ 15 M€. « C’est une entreprise qui se porte bien », précise Laurent Allégot, le directeur général du fonds spécialisé dans les mid cap.

Lire plus tard
LBO Article

SGCC rejoint Tiama détenu par LBO France

Les deux acteurs du contrôle du verre creux se marient pour créer un acteur de référence. Atria cède ainsi SGCC qu'il détenait depuis début 2005.

Lire plus tard

Pragma Capital boucle son 2eme fonds à 345 M€

Mission réussie haut la main pour Pragma Capital. Le fonds de LBO mid-cap qui avait levé 236 M€ en 2002 pour son premier véhicule vient de boucler son deuxième à 345 M€. " Nous avions un objectif de 300 M€ avec un cap à 350 M€", rappelle Jean-Pierre Créange , son président (photo). Entreprise dès l'an passé, la levée s'est faite en deux temps avec un premier closing en mars dernier pour la moitié de la collecte. "Quasiment tous nos souscripteurs français sont revenus", poursuit-il. Ce fut ainsi le cas d'Axa, BNP, Banco Espirito Santo ou encore l'anglais Caledonia. Mais l'ambition était d'élargir la collecte auprès de nouveaux LPs étrangers. Pour ce faire et après un appel d'offres pour trouver le leveur de fonds idoine, Pragma Capital a confié la mission à Deloitte au Royaume-Uni. "Fin décembre, nous avions quasiment tous les accords, avec des institutions européennes très diverses, notamment anglaise, écossaise, portugaise, allemande et belge". Les derniers documents viennent de se finaliser et les LPs étrangers représentent une petite moitié de la collecte totale.Investissements récents dans Demeco et Retif Pragma n'a pas attendu le closing final pour investir ce second FCPR, arrangé juridiquement par Salans. En juillet et septembre 2007, le fonds prenait une part majoritaire dans les sociétés Demeco (déménagement) et Retif (produits d'équipement pour les professionnels) dont c'est déjà le 3eme LBO après ceux d'Alpha, puis de Barclays PE et ABN Amro Capital. Ces deux derniers, pour rappel, sons restés au tour de table avec 20 % du capital.Il a aussi investi dans Keolis (opérateur de réseaux de transports) lors de sa cession à Axa PE en avril dernier. Coté cessions, Pragma avait cédé ses parts dans Fraikin et Eutelsat fin décembre 2006 et également vendu Tractel (levage et manutention) en mai 2007. Des plus-values qui ne sont pas étrangères à l'intérêt des souscripteurs pour ce fonds mid-cap dont la philosophie reste inchangée. Investir en majoritaire dans des PME mid cap valorisées entre 50 et 250 M€ avec des tickets compris entre 10 et 45 M€. Conscient du ralentissement du marché, Pragma n'exclut pas de réaliser néanmoins deux autres investissements cette année et se concentre sur le build up pour ses sociétés en participation. Sur Rétif il finalise ainsi, en ce moment, une première acquisition à l'étranger.

Lire plus tard
Les Confidentiels de CFNEWS