L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture Corporate Finance et Private Equity

N.D.

Argos roule avec le transporteur Mertz

Début d’année prometteur pour Argos Soditic qui reprend en MBI, Mertz, aux côtés d’un nouveau dirigeant, issu des métiers connexes du groupe et Jérôme Begey, l’actuel directeur opérationnel présent depuis trois ans. Il s’octroie 80% du capital du transporteur spécialisé en matières dangereuses et de conteneurs, suite à la sortie d'IGF Capital retournement, actionnaire depuis 2006 de Mertz Conteneurs. Forte de ses 400 employés, cette entreprise familiale basée à Pont-l’Evêque depuis sa création en 1944, et dirigée actuellement par la deuxième génération, a réalisé en 2007 un chiffre d’affaires de 43 M€, avec un parc de 300 tracteurs sur la région du grand Ouest. Un développement qui s’est consolidé au cours du temps autour de l’activité historique de transport routier de produits pétroliers et de matières dangereuses, logé dans Mertz SA, qui représente plus de la moitié du chiffre d’affaires. Parallèlement l’activité de transport de conteneurs maritimes de Mertz Conteneurs, basé au Port du Havre, offre des foyers de croissance importants, au regard des investissements publics importants réalisés pour moderniser le port normand, en vue de tripler son trafic d’ici 5 ans. « Cette opération de transmission capitalistique et managériale s’inscrit dans la poursuite de l’organisation et la structuration construite par la famille Mertz » indique Gilles Lorang, directeur de participation chez Argos Soditic. Cette acquisition, valorisée entre 20 et 50 M€, avec un levier ide dette inférieur à deux fois l’Ebitda, permettra de supporter les futurs investissements générés par les activités du groupe . Argos Soditic : Gilles Lorang, Jérémie Falzone - Conseils investisseur : financier : MD Conseil (Michel Duval) ; due diligences : comptable et financière : PwC TS (Didier Sidois, Xavier Klein), fiscale : Arsene-Taxand (Frédéric Donnedieu de Vabres, Franck Chaminade), assurances : Aon (Christian Mergier, Patrick Rouit), évaluation BSA : Wagram CF (Paul Le Clerc, Stéphane Préfol), stratégique : Arthur D. Little (Raymond Amour, Didier Schreiber) ; juridique : SJ Berwin (Maxence Bloch, William Robert) - Dette : senior : arrangeur : Banque BSD-CIN (Gérald Miray, Mathieu Sollet), SG (Dominique Leroy), Crédit Agricole de Normandie (Jean-Paul Soulbieu)

Lire plus tard

Seventure acquiert 10 % de Sidetrade sur Alternext

Seventure, filiale de Natixis, a acquis 10% de Sidetrade, un « pure player » du SaaS , coté sur Alternext depuis juillet 2005. Fondé en 2000 par Olivier Novasque, qui en détient 35%, ce leader des solutions de Cash & Credit Management dédiées à la réduction des BFR, compte aussi dans son giron XAnge, Apollo Invest et LC Capital. Fort d'un business model éprouvé et une bonne visibilité sur le carnet de commandes, actuellement de 17,5 M€, « Sidetrade est idéalement positionné, précise Marion Aubry, directeur de participations du VC : les solutions Saas sont promises à une croissance supérieure à 22% par an entre 2007 et 2011 ». Plus de 200 entreprises dans les pays de la zone euro et sur le continent américain sont clientes des services de Sidetrade qui emploie plus de 200 personnes et a réalisé un chiffre d'affaires de 7,3 M€ en 2007.

Lire plus tard

Seventure acquiert 10 % de Sidetrade sur Alternext

Seventure, filiale de Natixis, a acquis 10% de Sidetrade, un « pure player » du SaaS , coté sur Alternext depuis juillet 2005. Fondé en 2000 par Olivier Novasque, qui en détient 35%, ce leader des solutions de Cash & Credit Management dédiées à la réduction des BFR, compte aussi dans son giron XAnge, Apollo Invest et LC Capital. Fort d'un business model éprouvé et une bonne visibilité sur le carnet de commandes, actuellement de 17,5 M€, « Sidetrade est idéalement positionné, précise Marion Aubry, directeur de participations du VC : les solutions Saas sont promises à une croissance supérieure à 22% par an entre 2007 et 2011 ». Plus de 200 entreprises dans les pays de la zone euro et sur le continent américain sont clientes des services de Sidetrade qui emploie plus de 200 personnes et a réalisé un chiffre d'affaires de 7,3 M€ en 2007.

Lire plus tard

Edmond de Rothschild Capital Partners plonge dans NextPool

Edmond de Rothschild Capital Partners, qui vient de lever son deuxième véhicule à 300 M€ (lire article..). investi les dernières billes de son premier fonds dans Nextpool, basée au Mans,. Il prend ainsi le relais d’Evolem et de Garibaldi Participations, au côté du dirigeant, Régis Roux, qui augmente à cette occasion sa participation de 15 %. Selon nos informations, la cible aurait été valorisée dans une fourchette de 50 à 75 M€. Une belle affaire puisque le fabricant d’équipements de piscines sur mesure enregistre une croissance organique de 10 % par an et détient 25 % de part de marché avec un chiffre d’affaires atteignant 44 M€ en 2007. Depuis sa création en 2004, le groupe a multiplié les acquisitions en vue de construire des marques leader ou co-leader sur chaque ligne de produits : Abriblue sur les volets de sécurité, repris en 2004, Albon sur les liners, Albigès pour les couvertures, tous deux rachetés en 2005, et Sterilor dans les électrolyseurs de sel (traitement de l’eau) acquise en 2006. Il est vrai que le groupe a bénéficié d’un marché en fort développement porté par l’obligation imposée par la loi de janvier 2003 de l’installation de systèmes de sécurité dans les piscines privées et l’effet canicule de l’été de cette même année. Fort de ses quatre sites de fabrication et stockage employant 170 collaborateurs, le groupe affiche ses ambitions de croissance organique, de déploiement du marché de renouvellement -notamment sur celui des liners- et de celui de l’équipement, en particulier sur les volets roulants. « Les relais de croissance offerts par les marchés à l’international ne sont pas oubliés, en particulier celui de l’Espagne, qui représente près de la moitié du marché français, 2e marché derrière les Etats-Unis. Même si des opérations externes ne sont pas exclues, il est prévu, dans un premier temps de créer une joint-venture avec un Espagnol d’ici l’été » précise Thomas Mitard, associé du fonds. Edmond de Rothschild Capital Partners : Thomas Mitard, Olivier Dubs Conseils acquéreur : due diligences financière : EY TAS (Pierre Jouanne, Florent Myara), due diligences stratégique : Estin (Jean Berg), due diligences industrielle : Siris (Marc Monat), assurances : Marsh (Anne Moisselin), immobilier : Atis Real (Errol Iaich) ; juridique : Orsay (Samira Friggeri, David Sitruk) – Conseils juridiques : cédant : Alcya Conseil (Laurent Simon) ; management : Lamy Lexel (Michel Masoero) – Dette senior : CIC Lyonnaise de Banque (Christian Le Floch, Laurent Sallet) ; mezzanine : Paris Orléans (Emmanuel Roth, Julie Guerrand-Hermès) ; conseil juridique : De Pardieu Brocas Maffei (Jean-François Pourdieu, Corentin Coatalem)

Lire plus tard
LBO  | LBO Bis

Edmond de Rothschild Capital Partners plonge dans NextPool

Edmond de Rothschild Capital Partners, qui vient de lever son deuxième véhicule à 300 M€ (lire article..). investi les dernières billes de son premier fonds dans Nextpool, basée au Mans,. Il prend ainsi le relais d’Evolem et de Garibaldi Participations, au côté du dirigeant, Régis Roux, qui augmente à cette occasion sa participation de 15 %. Selon nos informations, la cible aurait été valorisée dans une fourchette de 50 à 75 M€. Une belle affaire puisque le fabricant d’équipements de piscines sur mesure enregistre une croissance organique de 10 % par an et détient 25 % de part de marché avec un chiffre d’affaires atteignant 44 M€ en 2007. Depuis sa création en 2004, le groupe a multiplié les acquisitions en vue de construire des marques leader ou co-leader sur chaque ligne de produits : Abriblue sur les volets de sécurité, repris en 2004, Albon sur les liners, Albigès pour les couvertures, tous deux rachetés en 2005, et Sterilor dans les électrolyseurs de sel (traitement de l’eau) acquise en 2006. Il est vrai que le groupe a bénéficié d’un marché en fort développement porté par l’obligation imposée par la loi de janvier 2003 de l’installation de systèmes de sécurité dans les piscines privées et l’effet canicule de l’été de cette même année. Fort de ses quatre sites de fabrication et stockage employant 170 collaborateurs, le groupe affiche ses ambitions de croissance organique, alimenté par le déploiement du marché de renouvellement -notamment sur celui des liners- et de celui de l’équipement, en particulier sur les volets roulants. « Les relais de croissance offerts par les marchés à l’international ne sont pas oubliés, en particulier celui de l’Espagne, qui représente près de la moitié du marché français, 2e marché derrière les Etats-Unis. Même si des opérations externes ne sont pas exclues, il est prévu, dans un premier temps de créer une joint-venture avec un confrère espagnol d’ici l’été » précise Thomas Mitard, associé du fonds. Edmond de Rothschild Capital Partners : Thomas Mitard, Olivier Dubs Conseils acquéreur : due diligences financière : EY TAS (Pierre Jouanne, Florent Myara), due diligences stratégique : Estin (Jean Berg), due diligences industrielle : Siris (Marc Monat), assurances : Marsh (Anne Moisselin), immobilier : Atis Real (Errol Iaich) ; juridique : Orsay (Samira Friggeri, David Sitruk) – Conseils juridiques : cédant : Alcya Conseil (Laurent Simon) ; management : Lamy Lexel (Michel Masoero) – Dette senior : CIC Lyonnaise de Banque (Christian Le Floch, Laurent Sallet) ; mezzanine : Paris Orléans (Emmanuel Roth, Julie Guerrand-Hermès) ; conseil juridique : De Pardieu Brocas Maffei (Jean-François Pourdieu, Corentin Coatalem)

Lire plus tard
LBO  | LBO Bis Article

Médipôle Garonne reçoit 5,5 M€

ICSO-IRDI et GSO, fonds du Crédit Agricole, participent pour 5,5 M€ dans la création de Médipôle Garonne, le nouveau complexe médical toulousain dédié au sport.

Lire plus tard

Le capital-investissement européen accuse un net recul au 4eme trimestre 2007

Le dernier barometre Candover-Incisive Media le confirme : la valeur des transactions du non coté européen s'effondre au 4eme trimestre. Pour autant la valeur des opérations sur l'année reste stable à 187 Md€. Il est vrai que le début d'année avait engendré de tres gros LBO dont celui d'Alliance Boots.

Lire plus tard
LBO  | Études Etude

Dorotennis fête ses 30 ans en se mariant avec BCBGMaxazria

BCBGMaxazria s’empare de Dorotennis et sort d' Argos Sodotic. C'est une longue histoire qui avait unie le fonds de LBO mid-cap et le spécialiste du sportswear féminin puisque ce dernier était entré une première fois dans son capital en 1991, avant de le céder à Fila, quatre ans plus tard. Mais, déçue par l’apport industriel de la société italienne, la famille Baur, fondatrice et actionnaire minoritaire, avait alors retrouvé Argos pour un deuxième MBO fin 2000 alors valorisé 14 M€. Un chiffre d'affaires de 22 M€ Sept ans plus tard, Dorotennis, dirigée par la fille du fondateur, Isabelle de Bardies, s’affilie au groupe californien BCBG, créé en 1989 par le Français Max Azria. Elle est confiante, cette fois-ci dans les « synergies de tous ordres » qui pourront permettre à la marque de se développer, notamment à l’international. Avec une vingtaine de boutiques à enseigne et 110 collaborateurs, elle génère un chiffre d’affaires de 22 M€, soit près du double depuis la première rencontre avec Argos. « L’accompagnement de la société, au moment où la distribution était dominée par la multimarque, vers la création d’un réseau en propre a été déterminant pour consolider la visibilité de la marque » commente Louis de Lestanville, directeur de participations chez Argos. Pour le groupe BCBG c’est aussi l’occasion de prolonger l’esprit de la marque, puisque « Dorothée Bis », était déjà tombé dans son escarcelle en 2003.

Lire plus tard

Lever de rideaux ouvre 30 % de son capital à Sigefi PE

L'agence événementielle réalisant 30 M€ de chiffre d'affaires signe un OBO avec Siparex

Lire plus tard

Akka Technologies reprend Coframi

La société parisienne de conseil en haute technologie Coframi, qui avait fait l'objet d'un plan de sauvegarde adopté par le Tribunal de Commerce de Paris le 4 septembre dernier a été in fine reprise par le lyonnais coté sur Eurnonext, Akka Technologies. Acceptée par la direction de la concurrence, la reprise concerne l’intégralité des titres pour un montant inférieur à 10 % de la dette qui s'élevait à 71 M€. Son chiffre d'affaires s'élève à 130 M€ et elle emploie 2200 personnes au travers de ses filiales. Les actions mises en place par le repreneur fort de 3000 collaborateurs et générant un chiffre d’affaires de 200 M€, doivent permettre à Coframi de rejoindre en 2010 le niveau de rentabilité du groupe.

Lire plus tard