L'actualité du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture France - Corporate Finance et Private Equity

CFNEWS Magazine

Femmes dans le private equity : la relève se prépare

PAR  | 01 février 2018 | 408 mots

L’année 2017 s’est achevée sur une promotion forte en symbole : l’accession de Virginie Morgon à la tête d’Eurazeo. La brillante quadra, ancienne de Lazard et membre du directoire d’Eurazeo depuis dix ans, s’installera en mars prochain dans le fauteuil de Patrick Sayer. Une succession naturelle si ce n’est qu’une carrière féminine de ce niveau reste exceptionnelle dans le secteur du private equity. Une hirondelle n’annonce peut-être pas le printemps mais amorce en tout cas l’impulsion du changement dans un des derniers bastions de résistance à la féminisation. « Il y a dix ans, c’était un non-sujet, voire un hors-sujet qui vous faisait passer pour une féministe hystérique, confie une quadra qui a passé vingt ans dans le secteur. Aujourd’hui, même les dirigeants de sociétés de gestion les plus conservateurs assurent faire des efforts pour féminiser leurs équipes. »

Bien sûr, il y a les discours qui n’engagent que ceux (ou plutôt celles) qui y croient, mais au-delà de ces bonnes intentions de façade, il est indéniable que les rares femmes arrivées à percer le plafond de verre se saisissent plus volontiers du rôle de modèle, s’emparant de leur bâton de pèlerin pour évangéliser les rangs de leurs « successeures » et assurer la relève. « Je m’implique personnellement auprès des jeunes stagiaires pour les inciter à faire carrière dans le private equity et battre en brèche les préjugés qui les empêchent de se projeter dans le secteur », confie Sophie Chateau, associée qui chapeaute les relations investisseurs chez LBO France depuis 2015. Après avoir été pendant treize ans en charge du suivi des investissements directs chez Chevrillon & Associés, le déclic s’est fait en 2008, quand la fonction a dû être réinventée : « Le métier était en mutation, et les relations investisseurs rehaussées à un niveau stratégique nécessitaient une fine connaissance de l’investissement ». Parmi les treize membres du comité exécutif du fonds mid-cap on retrouve, outre Sophie Chateau, deux autres femmes (23 %, c’est plutôt mieux que la moyenne du secteur !) ; la CFO, Marie-Astrid Auriol et la responsable de l’activité immobilier, Stéphanie Casciola.

Lire la suite sur CFNEWS Magazine - en accès libre