L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture
Corporate Finance et Private Equity

CFNEWS Magazine

Transformation : les conseils indépendants se structurent

PAR  | 12 avril 2019 | 369 mots

Face à la diversité des missions, les conseils financiers dédiés à la transformation doivent aussi s’adapter. Nouveaux départe-ments, croissance externe ou ouverture du capital sont étudiés.

Le monde du conseil en transformation et en amélioration de la performance connaît une période faste mais doit aussi s’adapter à la demande des clients face aux nouveaux enjeux économiques et technologiques. Si les Big 4 et les acteurs historiques du conseil stratégique, BCG, Alix Partners, Bain, Roland Berger restent très présents sur les grands comptes, d’autres acteurs ont su se faire leur place en orientant leurs offres vers les PME, ETI ou les fonds d’investissement. Issu d’un carve-out de Duff & Phelps en janvier 2014, June Partners est un exemple réussi. Employant 70 personnes dont la moitié de profils senior, le conseil cible comme clientèle des entreprises générant un chiffre d’affaires entre 100 M€ et 1 Md€ avec un coeur de cible entre 100 et 300 M€. Aujourd’hui, fort de 18,3 M€ de revenus, sa proposition de valeur tourne autour de trois axes qui représentent un tiers de l’activité chacun, les questions opérationnelles - en excluant la fonction finance et ressources humaines -, l’amélioration de la performance financière et la levée de financement. Cette dernière partie se retrouve peu dans les structures de conseil opérationnel. Marc-Antoine Cabrelli, son fondateur tient à préciser : « Nous ne sommes pas une banque d’affaires. Notre but est d’accompagner nos clients dans des dossiers présentant une complexité plus importante pouvant être due par exemple à un contexte de sous performance, des tensions actionnariales, des mutations technologiques… ». Il a ainsi épaulé, l’an dernier, l’OBO sponsorless de la chaîne de restaurants, le Paradis du Fruit, permettant la sortie de Naxicap Partners, actionnaire minoritaire et la levée d’un financement de 35 M€. Il est aussi intervenu sur la demande de son actionnaire, Andera Partners sur Potel & Chabot, le leader français des réceptions de prestige pour améliorer la fonction finance. 

Lire la suite sur CFNEWS Magazine - en accès libre