L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture
Corporate Finance et Private Equity

TECH

[TECH] EcoVadis évalue un très gros tour

PAR  | 10 janvier 2020 | 867 mots - 18 conseil(s)
EcoVadis

© EcoVadis

L'éditeur d'une plateforme Saas de notation de fournisseurs selon des critères ESG, soutenu par Partech depuis 2016 et dont le chiffre d'affaires a progressé de 40 % sur cinq ans, fait une place de gros minoritaire à CVC Capital Partners qui mise 180 M€ en augmentation de capital et rachat de titres.

Si 2019 fut marquée par plusieurs tours à trois chiffres en millions dans la tech française, comme ceux de Doctolib et Meero (lire ci-dessous), la nouvelle année débute par une opération du même ordre. EcoVadis, éditeur d'un logiciel Saas de notation de fournisseurs selon des critères ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance), s'accorde avec CVC Capital Partners autour d'un investissement de 180 M€ (200 M$). Une fois l'opération bouclée à la fin du mois, la pépite française, accompagnée à nouveau par GP Bullhound, ne verra pas tout cet argent augmenter son capital puisque une partie secondaire non négligeable sert à alléger certains actionnaires existants, dont Partech Growth et des business angels. Les dirigeants co-fondateurs Frédéric Trinel et Pierre-François Thaler ont tenu à ce que les investisseurs individuels présents depuis l'origine puissent demeurer actionnaires s'ils le souhaitaient. Pour rappel, il s'agit de la première participation française du fonds de Partech, qui lui avait consacré 30 M€ fin 2016 (lire ci-dessous).

CVC gros minoritaire

Frédéric Trinel, EcoVadis

Frédéric Trinel, EcoVadis

« Des fonds de growth ou de private equity nous approchaient depuis longtemps, dont CVC avec qui le premier contact remonte à trois ans, et des stratégiques se sont mis plus récemment à nous solliciter, raconte Frédéric Trinel. Entre notre décision de faire une nouvelle opération et la signature, le processus a pris six mois. » La société s'est présentée à trente acteurs et a reçu onze offres. Sur les quatre retenues, une provenait d'un industriel pour un rachat. CVC, conseillé par Goldman Sachs et choisi entre autres pour son empreinte américaine, où la cible française nourrit de grandes ambitions, et pour la dimension ESG de sa stratégie d'investissement, prend une participation d'assez gros minoritaire, sans levier, valorisant EcoVadis près de 500 M€.  

Chiffre d'affaires en croissance moyenne de 40 % sur cinq ans

En trois ans, l'entreprise parisienne a pratiquement doublé son effectif, à 625, et a plus que doublé son chiffre d'affaires, confidentiel mais qui était situé au-delà de 20 M€ à l'arrivée de Partech. Des revenus traduisant une stratégie de prix volontairement très agressive afin d'assoir une position de leader du marché. L'entreprise serait quasiment rentable mais a diversifié son activité en créant en 2018 une filiale baptisée CyberVadis positionnée sur l'évaluation des risques chez les fournisseurs en matière de cybersécurité. Acteur mondial surfant sur la tendance autour de l'achat durable, avec 450 clients acheteurs et 60 000 fournisseurs - les deux paient pour accéder à la plateforme - dans 155 pays, l'éditeur a étendu sa présence physique en ouvrant des bureaux au Royaume-Uni, à l'Allemagne, à l'Espagne, au Canada, au Japon et à l'Australie. Qui s'ajoutent à ceux de l'Île Maurice, de Pologne (200 personnes chacun), des États-Unis, de Tunisie et de Hong Kong.

Petites acquisitions envisagées

Guillaume Bonneton, GP Bullhound

Guillaume Bonneton, GP Bullhound

Les États-Unis pèsent aujourd'hui 22 % du chiffre d'affaires, avec des clients comme Johnson & Johnson, Subway et l'université de Californie, premier client public de la société. Un résultat auquel l'expatriation des deux fondateurs, désormais de retour à Paris, n'est pas étrangère. « Nous avons une équipe solide aux États-Unis et disposons, grâce à CVC, d'un réservoir plein pour accompagner notre croissance sur le marché nord-américain et au-delà sur les quatre prochaines années », assure Frédéric Trinel. « La société a un boulevard devant elle, à l'échelle mondiale, car n'a pas de concurrent direct, avance Guillaume Bonneton, associé de GP Bullhound. Pendant le process, elle a d'ailleurs signé son premier client chinois. » Même sans concurrence frontale, EcoVadis, en phase de recrutement de 200 personnes, souhaite recourir à la croissance externe. Les cibles potentielles, de taille modeste, pourraient être des agences de notation spécialisées, au fonctionnement traditionnel de visites de sites, dans l'optique de faire migrer leurs clients. Pour sa part, l'éditeur parisien spécialiste des risques RSE réfléchit à la prochaine opération sur son capital, peut-être avec effet de levier cette fois afin d'offrir des liquidités aux actionnaires, sans exclure une IPO. Il se structure d'ailleurs pour être prêt d'ici trois ans à une éventuelle entrée en Bourse.

Lire aussi :

Meero expose son capital (19 juin 2019)

EcoVadis se fournit chez un fonds de cap-dev (14 décembre 2016)

Les levées de capital-innovation supérieures à 100 M€ depuis janvier 2019

Les levées de capital-innovation supérieures à 100 M€ depuis janvier 2019

Les levées de capital-innovation supérieures à 100 M€ depuis janvier 2019 © CFNEWS.NET

Voir la fiche de : ECOVADIS

Voir la fiche de : CVC CAPITAL PARTNERS (CVC)

les intervenants de l'opération

Voir la fiche détaillée de l'opération
BioTech, FinTech, MedTech... Suivez tous les deals et mouvements de la TECH sur les réseaux sociaux.