L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture
Corporate Finance et Private Equity

TECH

[TECH] Les VCs sondés à l'heure du coronavirus

PAR  | 31 mars 2020 | 709 mots
Chausson Finance

© Chausson Finance

Le leveur de fonds Chausson Finance interroge chaque semaine pendant la pandémie les fonds français et étrangers actifs en Europe sur leur perception de la crise et leur stratégie.

Mardi 31 mars :

Les investisseurs français en capital-innovation sont-ils plus prudents que leurs homologues étrangers face au Covid-19 ? C'est en tout cas ce que semble indiquer la deuxième édition du baromètre hebdomadaire Chausson Finance sur le sujet. Ainsi pour 42 % des fonds européens non français interrogés (basés en Allemagne, au Royaume-Uni, en Espagne et au Benelux), et 43 % des fonds non européens mais investissant sur le Vieux Continent, rien a changé dans leur activité. Leurs confrères de l'Hexagone n'étaient que 6 % la semaine dernière à le penser. Autres réponses allant dans le même sens, 10 % seulement des VCs européens et 35 % des extra-européens ont coupé tout nouvel investissement ou se contentent de maintenir les processus les plus avancés. Chez les acteurs français, cette proportion atteignait 50 % il y a sept jours.

Toutes nationalités confondues, 22 % des fonds estiment qu'aucune ligne de leur portefeuille ne devra être refinancée dans les prochaines semaines. À l'autre bout du spectre, un sur dix ne craint qu'au moins 40 % de leurs participations n'en ait besoin. En moyenne, 17 % des sociétés en portefeuille devront recevoir un bridge dans les prochaines semaines pour survivre, selon les investisseurs.

La crise peut-elle profiter aux start-up et à leurs actionnaires ? Oui pour 23 % d'entre elles, indique le baromètre. À court terme, les VCs comptent miser fortement sur les domaines de travail à distance, d'edtech, de cybersécurité, de jeux vidéo et de loisirs. À l'inverse, ils retirent de leur liste de courses particulièrement le voyage/tourisme, le commerce et l'hôtellerie.

Le coronavirus affectera l'analyse des nouveaux dossiers pendant encore un à deux mois, disent 53 % des VCs extra-européens, 46 % des européens et 38 % des français (les réponses de ces derniers datant de la semaine dernière). Les plus pessimistes tablant sur une durée de perturbation supérieure sont respectivement 37 %, 39 % et 22 %.

Mardi 24 mars 2020 :

Habitué à interroger les capital-risqueurs pour son indicateur semestriel dont le dernier date de 2016, Chausson Finance adapte sa méthodologie à la crise actuelle. Le leveur de fonds lance un baromètre hebdomadaire pour connaitre et suivre l'état d'esprit des VCs - 68 associés de 54 sociétés de gestion actives en France ont répondu - durant la pandémie. Le premier baromètre, portant sur la semaine dernière, indique une situation sensiblement meilleure que le constat fait par les banques d'affaires tech (lire ci-dessous). Ainsi, une large majorité des investisseurs ne se ferment pas à de nouveaux investissements. Mais si 77 % souhaitent recevoir des dossiers au cours des quinze prochains jours, et même 88 % chez les fonds d'amorçage, 48 % n'en feront pas une de leurs priorités. Un quart des répondants se concentrent complètement sur leur portefeuille, un autre quart poursuivent simplement les process les plus avancés, 45 % traitent les nouveaux dossiers mais temporisent, et seuls 6 % n'ont pas changé leurs habitudes.

Pour passer cette période difficile et incertaine, plus de la moitié des fonds conseillent à leurs participations d'optimiser leur trésorerie, en réduisant les coûts, renégociant avec leurs banques et sollicitant les aides publiques. Quelle est l'incidence de la pandémie sur la stratégie d'investissement des VCs ? Très élevée pour 39 % des répondants et élevée pour 36 % des fonds, indique l'indicateur sans la détailler davantage. 12 % l'estiment faible et autant très faible ou nulle. L'analyse du deal flow devrait être affectée pendant 6,6 semaines, prévoient les investisseurs en moyenne. Les plus optimistes, soit 34 %, s'attendent à un retour à la normale dans moins d'un mois. 43 % tablent sur un à deux mois et 22 % craignent que cela se prolonge au-delà.

Lire aussi :

Tech : le Covid-19 rebat les cartes (20 mars 2020)

Voir la fiche de : CHAUSSON FINANCE

BioTech, FinTech, MedTech... Suivez tous les deals et mouvements de la TECH sur les réseaux sociaux.