L'actualité & Data du capital-investissement : transactions, LBO, M&A, Venture, Corporate Finance et Private Equity - Leader en France

CANVIEW

Afrique #101 : Ascoma, Mabiotech, Schlemmer, Solarise Africa...


Les implantations du groupe monégasque Ascoma dans le monde -  © Ascoma Assureurs Conseils

Les implantations du groupe monégasque Ascoma dans le monde -  © Ascoma Assureurs Conseils

Services financiers : Ascoma Assureurs Conseils / Holding Chedid Capital / Famille Husson (Afrique / Monaco / France / Liban)

Basé à Monaco, le courtier Ascoma Assureurs Conseils (ex Faugère & Jutheau), fort d’un réseau de vingt-trois filiales réparties dans vingt-et-un pays africains, ainsi que d’une entité à Paris chargée des affaires internationales, passe sous le contrôle de Chedid Capital, holding financière libanaise axée sur les secteurs de l’assurance et de la réassurance. Cette dernière vient en effet d’acquérir auprès de la famille Husson, qui demeurera associée minoritaire à hauteur de 20 %, la majeure partie du capital. Seul le périmètre africain du groupe Ascoma est concerné, le président Hervé Husson et les autres actionnaires familiaux conservant leurs activités de courtage d’assurances à Monaco et en France. Ni le montant ni le pourcentage de la transaction n’ont été dévoilés à ce jour (voir fiche opération avec tous les conseils sur CFNEWS). Le groupe monégasque, à la tête du premier réseau indépendant d’assurance en Afrique subsaharienne, a engrangé au total 54 M€ de revenus en 2019 avec environ 780 collaborateurs. Présent à Monaco depuis 1950 et en Afrique depuis sept décennies, ses origines remontent au cabinet de courtage français Poujade & Cie, créé en 1896. Outre le courtage d’assurances relatives à la protection des biens (incendies, accidents et risques divers - IARD) et la santé, il est également actif en matière de gestion des frais de santé pour le compte d’entreprises et d’assureurs. Grâce à l’acquisition de cet acteur majeur du courtage en Afrique - mais confronté sur le continent à une concurrence croissante - Chedid Capital espère constituer un leader du secteur au service des entreprises des régions Moyen-Orient et Afrique, marchés qui représentent un potentiel de développement considérable. C’est à partir des années 1950-1960 que le groupe Ascoma a pris pied sur le continent africain, avec la création des premières filiales à Madagascar et au Cameroun (1952-1953), puis en Côte d’Ivoire et au Gabon (1961-1968). Dans les années 2000, alors que le réseau poursuivait son expansion en Afrique, a été fondé, dans la capitale française, Ascoma International, le centre de coordination internationale et d’expertise du groupe.

 

Santé & Matériel médical : Mabiotech / Best Health / Amethis (Maroc / France / Luxembourg)

Best Health est une société marocaine du portefeuille d'Amethis Maghreb Fund I, suite à la reprise par Amethis en 2018 de Capital North Africa Venture II (CNAV II) auprès de Capital Invest, le précédent gestionnaire du véhicule. - © Best Health

Best Health est une société marocaine du portefeuille d'Amethis Maghreb Fund I, suite à la reprise par Amethis en 2018 de Capital North Africa Venture II (CNAV II) auprès de Capital Invest, le précédent gestionnaire du véhicule. - © Best Health

Amethis Maghreb Fund I, first-time fund de droit luxembourgeois du fonds d’investissement créé par Luc Rigouzzo et Laurent Demey en 2012 (voir fiche du véhicule sur CFNEWS),  se retrouve sous les feux des projecteurs grâce à une opération finalisée, en juillet dernier, par l’une des sociétés de son portefeuille, le marocain Best Health. Ce spécialiste de la distribution et de l’installation d’équipements médicaux pour les hôpitaux et cliniques au Maroc et en Tunisie, qui avait bénéficié d’un investissement d’Amethis en janvier 2016, intègre ainsi dans son giron son confrère Mabiotech, le troisième acteur de la distribution de dispositifs de diagnostic in-vitro et de réactifs pour les laboratoires médicaux publics et privés. Présent sur ce marché depuis plus de trois décennies, sa clientèle est principalement composée de professionnels de la santé, tant privés que publics, et d’industriels des secteurs pharmaceutiques, biotechnologiques, agroalimentaires et miniers. Dirigé par Moufid Benkrane depuis 1998, il emploie environ 45 collaborateurs. Sa gamme complète de produits, allant de l’immunologie à la microbiologie, en passant par la biochimie et l’hématologie, comprend également des tests pour dépister le coronavirus, ce qui lui a permis de bénéficier du contexte actuel. Jouissant de relations anciennes et exclusives avec des fournisseurs de premier plan tels que Beckman Coulters, ses perspectives de croissance sont importantes, d’autant que le plan santé 2025 du Maroc prévoit de grandes avancées en termes de couverture médicale universelle, de dépenses de santé et d’infrastructures hospitalières. Le marché des diagnostics in-vitro devrait notamment bénéficier de la création de nouveaux laboratoires de biologie médicale dans les hôpitaux publics. Ce rapprochement capitalistique offrira à Mabiotech une opportunité d’élargir son portefeuille de clients marocains et africains. Acteur bien établi sur le marché, Best Health renforcera quant à lui son positionnement grâce d'une part à l’extension de sa gamme de produits, et d'autre part aux synergies commerciales et opérationnelles générées par ces activités complémentaires.

 

Industrie automobile : Schlemmer / Delfingen (Europe / Afrique / Allemagne / France)

En liquidation judiciaire, l'allemand Schlemmer cède une partie de ses activités à son concurrent français Delfinger. © Schlemmer

En liquidation judiciaire, l'allemand Schlemmer cède une partie de ses activités à son concurrent français Delfinger. © Schlemmer

L’équipementier automobile français Delfingen, coté à la Bourse de Paris et fort de 230,5 M€ de chiffre d’affaires en 2019, vient de finaliser la reprise d'une partie des activités du groupe industriel allemand Schlemmer, un de ses principaux concurrents sur la protection des câbles de voitures par tubes plastiques (VPS), en Europe et en Afrique. Le périmètre concerné englobe les actifs (stocks et machines) allemands et des titres des filiales roumaine, russe, ainsi que les titres des filiales marocaine et tunisienne qui étaient en joint-venture (voir fiche opération avec tous les conseils sur CFNEWS). L'équipementier automobile du Doubs met ainsi la main sur cinq usines de son concurrent d’Outre-Rhin, générant un chiffre d’affaires global d’environ 100 M€ (dont l’essentiel provient d’Allemagne et de Roumanie) et intègre mille personnes supplémentaires à ses effectifs, qui comptent près de 3 000 collaborateurs dans une vingtaine de pays. Cette opération de croissance externe - la plus importante depuis la fondation de Delfingen en 1954 - est financée par de la dette bancaire supplémentaire auprès de ses partenaires financiers historiques. Elle permettra au groupe coté sur Euronext Growth depuis 2013 de renforcer sa présence auprès des constructeurs et équipementiers allemands, tout en augmentant ses capacités d'innovation dans les produits pour véhicules hybrides et électriques. « Nous devenons ainsi, ensemble, le leader technique mondial de la protection des câblages électriques automobiles », s’est réjoui Gérald Streit, P-dg de Delfingen Industry. D’après le conseil Euroland Corporate, le prix de l’acquisition serait compris dans la fourchette 15-25 M€. Placé en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Munich en décembre dernier, Schlemmer était à la recherche de repreneurs depuis le début de l’année en cours. Son périmètre asiatique a quant à lui été repris par son partenaire chinois Fengmai-Ningbo Huanxiang.

 

EnR : Solarise Africa / Energy Access Ventures (EAV) / Proparco / EDFI ElectriFI (Afrique / France / UE)

Cette levée de fonds de Solarise Africa devrait contribuer de manière très significative aux efforts d'électrification en Afrique subsaharienne. - © Solarise Africa Solarise Africa

Cette levée de fonds de Solarise Africa devrait contribuer de manière très significative aux efforts d'électrification en Afrique subsaharienne. - © Solarise Africa Solarise Africa

Solarise Africa, une société panafricaine de leasing d'énergie propre et d'efficacité énergétique, vient de réunir plus de 6 M€ lors d’un tour de table de série B, auprès de ses actionnaires historiques, Energy Access Ventures (EAV) (véhicule géré par le VC parisien Aster Capital et parrainé par le groupe français Schneider Electric) et ElectriFI (un mécanisme de financement de l’UE), ainsi que Proparco, qui fait son entrée dans le capital. La filiale de l’AFD dédiée au secteur privé a injecté 4 M€ en quasi-fonds propres par le biais de la facilité « African Renewable Energy Scale-Up » (ARE Scale Up facility), financée par l’agence tricolore et l'UE, tandis que EAD a investi 2,1 M€ (2,5 M$). Proposant des solutions de financement aux entreprises commerciales et industrielles dans l’optique de les aider à adopter des systèmes d'énergie propre, en particulier le solaire, la cible avait bénéficié début 2019 d’un premier tour orchestré par EAV, qui avait participé à la levée de fonds à hauteur de 1,4 M€ (1,65 M$). Présente au Kenya, en Afrique du Sud et au Rwanda, l'entreprise utilisera ce nouveau financement pour mener à bien le déploiement des projets et pour poursuivre son expansion sur le secteur hors réseau dans l’ensemble de l’Afrique de l’Est, avant de se lancer à l’ouest du continent. « Ces investissements nous préparent à augmenter encore notre part de marché dans nos pays d'opération actuels, ainsi que nos futures expansions en Afrique. », a déclaré Jan-Albert Valk, co-fondateur et directeur général de Solarise Africa. La société vise plus de 150 MW d'actifs solaires, ce qui correspond à plus de 100 000 connexions indirectes au cours des cinq prochaines années.

 

Logistique - Infrastructures : Arise IIP / République du Togo (Afrique / Togo / Singapour)

Fondée en 2010, Gabon Special Economic Zone (GSEZ) a opéré dix ans plus tard une réorganisation ayant abouti à la création de trois entités distinctes : Arise Ports & Logistics (Arise P&L), Arise Integrated Industrial Platforms (Arise IIP) and Arise Infrastructure Services (Arise IS). - © Africa Finance Corporation (AFC)

Fondée en 2010, Gabon Special Economic Zone (GSEZ) a opéré dix ans plus tard une réorganisation ayant abouti à la création de trois entités distinctes : Arise Ports & Logistics (Arise P&L), Arise Integrated Industrial Platforms (Arise IIP) and Arise Infrastructure Services (Arise IS). - © Africa Finance Corporation (AFC)

En partenariat avec la République du Togo, la société Arise Integrated Industrial Platforms (Arise IIP), s’apprête à créer - dans la région d'Adétikopé, à une vingtaine de kilomètres au nord de Lomé - une plateforme industrielle intégrée de 400 ha qui prendra la forme d’une joint-venture détenue par les deux parties prenantes. Représentant un investissement total de 200 M€ (entièrement apporté par Arise IIP), ce projet vise à créer un hub logistique afin d’industrialiser la transformation locale de nombreux produits togolais (tels que le coton, l’anacarde, le soja, le riz ou encore le sésame), et donc de faciliter leur exportation. La Plateforme Industrielle d’Adétikopé (PIA), dont la première phase devrait être opérationnelle dès janvier 2021, comprendra un parking pour 700 camions, un espace de stockage de conteneurs de 12 500 EVP (unité approximative de mesure des terminaux et navires portes-conteneurs), un entrepôt de déchargement et de transfert, un site de stockage du coton, ainsi qu'une zone de 200 000 m² consacrée à d'autres activités logistiques (voir fiche de l'opération avec tous les conseils sur CFNEWS IMMO & INFRA). Près de 35 000 emplois directs et indirects pourraient être créés une fois la zone pleinement opérationnelle. Promoteur, concepteur et futur gestionnaire de PIA, Arise IIP est une société de portefeuille pour les opérations du groupe panafricain Arise dans des zones industrielles en Afrique. Détenue par le singapourien Olam International, leader mondial du négoce et de courtage de denrées alimentaires, et Africa Finance Corporation (AFC), institution multilatérale spécialisée dans le financement des infrastructures africaines, elle a été créée début 2020 suite à la réorganisation des activités de la firme Gabon Special Economic Zone (GSEZ) en trois principales unités.

 

Services financiers : Sendwave / WorldRemit (États-Unis / Royaume-Uni / Afrique)

WorldRemit, spécialiste britannique des paiements transfrontaliers numériques né en 2010, acquiert Sendwave, une société américaine de transfert de fonds en pleine expansion en Afrique de l'Est et de l'Ouest, et qui a commencé cet été son expansion en Asie en prenant pied au Bangladesh. Fondé en 2014 par Drew Durbin et Lincoln Quirk, la cible offre des paiements instantanés et entièrement numériques, sans frais ou à faible coût, depuis l'Amérique du Nord et l'Europe vers le Ghana, le Nigeria, le Sénégal et l'Afrique de l'Est. L’opération, qui devrait être finalisée au quatrième trimestre 2020, permettra aux deux groupes de combiner leurs expertises aux services de leurs clients, particuliers et entreprises. Entre juin 2019 et juin 2020, WorldRemit et Sendwave ont envoyé l’équivalent de 6,4 Md€ (7,5 Md$) en transferts, générant près de 237 M€ (280 M$) de revenus.

 

Nomination - Conseil : EY Consulting (Afrique / France)

Bertrand Baret et Eric Mouchous, EY Consulting

Bertrand Baret et Eric Mouchous, EY Consulting

Deux français viennent d’être nommés à des postes clés au sein d’EY. Bertrand Baret prend les rênes d’EY Consulting pour la zone Western Europe et Maghreb (WEM, c’est-à-dire Algérie, Belgique, France, Luxembourg, Maroc, Pays-Bas et Tunisie), succédant à Eric Mouchous, quant à lui promu à la tête du pôle business consulting du Big Four pour la zone EMEIA (Europe, Moyen-Orient, Inde et Afrique). Le géant de l’audit-conseil a lancé en début d’année le déploiement de sa marque EY Consulting dans le monde, avant de placer - le 1er juillet dernier - l’ensemble de ses activités de conseil sous cette bannière. En France, plus de 1 200 consultants et 50 associés animent désormais les activités de consulting d’EY.

 

Événement :

  • 15 septembre (12h - heure française) : conférence de presse en ligne organisée sur Zoom par Control Risks, cabinet de conseil international spécialisé dans la gestion des risques, et NKC African Economics, la filiale d'Oxford Economics dédiée au continent africain, dans le cadre du lancement de l'édition 2020 de l’Africa Risk-Reward Index. Au cours de cet événement, des experts de ces deux structures partageront leurs points de vue au sujet de la reprise post-pandémique en Afrique, et des implications à long terme de la Covid-19 sur le continent. L’Africa Risk-Reward Index permet aux décideurs politiques, chefs d'entreprise et investisseurs de suivre l'évolution du paysage de l'investissement dans les principaux marchés africains et de bénéficier d’une perspective à long terme des dernières tendances caractérisant l'investissement dans ces économies. 

 

Et aussi... 

  • L’opérateur africain de tours télécoms IHS Towers, basé à Maurice mais principalement actif au Nigeria, et détenu à hauteur de 21,3 % par la société d’investissement française Wendel, envisage de s’introduire sur le marché financier américain. Cela représenterait alors la plus grosse IPO africaine de l’histoire aux États-Unis. Citigroup et JP Morgan Chase ont été désignés comme arrangeurs de cette opération qui valoriserait IHS Holding près de 5,9 Md€ (7 Md$).
  • Le conglomérat industriel nigérian BUA Group, fondé par le tycoon Abdul Samad Rabiu, et concurrent du géant de l’agro-industrie et du ciment Dangote, s’allie avec le fournisseur tricolore de technologies industrielles Axens. Objectif : produire des carburants propres, grâce à la création d’une raffinerie d’une capacité de dix millions de tonnes par an.
  • Suite à sa décision de se désengager d’une vingtaine de pays, Engie fusionnera en début d’année prochaine ses activités en Afrique avec celles du Moyen-Orient. Le groupe énergétique tricolore consolidera ainsi davantage ses onze business units.
  • Au Gabon, Bolloré Transport & Logistics a récemment décroché un contrat auprès d’Assala Energy, producteur de pétrole brut, pour assurer la mise en place de services dédiés de transport légers sur les sites d’exploitation pétrolière de Gamba, Rabi, Toukan et Koula.
  • Eutelsat, opérateur coté français de Services Fixes par Satellite (SFS), scelle un accord avec Paratus South Africa, spécialiste de l'intégration de technologie au service des entreprises, pour permettre à ce dernier d’offrir des services internet de pointe en Afrique du Sud.

 

Bonne fin de semaine et à mardi prochain.

Une information à nous soumettre pour ce Bulletin Afrique ? Écrivez-nous à : stephanie.roux@cfnews.net  

Retrouvez l'ensemble des chroniques CFNEWS (Afrique, mais aussi Asie et Amérique latine) :

  • Dans la rubrique Les Chroniques de CFNEWS
  • Ainsi que sur Twitter et LinkedIn
Retrouvez tous les articles sur : AMETHIS , ASCOMA ASSUREURS CONSEILS , ASTER , PROPARCO

Voir la fiche (descriptif, deals, synthèse, équipe...) de :