L'actualité & Data du capital-investissement : transactions, LBO, M&A, Venture, Corporate Finance et Private Equity - Leader en France

CANVIEW

Investissements : Réalités, Mirova, EDF, Voltalia...

Le développeur territorial investit dans un fabricant de foyers de cuisson tandis que la filiale de Mirova...

© Burn Manufacturing

© Burn Manufacturing

Réalités compense son empreinte carbone en investissant en Afrique

Le groupe diversifié Réalités, développeur territorial spécialiste en maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’usage, injecte 6,5 M€ dans la société américaine Burn Manufacturing, fabricant de foyers de cuisson améliorés pour les populations africaines fondé en 2010. Cet investissement à impact sociétal permet de générer des crédits carbone couvrant dès à présent 100 % des besoins en compensation du groupe sur cinq ans. Il préfinance en outre à hauteur de 4,5 M€ la fabrication de 165 000 foyers de cuisson améliorés qui permettront à plus d’un demi-million de Tanzaniens de réduire leurs émissions de CO2. S’inscrivant dans le cadre de la stratégie carbone de Réalités, initiée en 2018, ce partenariat s’appuie sur un modèle économique innovant, générateur de crédits carbone éligibles à la certification Gold Standard et créateur de valeur à 360°, au lieu du simple achat de crédits carbone déjà disponibles sur le marché. Précédemment, la société tricolore s’était lancée dans cette démarche de compensation en 2020, avec un investissement de 2 M€ dans la Compagnie des Amandes.

 

Mirova SunFunder finance d.light

D.light - © Proparco

D.light - © Proparco

Le fournisseur san-franciscain de solutions d’accès à l’électricité propre d.light obtient une ligne de crédit de 49 M€ (50 M$) auprès d’un consortium de prêteurs comprenant SunFunder - société de gestion de dette privée qui finance des projets liés aux énergies renouvelables en Afrique et en Asie, et qui a rejoint le giron de Mirova en juin dernier (relire ci-dessous) - la Banque du commerce et du développement (TDB), une institution financière pour le commerce et le développement opérant en Afrique orientale et australe, et de Société néerlandaise de financement du développement (FMO). Depuis le début de ses activités sur le terrain en 2008, il a déjà fourni des systèmes solaires domestiques et d’autres appareils alimentés à l’énergie solaire à plus de 125 millions de personnes dans 70 pays.

 

Malawi : un PPP pour la centrale hydroélectrique de Mpatamanga

Les IPP français EDF et norvégien Scatec viennent de signer un PPP avec l’État du Malawi et la Société Financière Internationale (SFI), la filiale du groupe de la Banque mondiale responsable du financement du secteur privé, pour le développement du projet hydroélectrique de Mpatamanga. L’État du Malawi conservera 30 % de la société de projet, le reste étant réparti entre EDF (27,5 %), la SFI (15 %), Scatec (14 %) et les partenaires financiers que sont British International Investment et Norfund (13,5 %). Le projet consiste en la construction d’un barrage sur la rivière Shire, dans le district de Blantyre, en aval des barrages hydroélectriques de Nkhula A HPP & Nkhula B (100 MW) et de Tedzani (110,7 MW) et en amont de l’aménagement hydroélectrique de Kapichira (128 MW). Les deux centrales hydroélectriques utilisées pour la retenue d’eau afficheront une capacité totale de 350 MW. Elles permettront de fournir de l’électricité à au moins deux millions de foyers malawites tout en compensant les émissions de 520 000 tonnes équivalent CO2 par an.

 

Aera et Ecosphere+ vendront les crédits carbone pour la cuisson propre

Aera, un négociateur français de crédits carbone pour l’Afrique (qui assure notamment la monétisation des crédits carbones de la centrale hydroélectrique ivoirienne de Soubré depuis 2020), renouvelle son partenariat avec Ecosphere+, un fournisseur de solutions de compensations basées sur la nature, à travers un contrat de vente à terme de crédits VCS (Verified Carbon Standard) générés par un programme de fourneaux efficaces pour les ménages en Afrique. Ces ventes de crédits carbone financeront la distribution de systèmes de cuisson propres sur le continent, réduisant ainsi la pression sur les écosystèmes forestiers.

 

Côte d’Ivoire : Biovea choisit CEEC pour construire sa centrale de biomasse d’Ayébo

Biovea Energie, une société de droit ivoirien détenue par EDF, Meridiam et Biokala (une joint-venture créée par Meridiam et SIFCA, acteur agro-industriel majeur en Afrique de l'Ouest), choisit le groupe China Energy Engineering Corp (CEEC) pour réaliser la centrale de biomasse d’Ayébo, dans la région d’Aboisso en Côte d’Ivoire. Disposant de deux unités de 23 MW chacune, soit un total de 46 MW, l’installation produira de l’électricité sen éliminant 480 000 tonnes de déchets de palmiers à huile, déchets collectés pendant 25 ans auprès de 12 000 exploitants agricoles à Ayébo (relire ci-dessous). Le projet est financé en grande partie grâce à un prêt concessionnel de 135 M€ de Proparco, obtenu en juin 2022.

 

MAROC : la Berd et le FCT financent l’extension du parc éolien Nassim Koudia Al Baida

La Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD) et le Fonds pour les Technologies Climatiques (FTC) accordent à 53,5 M€ la société marocaine Koudia Al Baida Energy Company, détenue par l’Agence marocaine pour l’énergie durable (Masen) et EDF, afin de moderniser et étendre son parc éolien Nassim Koudia Al Baida. Une fois ce dernier opérationnel - a priori au deuxième trimestre 2024 - il alimentera 420 000 foyers marocains tout en évitant les émissions de 308 000 tonnes équivalent CO2 par an.

 

Cap-Vert : concession de sept aéroports pour Vinci

Vinci Airports a remporté en juillet dernier le contrat de concession des sept aéroports de l’archipel capverdien, qui comprend quatre aéroports internationaux (celui de la capitale, Praia, ainsi que Sal, São Vicente et Boa Vista) et trois aéroports domestiques (São Nicolau, São Filipe et Maio). Pendant les quarante prochaines années, le groupe tricolore et sa filiale portugaise Ana (respectivement 70 % et 30 % de la société concessionnaire) auront la charge du financement, de l’exploitation, de la maintenance, de l’extension et de la modernisation de ces plateformes.

 

Gabon : Eranove décroche un contrat de concession dans l’eau potable

Au Gabon, Eranove décroche un contrat de concession PPP pour la station de traitement d’Adduction d’Eau Potable (AEP) du grand Libreville, par l’intermédiaire d’Orelo, une JV contrôlée à 60 % par le groupe industriel français, le solde étant aux mains de Gabon Power Company (GPC) à travers le Fonds Gabonais d’Investissements Stratégiques (FGIS). Orélo assurera  la conception, le financement, la construction, l’exploitation, l’entretien et la maintenance d’une usine d’eau potable dans la ville de Ntoum, et se chargera de la pose de 54 km de conduites d’eau brute, ainsi que 1,5 km de canalisations d’eau potable pour connecter les nouvelles infrastructures au réseau de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEF). Ce PPP s'inscrit dans le cadre d'une alliance conclue en 2018 entre Eranove et le FGIS, qui a permis notamment le lancement de la coentreprise Asokh Energy pour le développement du projet hydroélectrique de Ngoulmendjim sur la rivière Nkomo, dans la province de l’Estuaire, à 125 km de la capitale.

 

Égypte : Suez lance une unité de valorisation des boues d’épuration

Le géant français de l’environnement Suez, spécialiste dans le traitement de l’eau et des déchets, met en service une ligne de valorisation énergétique par biodigestion des boues de vidange de la station de traitement des eaux usées d’Alexandrie Est. Exploitée par le groupe depuis 2013, cette station d'une capacité de 800 000 m3 par jour produit 6 MWh, ce qui couvrira en principe la moitié des besoins de la station d'épuration. Auparavant, les boues issues du traitement des effluents des entreprises locales étaient transportées par camion sur 45 km jusqu'à une décharge située à Nagaa Abou Bessissa. Selon l'AFD, qui soutient financièrement le projet, la valorisation des boues d’épuration en biogaz, puis en électricité, devrait contribuer à réduire l’impact environnemental du traitement des eaux usées.

 

Kenya : Voltalia et Trina inagurent la centrale solaire de Kesses

Le groupe français d'énergies renouvelables coté Voltalia et son confrère chinois Trina Solar viennent d'achever la construction de la centrale solaire photovoltaïque de Kesses, à Eldoret, dans le comté kényan d’Uasin Gishu. D’une capacité de 55,6 MWc - soit soit une capacité annuelle de 123 000 MWh - elle a été développé par l’énergéticien espagnol Alten Energías Renovables et financé entre autres par Standard Bank et Emerging Africa Infrastructure Fund (EAIF), un mécanisme de financement du Private Infrastructure Development Group (PIDG). Une fois opérationnelle, l'infrastructure couvrira les besoins en électricité d’au moins 245 000 foyers kenyans tout en diversifiant le mix électrique de ce pays d’Afrique de l’Est.

 

Bénin : Eiffage inaugure la première centrale solaire du pays

Le Bénin a inauguré mi-juillet sa première centrale solaire photovoltaïque. Située à Illoulofin, elle a été construite par l’entreprise française RMT Eiffage et est équipée de 47 212 modules solaires, 113 onduleurs, six postes de transformation de 3 515 kVA chacun, une conduite automatique de la centrale assistée par ordinateur, des systèmes de surveillance et de sécurité anti-intrusion.

 

Namibie : HDF Energy compte produire de l’hydrogène vert dès 2024

La première centrale électrique à hydrogène verte d’Afrique devrait voir le jour dès 2024 à Swakopmund, ville namibienne située dans la région d’Erongo, sur la côte atlantique. Développée par HDF Energy, spécialiste français coté de la production d'électricité à partir d'hydrogène vert ou décarboné, elle aura une capacité de 85 MWc, et cette électricité sera convertie en hydrogène dans une unité d’électrolyse.

 

Et aussi...

  • En août dernier, l’Agence Française de Développement (AFD) s’est engagée à injecter 100 M€ dans la Bank of Industry (BoI) du Nigeria, afin de financer des projets visant à lutter contre le changement climatique. Ce financement prend la forme d’un prêt s’étalant sur une durée de dix ans assortie d’un moratoire de quatre ans. Il sera redéployé essentiellement vers des projets d’énergie renouvelable, mais aussi de production d'énergie efficace et à faible émission de carbone, ainsi que des technologies agricoles intelligentes du point de vue climatique et du transport urbain propre.
  • L’AFD octroie 130 M€ de prêt pour la construction de nouvelles installations devant améliorer la gestion des eaux usées et donc l’assainissement à Yopougon, dans le district autonome d’Abidjan en Côte d’Ivoire.
  • En Guinée, l’AFD finance à hauteur de 50 M€ la construction d’un centre d’enfouissement technique (CET) des déchets solides à Baritodé, dans la commune rurale de Kouria.
  • Au Burkina Faso, l’AFD finance l’accès à l’eau potable  de 150 000 personnes dans la région du Centre-nord, en situation de crise, grâce à deux conventions de 13,72 M€ et 8 M€.
  • En Algérie, Société Générale prête 9,4 M€ à la filiale locale du groupe de matériaux de construction LafargeHolcim, dans l’optique de financer ses projets climatiques et ainsi de contribuer à la neutralité carbone du cimentier dans ce pays.
  • L’opérateur de télécommunications Sonatel, filiale sénégalaise du groupe français Orange, connectera le Sénégal à son cinquième câble sous-marin de fibre optique, à savoir 2Africa de Meta.

 

CFNEWS Newsletter

Tous les lundis et mercredis
Recevez tous les lundis et mercredis l'actualité du capital-investissement, fusions-acquisitions, corporate finance.

Les intervenants de l'opération BURN MANUFACTURING

M&A Corporate / M&A (Int'l) -